Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 juin 2011

Ah AH AH : les geeks canabinoïdes se prennent vraiment pour le centre du monde !

Tiens, j'ai bien rigolé en lisant tous les commentaires de mon dernier billet sur la fumette. Il s'agissait pour moi d'approuver pleinement les propos de Nora Berra sur le canabis, s'indignant de la pression médiatique pour tenter de faire passer sa consommation comme normale.

Sérieux, quand on parcourt la flopée de commentaires qui suit mon billet, on a l'impression que la France entière est pour la légalisation du canabis. Sacré internet, tiens, sacrés geeks, technotrons et autres internetoïdes...! Ils sont persuadés qu'ils représentent l'opinion de la France.

En fait, pour savoir ce que pensent les gens, il ne faut surtout pas s'appuyer sur ce qu'il se dit sur Internet. Je me suis demandé comment j'en étais arrivé à près de 90  commentaires sur la fumette. J'ai compris : c'est Marianne2 qui a trouvé le truc pour se défausser de ses lumpen-commentateurs en fermant les commentaires chez eux sur les billets des blogueurs associés. Du coup, ils se reportent sur le blogue source...

Le problème, c'est que plus de 90% des Français sont contre la légalisation du canabis. Mieux encore : 47% des consommateurs étaient contre en juin 2010, en hausse contre 30% en 2002...

Le geek technotron, amateur de fumette et joueur de MMORPG ou autre jeu de rôle en ligne l'a dans le baba. Il a beau faire comme s'il était d'un autre temps de s'opposer à la légalisation du canabis, tordre la réalité dans tous les sens, expliquer que la lutte contre la drogue est un échec et qu'il faut donc la légaliser, le bon peuple de Gaule est désespérément têtu et obstiné et ne partage pas les positions décadentes et déliquescentes des geeks technotronisés et canabinoïdisés...

On est seul sur internet, mais dans la réalité, pas celle de votre écran d'ordinateur, 90% des Français sont d'accord avec vous, en dépit des glapissements de la bien-pensance libertaire. Tiens, ça fait plaisir de se le dire, ça.