Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« le petit François Bayrou refuse d'aller à la garderie du vilain Darcos | Page d'accueil | Les centres à la croisée des chemins »

vendredi, 19 septembre 2008

Le péché originel du Crédit Lyonnais

En droit canon catholique, on distingue deux types de péchés : les péchés véniels, c'est à dire ceux que l'on peut pardonner, et les péchés mortels qui entraînent une rupture de la vie de grâce que l'on mène avec Dieu. Par ailleurs, on peut pécher de quatre manières : en pensée, en parole, en action, et par omission.

S'il y a bien une question que je me pose, dans l'affaire Tapie, c'est de comprendre pourquoi diable le Crédit Lyonnais, qui était le mandataire de Tapie pour vendre ses sociétés, a commis le péché mortel en droit commercial, d'être à la fois vendeur et acheteur (tout du moins, c'est ce qu'a jugé une cour d'appel en 2005).

Tapie s'est appuyé sur deux faits :

- le premier, que le Crédit Lyonnais a consenti des prêts à plusieurs acteurs du pool de 8 acquéreurs, prêts à racheter les sociétés de Tapie

- le second, que dans le tas, une société a été considérée comme une filiale du Crédit Lyonnais.

La question qui me turlupine, c'est de comprendre comment le Crédit Lyonnais a pu prendre un tel risque. Quel que soit le statut, in fine, de la société off-shore qui a été partie prenante de pool d'acheteurs, s'il y avait le moindre risque, le Crédit Lyonnais ne devait pas le courir. Dans la théologie fondamentale, c'est l'essence même du droit commercial que de ne pouvoir être à la fois le vendeur pour quelqu'un et en même temps l'acheteur : s'il y a le moindre risque qu'une telle confusion se produise, on ne le prend pas.

Les acteurs du Crédit Lyonnais n'étaient pas tombés de la dernière pluie : ils ne pouvaient pas ne pas savoir ou faire une telle erreur. Alors bon sang : pourquoi ?! Pourquoi l'ont-ils fait ? Qui a pris la décision et à quoi pensait(ent)-il(s) à ce moment-là ?...

Il y a des questions comme ça, qui à mon avis, resteront à jamais sans réponses. Sans doute est-ce dans le contexte politique et financier de l'époque qu'il faut chercher pour essayer de trouver des éléments de nature à formuler des hypothèses plausibles...

Je me suis demandé, si, finalement, la décision de recourir à un tribunal arbitral n'avait pas été motivée par le souci d'en finir avec une affaire qui n'avait que trop traîné et que personne ne souhaitait voir se prolonger...

07:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tapie, crédit lyonnais |  Facebook | | |

Commentaires

Pas du tout d'accord !!
Tu te prends pour Dieu à décider quels sont
les péchés véniels et mortels !!
Demande d'urgence l'avis de spécialistes et impartiaux évidemment !!

Écrit par : Luc | vendredi, 19 septembre 2008

@ luc

Toi , si tu veux brûler en Enfer pour les siècles des siècles, t'as qu'à continuer comme ça :-)
Sinon, je n'ai pas compris avec quoi tu n'es pas d'accord.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 19 septembre 2008

Mais enfin, je suis très sérieux.
il y a eu la justice pour juger
de cette affaire. Il va y avoir la Cour
des comptes.
Ce que tu donnes sur le "péché" ce n'est que
ton point de vue, c'est un point que je ne connais pas mais qui me parait loin
d'être aussi évident.
Et puis bien que cela soit indirect ça a l'air d'excuser Tapie tout d'un coup.
Je te jure je ne rigole pas du tout.

Écrit par : Luc | vendredi, 19 septembre 2008

@ luc

Non, cela n'excuse pas Tapie. Lis entre les lignes, parce qu'il y a des choses que je ne peux pas dire sans risquer de me faire attaquer en procès.
Ce dont je m'étonne simplement, c'est des choix du Lyonnais, alors que risquer d'être considéré comme acheteur quand on est mandataire, c'est le BABA de ce qu'il ne faut pas faire. Ce sont des professionnels : pourquoi ils ont pris ce risque. Voilà ma question.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 19 septembre 2008

A l'hérétique,

C'est vrai, je ne voulais pas plaisanter.
(tu sais bien que je t'estimes eh...oui...)

Mais Je me demande dans ce genre d'affaires :

Est-ce qu'une partie (ayant vraiment beaucoup de moyens), si elle le désire n'est pas sûre de trouver à tout coup, si ça l'arrange,une faille "mortelle" ?

D'autre part je constate, c'est mon opinion, que le Pouvoir et Tapie ont
bien de la chance (est-ce vraiment de la chance ?), car presqu'exemplairement
on parle peu des autres "Affaires Tapie"
passées (toutes passées ? je ne sais).

J'avoue que ces affaires là, ça me fout vraiment le Cafard.

Écrit par : Luc | vendredi, 19 septembre 2008

@ Luc

Non, je ne pense pas que cela soit si simple. Les autres affaires Tapie ont été jugées. Pour le reste, c'est une époque où il n'y avait pas de lois sur le financement des partis et cetera et cetera...

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 19 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.