Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Paris 5ème : nombre anormal de procurations | Page d'accueil | Paris : accord MoDem-PS plus qu'incertain »

vendredi, 07 mars 2008

Je ne comprends pas Christian Saint-Etienne

J'avoue que la logique de Christian Saint-Etienne m'échappe. Déjà, je n'ai jamais compris qu'il lâche le MoDem pour finir sur la liste UMP de Jean Tibéri dans le 5ème arrondissement de Paris, alors qu'il s'était tout de même fait le chantre d'une éthique forte. Mais sa tribune dans Le Monde du Jeudi 06 mars 2008 m'a laissé encore plus perplexe

Christian Saint-Etienne dresse dans son article un tableau sans concessions de la situation économique de la France. Il fait une série de justes observations sur les insuffisances françaises avec des recommandations judicieuses. Notamment, tout comme Jean Peyrelevade, il constate, je le cite, que « le problème économique fondamental de la France n'est pas lié à une insuffisance de demande, mais à une faiblesse de l'offre compétitive qui se traduit par des pertes massives de parts de marché de nos entreprises à l'exportation et sur le marché intérieur». Et il ajoute « les produits et services français ne sont pas adaptés à la vive demande en France et dans le monde ».

Le problème, c'est que c'est le même homme qui écrit dans la troisième partie de son billet : « L'orientation des réformes nécessaires est maintenant bien connue grâce aux nombreux rapports du Conseil d'analyse économique complétés par le rapport Attali...» 

Ah bon ?... Mais moi, si j'ai bon souvenir, en dehors des poncifs que tout le monde connaît désormais, les propositions d'Attali, elles sont surtout orientées vers le pouvoir d'achat, c'est à dire la demande, et non vers l'offre...Or, Christian Saint-Etienne à qui je ne vais pas apprendre l'économie ne peut pas ignorer quel effet désastreux pour notre commerce extérieur aurait une hausse de la demande sans offre nationale capable de répondre. On a déjà vu cela dans un autre contexte avec la relance par la demande de Mauroy en 1981.

De surcroît, Christian Saint-Etienne appelle à soutenir Nicolas Sarkozy dans les nécessaires entreprises qui devront être entreprises. Nous, on veut bien, mais le problème, c'est que pour l'instant, il a fait tout l'inverse ce que l'on attendait, à commencer par ce fameux paquet fiscal dont on ne comprend toujours pas l'utilité conomique, mais dont on conçoit clairement , en revanche, qu'il a vidé les caisses de l'Etat pour rien...

C'est ça qu'il faut soutenir ? Par ailleurs, toutes les mesures que Christian Saint-Etienne préconise, notamment pour les PME, était dans le programme...de François Bayrou aux élections présidentielles et du MoDem aux élections législatives ! Et comme Avenir Démocrate, le"machin" de Cavada est une coquille vide, je crois que Saint-Etienne n'est pas à la bonne tribune pour faire valoir ses idées...

Commentaires

Je suis complètement d'accord avec cet article.

La France est vraiment mal barrée pour ce qui concerne
sa compétitivité économique.Les économistes le savent.

Malheureusement M. Sarkosy a choisi la méthode de la
"pension" active. Il s'agit de déployer un maximum
d'efforts pour annihiler les efforts des opposants constructifs en leur proposant des avantages et de
l'exposition qui flatte leur vanité. C'est trés efficace.
(Je pense à Eric Besson, Attali, Saint -Etienne etc ...)
ainsi leur objectivité est complètement faussée.

L'ennui dans tout ça c'est que contrairement à Louis XIV
le bien de la France pour Mr Sarkosy c'est quelque
chose qui est accessoire pour lui. Je pense même
que c'est le premier président qui n'en connait même
le minimum d'histoire comme l'ont prouvé de multipes
petites phrases d'avocats mal ajustées.

Tout ca pour dire qu'un économiste quand il est vaniteux ne vaut rien.

Écrit par : Luc | vendredi, 07 mars 2008

On espere que ce site, http://www.tiprix.fr pourra contribuer à améliorer son pouvoir d'achat.

Écrit par : Alain | vendredi, 04 avril 2008

Les commentaires sont fermés.