Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Budget participatif : je me méfie de la Mairie de Paris, même quand elle fait des dons. | Page d'accueil | Propositions libérale et socialiste, pas d'aide aux femmes harcelées ! »

dimanche, 20 septembre 2015

Intervenir en Syrie ? Et après ?

Je suis abasourdi par les déclarations tonitruantes tant du chef de l'État que de l'opposition de droite. C'est à qui rivalise d'accents guerriers pour inviter la France à entrer en guerre en Syrie. Un débat parlementaire a toutefois eu lieu et j'ai pu en consulter le compte-rendu. Seul François de Rugy me paraît avoir soulevé des questions de fond en interrogeant la stratégie politique de la France en Syrie. Toutefois, il ne suffit pas de donner des garanties aux minorités et d'associer toutes les parties à la négociation. Il faut donner des garanties à toutes les forces en présence. On peut intervenir et laminer Daech, mais on ne parviendra à rien de durable si on ne propose pas de solution de rechange aux Sunnites. Le problème est d'ailleurs le même en Irak.

Les Européens s'imaginent tout le temps que leur modèle, celui d'une union après des guerres meurtrières, est transposable au monde entier. En France comme dans le reste de l'Europe il n'y a aucune pensée réaliste sur les phénomènes ethniques. Le goût pour le multiculturalisme, le vivre-ensemble remplacent la réflexion stratégique.

Il viendra un jour peut-être où Sunnites et Chiites parviendront à vivre ensemble sans se massacrer, mais il faudra qu'ils l'aient choisi.

A l'heure actuelle, les Alaouites, les Chrétiens, les Kurdes, les Yézidis et quelques autres minorités doivent probablement pouvoir s'accorder ensemble, mais pas avec les Sunnites. Il y a trop de sang versé et de crimes atroces commis entre Chiites/Alaouites et Sunnites.

Il n'y a donc pas d'autre option qu'une partition raisonnée du pays sauf à parvenir à convaincre une majorité de Sunnites de participer à une grande coalition (je n'y crois absolument pas).

S'il existe d'autres issues, je n'ai vu personne* les esquisser dans la classe politique française, partagée entre béni-oui-oui, va-t-en-guerre et cinquième colonne de Moscou et/ou du tiers-mondisme (ou du moins de son avatar moderne).

*Je recommande en revanche l'excellent décryptage d'Atlantico sur le sujet.

00:43 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : syrie, daech |  Facebook | | |

Commentaires

Bonsoir, j'ai pas eu le privilège de savoir ce qui été dit à l'assemblée , et sans regret , car la majorité de classe politique se trompe , où il les font exprès !
Par rapport de la syrie, y compris Vous !
Mais loin de tout , j'aimerai poser une question , pour vous donner le chemin de la vérité :
Pourquoi depuis des années , on a arêter les chaînes syriens , même la chaîne Almayadeen ,( des anciens journaliste ont quitter aljazeera , suit à ses mensonges par rapport à la syrie) ??!!!
Donc juste pour vous dire , que si la majorité des sunnites en syrie ne sont pas avec l'Assad , l'assade sera plus là depuis 20111.
Réveillez vous, et chercher la vérité l'autre côté , et arrêter de diffuser dès mensonge , répète , !
Dommage .

Écrit par : Tamy | dimanche, 20 septembre 2015

-En premier lieu la géopolitique du vieil occident est à revoir car depuis 30 ans c'est du grand n'importe quoi....on veut a tous prix imposer notre vision démocratique, qui a mis plus d'un siècle a se formater( début révolution-république efficace)...... notre éducation et notre vision ne sont pas exportables de but en blanc pour des peuples qui n'ont pas la même culture....il existe toujours des effets collatéraux après un une intervention occidentale à court, mouyen et long terme....

-De plus les rapports des analystes sont enjolivés afin de montrer que les frappes aériennes sont efficaces....
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/09/17/syrie-la-fiabilite-du-renseignement-militaire-americain-en-question_4761090_3222.html

-on sait que ces frappes aériennes ne sont loin d'efficaces car l'EI a su s'y adapter...

-on sait que la saule solution seraient une intervention au sol...mais qui le ferait? quid de l'appui de l'Iran et la Russie qui soutiennent BACHAR....

-La france se met une balle dans le pied en étant opposé a la fois a bachar et a l'EI.....

-Un réfugié a expliqué ce qu'il faut faire; combattre l'EI dans un premier temps avec les troupes de BACHAR, puis négocier une départ de bachard via l'intermédiaire de l'Iran et des Russes...c'est ça la réal politique.....pour être efficace

-maintenant une intervention au sol serait une véritable boucherie...p.e une reprise de MOSSOUL( un million d'habitants) rue par rue.....

Écrit par : Europium | dimanche, 20 septembre 2015

-En premier lieu la géopolitique du vieil occident est à revoir car depuis 30 ans c'est du grand n'importe quoi....on veut a tous prix imposer notre vision démocratique, qui a mis plus d'un siècle a se formater( début révolution-république efficace)...... notre éducation et notre vision ne sont pas exportables de but en blanc pour des peuples qui n'ont pas la même culture....il existe toujours des effets collatéraux après un une intervention occidentale à court, mouyen et long terme....

-De plus les rapports des analystes sont enjolivés afin de montrer que les frappes aériennes sont efficaces....
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/09/17/syrie-la-fiabilite-du-renseignement-militaire-americain-en-question_4761090_3222.html

-on sait que ces frappes aériennes ne sont loin d'efficaces car l'EI a su s'y adapter...

-on sait que la saule solution seraient une intervention au sol...mais qui le ferait? quid de l'appui de l'Iran et la Russie qui soutiennent BACHAR....

-La france se met une balle dans le pied en étant opposé a la fois a bachar et a l'EI.....

-Un réfugié a expliqué ce qu'il faut faire; combattre l'EI dans un premier temps avec les troupes de BACHAR, puis négocier une départ de bachard via l'intermédiaire de l'Iran et des Russes...c'est ça la réal politique.....pour être efficace

-maintenant une intervention au sol serait une véritable boucherie...p.e une reprise de MOSSOUL( un million d'habitants) rue par rue.....

Écrit par : Europium | dimanche, 20 septembre 2015

Et le statut quo actuel? Il engendre quoi? Des massacres, un exode jamais vu depuis des décennies, des atrocités.
L'incertitude d'une intervention peut-elle être pire que la situation actuelle?

Écrit par : Manuel | dimanche, 20 septembre 2015

Et le statut quo actuel? Il engendre quoi? Des massacres, un exode jamais vu depuis des décennies, des atrocités.
L'incertitude d'une intervention peut-elle être pire que la situation actuelle?

Écrit par : Manuel | dimanche, 20 septembre 2015

Bonjour Tamy,
Je n'ai pas compris clairement la thèse que vous défendez : vous pensez que les Sunnites soutiennent Assad ? En tout cas, une majorité d'entre eux ?
@Europium
En tout cas, il faut avoir au moins une stratégie et actuellement, je ne la vois pas.
@Manuel
Souviens-toi de l'Afghanistan au début des années 90 puis, une dizaine d'années plus tard, après septembre 2001. Les Américains sont intervenus : pour quel résultat ? Et encore, en 2001, ils avaient Karzaï qui au début était populaire et manoeuvrait pas trop mal (ça s'est gâté par la suite).
Il ne suffit plus de compter sur un individu, fût-il charismatique, d'autant qu'on tend à confondre sa popularité en occident avec sa popularité dans son propre pays. Il faut réfléchir vraiment par rapport aux ethnies et même aux tribus en ayant une stratégie diplomatique qui en fasse la variable principale.
On est très loin de ça en France à l'heure actuelle.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 septembre 2015

lire aussi, chez Nathalie MP


Quelques idées simples pour un Moyen-Orient compliqué

http://leblogdenathaliemp.com/2015/09/12/quelques-idees-simples-pour-un-moyen-orient-complique/

Écrit par : Le Parisien Libéral | mardi, 22 septembre 2015

@L' héré
Ai lu votre billet, bien sur qu'il faut avant d'envisager une intervention terrestre à l'après...
Quand on regarde l'histoire, par exemple la naissance des émirats, alors prend-on la mesure de la difficulté de la tache...
Ou encore la crise de Suez, n'est-ce-pas?
Sinon, avoue ne pas avoir entièrement compris votre billet, y aurait-il eu confusion entre différents mots pour désigner certaines populations? "le mot est un despote tout puissant" selon Gorgias, mais n'en est pas moins dénué de sens.
@Parisien,
Ne comprends pas ce que ce lien apporte de plus au débat. Il ne suffit pas de dire: "je pense" pour qu'il y ait idée.
J'ai eu beau lire et relire, le vide en terme d'idées, un résumé simpliste et brouillon du déroulé des événements tout ce que j'y ai trouvé. Dslée :(

Écrit par : Martine | mardi, 22 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.