Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 avril 2015

Les baisses de dotation vont faire mal aux associations et aux festivals

Je regarde la carte des festivals et des associations culturelles qui disparaissent et ouch...ça fait mal. D'un côté, cela fait mal au coeur, de l'autre, je ne peux pas reprocher au gouvernement une mesure que je prônais depuis longtemps sur ce blog. Il vaut mieux que ce soient les communes et leurs habitants qui déterminent leurs dépenses et donc le niveau de leurs impôts. Après, quand je vois ce qui tombe, j'aimerais avoir la certitude que les communes ne font pas de gaspillage. Cela fait mal au coeur de voir un festival de musique disparaître. Si dans le même temps une commune maintient une subvention à une association d'habitants d'une rue, cela devient insupportable.

Le problème de nos associations, en France, c'est qu'elles sont bien trop dépendantes de l'État ou des collectivités. Le malheur, c'est qu'actuellement, les entreprises réduisent aussi la voilure et tapent dans leurs subventions. Cela tombe décidément très mal.

Il faudra reconstruire sur des bases plus solides, comme le font par exemple les associations anglo-saxonnes. 

Quand je vois la générosité des Français, capables de verser des montants très importants à des oeuvres caritatives, je me dis que ce modèle-là n'est pas fichu en France et qu'on peut y parvenir.

Il ne faut pas interdire aux collectivités d'intervenir pour aider les associations, mais cela devrait se limiter à des prêts de locaux, de matériel, un peu de logistique ou des autorisations particulières. Surtout ne plus verser d'argent. Ne pas commettre les mêmes erreurs.

En ce qui concerne les associations, je ne saurais trop leur donner un conseil tout simple : la plupart d'entre-elles n'ont pas de menu don avec paypal ou par carte bleue sur leur site. Je pense qu'elles devraient commencer par là. C'est tout bête, mais de simples passants électroniques intéressés peuvent de temps à autre leur faire un versement, et, par les temps qui courent, c'est toujours ça de gagné.

Cela dit, ce serait une erreur très grave de la part de l'État et des municipalités de considérer qu'on peut sacrifier en priorité la culture. Je pense que le modèle actuel est un mauvais modèle, mais pas du tout qu'il faut laisser tomber la culture. Très loin de là. 

Je renvoie à une analyse très intéressante de Laure Kaltenbach (directrice générale, membre fondateur du Forum d'Avignon) et Olivier Le Guay (responsable éditorial, digital au Forum d'Avignon) sur le site du quotidien Le Monde.

Je terminerai en ajoutant que l'importance de la culture est constitutive de l'idée européenne et je ne manquerai pas de fustiger à ce sujet la bêtise crasse de la Ministre de l'Éducation Nationale et plus généralement de tout le gouvernement auquel elle appartient, complice, de chercher à démolir les humanités classiques, le latin et le grec à l'école, alors que ce sont là des éléments culturels que partage la totalité de l'Europe.