Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cuba doit libérer Fabio Prieto Llorente | Page d'accueil | Philippe Arnaud inquiet pour la continuité des soins à Angoulême »

mercredi, 06 août 2008

L'Europe sous tension (3)

Marcel Deneux, sénateur UDF-MoDem, est membre de la commission électricité du Sénat. Il a rendu un rapport, fin juin 2007 sur l'état de l'approvisionnement en électricité en Europe, en compagnie d'autres sénateurs, toutes tendances politiques confondues.

La commission a conclu son rapport avec 40 propositions. La synthèse reprend les plus importantes d'entre-elles.

 

Les principales propositions de la MCI Electricité

1. Rendre obligatoire l’élaboration par chaque Etat membre de l’UE d’un document prospectif indiquant comment est garantie la satisfaction des besoins en électricité à un horizon de dix ans (bâti sur le modèle de la PPI de production électrique), la Commission européenne étant chargée par le Conseil d’en effectuer la synthèse au plan communautaire.

2. Instaurer des normes minimales de production afin que chaque Etat de l’UE soit en mesure de produire globalement l’électricité qu’il consomme.

5. Maintenir l’option nucléaire ouverte en France et assurer les conditions du remplacement du parc actuel par les technologies nucléaires les plus avancées.

8. De manière plus générale, promouvoir une diversification plus importante du bouquet énergétique français en développant les énergies renouvelables afin de rééquilibrer les origines de la production électrique en France.

9. L’existence de tarifs réglementés de vente de l’électricité garantissant la protection des consommateurs, obtenir que les termes de la directive « électricité » autorisent explicitement le maintien d’un système tarifaire respectant le principe de couverture des coûts.

12. Confirmer l’opposition de la France à la forme actuelle du projet de séparation patrimoniale entre producteurs d’électricité et GRT.

13. Promouvoir une directive ou tout autre texte européen juridiquement contraignant établissant des règles de sûreté et d’information communes entre GRT en Europe.

15. Créer un centre européen de coordination de l’électricité susceptible de détecter en amont les risques de déséquilibres et de coordonner l’action des différents centres nationaux.

18. Compléter le maillage du réseau de transport français (notamment en Bretagne et en Côte-d’Azur) et étudier les moyens d’accélérer les procédures préalables à la construction de nouveaux ouvrages.

22. Durcir les normes de construction et de connexion des moyens de production décentralisés d’électricité, de sorte que ces installations ne se déconnectent pas instantanément en cas de perturbations sur le réseau.

25. Établir un plan national de la formation des professionnels de la performance énergétique du bâtiment. 27. Modifier l’assiette et certains taux du crédit d’impôt dédié aux économies d’énergie.

28. Moduler les droits de mutation pesant sur les bâtiments disposant du label « haute performance énergétique » (HPE) et « haute qualité environnementale » (HQE).

29. Ouvrir un prêt à taux zéro pour les dépenses réalisées sur des bâtiments existants ayant pour objet de réduire la consommation d’énergie.

34. Interdire la vente d’ampoules à incandescence sur le territoire national en 2010. 35. Encourager l’écoconditionnalité des aides aux entreprises.

38. Imposer la pose de compteurs intelligents à une échéance donnée.

40. Allonger la période d’heure d’été ?

A titre de contribution, modeste mais symbolique, à la maîtrise de la demande d’électricité, la MCI s’est imposé une sorte d’« effacement » en décidant de ne pas éditer sous forme « papier » le tome II (comptes rendus des auditions et des déplacements à l’étranger) de son rapport, qui sera néanmoins accessible sur Internet (http://www.senat.fr/rap/r06-357-2/r06-357-21.pdf). Elle veut ainsi témoigner qu’en plus des grandes options stratégiques et des économies d’énergie industrielle, immédiatement perceptibles du fait de leur ampleur, chacun - institution, entreprise, citoyen - peut toujours trouver un moyen, aussi limité puisse-t-il paraître, pour contenir, par de nouveaux comportements, sa consommation électrique à ce qui est nécessaire. Et aucun geste n’est dérisoire lorsqu’il peut être multiplié par cent, par mille, par un million ou davantage, car c’est précisément dans cette multiplication que réside l’une des voies les plus prometteuses pour garantir à long terme la sécurité de l’approvisionnement électrique.

 

Commentaires

40. allonger l'heure d'été.


Personnellement, j'y suis opposé. Je préfèrerais qu'on ait le bon gout de dire la vérité et de moduler les horaires de travail.

Ici où j'habite, dans les journées les plus longues de l'année, on peut avoir de la lumière jusqu'à "minuit". Je mets entre guillemets car, en heure réelle, cela équivaut à 21.45 environ. Oui, j'habite dans une commune à l'ouest de Londres. Ce qui est le cas d'un tiers environ du territoire de métropole.

Alors, compte tenu du fait que la France vit une "heure d'été permanente", est qu'on a un bilan de la consommation énergétique comparée à usage constant avec le R.U.?

Est-qu'on a une évaluation des effets de santé publique éventuellement induits par cette "distorsion horaire"? Car la France est un cas relativement unique en Europe : l'Espagne, pourtant plus à l'ouest, compense ce décalage par des habitudes de société (ex. diner très "tardif").

Et enfin, est que on s'y plierait aussi facilement si on nous disait qu'il fait se réveiller à 3h45 tous les matins? (je me lève à "six heures d'été"?

Écrit par : Bzhita | jeudi, 07 août 2008

La 40 est celle qui me plaît le plus.

Écrit par : Rosa | jeudi, 07 août 2008

@Rosa,
Humour?

Écrit par : Champomy | jeudi, 07 août 2008

Oui Champomy
rêve fugitif d'un été éternel...
Bzhita, j'ai un fils qui vit à Londres : je croyais qu'il n'y avait pas d'heure d'été ?
Moi j'aimerais bien qu'il fasse jour jusqu'à minuit ! :)

Écrit par : Rosa | dimanche, 10 août 2008

Bzhita, il suffirait de vivre à l'espagnole ! mon rêve !

Écrit par : Rosa | dimanche, 10 août 2008

@Rosa : il suffit d'habiter Brest :-)

Cette ville est situé 4°29' ouest. D'un point de vue horaire, cela veut dire que quand une méridienne marque midi à Londres, à Brest c'est (24h*60m)/360°*4,5 = 18 minutes environ plus tôt. Donc il est 11h42. Mais notre montre française nous indiquera 13h.

Donc, nous vivons en permanence avec l'heure d'été par rapport à nos voisins.

Donc comparer les consommations effectives permettrait une évaluation assez précise.

Écrit par : Bzhita | lundi, 11 août 2008

13h en hiver et 14h en été évidemment

Écrit par : Bzhita | lundi, 11 août 2008

@Bzhita,
Je ne peux que rejoindre vos propos, ils me correspondent.

Écrit par : Champomy | mardi, 12 août 2008

@champomy

mes propos sont très heureux d'être en votre compagnie :-))))

Écrit par : Bzhita | mardi, 12 août 2008

@Bzhita,
Merci :-)))
Je crains d'avoir jeté un 'pavé dans la mare' en parlant d'Osho, sur un autre fil, mais on ne peut, je crois, appréhender la question Tibétaine qu'avec une vue d'ensemble géopolitique de ce secteur.
Le Dalai Lama avait une grande estime pour l'oeuvre d'Osho, qui forme un pont entre une certaine Sagesse orientale et les pères de la psychologie occidentale, sans etre une 'adepte' convaincue,ce style de démarche me plait, raison pour laquelle j'ai ouvert le débat à ce sujet.

Écrit par : Champomy | mercredi, 13 août 2008

Les commentaires sont fermés.