Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des critiques contre les Républicains ? Stupides. | Page d'accueil | Les baisses de dotation vont faire mal aux associations et aux festivals »

dimanche, 19 avril 2015

Régionales : reconduire l'Alternative en île de France ?

Je ne connais pas suffisamment les situations spécifiques à chaque région pour exprimer un avis, tout du moins, pour l'instant. En revanche, j'ai une assez bonne vision de l'île de France. Je ne pense pas que les divergences soient très grandes entre Chantal Jouanno et Yann Wehrling, têtes de file respectifs et potentiels de l'UDI et du MoDem. Les deux ont la fibre verte, les deux sont modérés et pondérés. Un sondage confidentiel (enfin, il était censé l'être...) donne 10% à l'UDI et 5% au MoDem lors des prochaines régionales en île de France. Compte-tenu du profil des têtes de liste et des électorats, cette fois, je crois que les scores doivent pouvoir à peu près s'additionner, au moins au premier tour, en tout cas.

Il me semble qu'on doit aussi pouvoir discuter avec Valérie Pécresse. Il reste à savoir si cela doit se faire au premier ou au second tour.

J'avoue que j'ignore, à l'heure actuelle, ce que les deux candidats centristes concoctent du côté de leur programme. Quoi qu'ils produisent au final, je ne saurais trop leur rappeler que l'île de France, ce n'est pas que Paris et sa petite couronne, pas davantage ses cités mal en point, mais qu'il y a aussi une foultitude de petits territoires ruraux ou semi-ruraux oubliés de la sphère médiatique et de l'action politique.

Les compétences de la région se sont accrues cette dernière décennie avec notamment plus d'influence en économie et en développement durable.

Ce qui est regrettable c'est qu'on ne trouve pas trace de débats et de propositions à l'heure actuelle sur les politiques régionales. Il existe quelques documents d'experts, qu'il faudrait prendre le temps de lire et d'analyser, mais aucun parti politique ne semble avoir mis en route de groupes de réflexion.

Il y a, me semble-t-il, d'ores et déjà, deux visions qui vont s'opposer à propos de l'île de France. D'un côté, on trouvera les «big i beautiful» qui rêvent d'une gigantesque mégalopole aux projets architecturaux d'autant plus titanesques qu'ils écraseront de leur masse les individus et la démocratie locale avec. Et de l'autre, il y a une autre vision de l'île de France et plus généralement des communautés urbaines. C'est ce que Yann Wehrling appelle les «smart cities». Il vient juste de rendre compte d'une intervention à ce sujet sur son blog. On y trouve des idées très intéressantes qui pourraient être adaptées à un programme régional. J'apprécie dans son projet quelques points forts pertinents. En voici quelques uns :

- les petites et moyennes communes ont des besoins souvent similaires. Elles pourraient mutualiser leurs commandes et faire des achats groupés afin de constituer une force de frappe plus conséquente pour négocier prix et conditions auprès des fournisseurs.

- les petits acteurs privés sont des relais efficaces de la ville intelligente, notamment pour communiquer. Par exemple, chaque conducteur particulier est potentiellement un mini-transport en commun par le développement de services de co-voiturage. On pense toujours les transports sous l'angle de la route ou sous celui d'investissements massifs et lourds de gros transports. Il existe pourtant des voies médianes. 

- une commune, mais pourquoi pas la région, peut devenir un médiateur intelligent entre entreprise et salarié pour faire gagner du temps et de l'argent à l'une et à l'autre. Dans les emplois de bureau du type assurances ou banques, est-ce qu'une connexion à très haut-débit ne serait pas aussi efficace que plusieurs aller et retour dans des bureaux d'entreprise au centre de Paris ? Une commune pourrait recenser les CSP de ses habitants et développer un stratégie d'investissements publics ciblés et finalement peu coûteux adaptée, d'autant qu'un projet de ce type offre également l'avantage de réduire la pollution.

Il serait long de reprendre tout l'article de Yann, mais il regorge d'idées très intéressantes et mon intuition me dit qu'on pourrait assez facilement en faire l'ossature d'un beau projet régional, astucieux, peu coûteux et fort différent des lettres aux Père Noël que ne manqueront pas de proposer nos concurrents.

Commentaires

Je n'ai pas tout lu, mais j'avais compris que Yann Wehrling faisait la promotion d'une adaptation des "smart cities" (à traduire par "villes connectées") aux petites et moyennes communes.
Je suis d'accord avec sa vision anti "super-mégalopole" ou "ville-monde" (Christian Blanc) qui prévaut actuellement à droite comme à gauche (Verts inclus) pour l'aménagement de l'Ile-de-France.
L'aménagement du territoire devrait aussi concerner le rééquilibrage Ile de France et régions (plutôt que le seul problème des banlieues à problèmes). Nous pourrions aussi trouver des solutions pour les villages, bourgs et petites villes, pour, par exemple, trouver des solutions de mobilité réduisant les coûts et l'empreinte écologique.
J'avais entrevu une étude sur les problèmes sociaux engendrés par la promiscuité qu'entraîne la densification à outrance. Mais je n'ai plus la référence. J'avais trouvé que c'était une alternative au discours dominant "développement durable", où, pour mutualiser les coûts d'infrastructures, on concentre les populations.
Sinon, Valérie Pécresse, toujours en support de Sarkozy, je ne la soutiendrais pas.

Écrit par : Miaou | vendredi, 24 avril 2015

Je viens de voir ceci: http://www.liberation.fr/video/2015/04/22/chantal-jouanno-propose-au-modem-de-faire-une-liste-du-centre-pour-les-regionales_1258966
Mais il y a eu quelques "coups bas" de l'UDI pour les départementales en IDF qui vont être difficiles à oublier.

Écrit par : Miaou | samedi, 25 avril 2015

Les commentaires sont fermés.