Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Centristes, ne versez surtout pas dans l'eurobéatitude ! | Page d'accueil | L'Alternative refusera le traité transatlantique »

mardi, 15 avril 2014

Sous-SMIC, la pire des mesures

Je vois que Gattaz emboîte le pas au nuisible dont j'évoquais les délires il y a deux semaines. L'idée de Lamy de vouloir paupériser davantage les travailleurs en baissant leurs revenus conduira inéluctablement à une explosion. Bien sûr, les Gattaz, Lamy et compagnie font valoir que cela ne concernera que les jeunes afin de les aider à entrer dans l'emploi. Dans la réalité (pas le monde rêvé de ces sinistres individus) une concurrence sauvage s'établira et conduira à reverser d'autres franges de la population dans la précarité. 

Ce qui me sidère c'est de constater à quel point ces individus n'ont même pas honte de proposer l'inacceptable. On cherche à construire un SMIC européen et pendant ce temps, eux aspirent à nous réduire à l'état de travailleur-prisonnier de camps nord-coréens.

Les petits boulots mal payés vont évidemment remplacer ceux qui sont mieux payés et nullement créer des emplois. Il y aura des effets de transvasement et aucune création d'emplois à la clef, je suis prêt à en tenir la pari, sauf si les smicards d'aujourd'hui acceptent de perdre du pouvoir d'achat.

On peut jouer sur les coûts salariaux pour regagner de la compétitivité, mais pas de cette manière. Le levier, ce sont les charges salariales et ce qu'elles financent. Les dépenses qui leur sont associées sont à reconsidérer. Il faut donc réfléchir du côté de la dépense publique (missions de l'État, protection sociale).

Lamy et Gattaz ont tout faux.

14:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : smic, gattaz, lamy |  Facebook | | |

Commentaires

Le salaire minimum, ce n'est pas le smic. Le salaire minimum, c'est zéro.
Le fait que le SMIC augmente le chômage, la précarité et la pauvreté est d'une banalité incroyable chez l'immense majorité des économistes, je pense que les gens comme vous devraient faire de la pédagogie et militer pour le revenu minimum au lien du salaire minimum qui a échoué partout

Écrit par : shibooz | mardi, 15 avril 2014

Pour ma part, je remercie des gens comme Pascal Lamy qui n'ont plus rien à perdre et qui dise la vérité. Donner un coup de pied dans la fourmilière et secouer la classe politique, voila exactement ce dont la France a besoin.
Nos gouvernants sont en train de payer très cher tous ces mensonges économiques qu'elle a fait passer dans l'opinion publique et sur lesquels ont va être obliger de revenir.

Écrit par : shibooz | mardi, 15 avril 2014

@shibooz
Il n'y aucun individu que je déteste plus que Pascal Lamy dans la classe politique française. Même MLP ou Mélenchon me paraissent plus estimables.
Ce n'est pas le SMIC qui bloque l'économie française et il est quantité négligeable dans le coût du travail.
Ce sont les formalités de toutes sortes, les contraintes administratives,leur inéquité, les charges sur les entreprises, la dépense publique faramineuse avec tout le cortège de promesses faites à chaque élection qui génèrent tous les blocages. A cela s'ajoutent les rigidités du code du travail, parfois délirantes alors que son principe premier devrait être le bon sens.
Le SMIC est un non-problème.
Je suis employeur et franchement, ce n'est pas le SMIC qui m'empêche ou non de recruter quelqu'un quand j'en ai besoin.
Lamy est un imbécile, et Gattaz un grand patron qui ne connaît d'intérêts que ceux de quelques grands groupes.
Le coup de pied est à donner dans la fourmilière des Lamy et consorts.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 15 avril 2014

Le SMIC revient à protéger des pauvres contre la concurrence de très pauvres, c'est moralement inacceptable.

Ensuite le coût des salaires se retrouve forcément dans celui des produits, donc faire augmenter le SMIC augmente le prix des produits artificiellement ce qui est antisocial

Et pour finir sur Lamy, voir enfin un politique défendre le libre échange, le coupable ultra pratique qui se prend tout dans la figure (au même tritre que la BCE et l'euro toujours trop fort), pour un libéral comme moi c'est une vrai bouffée d'air frais

Écrit par : shibooz | mardi, 15 avril 2014

". Bien sûr, les Gattaz, Lamy et compagnie font valoir que cela ne concernera que les jeunes afin de les aider à entrer dans l'emploi."
@L'héré,
Ils jouent à cliver les générations pour faire aboutir leur projet, en disant qu'ils vont préserver les anciens, les jeunes penseront que les anciens les ont "vendus" une fois dans le monde du travail, bonjour l'ambiance...
Mais quid des caisses de retraites avec pareille mesure? Elles ne sont déjà pas en forme! Ils ont déjà essayé à de multiples reprises, par passé, j'espère que cela ne fonctionnera pas davantage aujourd'hui, parce que ce n'est PAS la bonne solution.
Mais suis certaine que cette recette immonde sera présentée encore et encore telle une ritournelle.

Écrit par : Martine | mardi, 15 avril 2014

Pour résumer,je me souviens très bien de la "bi-scale" et de ses effets pervers (comme les jeunes embauchés réduits à dormir dans leur véhicules agés sur les parking, etc).Le diable se présente toujours sous ses plus beaux atours^^^.

Écrit par : Martine | mardi, 15 avril 2014

Le SMIC actuel est trop élevé, mais le gouvernement va l'alléger via une baisse de charges. Pourquoi un jeune devrait-il être moins payé ?

Si des contrats à des salaires plus bas doivent être possibles, ce que je peux marginalement accepter, je préfèrerais qu'ils s'appuient sur une logique régionale (parce que le cout de la vie n'est pas la même à Paris/Nice ou en campagne dans le Creuse/les Ardennes).

Écrit par : Emmanuel M | mardi, 15 avril 2014

@Emmanuel M,
Le SMIC trop élevé à bon, qui le dit?
La logique régionale: c'est déjà le cas.
Ensuite sous fond de réforme territoriale, je ne saurai encourager d'insister davantage sur cet axe...

Écrit par : Martine | mardi, 15 avril 2014

Et puis le SMIC jeune ça existe déjà, ça s'appelle les stages et l'apprentissage.
Je ne connais pas UN jeune qui est pour la suppression des stages, je ne connais pas une personne qui croit que supprimer les stages permettra de les transformer en CDI

Écrit par : shibooz | mardi, 15 avril 2014

@Martine : non, la logique régionale n'existe pas.
Le SMIC est un peu au dessus de 1400€ bruts partout en France. C'est trop peu pour travailler sur Paris (sauf à bénéficier d'aides sociale ou d'un conjoint généreux), mais c'est très raisonnable en Champagne Ardennes pour avoir un appart/une bicoque en location+1 petite voiture d'occasion et un peu de reste à la fin du mois (si on fume pas)

Écrit par : Emmanuel M | mardi, 15 avril 2014

@shibooz,
Les stages...peut-être, quand ils sont rétribués, tous ne le sont pas.
Sinon cela s'appelle aussi autrement quand il s'agit d'œuvrer dans des postes dits d'utilité publique à environ 500 euros par mois.
@Emmanuel
Alors d'après vous, si l'on réside en région rurale, on peut etre un citoyen de seconde zone, ai-je bien compris?

Écrit par : Martine | mardi, 15 avril 2014

@Martine : votre réponse est parfaitement hypocrite. Il y a certains avantages à vivre sur Paris, mais pour profiter de ces avantage il faut des revenus importants.

Sinon à choisir, le SMIC permet un train de vie sympa en Champagne Ardennes (pour une personne seule, payant 250€/mois pour un 50m² propre)et se révèle très insuffisant en région parisienne (coloc moisie+2h de transports+vie de merde).

Donc oui pour la régionalisation du SMIC

Écrit par : Emmanuel M | mardi, 15 avril 2014

@Emmanuel
Désolée je ne vois pas en quoi ma réponse est hypocrite. La votre est limpide j'ai eu confirmation...
Indexer le SMIC sur les tarifs de l'immobilier me parait etre une belle usine à gaz quand à sa mise en pratique.

Écrit par : Martine | mardi, 15 avril 2014

"Le SMIC revient à protéger des pauvres contre la concurrence de très pauvres, c'est moralement inacceptable."

Et il faut donc, pour des raisons morales, faire des pauvres des très pauvres, pour que vive la concurrence libre et non faussée.

Écrit par : Zap Pow | mardi, 15 avril 2014

"Et il faut donc, pour des raisons morales, faire des pauvres des très pauvres, pour que vive la concurrence libre et non faussée."

Le SDF qui n'a aucune chance de trouver un travail à cause du SMIC et qui ne passera pas l'hiver remerciera votre morale

Écrit par : shibooz | mercredi, 16 avril 2014

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/08/un-quart-des-sdf-ont-un-travail_4397844_3224.html

Bonne journée shibooz, oups j'oubliais dans votre listing le travail à temps partiel...

Écrit par : Martine | mercredi, 16 avril 2014

@shibooz
Un stage est une phase d'apprentissage, pas un emploi.
Quant au SDF...il faut donc faire créer un statut intermédiaire entre précaire et SDF si je vous suis bien ?
@Emmanuel
Nous sommes bien d'accord. Il vaut mieux alléger les charge que sous-payer les jeunes ; j'observe d'ailleurs que cette idée est bien reçue un peu partout au centre-gauche (et pas chez les libéraux).
Je ne vous suis pas pour la régionalisation du SMIC. A terme, au contraire, il serait souhaitable de parvenir à un SMIC européen (une fois que les économies européennes seront à peu près alignées).
@Martine
De toutes façons, le projet de Lamy est imbécile à tous points de vue. Allez savoir pourquoi, mais j'y retrouve tout à fait la bonne conscience dégoûlinante de la gauche réformiste, celle que je déteste cordialement.
Vous étonnerez-vous si je vous dis que la mesure a l'air bien accueillie par l'aile gauche du MoDem, celle-là même qui passe son temps à donner des leçons de morale à tout le monde et ne jure que par l'alliance avec la gauche ?

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 16 avril 2014

@L'hérétique,
Nan pas étonnée du tout, vous savez qu'il suffit pour certains d'entendre ou lire "pour sortir les SDF de la rue" et ils plongent sans se poser plus de questions. Ils oublient vite que "le diable s'habille en prada" ;)
Certainement les memes qui étaient fans du revenu minimum pour tous en échange de travaux pour la collectivité; le grand retour du servage est proche!
Triste qu'il n'y ait pas prise de conscience qu'à ne fonctionner que dans le registre de l'émotionnel, on se retrouve souvent à scier la branche sur laquelle on est assis.

Écrit par : Martine | mercredi, 16 avril 2014

@Martine
Oui j'avais lu cet article, me voilà puni

@l'hérétique
Baisser les charges est strictement équivalent à faire baisser le SMIC, donc en fait vous êtes d'accord avec moi, sauf que vous voulez le faire en douce de façon à ce que le salarié ne capte pas ce qui se passe.

Une dernière fois, le smic n'est PAS une obligation de payer plus, mais une INTERDICTION de payer moins.
Le patron ne décide PAS combien il paye ses salariés, sinon nous serions tous payés au SMIC, c'est l'offre et la demande qui fixe les prix, point barre. Vous savez cela, mais vous faites les sourds en vous indignant, c'est dommage

Écrit par : shibooz | mercredi, 16 avril 2014

Le CIF du CIP

Travail de sape: Oui, jeune, tu vas devoir de plus en plus tôt t'habiller en fringues d'occas, quoi, tu recycles! Une offensive massive et coordonnée, tirer le smic européen par le bas (si un jour il voit le jour) pour lutter contre le dumping social? Un smic "progressif", ce n'est qu'une régression, et ces mêmes avantages aux entreprises, du Cac 40 à une TPE, de qui s'moke t-on, en enfumage, ça leur fait tourner la tête aux dépeceurs. Mais la pire injustice, c'est de ne pas avoir de boulot, de travail, pas vrai! (on dit de moins en moins de métier?).

Les plus pauvres, fragiles pour le monde du travail, encore en variable d'ajustement, ils sont les moins bien organisés, plus facile à blouser. Un smic donc basé sur compétences, expérience, ancienneté, dans une vie où l'on doit changer de parcours, pourquoi seulement les jeunes, une fois le ver dans le fruit, sur l'arbre ou par terre, une fois gâté... Technique OGM, que ça se répande (là mentalement), une fois bien infecté, pas de retour en arrière, allons-y gaiement, c'est trop tard.

Une course à l'échalote, c'est un rayon Farfouille de l'OMC, une vieille antienne. Jeune (mais pas que à mon avis), tu travailleras et te ruineras en logement, bouffe de merde tu absorberas (viande industrielle malsaine, légumes, fruits empoisonnés, etc.) Mais, c'est déjà le cas. Peuvent mieux faire, toujours, c'est leur grande obsession. Les 58 premiers groupes européens (multinationales) cumulent 22% du PIB européen, pour 138 milliards d'euros de profits, le bien du profit contre le bien public (de moins en moins en adéquation). Heureusement, les insectes à la rescousse, pour tes protéines, déferleront sur les étals. Létal.

Un de leurs arguments, un smic en ville n'a pas la valeur d'un smic en campagne, bientôt une fois les régions redécoupées, le total des salaires d'une région divisé par le nombre de travailleurs pour calculer par rapport au salaire médian le niveau du smic par région (plus de 60% mais 50%). Bah ouais mais moi je suis dans le Sud, il va falloir bien étudier la composante "travail au noir".

Etudions plutôt évasion et fraude fiscale, un manque à gagner /an de 80 milliards d'euros au bas mot (les bas morceaux), en termes de recettes fiscales. Que voulez-vous, chez ces gens là, on ne mange pas avec l'apprenti du boucher, et s'il n'a qu'appentis pour se loger, du moment qu'il fasse bien son boulot sur le gîte à la noix du soir en nôtre "maisonnette", qu'un morceau de poire lui suffise le dimanche, et s'il prie un peu, il entendra les siens et il reprendra le bon goût le tendron à la bavette fera gîte arrière, car quand (carcan) le bateau gîte, même s'il se couche, on trouve qui du bon côté à l'extérieur attendant les secours (renflouer les banques et donc en catimini leurs plus gros clients) pendant que vous vous noyés écrasés les uns sur les autres mais vous êtes si nombreux, aucune distinction.

Vous avez tous vus et appréciés "Le Titanic", bon, bah alors! Qu'est-ce qu'il veut le Tiers état, des héros y'en à plein la télé, ça à même été inventé pour ça, fallait pas se détourner d' la religion.

Écrit par : flament | mercredi, 16 avril 2014

@shibooz
La concurrence, la loi de l'offre et de la demande, pour qu'elles aient un sens, réclament de l'équité.
On est d'accord en effet pour baisser le coût du SMIC mais pas du tout sur la manière de le faire.
En effet, le SMIC est une interdiction de payer moins. Il y a des règles dans notre société, et je ne pense pas que cela soit un mal. Et puis franchement, je vous le redis, ce n'est pas le SMIC lui-même qui est un obstacle à l'embauche mais bien les charges.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 16 avril 2014

"Et puis franchement, je vous le redis, ce n'est pas le SMIC lui-même qui est un obstacle à l'embauche mais bien les charges."

J'ai un doute : cela fait des années que l'on joue sur la baisse des charges, sans voir d'embauche.

Écrit par : Zap Pow | mercredi, 16 avril 2014

@Zap Pow,
C'est exact, disons qu'il serait un bon début de les remettre à plat, observer celles qui ont fonctionnée ou pas et puis simplifier.
Sinon, voui, j'ai quelques autres idées bien précises en tete. ;))

Écrit par : Martine | mercredi, 16 avril 2014

rhooo fonctionné bien sur @@@.

Écrit par : Martine | mercredi, 16 avril 2014

Laurence Parisot a publié à cette occasion deux tweets de grand bon sens :

"Ceux qui préconisent un salaire en dessous du #Smic pour favoriser l'emploi font une erreur d'analyse sur les véritables causes du chômage."

puis (un peu forcé mais pas tout à fait faux) : 'Proposer un salaire en dessous du Smic s'apparente à une logique esclavagiste."

https://twitter.com/LaurenceParisot

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 16 avril 2014

@Fred,
Je n'ai pas copié LP, il suffit d'avoir suivi ce blog depuis longtemps pour savoir...Donc le blabla de "bon sens" de LP, dois-je m'en sentir flattée pour autant?

Écrit par : Martine | mercredi, 16 avril 2014

Baisse des charges pour les entreprises, de plus en plus sont rentrées dans la même logique que les grosses, l'avidité éhontée destructrice, si les exemples venus d'en haut sont malsains...
Mais le tissu économique est si varié, d'"esclavagistes" à patron et encadrement humain, un effet fut raté, les 35H, nous fîmes en 39 ce qui était fait en 35H, créant de la frustration.
Un point, on oublie trop souvent que libérer les 35H, comme défiscaliser les heures sup, une vieille prérogative du Medef pour lutter contre le travail en intérim jugé trop cher. Maintenant c'est au tour du smic.

Écrit par : flament | jeudi, 17 avril 2014

"On cherche à construire un SMIC européen"

heu ... c 'est juste faux. ON ne cherche rien du tout.

Écrit par : Le Parisien Libéral | jeudi, 17 avril 2014

@Parisien Libéral
Il y a une volonté de l'Europe d'aller progressivement vers une convergence sociale.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 17 avril 2014

En nivelant quand tout augmente, a qui cela profite, on rétorquera qu'il faut équilibrer, en partant de quoi? Les bases, c'est important, quand on parle de la bonne croissance de certains pays, ils partent d'où? Un deux pièces en ville coûte t-il 500 euros en location, par exemple? Equilibrer pour les pays en vie quotidienne chère, c'est écraser un peu plus nombre.

Écrit par : flament | vendredi, 18 avril 2014

Les commentaires sont fermés.