Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 janvier 2010

Entrevue n'aurait plus que deux mois à vivre

Tiens tiens...J'évoquais ce pur produit du lumpen-journalisme qu'est Entrevue, et, en me renseignant, j'apprends que la société d'édition qui produit cette merde, dirigée par Gérard Ponson, est en redressement judiciaire...C'est la lettre spécialisée, Presse News, qui l'a révélé le 15 septembre dernier. En fait, depuis 2005, Entrevue a vu ses ventes baisser de moitié ( d'un peu plus de 500 000 à 225 000 environ). A vrai dire, ce torchon accumule les erreurs : il est également poursuivi par Richard Gasquet pour avoir insinué qu'il avait menti. Et comme je le disais précédemment, Kelly Bouchenko ne va pas lui faire de cadeau. Quand la hyène est aux abois, elle est prête à tout. Entrevue tente le tout pour le tout afin de survivre. Décidément, cette odeur de vomi qui caractérise le lumpen-journalisme me débectera toujours.

Pour bien comprendre les enjeux, il faut considérer l'issue d'un redressement judiciaire, enfin, les issues, il y en a trois :

- soit l'entreprise se redresse et parvient à rembourser tout ou partie de son passif

- soit l'entreprise est cédée et liquidée, c'est à dire que quelqu'un d'autre la rachète

- soit le tribunal de commerce procède à une liquidation judiciaire si l'activité n'est pas viable.

J'imagine que la rédaction du journal, mais surtout la société éditrice, cherchent à montrer que la revue a du potentiel en faisant monter ses ventes par quelques coups fumant. Bon, je serais curieux de voir si ce journalisme-là est porteur...Combien de ventes aura réalisé Entrevue dans 6 mois ? Si ce magazine a fait 225 000 ventes en un an, en principe, s'il ne se redresse pas, et n'est donc définitivement pas viable, il devrait avoir fait au mieux 110 000 ventes d'ici le 15 février, puisque sa période de rogation est de 6 mois, après le jugement du Tribunal de Commerce. Wait and see, mais à mon avis, ceux qui y ont leurs billes feraient bien de les retirer si c'est encore possible...

Et Tips, au fait, ça va devenir quoi ? Ça intéressera peut-être les lecteurs de ce magazine de savoir que le même individu qui se permet d'afficher une page vivre éthique là-bas s'assoie sans scrupules dessus dans ses publications les plus nauséabondes...Ça se voulait un magazine féminin, Tips : elles en pensent quoi, les femmes, de l'attitude du patron du magazine féminin, avec Kelly Bouchenko, dont la revue Enttrevue publie des photos nues contre sa volonté ?

Il ne recule devant rien l'animal : rien ne l'arrête. Le 17 novembre dernier, il a été condamné pour avoir laissé son autre magazine, Choc, aussi intellectuel que le précédent, publier des photographies d'Ilan Halimi, ce jeune homme horriblement torturé, au mois de mai 2009.

Il faut dire que l'homme est un manager de génie : souvenez-vous, c'était en juin 2008, un journaliste de Choc venait de se suicider ! L'intersyndicale du groupe Hachette dénonçait alors de véritables zones de non-droit au sein de ces publications. Bien sûr, s'il était douteux qu'il y eût un lien avéré avec le suicide, l'Intersyndicale faisait tout de même observer qu'elle avait souvent été sollicitée par des salariés poussés dehors afin qu'ils puissent toucher aux indemnités auxquelles ils avaient droit.

Quand je pense que ce type a été proche de Jack Lang et a travaillé pour la MNEF...

 

samedi, 02 janvier 2010

Le sale coup fait à Kelly Bochenko

Dans l'affaire qui touche Kelly Bochenko, l'ex-miss Paris 2009, il y a, à mon avis, deux trois éléments qui méritent une sanction exemplaire. Il y a d'abord ce connard de photographe auquel il serait plaisant de coller un bon coup de poing dans la gueule : ces types-là sont des charognards pervers, libidineux et sans scrupules. Ils font pression sur des gamines pour leur faire écarter les cuisses sous prétexte d'une séance de photo, "hot", comme ils disent. Elle avait quel âge, Kelly Bochenko, quand les fameuses photographies ont été prises ? Pas moyen de trouver une biographie sur internet, mais si elle débutait sa carrière de mannequin, elle ne devait pas être bien âgée...Elle indique avoir été encore vierge à ce moment-là. Si je m'en tiens à l'âge moyen des premiers rapports sexuels pour une femme, cela donne quelque chose aux alentours de 17 ans. J'imagine, et cela vaut mieux pour le photographe, qu'elle n'était sans doute pas mineure, mais à mon avis, sa majorité était récente. Quand fera-t-on le procès une bonne fois pour toutes de cette profession de hyènes ?

Mais il n'y a pas que le photographe : il y a aussi cette merde de magazine, Entrevue, qui n'hésite pas à foutre en l'air la vie d'une gamine pour faire du fric. La seule manière d'en finir avec ces ordures, c'est que leurs saloperies ne soient pas rentables. Le jour où il y en aura qui devra déposer la clef sous la porte parce qu'il aura franchi une ligne rouge, à cause de la lourdeur de l'amende, cela fera réfléchir tous les autres. Un bon coup de torchon dans le tas, y'a que ça de vrai.

Quant à la réaction de Geneviève de Fontenay, elle me paraît déplacée :  bien sûr, Kelly Bochenko avait pris un engagement, mais si ces photographies n'avaient pas vocation à être publiées, l'engagement a été tenu. Geneviève de Fontenay se comporte en Taliban fanatique : c'est la double-peine ! Elle punit Kelly Bochenko du viol de son intimité par une sanction supplémentaire. Comme en Afghanistan ou en Arabie Saoudite où l'on exécute les femmes violées pour leur apprendre à avoir été violées, «les salopes»...

Cela fait ricaner de voir une dame fort peu honorable, qui vit de longue date de la mise en pâture du corps de jeunes beautés au grand public (Unhuman a bien raison, tiens...) venir geindre à la moindre alerte...

En tout cas, cette gamine, elle a une marque au fer rouge pour longtemps, sur son histoire personnelle...

16:49 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : kelly bochenko, entrevue |  Facebook | | |