Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 décembre 2009

La police est exaspérée

Les policiers ont manifesté, aujourd'hui : ils sont exaspérés, et on les comprend. S'il y a bien une profession à laquelle je voudrais rendre hommage, c'est bien celle-là, particulièrement aux forces qui travaillent au contact des cités : non seulement leur métier est difficile, souvent dangereux, mais on leur fait en plus porter le chapeau sans leur donner les moyens de travailler. Un jeune gardien de la paix en début de carrière, c'est 1200 euros à peine. Comment nourrir une famille et se loger en région parisienne, à ce tarif-là ? Comme si cela ne suffisait pas, les voilà empêchés d'exercer leur métier convenablement par l'insuffisance des moyens accordés à la police (pire que cela : pas l'insuffisance, mais la réduction !!!) et par des consignes toujours plus technocratiques et idiotes dont le point d'orgue est la religion du chiffre. Chiffre pour les expulsions d'immigrés clandestins, chiffre pour les procès-verbaux.

Comme il doit être loin l'idéal qui a porté ces jeunes gens vers un métier dont l'objet premier était de protéger le citoyen de toutes formes de dangers ! Honte à Nicolas Sarkozy pour leur avoir menti à ce point, à ces jeunes, et pour tous les jours se moquer d'eux ! Car enfin, on ne peut parler sérieusement de politique de sécurité en se gargarisant de mots. La police a besoin d'effectifs ; il faut prendre des décisions politiques, en faisant des choix budgétaires qui seront autant de choix de société, et puis certainement en renonçant à certains allègements fiscaux : la sécurité a un prix et il faut le payer.

Alors moi, simple militant MoDem, je leur dis aux policiers : «chapeau, la police : vous faites un super boulot dans des conditions difficiles ; je vous soutiens et j'apprécie votre travail. Ne vous laissez pas abuser par les abrutis qui aiment bien casser du sucre, y compris dans les médias, sur votre dos ; chaque fois qu'un sondage a lieu vous concernant, dans la population française, on s'apperçoit qu'il y a toujours au moins 75% de Français qui vous apprécient beaucoup, et j'en fais partie ! Moi, je continue d'avoir confiance en vous, et je pense qu'au MoDem, nous sommes nombreux à être prêts à appuyer vos justes revendications !».