Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil | 2006-06 »

mercredi, 24 mai 2006

Cyber-budget

Pour une initiative étonnante, c'est une initiative étonnante :

Jean-François Copé, ministre délégué au budget, a présenté le jeu Cyberbudget, simulation sur internet dans lequel chaque Français peut se prendre pour le ministre du Budget, en gérant ses 300 milliards d'euros. Le but pédagogique du jeu est que "chaque Français se familiarise avec le budget de l'Etat".

L'internaute devra prendre des décisions : où investir en priorité, rendre des décisions en masses financières réelles,  tout en faisant passer son budget au parlement... 10 000 joueurs devraient pouvoir jouer en simultané. François Copé explique : « Les Français sont demandeurs de réformes, mais grincent des dents dès qu'il s'agit de faire des économies; L'idée, c'est donc de les familiariser avec le budget de l'état. »

Le jeu sera disponible fin mai sur Internet, sur ce site du gouvernement consacré à la performance publique.

http://www.performance-publique.gouv.fr/ 

22:53 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

dimanche, 21 mai 2006

Droit de vote des étrangers : un référendum peu convaincant à Stains

Moi, je veux bien que l'on discute des modalités d'une participation des étrangers non-communautaires (Europe) aux élections locales. A priori, je ne suis pas forcément contre, mais en revanche, je n'aime pas les falsifications ; l'organisation d'un référendum à la mairie de Stains  y ressemble fort. La mairie de Stains a clamé haut et fort que la population de la ville était acquise au droit de vote des étrangers. En effet, selon elle, plus de 62% des votants ont répondu positivement aux questions posées.

La participation s'est élevée en réalité à 18.27% des inscrits.

Il y a a 16182 inscrits, mais il n'y a eu que 2957 votants. Or, la mairie a fait inscrire une liste complémentaire de 1000 étrangers. On peut aisément supposer que ceux-ci ont voté. C'est une proportion énorme au regard du nombre de votants, et, de toutes façons, c'est un procédé très discutable, puisque cela revient à considérer a priori les étrangers comme des électeurs, alors que c'est la question même qui est posée.

Les réponses favorables s'élèvent à 1906 votants. Si sur ces 1906 votants, 1000 proviennent des électeurs étrangers inscrits en liste complémentaire à ce vote, faites vos comptes. En réalité, même avec une très faible participation, il est évident que la barre des 50% n'a probablement pas été franchie.

1906 - 1000, chez moi, cela fait 906. Et 906 sur 2957, cela ne fait même pas 1/3.

Sans commentaires...En tout cas, ce n'est pas en agissant ainsi que la mairie fera progresser sa cause.


22:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

Eurovision, la Finlande novatrice jusqu'au bout...

Et voilà, il fallait suivre l'eurovision, ce soir : occasion unique de se payer une franche tranche de rire en écoutant les commentaires de nos commentateurs.

A vrai dire, le groupe de heavy metal avec sa chanson Hard Rock-Alleluia les faisait bien rire à 23h00. Tiens, c'est justement l'heure à laquelle je me suis dit que j'allais voter pour les Finlandais, avec leurs costumes de démons granguignolesques tout droit sortis d'un film d'épouvante. Fumant, ce coup-là : c'était la première fois qu'un groupe de hard-rock se présentait au concours de l'Eurovision...

Les Français pendant ce temps, ne manquaient pas de ricaner pariant fort peu sur les chances finlandaises. Seulement, il a bien fallu déchanter au décompte des points, quand la Finlande remportait jackpot sur jackpot pour un total vertigineux, alors que la France n'aurait pas décollé des 0 points sans l'infinie mansuétude des Monégasques et des Arméniens.

Je tiens le pari que Rock Alleluia va se transformer en phénomène médiatique et musical dans toute l'Europe.

 

On a décidément pas fini de parler de l'exemple finlandais...

00:05 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

vendredi, 19 mai 2006

Fracture sociale et promesses en Iran...

L'économiste iranien Bahman Arman s'attend à l'aggravation de la récession actuelle en Iran en cas de sanctions. Il reproche au pouvoir des initiatives fâcheuses: "La politique économique erronée du gouvernement a aussi contribué à la récession. L'Etat soutient les petites et moyennes entreprises, pas les grandes industries. La politique économique d'Ahmadinejad (le président, ndlr) a alimenté aussi une plus forte inflation. Et il n'a pas tenu ses promesses de plus grande justice sociale".

La situation économique était déjà médiocre avant l'élection de l'actuel président,  Mahmoud Ahmadinejad : or, ce dernieravait fait campagne en faveur des oubliés de la croissance, soit 40% de la population, selon certaines études étrangères. 

 Tiens, cela me rappelle quelqu'un, ça...

Le programme économique de Ségolène Royal

Difficile de se faire une idée claire.

On peut lire l'article des Echos

Sur le fond, il y a certainement des convergences possibles entre le programme de l'UDF, par exemple, et celui de Mme Royal. En revanche, je ne vois pas de convergences possibles avec une bonne partie de ses petits camarades socialistes.

Ensuite, dans le détail, j'aimerais bien savoir comment elle compte procéder exactement, parce que pour l'instant, elle enfonce pas mal de portes ouvertes...

On peut aussi jeter un oeil aux propositions économiques faites par les militants PS lors de leurs états généraux le 06 mai. Eh bien ce n'est pas fameux : pas une seule fois les militants du PS ne se demandent comment ils vont financer la politique prônée. En revanche, beaucoup d'augmentations d'impôts en perspective. Aucune proposition de réforme de l'état. De vagues références à la décentralisation. Un pilotage par le pouvoir central de la plupart des actions proposées...bref, pas folichon...

A suivre, donc...

23:15 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |

mercredi, 17 mai 2006

Initiative économique (UDF)

Le présent article a été rédigé par l'un des membres de la comission Economie de l'UDF, et publié le 05 février 2006.

Philippe Arraou y présente une conception particulièrement audacieuse des rapports entre les créateurs d'entreprise et les différentes officines de l'Etat. Les familiers de Schumpeter et ceux qui auront lu La croissance et le chaos de Christian Blanc, se retrouveront très aisément dans cet avis d'expert. Bien entendu, les Hérétiques s'y retrouvent tout à fait...

Source : http://www.udf.org/participer/commissions/economie/contri...


L’initiative économique relève du domaine privé, et repose sur l’entreprise et son ou ses dirigeants. Il n’y a pas de modèle particulier, et chacun développe ses propres initiatives. Il n’empêche que les démarches s’insèrent dans un contexte public, et que celui-ci peut être plus ou moins favorable pour les encourager et les accompagner.
Dans la rubrique de la politique économique, il y a ainsi un espace à réserver au sujet des « initiatives ». Le contexte ambiant de morosité et de crise impose aux partis politiques de présenter un projet de nature à favoriser une relance économique, et par conséquent d’encourager les initiatives économiques.


Quelle politique économique ?


A la question « le sujet de l’initiative économique peut-il concerner l’UDF ? », la réponse est clairement oui!


Economie de marché


Nous sommes favorables à l’économie de marché, et à ce titre favorables à l’entreprise individuelle. L’un des problèmes majeurs de notre société, pour ne pas dire le plus important, étant celui de l’emploi, nous devons explorer toutes les pistes qui permettront de le résorber.
Le constat de la défaillance des grandes entreprises consommatrices de main d’oeuvre pour assurer le niveau de l’emploi est devenu une banalité.
D’un côté, la main d’oeuvre non qualifiée coûte moins cher hors de France, et les unités de production ont été délocalisées en conséquence.
D’un autre côté, les niveaux de formation se sont considérablement élevés, et la demande du marché du travail porte de moins en moins sur des emplois non qualifiés.
Aujourd’hui c’est le monde des PME qui est en mesure de proposer des emplois, sachant que le spectre est très large, allant de zéro à plusieurs centaines de salariés.
Ces entreprises sont confrontées à un marché concurrentiel extrêmement vif, avec des règles sévères qui ne laissent la place à aucune erreur, et qui est malgré tout régi par la loi du plus fort.
C’est pourquoi le monde des PME a aussi besoin de protection. Entre liberté et libéralisme un équilibre reste à trouver, qui peut parfaitement identifier l’UDF et sa politique centriste.

Economie sociale de marché


Une dose d’étatisme, ou plutôt de régulation, est ainsi à insérer dans un contexte de liberté, afin de protéger les plus faibles face aux dérives ou excès des plus forts.
Cette régulation portera également sur la dimension sociale de l’entreprise, et sur les relations entre les individus qui la composent, conformément aux racines de valeurs humanistes de l’UDF qui ont pour objectif de placer l’Homme au centre de tout projet.
Une économie sociale de marché aura ainsi pour conséquence de prévoir un minimum de régulation dans un monde fait de liberté d’entreprendre et de libre concurrence.
Un parti politique comme l’UDF qui se présente avec un projet de société se doit ainsi d’avoir une politique claire d’accompagnement des porteurs de projets économiques.


UDF, le parti du futur


Le positionnement de l’UDF sur l’échiquier politique français est tourné vers l’avenir. Bien que porteurs de valeurs, nous sommes des progressistes, ce qui nous éloigne de la dichotomie droite gauche sur laquelle s’affrontent conservatisme et réformisme. Nous incarnons les deux tendances, et voulons aller de l’avant.
Afin de bien être identifiés comme « le parti du futur », il sera utile d’accompagner des projets innovants.


Encourager l’initiative économique


Mettre en place des mesures d’encouragement limitées à une aide financière n’est pas sain. Les subventions à tout créateur ont été arrêtées depuis plusieurs années, ce qui est bien. L’argent public a d’autres finalités que de revenir à une entreprise privée. Cela ne veut pas dire pour autant que la collectivité ne doive pas s’intéresser au domaine privé, mais d’autres formes d’aides, plus subtiles, peuvent être trouvées.
De quoi ont besoin les porteurs de projets ? De soutien, et d’encouragement ! Et éventuellement de dispositifs les aidant à finaliser leur projet ou à le développer.
1) Accompagnement des créateurs
Bien évidemment, une simple idée ne suffit pas à faire une entreprise, et les lois économiques sont là pour rappeler que c’est un ensemble d’éléments qui participent à la concrétisation du projet et à sa réussite : les hommes, l’argent, le marché, les méthodes, sans oublier les machines si l’on parle de production.

Mais quand bien même tous ces éléments sont réunis, cela peut ne pas suffire, surtout dans le domaine de l’innovation, qui par définition bouleverse les habitudes, et peut déranger.
Le chef d’entreprise a besoin d’être accompagné pour voir des portes s’ouvrir. Très souvent l’individu est isolé, concentré sur sa recherche ou son innovation, et les relais lui manquent.
Cette aide peut être apportée par un parti politique, sans beaucoup d’efforts. Cela ne demande qu’un peu de disponibilité, pour d’abord identifier les projets, et ensuite utiliser les relais des élus quand ils sont nécessaires afin de mettre en relation ces porteurs de projets avec des acteurs économiques et éventuellement des responsables
de collectivités. Nous sommes entourés de gens qui ont des projets ; investissons nous avec eux !
2) Centres de créativité
Passer d’une idée à un projet, puis d’un projet à sa réalisation demande un ensemble de connaissances et un savoir faire. Pour rester sur un schéma simple disons qu’il y aura au minimum trois phases : la conception, la fabrication et la commercialisation.
Les trois peuvent être concentrées à l’intérieur d’un même projet, et l’entreprise assume sa totale autonomie. Mais cela fait généralement appel à trois parties bien différentes, à trois métiers différents, si bien qu’il n’est pas facile de réunir toutes les compétences autour d’un même projet.
En revanche, il est possible de faire se regrouper les différents acteurs, en commençant par les faire se rencontrer. D’où l’idée d’un centre qui aurait pour objet de les mettre en rapport. Les créateurs présenteraient leurs projets. Les industriels les sélectionneraient pour les fabriquer. Et les commerciaux proposeraient une diffusion.
Tout cela serait l’aboutissement d’une démarche de créativité. Dans le but de chercher à explorer toute idée pouvant déboucher sur un projet d’entreprise, des « centres de créativité » pourraient accueillir des porteurs de projet.
L’activité de ces centres consisterait avant tout à favoriser la créativité. Dans une ambiance de recherche, et avec l’aide de professionnels compétents, des séminaires ou stages de créativité seraient proposés pour encourager les personnes « qui ont des idées » mais ne savent pas comment les matérialiser. Ensuite, le centre se chargerait d’apporter une aide concrète. Une première phase d’analyse et d’étude permettrait de procéder à une sélection.
Ensuite un accompagnement serait proposé pour une protection de l’idée : dépôt de brevet. Enfin, une mise en relation se ferait avec des entreprises industrielles pour la fabrication et commerciales pour la distribution.

Ce type de structure peut difficilement relever du privé, sauf à conduire à la perte du projet par son concepteur. Il s’agit d’apporter une aide, mais sans vouloir accaparer une idée. Les collectivités locales pourraient jouer un rôle moteur pour créer des centres de ce type.
3) Aides à la formation
Les chefs d’entreprise se doivent d’être compétents dans tous les domaines, ce qui est extrêmement difficile. Dans une grande entreprise, les compétences sont partagées entre plusieurs personnes, chacune étant spécialisée dans son domaine.
Dans une PME, par manque de moyens, l’entreprise ne peut embaucher des spécialistes, et le chef d’entreprise cumule tous les domaines de compétence.
En général, il est issu d’une formation, soit technique, soit commerciale, soit de gestion. Il a par conséquent des lacunes naturelles pour l’ensemble des connaissances qu’il se doit d’assumer. Cela peut se faire ressentir sur le
fonctionnement et le développement de l’entreprise. D’où la nécessité de formation.
Beaucoup d’organismes de formation proposent des stages et séminaires en tout genre, et une offre importante existe sur le marché. Mais tout cela a un coût, que la PME ne peut pas toujours supporter.
Des organismes de financement de la formation peuvent prendre en charge une partie des coûts de formation continue, mais cela ne peut s’appliquer au chef d’entreprise lui-même, s’il n’est pas dans une structure juridique qui lui assure un statut de salarié, telle l’entreprise individuelle, ou la SARL quand il est gérant
majoritaire. La formation des chefs d’entreprise pourrait être développée par les collectivités locales : conseils régionaux, et même conseils généraux.
4) Aides à l’export
Certaines régions françaises ont des structures d’accueil de leurs entreprises dans des pays étrangers. Ces services sont très efficaces et garantissent les meilleures chances de succès au développement des entreprises à l’export. Plus proches des entreprises que les services du commerce extérieur attachés aux consulats, ils assurent un
accompagnement dans le pays à la recherche de partenaires, d’associés, de distributeurs ou de personnel. Se limitant à un rôle d’intermédiaires, ils proposent de mettre en relation les entreprises avec des professionnels locaux, ce qui permet d’éviter les écueils liés à un manque de connaissance du pays et de la langue.
Un projet politique pourrait consister à revoir le dispositif public d’accueil des entreprises françaises à l’étranger pour chercher à en améliorer l’efficacité, et s’inspirer du modèle que certaines régions ont mis en place.
Pour des régions frontalières, ces services d’accueil pourraient être généralisés.

Réformer l’administration


1) Allègements de cotisations des créateurs

Les chefs d’entreprise ont pour habitude de se plaindre de l’importance des prélèvements qu’ils subissent. Ce sujet conduit à un débat plus large qui est celui de la fiscalité et celui de la base de calcul des cotisations sociales. Il est évident que tout allègement pour les créateurs d’entreprises est à privilégier. Des mesures existent déjà. Elles sont à maintenir et même à développer.
2) Concentration des services administratifs
Au-delà du coût des cotisations fiscales et sociales, un autre sujet étonne les créateurs qui se lancent dans l’aventure de l’entreprise : celui de la lourdeur de leurs obligations administratives. Des déclarations multiples sont à fournir régulièrement à des services administratifs aussi nombreux que méconnus. Cela se traduit par un coût pour l’entreprise.
Une mesure de simplification consisterait à les concentrer. Cela ne sera pas facile, chacun défendant son pré carré. Seule une volonté politique pourra amener à un résultat. Quand on sait que dans certains pays, un seul organisme d’état se charge de recouvrer la totalité des cotisations obligatoires, à quelque titre que ce soit, cela
laisse rêveur …
De telles mesures peuvent éventuellement amener à des suppressions d’emplois dans ces administrations. Cela est une question de choix de société pour trouver le bon équilibre entre les individus qui créent de la richesse et ceux qui les contrôlent.
Une solution intermédiaire avant la concentration des services, serait de limiter la concentration au recouvrement des cotisations, ce qui ne remettrait pas en cause l’existence de chacun d’eux.
Par contre, cela conduirait à un allègement sensible des obligations pour les entreprises, et par conséquent à des créations d’emploi sur ce qu’est leur métier, plutôt que leur administration.
3) Réduire les obligations administratives
Si l’on comprend bien la nécessité de mettre en place des systèmes de contrôle, par contre on comprend moins bien l’acharnement dont est capable de faire preuve parfois l’administration.
Que ce soit en matière fiscale, ou en matière sociale pour les différentes cotisations obligatoires, les entreprises sont sous la surveillance permanente de l’administration.

C’est la règle du jeu, puisqu’elles ont la liberté et la responsabilité de remplir leurs déclarations, et qu’ensuite l’administration vient contrôler la concordance des faits avec les déclarations reçues.
Une inversion des rôles soulagerait l’entreprise : que l’administration fasse ses calculs elle-même, éviterait le contrôle sur l’entreprise. C’est une véritable révolution intellectuelle que de prendre le problème à l’envers, mais cela serait un véritable bénéfice pour les entreprises.
Au-delà de l’allègement de contrainte pour l’entreprise, il faut également avoir le courage de simplifier la complexité des cotisations. En effet, masquer la complexité derrière une apparente simplification, conduit à transférer le travail sans le réduire.
C’est ce qui vient d’être fait avec la prise en charge par les URSSAF des déclarations des TPE. Aucun allègement, ni aucune simplification, mais transfert de charge de travail, ce qui justifie des emplois nouveaux dans l’administration, mais ne réduit pas le montant des cotisations.
4) Changements de mentalité
Le plus terrible dans le cas d’un contrôle, quel qu’il soit, est le temps qu’il engendre, sans parler du désagrément de la relation humaine, parfois à la limite du supportable.
Une première mesure qui s’impose à toute nouvelle politique en France est une consigne à passer aux agents de l’administration pour changer leur comportement et engager une relation de partenariat avec les entreprises. Cela serait certainement de nature à encourager les créateurs d’entreprise à se lancer dans l’aventure.


Conclusion


La raréfaction de l’offre d’emploi conduit les travailleurs à créer leur propre entreprise. C’est une réaction de survie, dans laquelle il faut voir un dynamisme intéressant pour une société qui est en mutation. Le phénomène est à privilégier car il apporte une réponse à la délicate question de l’emploi.
Mais il n’est pas facile de passer du stade de projet à sa mise en oeuvre. Des mesures visant à faire germer les projets et à les accompagner sont indispensables. C’est une stimulation des mentalités qu’il convient de mettre en oeuvre afin d’évoluer vers une société d’individus responsables et entreprenants.


Pau, le 5 février 2006

10:25 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

mardi, 16 mai 2006

Le blairisme ? Une calamité économique !

On ne cesse de vanter les mérites de la politique de Tony Blair en Angleterre depuis une décennie, et pourtant :

Chaque ménage est endetté à hauteur de 66000 euros et chaque adulte y a un découvert de 6000 euros par an en moyenne. La dette des ménages est supérieure àla production économique de l'Angleterre : autant dire que nos voisins d'Outre-Manche vivent totalement à crédit.

Le chômage explose : en théorie oux alentours de 4.5%, en pratique, avec les 2,7 millions d'adultes comptabilisés comme inaptes, il faut compter le double.

Le déficit commercial est astronomique (65 milliards de livres en 2005).

En 2005-2006 la croissance a chuté à 1.8%.

La productivité du travail est faible en Grande-Bretagne.

L'OCDE invite l'Angleterre à améliorer nettement ses infra-structures qui sont notoirement insuffisantes.

La dette publique a cru de 46% en quatre ans.

Faut-il continuer à égrener les travers de la politique économique de Blair ? ET pourtant, c'est l'actuel modèle d'une bonne partie du Parti Socialiste et tout particulièrement de Ségolène Royal, mais aussi de l'UMP qui le célèbre sur tous les airs...

samedi, 06 mai 2006

Impact économique de l'immigration choisie

Quand le thème de l'immigration revient en force dans le débat politique en France, ce n'est jamais bon signe, car cela permet d'occulter les problèmes principaux.

Toutefois, ne nous dispensons pas d'une réflexion sur le sujet.

Succinctement, voici ce que l'on peut dire : quand l'immigration se fait pour couvrir un déficit de main d'oeuvre structurel, les effets sont a priori positifs, puisque les emplois pourvus rapportent à la fois en impôts et en croissance à la France, via la consommation.

Si en revanche, l'immigration se fait dans un secteur concurrentiel avec pour objet inavoué de faire baisser les coûts de main d'oeuvre, les résultats sont désastreux. Cette immigration-là ne génère pas d'emplois en plus et crée des tensions sociales : malheureusement, l'immigration des années 70 participe certainement pour une large partie de cette catégorie.

Si l'immigration se fait dans un secteur de pointe où la France ne dispose pas de spécialistes, les conséquences sont très positives, car en sus d'un impact de croissance et de bénéfices fiscaux, on peut tabler sur les effets positifs de l'innovation.

Demeure un problème éthique : l'argent des travailleurs immigrés contribue au développement de leurs pays d'origine, souvent moins développés. Le regroupement familial tarit forcément cette mane.

De toutes façons, la France devrait marquer une pause, alors qu'elle peine tant à digérer les vagues d'immigration successives des 30 dernières années. N'oublions pas qu'elle a la plus forte population immigrée d'Europe !

Plus généralement, il est très déraisonnable d'accepter l'immigration quand on ne peut leur proposer que du chômage ou alors des emplois de nature conjoncturelle.

Il faudrait mener une politique inverse de celle qui est préconisée actuellement. Aujourd'hui, l'immigré vient et doit justifier d'un travail en France pour rester.

Il vaudrait mieux qu'une agence (l'ANPE ?) crée un service étranger à destination des missions françaises en territoire étranger et proposent aux candidats à l'émigration la liste de ses emplois non pourvus.

01:45 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | | |

lundi, 01 mai 2006

Manifeste de l'Hérésie économique

Définition du mot "Hérésie". L'Hérésie est un mot grec, αἵρεσις qui signifie choix ou opinion particulière. Plus généralement, l'hérésie est la doctrine de celui qui en matière de foi soutient des opinions condamnées par l'Église. Qui formule en premier l'hérésie est appelé hérésiarque, qui y adhère, est un hérétique. De même l'on parle d'hétérodoxie pour qualifier des idées hétérodoxes, concepts auxquels on oppose ceux d'orthodoxie et d'orthodoxe.


Joseph Aloïs Schumpeter est un hérétique parmi les penseurs, indiscutablement à plus d'un égard inclassable. Il critique tout à la fois les théories libérales, marxistes et keynesiennes, tout en offrant une alternative crédible.

Ce n'est pas seulement l'économiste de l'innovation, mais aussi un théoricien qui voit dans les grands bouleversements économiques non des ruptures liées à des cahots monétaires ou productifs, mais bien au contaire, des soubresauts structurels : c'est l'obsolescence des biens, des méthodes de production et de l'organisation du travail, ou bien la raréfaction ou la cherté des matières premières, ou encore l'absence de débouchés qui créent les conditions d'une stagnation qui ne peut perdurer.

Toutes les sociétés économiquement organisées sont donc condamnées à aller de l'avant.

Plus que jamais, les théories de Schumpeter sont d'actualité,et méritent d'être actualisées. C'est l'ambition de ce blog que de créer un espace de débat pour la modernité, l'innovation et la création.

Nous croyons, en effet, que seule l'innovation peut tirer de l'ornière les sociétés vieillies qui sont enlisées dans un immobilisme destructeur.

22:14 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |