Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 mars 2009

Winnenden : petits meurtres entre amis allemands

Flash info. Une tuerie mortelle en Allemagne. 16 morts. Un lycéen en mal de reconnaissance qui a flingué dans le tas.

Vous avez une réminiscence. Des moments douloureux qui émergent à la surface de votre conscience. Souvenez-vous ! Vous étiez jeune. Vous étiez un adolescent. On vous a humilié. Au collège, on se moquait de vous. Vos copains vous jouaient des sales tours. Cela faisait bien rire tout le monde. Même vous. Parce que de rire de vous, vous espériez obtenir de l'amitié. Et puis le lycée est venu et vous avez du essuyer des quolibets. Les filles se moquaient de vous alors que vous regardiez avec amertume et une impuissante envie leurs seins et leurs cuisses.

Vous faisiez des rêves de gloire et de puissance la nuit, mais vous viviez une existence de bouffon le jour. Mais un jour, vous êtes passé devant une armurerie. Vous êtes entré, et vous avez caressé la canon froid et sombre d'un 6.35 mn. Vous avez bien aimé ce contact. Vous vous êtes senti fort. Et vous vous êtes aimé, ainsi, car sur le fond, vous vous méprisiez. Vous inventiez des scénarios, dans votre tête, mais une fois face à vos camarades, vous bredouilliez.

Vous aimiez le contact de l'acier, froid et pesant. Mais l'arme était trop, lourde, et un policier a vu que votre poche penchait. Il se trompait, bien sûr, mais vous avez tout de même été arrêté. C'est votre famille qui est venue vous chercher. Et elle n'était pas du tout contente. Vous avez passé un mauvais quart d'heure. Vous n'avez plus jamais porté d'armes sur vous.

Le temps a passé. Vous avez vécu votre vie, et vous vous êtes inséré tant bien que mal dans la société dans laquelle vous viviez. Mais vous avez conservé de votre jeunesse de profonds ressentiments envers l'espèce humaine. Alors quand vous avez pris connaissance de la tuerie du collège de Winnenden, en Allemagne, vous avez eu une mauvaise pensée. Une très mauvaise pensée.

Oh, cela a été fugitif. Très court. Mais cela a été un cri du coeur. Vous n'avez pas pu vous empêcher de le penser, l'espace de quelques instants.

Bien fait pour leur gueules ! Bien fait pour leurs gueules à tous !

J'en finis avec ce court moment de vérité pour dire que  je ne cherche en aucun cas à justifier les crimes commis à Winnenden. Il m'a semblé nécessaire d'avoir un autre avis, un point de vue, disons, interne, sur les actes de Tim Kretschmer. Point de vue que le Figaro avait vaguement esquissé, mais sans plus se poser de questions...