Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« François Bayrou, la gestion intelligente d'une ville. | Page d'accueil | L'intolérable souffrance animale »

dimanche, 05 juin 2016

Moi aussi je méprise Baupin.

J'ai lu le billet d'Affichage Libre sur Baupin et j'avoue ne pas avoir grand chose à ajouter. Je suis d'accord à chaque étape de l'article. Baupin est un gros dégueulasse, un fumier malhonnête qui ne mérite aucune forme de compassion. Un pervers qui tente de dissimuler ses actes vicieux derrière une prétendue liberté de mœurs. Bref, ta gueule Baupin.

J'ai lu sur ce sujet deux très mauvais billets qui m'ont à peu près autant agacé l'un que l'autre. Il y a d'abord celui de Didier Goux qui a l'air de considérer que la drague lourde est une liberté. Ben non Didier : votre exemple est l'archétype de ce qui mérite un bon coup de batte de baseball dans la gueule. Les « Eh, M'dame, je peux t'offrir un café ? – Non, merci, c'est gentil, mais je suis pressée… – Allez, M'dame, juste un petit café : ça vous engage à rien ! »ça me file déjà de l'urticaire et quelqu'un parlerait comme ça à ma fille alors que je suis à proximité il prendrait un fort risque de se manger un gros coup de poing dans la gueule. Ça me fait pas mal penser à la racaille que l'on trouve à interpeller les femmes avec un vernis de fausse galanterie "hé M'dame, z'êtes trop bonne" et qui conclut par "ta gueule salope" quand la fille qui passe se risque à avoir un regard outré. C'est la même culture et je suis de ceux qui pensent qu'elle doit être sévèrement réprimée. 

A la base, Didier Goux critiquait un article de Crêpe Georgette. Il a tout faux, cela va de soi, mais cela ne dédouane pas pour autant la Crêpe en question de sa malhonnêteté idéologique. Tout tient dans le passage suivant et il ne m'a pas fait rire du tout :

L'agression sexuelle est, dans l'esprit de beaucoup, ce qu'est une agression physique, un acte forcément violent, impliquant des poings ou un couteau, qui se passe davantage sur un parvis de cathédrale allemande que dans le salon feutré d'un parti politique. L'agression sexuelle du racisé pauvre contre la drague lourde du chefaillon de parti politique.

On a compris que conformément à l'idéologie gauchiste bien-pensante, il y a le bon violeur, le nord-africain et le mauvais violeur, l'homme européen. Alors remettons les choses à leur place. Baupin est un fumier mais les étrangers qui ont agressé les femmes et les filles d'Allemagne sont moins que des porcs. Ce n'est pas la peine de chercher à excuser leur misogynie largement culturelle et de faire croire qu'on en fait autant en Europe. C'est faux. C'est un mensonge. Le monde arabo-musulman est en crise depuis un moment déjà et son rapport à la femme est maladif et malsain. La faute à tous les imbéciles patentés qui par anti-colonialisme ont joué avec le feu dans tous ses pays-là en réhabilitant l'Islam au nom de la culture nationale et en faisant à chaque fois de cette religion une religion d'État là où il aurait fallu prendre ses distances et la laisser à sa place, c'est à dire dans la sphère privée.

Ce qui est vrai en revanche, c'est que toute religion instrumentalisée aboutit au mépris des femmes. Que l'on juge de ce qu'il se produit au Mexique ou en Inde pour comprendre que l'Islam n'est pas le mal universel.

 Mais on en est pas là dans le billet de Georgette. On en est à la minable justification sociologique, de celles qui me hérissent à force d'en avoir entendu les litanies sans discontinuer depuis plus de trente ans.

Bref, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre, au final.

Moi, je crois à la répression. Je pense qu'elle n'est qu'une question de volonté politique, que l'opinion est prête à l'accepter, même dans des pays arriérés dans ce domaine comme l'Inde ou peut-être même l'Égypte. Pendez les violeurs systématiquement, faites en sorte que leurs jugements soient courts et leur peine exécutées rapidement. Attrapez-les et n'épargnez aucun d'eux. Faites des agressions sous toutes leurs formes contre les femmes ce qu'elles sont vraiment : des crimes. Que le "salope !" du salopard lui vaille toujours de la prison, et autant à tout complice qui acquiescerait et vous verrez alors si les agressions contre les femmes ne reculent pas. Associez à cela une éducation solide dans laquelle sera inscrite dans le marbre la liberté des femmes, et je ne parle pas des imbéciles ABCD de l'égalité des idéologues gauchistes, et vous verrez alors si la misogynie et son cortège d'horreurs ne reculera pas sur tous les fronts. 

La question reste la suivante : qui osera, qui aura la volonté politique de le faire ?

Commentaires

Je n'arrive pas à comprendre comment vous arrivez à résumer ainsi l'article de Crêpe Georgette.

Elle s'est exprimée à de nombreuses reprises sur le cas de Cologne, pour dénoncer les manipulations médiatiques qui étaient faites de ces événements.
Elle ne parle pas de bons et de mauvais violeurs, et considère justement qu'il en est de même que l'agresseur soit racisé ou non.

Dans le cas d'un violeur musulman (ou présumé), on va blâmer la « société musulmane », ses mœurs, en oubliant bien vite les viols commis par des ressortissants de sociétés occidentales.
Un violeur blanc occidental sera considéré comme un loup isolé, alors que son homologue racisé sera un pur produit d'une société misogyne.

Le rapport à la femme en France, et plus généralement dans le monde occidental, est maladif et malsain.

Écrit par : entwanne | lundi, 06 juin 2016

Pas mieux qu'entwanne. Je rajouterais que si tu lui demandes crepegeorgette a probablement quelques études sérieuses sous le coude pour montrer qu'un violeur blanc s'en sort largement plus souvent qu'un arabe ou un noir.

D'ailleurs elle demande la même chose que toi, que ces agressions soient considérées comme telles, c'est à dire des crimes et pas de la "drague lourde".

Écrit par : melianos | lundi, 06 juin 2016

Bonsoir entwane et Melianos,

Si elle veut dénoncer le viol sous toutes ses formes, pourquoi cette comparaison idiote ? Elle la fait, ce n'est pas moi qui l'ai inventée. On ne devrait pas utiliser le terme "racisé", ce n'est pas une question de races, et d'ailleurs, il n'existe qu'une seule race humaine, l'homo sapiens sapiens.
En ce qui concerne la sphère arabo-musulmane, il est évident qu'elle est bien moins sécuralisée que le monde occidental et que cela a des incidences sur le statut de la femme. C'est tout simplement malhonnête de ne pas l'admettre. Comme je le dis dans mon billet, c'est une tendance lourdes des religions quelles qu'elles soient, animismes compris, que de dégrader le statut, les droits et la protection de la femme.
Trouve-moi les études "sérieuses", comme tu dis, qui montreraient qu'un violeur blanc s'en sort mieux qu'un violeur noir. En France ? Pour les mêmes faits ? Je demande des preuves.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 06 juin 2016

Je n'ai pas fini ma réponse : au final, blanc, noir, arabe ou tout ce que vous voudrez, qu'importe ? Un fumier est un fumier, il n'a pas de couleur. La grille de lecture qui consiste à considérer l'origine n'est pas pertinente et je maintiens que je trouve l'observation de Crêpe absolument nulle. Je ne sais pas quelle était son intention, mais je trouve qu'elle détruit son propos, si elle est sincère, en y mêlant de l'idéologie.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 06 juin 2016

Je trouve au contraire sa comparaison logique et son avis sur la question très intéressant.

Un agresseur sexuel sera considéré différemment suivant ses origines présumées et son milieu social. Quelqu'un comme Baupin, ou DSK, c'est pour beaucoup un « dragueur lourd » qui fait des blagues potaches. De même, quand il s'agit de grands cinéastes occidentaux, les faits sont minimisés, voire excusés.
Ce n'est pas du tout le cas pour les personnes racisées, considérées à juste titre comme des agresseurs.

Petite digression sur le terme de racisé, qui ne suppose pas l'existence de plusieurs races humaines. Une personne racisée est simplement une personne victime de racisme, c'est à dire toutes les personnes qui ne sont pas identifiées comme blanches (blanc ici allant au-delà de la couleur de peau, si l'on prend l'exemple des kabyles ou des ashkénazes).

Mais Crêpe Georgette exprime ça bien mieux que moi, via ses nombreux articles sur ces sujets.

Écrit par : entwanne | lundi, 06 juin 2016

Vous savez ce qu'il se passe si on condamne les violeurs à la peine de mort ? Ils hésitent beaucoup moins à tuer leurs victimes, puisque cela n'alourdira pas leurs peines.

Écrit par : Pierre | mardi, 07 juin 2016

@Pierre
Déjà, s'il sont sûrs de subir une peine sévère, sans aller jusqu'à la peine de mort, qu'ils se font attraper et punir, je vous parie tout ce que vous voulez qu'il y en aura beaucoup moins.
@entwanne

Pour le compte, je suis d'accord avec ce que vous dites, mais faut-il à chaque fois faire une comparaison avec les individus "racisés", comme vous dites, pour justifier que ceux qui ont des passe-droits les ont ? C'est un mélange des genres que je n'aime pas parce que je trouve que l'argument donne davantage l'impression de se préoccuper du racisme que du viol et surtout, choisit un bien mauvais exemple en laissant entendre que les auteurs de viols subiraient une injustice en étant plus sévèrement punis. Ce n'est pas ainsi qu'il faut raisonner. c'est l'inverse qu'il faut se dire : ce sont les fumiers qui se croient protégés par leur statut qu'il faut punir avec la dernière sévérité.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 07 juin 2016

Je suis le blog de Valérie CG depuis plusieurs années, et je peux affirmer qu'elle ne fait pas ce genre de comparaison à chaque fois. Elle se préoccupe énormément de la condition féminine, du viol, et de sa culture.

Elle relate régulièrement des faits d'agressions sexuelles et/ou viols, que ce soit via son blog ou sur son compte twitter, et il faut bien avouer qu'elle reçoit régulièrement des réponses à la Bouton (juste de la drague lourde, des grivoiseries, tout ça).

Le cas de Cologne est particulier. La fachosphère s'est tout de suite emparée des faits pour les détourner (nombreuses intox par rapport aux réfugiés). Valérie CG a bien évidemment dénoncé ces viols, mais aussi la différence de traitement médiatique qui en était faite, rappelant que ceci était malheureusement fréquent dans le cas de gros rassemblements (Oktoberfest par exemple), et qu'ils ne faisaient pourtant pas l'actualité pendant plusieurs semaines dans ces occasions là.
http://www.crepegeorgette.com/2016/01/12/violence-sexuelles-instrumentalisation-raciste/

Écrit par : entwanne | mercredi, 08 juin 2016

Sur la répression et la peine capitale en particulier vous avez fondamentalement tord : les populations ne sont pas prêtes à l'accepter. C'est bien la raison pour laquelle les exécutions ont été déplacées des places principales aux portes des villes puis à l'intimité des prisons pour être finalement abandonnées (abolies ou non pratiquées). Ce n'est pas tant une volonté "politique" qu'un désintérêt puis un dégoût des citoyens pour ces pratiques.

Bien sûr il y a des cas "particuliers". Ainsi, en Belgique, des pétitions avaient circulé à l'époque pour rétablir la peine de mort. Je ne dis pas que vous avez découvert l'existence du viol aujourd'hui, mais les articles que vous mettez en cause aujourd'hui et qui vous font appeler à la pendaison des violeurs, demain vous les aurez oublié, et la population dans son ensemble restera opposée à la peine de mort hors des discussions de comptoirs sur des affaires particulières. C'est la tendance lourde, les écarts sont des écarts.

Écrit par : Pas convaincu | mercredi, 08 juin 2016

@entwane,

Je veux bien vous croire, surtout si vous suivez ce blog depuis longtemps. Je pense alors qu'il s'agit d'une formulation maladroite parce que je maintiens au moins qu'elle prête à confusion.
Comme elle, je suis très préoccupé par le statut des femmes et intimement convaincu que leur liberté et leur respect sont les marqueurs principaux de l'avancée d'une civilisation.
@Pas Convaincu
A vrai dire, ce n'est pas la peine capitale qui m'intéresse, que je juge dangereuse et propice aux erreurs judiciaires irrévocables mais plutôt l'impérieuse nécessité de punir très lourdement les violeurs. Il faut sans doute pondérer ce que je dis, mais il me semble qu'en Inde, par exemple, il y a tout de même un mouvement d'opinion pour exiger des sanctions plus lourdes contre les violeurs et, surtout, leur application. Pour l'Égypte, en effet, c'est sans doute un pays perdu pour longtemps.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 08 juin 2016

@l'hérétique

Il me semble que l'Inde produit les ballons de la FIFA depuis que le Pakistan a interdit le travail des enfants...
Ceci dit je parlais des pays européens puisque la question en France était le sujet...

Écrit par : Pas convaincu | mercredi, 08 juin 2016

Bon, je passais pour dire que j'avais pas eu le temps de chercher mais je vois que ça c'est réglé depuis.

La formulation est typique de la gauche radicale, c'est parfois un peu le soucis de ces textes c'est qu'ils contiennent un vocabulaire d'initiés.

Écrit par : melianos | vendredi, 10 juin 2016

Les commentaires sont fermés.