Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-05-20 | Page d'accueil | 2018-05-22 »

lundi, 21 mai 2018

Iran : l'Europe face à l'Amérique...

Les USA menacent toutes les entreprises qui feraient du commerce avec l'Iran d'en subir les conséquences chez eux. Évidemment, les Européens sont concernés puisque nous sommes censés être de "loyaux alliés" de l'Amérique.

Ça m'inspire quelques réflexions.

Pourquoi, nous, Européens, on se couche ? On pourrait penser que se priver du grand marché américain, c'est quelque chose que l'on ne peut pas se permettre économiquement parlant. Mais à ce stade, rien n'empêche de retourner la monnaie de sa pièce à l'Amérique en répliquant avec notre propre marché.

Je pense deux choses :

a) on voit mal l'Europe s'aliéner l'Amérique pour un État économiquement mineur et alors même que cet État ne respecte pas 90% de nos normes démocratiques tout en foutant le feu au Proche-Orient au même titre que les Américains ces vingt dernières années. On ne le fait déjà pas pour les démocraties respectables ou mouvements politiques proches de nos standards, comme les Kurdes de Syrie, alors pour les mollahs...

b) depuis toujours, notre défense est notre point faible. Nous sommes tributaires de l'Amérique de longue date, et, tout en lui crachant régulièrement dessus, nous savons très bien, très hypocritement, que nous avons besoin de son armée. Les Américains le savent bien, et en contre-partie, ils exigent que nous les suivions, même quand leur diplomatie devient délirante. Et là, il y a une quadrature du cercle dont nous ne pouvons sortir. Si nous devions faire le même effort de dépense que les USA, ou il faudrait renoncer à notre système social, ou nous risquerions tous une sérieuse sortie de route budgétaire. Ce n'est pas suffisant d'avoir une industrie européenne d'armement. Ce n'est pas non plus suffisant d'avoir une défense européenne. Il faudrait un budget militaire comparable à celui des USA. Et un équipement en conséquence : réarmement nucléaire, marine digne de nom avec porte-avions nombreux, flotte de chasse, avion AWACS et satellites militaires ad hoc, recherche militaire, et cetera. Je ne dresse pas la liste, je n'en finirais pas.

Bref, le calcul est vite fait : cela coûte beaucoup moins cher de dédommager le cas échéant les entreprises européennes qui venaient juste de se réinstaller en Iran que d'affronter commercialement les USA d'autant que, contrairement aux Chinois qui détiennent leur dette, nous n'avons que peu de moyens de pression sur eux.

Tout ça pour dire qu'on l'a dans le baba et qu'il n'y a plus qu'à se coucher.

19:24 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe, iran, amérique |  Facebook | | |

Italie : sacrée gaffe de Le Maire

Je ne peux pas dire que je me réjouis du vote en Italie mais je sais une chose : rien n'exaspère autant un peuple qu'une leçon venue d'ailleurs. 

On ne sait pas ce que va faire exactement l'Italie. Si elle ne respecte pas les traités qu'elle a signés, elle en paiera les conséquences, cela va de soi. Cela ne sert à rien d'aller pointer le nouveau gouvernement italien du doigt. C'est juste parfaitement contre-productif et cela donne du grain à moudre aux partis populistes en général. Il leur sera plus facile de dire : voyez comment l'Europe et ses séides cherchent à nous dicter ce que nous avons à faire ! Halte à l'État supra-national qui n'a aucune légitimité démocratique. Ce dernier point est un travers naturel de la construction bancale de notre Europe actuelle alors autant ne pas en rajouter.

Pour l'instant, on se tait et on regarde ce que dont la Ligue du Nord et le Mouvement Cinq Étoiles.

Accessoirement, quand je vois l'état de la France et l'attitude de tous les gouvernements ces 20 dernières années, je crois vraiment qu'on est très mal placés pour faire la leçon à quiconque.

Très mauvaise sortie, occupons-nous déjà de nos propres déficits et faisons profil bas pour l'instant.

En revanche, ce qui est scandaleux, c'est l'interdiction faite aux Francs-maçons d'entrer au gouvernement. Ça, ça sent le relent fasciste et totalitaire à plein nez. Cela revient ni plus ni moins à faire la chasse aux individus en fonction de leurs convictions personnelles. Cela pue l'extrême-droite de l'entre-deux guerres à plein nez. Là, en revanche, on peut émettre un peu plus qu'une protestation, non pour défendre les Francs-maçons pour ce qu'ils sont (une organisation devenue conservatrice, rigide et dépassée) mais pour leur droit à continuer à croire en ce qu'ils veulent.

15:26 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : italie, le maire |  Facebook | | |