Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Djihadisme et Islam | Page d'accueil | Le problème, c'est la GPA »

vendredi, 03 octobre 2014

Budget de l'Éducation, un conseil au gouvernement

Le gouvernement veut continuer à recruter des enseignants parce qu'il considère l'éducation comme une priorité. Je pense qu'il fait fausse route.

Je suis convaincu que ce qui fait la qualité d'un établissement, c'est la qualité de son encadrement. Un chef d'établissement qui tient la route (pas un paranoïaque ou un carriériste), un Conseiller d'Éducation de qualité, et des assistants d'éducation en nombre et compétents, voilà à mon avis une des clefs. Difficile, parce que des chefs d'établissement vraiment habiles, il n'y en a pas beaucoup. Il faut donc faire un effort pour recruter des directeurs, des principaux et des proviseurs qui s'y entendent à faire tourner des équipes, qui savent gérer avec la bonne mesure les relations avec les parents et les élèves et connaissent bien les rouages de l'administration centrale.

Si on ajoute à ces ingrédients un suivi de qualité auprès des élèves les plus en difficulté et de la souplesse dans l'organisation interne de l'établissement, on peut considérablement améliorer les choses.

Pour peu qu'il y ait en prime une équipe d'enseignants motivés, compétents et bienveillants, on peut faire des miracles.

Pas d'idéologie, beaucoup de pragmatisme, de la compétence et de la bienveillance (ce qui n'exclut pas la fermeté, précisons-le bien, la bienveillance est aux antipodes du laxisme) et le tour est joué.

En somme, il faut investir dans la qualité de l'encadrement en priorité ; investissement intelligent car bien moins coûteux que des recrutements massifs d'enseignants et bien plus rentable au final.

20:15 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : école, éducation |  Facebook | | |

Commentaires

J'étais sure et certaine que votre prochain billet conCernerait l'instruction.
Comment dire...?
Je suis un peu les actualités et le web et c'est étrange, mais après les "abeilles bourdons" de Sylvie G et à présent: "je blogue donc je suis et autre triptyque" d'Alain J qui ne dédaigne pas menacer Francois B si non coopératif quand à des primaires ouvertes. Auraient-ils donc opter pour le meme rédacteur fan d'un "troll"? Humm?
Le ou les renvoie vers M. de la Fontaine et une de ses fables la plus connue et puis vers ce morceau musical:
http://www.youtube.com/watch?v=6CJrUJVtV-E

Écrit par : Martine | vendredi, 03 octobre 2014

vu l'évolution des technologies, vu le nombre de cours en ligne, ne devrait-on pas demander aux profs de travailler plus( 3h....) afin de pallier au manque d'effectifs?

Écrit par : Europium | samedi, 04 octobre 2014

Rhoo, Europium aux yeux vairons a du certainement se sentir interpelé ^^^ Lol

Écrit par : Martine | samedi, 04 octobre 2014

@Europium
Ahem...le nombre n'est pas une garantie de qualité :-) Le travail de recherche n'est pas moindre et il faut se montrer capable de trier. Et puis il faudrait payer ces trois heures en plus, à moins que vous n'envisagiez une augmentation du temps de travail sans contrepartie ?
Pour ma part, ce n'est pas cette piste que je privilégierais.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 05 octobre 2014

Au nom de la compétitivité et pour une réduction des déficits (causés pour grande partie partie par l'appointements des fonctionnaires, qui eux sont financés en grande partie par l'emprunt) il faudrait en effet que tous les fonctionnaires travaillent plus et au même salaire....ce serait une juste contre-partie de leur emploi à vie.....

Il faudrait sans doute en faire de même pour le secteur privé...

Écrit par : Europium | lundi, 06 octobre 2014

@Europium
Il vaudrait mieux que l'État ait moins de missions donc moins de fonctionnaires et paie mieux ceux qui restent.
Votre solution conduirait à des mouvements sociaux et serait interprété (à raison) par de nombreux fonctionnaires comme une punition.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 06 octobre 2014

@L'héré,
Laisse béton, c'est du Gattaz puissance xxxx. Et puis, nous ne sommes pas là pour aider l'ump ou le ps et encore moins la marine quelle que soit leur future vie, n'est-ce pas?

Écrit par : Martine | lundi, 06 octobre 2014

Justement, ce gouvrnement n'est pas pragmatique, mais totalement idéologique.
Mon épouse, prof, m'a expliqué ce qu'on lui a raconté hier matin à la matinée de réflexion sur les nouveaux programmes et le "socle commun de connaissances" : du vent, de l'idéologie égalitarisme, mais surtout aucun contenu, aucune évaluation des CONNAISSANCES, seulement des questions comportementales ("sensibilité littéraire", curiosité, motivation...).
C'est franchement triste. Et ça donne envie de partir dans le privé !

Écrit par : centriste | jeudi, 09 octobre 2014

ça pour être idéologique, il l'est, dans ce domaine, hélas...
Le mal, c'est que j'ai parfois le sentiment que l'Éducation Nationale est consubstantielle des idéologies qu'elle véhicule.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 09 octobre 2014

Ce qui est triste, c'est qu'il l'est aussi dans d'autres domaines (politique familiale, questions de société, retraites, gestion des fonctionnaires...)
A voir si la politique Valls l'est moins sur le plan économique (et encore.)

Écrit par : centriste | vendredi, 10 octobre 2014

http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/senat-herve-maurey-developpement-durable-jouanno-delegation-aux-droits-des-femmes-68325

Moi suis super hyper ravie de voir Jacqueline G vice présidente du sénat.
C'est une femme brillante et intelligente, et me souviens de l'avoir cotoyée en milieu hostile dans une commission éducation une main tendue... Sachant parfaitement que ni prof, ni membre d'asso de parents d'élèves, ni membres d'aucune asso handicap bidule. Mais j'avais osé aider et fait moaaa les mains dans la pate "la dame pipi"! N'est-ce pas luciole?

Écrit par : Martine | samedi, 11 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.