Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 décembre 2011

La cible, c'est le proxénétisme, pas la prostitution

Chaque fois que la sphère politique tente de légiférer sur la prostitution, elle rate immanquablement sa cible. Je n'aime pas trop porter de jugements moraux sur les prostituées. Je pense que leur vie n'est déjà pas simple, alors n'en rajoutons pas. Pas envie non plus de juger leurs clients.

Ce qui devrait être prioritaire, c'est de lutter contre le proxénétisme et toute forme d'esclavage de ce type en autorisant des lois d'exceptions contre les proxénètes. Puisque par exemple ils tiennent sous leur coupe des filles étrangères et dans l'irrégularité, on pourrait promettre la nationalité française et la réinsertion à celles qui le désirent pour chaque dénonciation de proxénète. 

Et pour les proxénètes qui se constituent en réseau, menacent, mutilent et assassinent des prostituées sans défense, la prison à vie sans espoir de recours. A crimes d'exception répression d'exception.

Malheureusement, les pouvoirs publics sont loin de faire de cette lutte la priorité qu'elle devrait être. Une chose me paraît en tout cas certaine : on ne peut pas lutter à la fois contre les prostituées et les proxénètes, car pour venir à bout des seconds, les premières doivent devenir les alliées de la force publique.