Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une partition de la Syrie et de l'Irak est inévitable. | Page d'accueil | Migrants : le problème vient d'Érythrée et du Sud-Soudan »

jeudi, 04 juin 2015

Qatar : pas si simple.

Je ne peux pas dire que j'ai grande estime pour le régime qatari. Ce pays fait parie des pires de la planète à de nombreux égards. Pour autant, il est réducteur d'affirmer qu'il finance urbi et orbi toutes les filières djihadistes de la planète. Pas plus que l'Arabie Saoudite, d'ailleurs.

Ce qui est vraisemblable, c'est que des financements importants au sein de la mouvance djihadiste proviennent de ces deux nations. Il est également possible voire probable qu'elle bénéficie de sympathies au sein des appareils d'État de ces deux régimes. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elle soit approuvée au plus haut niveau dans ces deux pays.

On appréhende assez mal le fonctionnement des pays du golfe, me semble-t-il dans nos pays européens. Il ne s'agit pas d'états centralisés et structurés comme les nôtres. Au contraire, en dépit de leurs richesses, ces nations ont conservé un fonctionnement féodal reposant sur des alliances et des allégeances entre différentes tribus. 

Ce qui est probable, c'est que le Qatar a joué un jeu trouble pendant un long moment en Syrie parce que son pouvoir pensait pouvoir contrôler ou orienter une large partie du spectre islamiste. Ce qui est aussi vrai, c'est que le Qatar est peu regardant ni vigilant sur les mouvements de fond sur son territoire. Mais ce n'est pas spécifique au financement des filières djihadistes. C'est son mode de fonctionnement de manière générale sur les mouvements d'argent, où qu'ils aillent et d'où ils proviennent.

La porosité est tellement forte entre les différentes factions islamistes, quelles que soient leurs allégeances, qu'il est bien difficile d'y voir clair. 

On ne sait pas trop ce que finance le Qatar et je ne sais pas si le Qatar le sait clairement lui-même. Sur le fond, cela ne le dérange sans doute pas d'armer des groupes proches d'Al-Qaeda dès lors qu'ils se contentent de mener des guerres locales, notamment là où un arc chiite pourrait devenir un danger pour les pays sunnites. Un Iran et un Irak Chiite, un Hezbollah puissant au Liban et un pouvoir Alouite en Syrie, cela commençait à faire beaucoup pour les pays du Golfe. Leurs alliés naturels leur ont semblé la réaction sunnite partout où elle se produisait, or, elle a pris à chaque fois les traits du djihadisme.

Il est très peu vraisemblable que le Qatar soutienne des attentats sur notre sol ou dans quelque pays européen que ce soit. En revanche, il considère ses intérêts régionaux, et, là-dessus, on peut dire qu'il est prêt à prendre des risques (du moins à nos yeux) d'autant que l'intégrisme islamiste ne le gêne pas plus que ça.

23:19 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : qatar |  Facebook | | |

Commentaires

"On appréhende assez mal le fonctionnement des pays du golfe, me semble-t-il dans nos pays européens. Il ne s'agit pas d'états centralisés et structurés comme les nôtres. Au contraire, en dépit de leurs richesses, ces nations ont conservé un fonctionnement féodal reposant sur des alliances et des allégeances entre différentes tribus."
Oui, c'est tout à fait ça. Il y a des clans, des familles, oui des tribus. Les unes dominant les autres. L'émir est un "Al Thani" et tous les "ministres" le sont aussi. (cette famille domine depuis 150 ans...) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hamad_ben_Khalifa_Al_Thani

Ayant vécu 4 ans au Qatar, j'ai pu ressentir comme la différence entre notre culture française et celle d'un Emirat de religion musulmane est immense.
Et me réjouir d'habiter dans un pays libre ! La situation de ces femmes soumises à leur mari m'a fait pas mal réfléchir. Elles ne pouvaient pas travailler, ni conduire. La comparaison avec les femmes occidentales qui elles n'étaient pas obligées de se voiler, pouvaient travailler et conduire devait leur sembler cruelle. Quelle double hypocrisie de la part des hommes ! Certains venaient diner chez nous uniquement parce que nous avions l'autorisation de détenir un peu d'alcool...
Il y avait quelques exceptions malgré tout. Je me souviens encore d'un interprète qatari qui avait étudié en France et qui était très respectueux de son épouse.
J'y retournerais bien pour voir si sur ce sujet il y aurait eu du progrès.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 08 juin 2015

Les commentaires sont fermés.