Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« François Bayrou dénonce un risque de concentration des pouvoirs dans les Universités | Page d'accueil | Immigration : le "zèle" des préfectures. »

jeudi, 09 août 2007

OGM dans le bio

Il va falloir que l'on réagisse au MoDem : par deux fois, déjà en moins d'un mois, le Canard Enchaîné met ses lecteurs en garde : depuis quelques numéros, le volatile publie une enquête à épisode sur la filière bio en France. Il en profite pour signaler que la nouvelle réglementation européenne permettra à partir de 2009 de glisser 0.8% d'OGM dans les aliments estampillés bio.

Il faut absolument se battre contre cette réglementation à la fois inique et malhonnête. Moi, citoyen européen, je veux pouvoir conserver le droit de m'alimenter sans OGM dans mon assiette.

Au passage, le Canard, dans ce même numéro (mercredi 08 août 2007) affirme qu'en optimisant la culture bio il est possible d'obtenir 80% du rendement de l'agriculture  chimique. Je ne sais pas d'où le Canard tient ses chiffres, mais cela mérite que l'on s'intéresse à la question, je pense...

Prévenons Jean Lassalle, le député UDF-MoDem, qui est très sensible à ces questions ! 

10:45 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : OGM, bio, Lassalle |  Facebook | | |

Commentaires

Salut
Cette législation a été mise en place car il y a un seuil incompressible de produits assimilés OGM, dans les produits bio, rien que par les phénomènes de dissémination naturelle des OGM. L'Europe parle de présence "fortuite et techniquement évitable" d'OGM dans les aliments conventionnels.


La Commission précise que ce règlement permet de protéger les labels bio contre les disséminations accidentelles d'OGM.
Meme si cet argument est refusé par les organisations vertes...


Pour en savoir plus...

http://www.agripress.be/start/artikel/252584/fr

Écrit par : Thibault | jeudi, 09 août 2007

Salut Thibault

Ah : je ne savais pas qu'il y avait les mots "fortuit" et "techniquement inévitable" dans le texte de loi. Cela en modifie évidemment l'esprit.

Je ne pense pas que la Comission ait l'esprit retors là-dessus, mais il faudrait clairement faire savoir au secteur de l'agro-alimentaire que toute dissémination volontaire sera punie et que cela n'exonère pas les gros producteurs de leurs responsabilités en termes de dissémination.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 09 août 2007

Bonjour,

Ceci est inadmissible, alors que plus de la majorité des français refusent les OGM, la démocratie n'est pas respectée, et le simple principe de précaution encore moins. =>J'affirme que ceux qui prennent ce genre de décision en france et ailleurs sont des saligo et des assassins en puissance. Je ne vois aucune différence entre le chauffard et ces derniers, ils devraient être condamnés et condamnés à "bouffer" des OGM jusqu'à ce que mort s'ensuivent.

La volonté du peuple français n'est pas respecté, pourquoi ? En europe, seule la suisse excerce une véritable démocratie, le gouvernement dirige mais n'a pas le pouvoir d'imposer ses choix, que la france en prenne de la graine.

Quand à affirmer que le bio peut produire 80% des rendements de la chimie, c'est faux. En bio, les moyennes sur 5 ans sont identiques au rendement par ex des céréaliers (blé panifiable j'entends) et en maraîchage nettement supérieur puisque l'on peut monter à 150 t/ ha, et la chimie n'arrive pas à atteindre 120 t/ha ex des tomates. Bien sûr, je parle de vrais bio, expérimentés, et pas de pseudo reconverti sur un marché…

Pour revenir aux OGM, à quand une loi type Californienne, ou les Agriculteurs sont responsables sur leur bien personnel en cas de dissémination, loi (Schwarzneger) reprise par plus d'une 20 d'états Américains.

Écrit par : Willy | jeudi, 09 août 2007

Pour ma part, je ne serai pas aussi catégorique. Pour vos rendements, d'où tenez-vous vos chiffres ?

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 09 août 2007

En 1973, lorsque nous avions déjà 25% d'augmentation de C02, "certains" également n'étaient pas aussi catégorique, si vos yeux voient, regardez les résultats seulement au niveau climatique, et à ces constats, il y a de quoi être encore plus catégorique.

Quant aux chiffres, je les tiens tout bonnement de la réalité, sur le terrain, que ce soit en france, en Afrique ou aux USA ou j'ai pratiqué l'agrobio développement, et ce, sur + de 30 ans.

Voyez vous, tous les chiffres sont effectivement contestables, comme toutes les études, ou est la réalité !

Elle se tient tout simplement dans le bon sens, celui qui respecte les générations futures, en maintenant l'harmonie sur cette planète.

Ces "saligauds" n'en ont cure. Supprimons et interdisons l'agriculture chimique, (certains pays l'ont déjà fait) 1 exemple parmi de nombreux autres, le prix de l'eau pourra baisser de 85% (ce qui correspond au surcoût que l'on fait payer au consommateur final pour la dépollution) Revenons à une eau à max 5 mg de nitrates (conforme au prescription initiale de l'OMS avant que la france n'intervienne pour le faire passer à 50 mg), et vous verrez aussi baisser le nombre de cancer et autres maladies qui grèvent votre sécu !!!

Je ne parle pas de l'économie d'énergie fossile, cette agriculture est déficitaire, elle consomme plus d'énergie qu'elle n'en produit, son bilan est négatif dans l'économie du pays, ou artificiellement positif…

Alors les OGM, l'australie a subitement arreté les "petits-pois OGM, après 10 ans de recherches, les souris et les rats mourraient en moins d'1 mois de cancer généralisé. Le mais Monsanto est une tragédie, le bétail meure en consommant les résidus de cultures OGM cf coton en Inde Pakistan Yemen…

Une citation :

« Les pays qui ont adopté les OGM doivent faire face à des coûts supérieurs, ainsi qu’au rejet du marché ; c’est pourquoi ils veulent imposer le problème des OGM aux autres pays avec lesquels ils sont en compétition. Les agriculteurs veulent mettre sur le marché ce que souhaitent les consommateurs, qui n’est pas du “génétiquement modifié“. La contamination n’est pas contrôlable et des pertes économiques auront lieu, mais ce devraient être les compagnies de biotechnologies, et non les agriculteurs non-OGM, qui devraient avoir à supporter les pertes que les OGM causeront. » déclare Julie Newman, agricultrice Australienne représentant le Network of Concerned Farmers D’après Ignacio Chapela, Microbiologiste et Professeur à l’Université de Californie (Berkeley), « Certains d’entre nous veulent être sûr que les OGM ne sont pas lâchés dans l’environnement sans un consentement public informé et transparent, mais reconnaissent que certaines manipulations d’organismes peuvent être utiles, à condition qu’existe un haut niveau de responsabilité publique et des capacités techniques pour assurer qu’ils ne quittent pas l’enceinte d’un laboratoire. »

Arpad Pusztaï, qui mena les premières recherches sur les impacts nutritionnels et développementaux de la nourriture transgénique, déclare : « Est-ce que les cadres des compagnies de biotechnologie qui encouragent les OGMs malgré l’opposition du public seront capables de regarder dans les yeux leurs propres enfants et petits- enfants quand les dégâts sanitaires et environnementaux seront devenus réalité ? »

Écrit par : Willy | vendredi, 10 août 2007

Je viens de lire l'expérience de Arpad Pusztaï
http://www.ogmdangers.org/enjeu/alimentaire/Pusztai.htm
Très intéressant. De toutes façons, je suis très loin d'être un chaud partisan des OGMs bien au contraire.

Votre expérience, en revanche m'intéresse : vous avez fait de l'agriculture bio et affirmez que les coûts n'étaient pas supérieurs aux prix de l'agriculture chimique. Voulez-vous dire que les produits que vous vendiez ne coûtaient pas plus cher que ceux que l'on trouvaient sur les étals des grandes surfaces ?

Pour MonSanto, j'ai fait une note pour avertir du danger sur ce blog, et Jean Lassalle est intervenu à ce sujet à l'Assemblée Nationale.
http://heresie.hautetfort.com/archive/2007/06/19/jean-lassalle-affronte-monsanto.html

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 10 août 2007

Merci pour votre intérêt.

Concernant les coûts de production de l'agriculture bio, ceux-ci sont bien inférieurs à ceux de "l'agrochimie".

Moins d'investissement, moins de frais financier, moins de maintenance mécanique, pas de frais en produits de traitements chimiques, et pour le pays, moins de frais connexes pour lutter contre la dépollution, une meilleure productivité, liée à une diminution de l'absentéisme… maintien des paysages, maintien des micro-climats qui contribuent à la notion de "terroir" etc

Il y a eu des rapports du C. A. dans les années 80 à ce sujet. Alors pourquoi les produits ne sont pas moins cher ou au même indice ? La différence sur les prix provient en partie du coût du transport (moins de volume donc plus cher) et du fait que les agrobio, n'étant pas subventionnés, compensent pour se payer correctement, ce qui est normal.

Donc le produit bio n'est pas au même prix de vente. Bien que nous trouvons aujourd'hui des fruits par ex des oranges moins chères en bio qu'en conventionnel, et cet exemple est récurent sur d'autres produits.

Le consommateur n'est pas habitué a payer un produit à son juste prix, celui du labeur et de la qualité, mais il paye cher l'eau "introduite" par les fruits et légumes pour diluer le poison que sont pour eux les nitrates et potasse etc…,

Donc le consommateur paye l'excès d'eau au prix du dit produit qui finira par pourrir dans son frigo… Ou est l'économie.

Bon, il est vrai, c'est un peu réducteur, mais c'est un shéma de logique pour ne pas s'étendre et rentrer dans les détails.

Concernant l'Assemblée Nationale, il me semble qu'elle compte trop de partisans d'OGM si mes souvenirs sont bon…

Ayant quitté trop longtemps la france, je ne suis pas au summum de l'information à ce sujet.

Écrit par : Willy | vendredi, 10 août 2007

Pour plus d'info sur ce malheureux sujet;

Écrit par : Willy | vendredi, 10 août 2007

Humm !!! le lien vers le site web n'est pas passé !!!

le revoici

Écrit par : Willy | vendredi, 10 août 2007

bizarre, il est censuré !!!
pourquoi ne peut-on placer un lien web dans le commentaire ?

http://france.attac.org/spip.php?article7338

sans les balises, est ce que ça passe ?

Écrit par : Willy | vendredi, 10 août 2007

@ Willy,

Ah la la, les gauchos, jt'e jure, tout de suite la parano. Ce sont les balises html qui ne passent pas je pense, pas les liens. Je connais ce lien. Je le cite, je crois, dans le communiqué de Jean Lassalle.
Par ailleurs, Lassalle s'est fermement opposé à MonSanto :
http://www.jeanlassalle.fr/circonscription_contenu.php?id_dossier=6&id_contenu=38

Pour l'agro-bio, il faudrait comparer les coûts finaux. Mais ce qui m'intéresserait, c'est une authentique étude économique sur la question, faite par des experts.

Écrit par : L'Hérétique | samedi, 11 août 2007

Citation :
Ah la la, les gauchos, jt'e jure, tout de suite la parano
_____
Je prends sur le ton de la plaisanterie, pour info, je ne suis ni de gauche ni de droite.

Pour moi les élections sont une vaste fumisterie, et si j'en avais le pouvoir, j'abolirais le suffrage soi disnat universel, mais la c'est un autre sujet.

Je rappelle qu'au dernières élections, il y avait 12 candidats, pourquoi ne pas les avoir tous gardé, et créé une équipe avec ces 12, avec un représentant de ces derniers pour diriger le pays…

Bon, je sors…

Écrit par : Willy | samedi, 11 août 2007

Pour les experts, prenons les mêmes, par exemple qui ont réalisé l'étude sur le tunnel sous la Manche, ils sont disponibles je crois…

En terme d'expert, le mot lui même n'est il pas aujourd'hui un moyen de masquer bien des incompétences, les faits, les bilans comptables sont capables de révéler plus que ne le ferait des "experts" aussi compétents soient-ils.

Écrit par : Willy | samedi, 11 août 2007

@ Willy,

Je te préviens par avance, je pratique l'humour à dose facilement intensive. J'espère que je ne t'ai pas vexé. J'aime bien discuter avec des interlocuteurs de toute obédience politique.

Si tu abolissais le suffrage universel, nul doute que tu instaurerais alors un régime de type despotique, étant donné que le suffrage universel est l'essence même de la démocratie.

Pour tes 12 candidats, tu imagines trouver un consensus avec autant de personnalités politiquement différentes ? Bayrou-Le pen, ça te semble possible ? Pas à moi, et je ne l'aurais pas souhaité. Pas plus que Bayrou-Laguillier, d'ailleurs.

Pour les experts, il en existe tout de même des reconnus. Ce qui m'intéresse, pour ma part, c'est les moyens de rendre dans une économie de marché l'agriculture biologique compétitive.

Écrit par : L'Hérétique | samedi, 11 août 2007

Bonsoir,

En 2007, Badgley et al. publiaient un article sensé défendre l'agriculture bio comme modèle agricole mondial, mais où, au final, il en ressortait que les rendements seraient moindres dans nos pays occidentaux (et supérieurs dans les pays du Sud, bonne nouvelle pour eux).

Ma remarque, c'est que ces chiffres sont basés sur des moyennes globales de production, telle culture produira plus en bio et telle autre sera un échec, etc.

Écrit par : Fulmar | samedi, 29 décembre 2007

Il faut se battre aux cotés des labels bio pour que ceux ci ne tolèrent pas d'OGM dans leurs produits bio !

Écrit par : Artisans du monde | vendredi, 15 juin 2012

Je cite :

Écrit par : Atlante | vendredi, 15 juin 2012

Je cite : se battre aux cotés des labels bio pour que ceux ci ne tolèrent pas d'OGM dans leurs produits bio !

Vous ne devez pas connaître l'histoire de la bio ! Lorsqu'en 1989, la réunion, en préliminaire au futur label AB, tout le monde applaudissait des deux mains, sauf 2 personnes, Willy MÜLLER et un viticulteur champenois, tous les 2 opposés au système proposé de label bio payé par la filière, donc financé par le consommateur ! L'avoir accepté hier, il faut le payer aujourd'hui !!!!

Autrement dit, vous avez voulu ECOCERT et aujourd'hui & co, vous avez une structure sous contrôle du politique, qui plus est l'UE, ou le citoyen a peu à dire, alors que le lobbiyng et les grosses industries y ont les portes ouvertes !!!!

Les labels bio sont déjà mort, comme la bio, poussée à bout de bras par les antibio d'hier, juste parce qu'elle est un parché porteur aujourd'hui !

Mais votre bio, hormis l'absence de pesticides et autres organochlorés, n'est pas exempte de nitrates, voir autant qu'en chimie (agriculture conventionnelle)

Cette bio là n émérite rien de plus que la merde de la chimie !!!!

Battez vous pour créer un vrai label, gratuit ! Qui non seulement exclu les OGM, mais aussi, les nitrates, les emballages plastic intolérables, les catalogues papier (et en quadri pelliculés) les importations du brésil ou d'argentine !!! Les cultures bio sous serres, et pire sous serres chauffées !

Écrit par : Atlante | vendredi, 15 juin 2012

Les commentaires sont fermés.