Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Intermittents : le problème n'est pas le régime mais le nombre | Page d'accueil | Les sources amères du djihadisme en France »

mercredi, 19 février 2014

Et un ennui mortel gagna les municipales...

Je ne sais pas ce que vous en pensez, vous, mais moi, je m'ennuie à mourir à la veille de la prochaine élection municipale.

Est-ce que les militants des réseaux sociaux se rendent compte que leurs échanges sont factices et inintéressants au possible ?

Ça me fatigue les slogans. Les promesses à tire-larigot aussi.

J'ai juste envie qu'on me propose des choses simples. 

Par exemple :

- ouvrir davantage les équipement sportifs et plus tard.

- cesser d'entraver la circulation automobile en resserrant partout les voies, créant des limitations de vitesse et des sens interdits. Les transports en commun ne sont généralement pas capables de rivaliser avec les automobiles, en confort et en temps. Il faut en prendre acte. En revanche, je suis preneur de toutes les solutions qui favorisent l'usage de véhicules propres à condition de laisser aux automobilistes parisiens le temps de s'adapter.

- améliorer la sécurité dans les transports et les rues de Paris

- gérer différemment le logement social en virant les délinquants et les indélicats de manière à ce que sa seule mention n'inquiète désormais plus ceux qui devront vivre à côté.

- Stabiliser ou même diminuer les impôts locaux

- en finir avec les grands travaux incessants : Paris est un chantier permanent. On ne peut jamais s'y déplacer normalement.

- instaurer que les directeurs d'école recrutent leurs surveillants au lieu de se les voir imposer, et qu'ils aient également autorité sur les cantines. 

- multiplier les modes de garde de manière à ce que les familles disposent de plus de solutions pour faire garder leurs enfants en bas âge.

- ne pas torpiller le secteur associatif (spécialité de l'actuelle majorité) en municipalisant à tour de bras les services qu'il peut rendre. Lui faciliter l'existence sans pour autant verser dans le clientélisme (éviter les subventions à tout va, notamment...) 

J'aimerais que toutes ces mesures soient chiffrées de manière à ce que l'on en évalue le coût. En fait, j'aimerais même que cela soit la méthodologie utilisée par les candidats : qu'ils repartent de l'actuel budget de Paris, précisent ce qu'ils gardent et ce qu'ils enlèvent et comment ils entendent financer leurs mesures. Et quand ils affirment vouloir aider le secteur de la culture ou celui des entreprises, j'aimerais aussi qu'ils précisent très exactement ce qu'ils ont en tête. Que l'on puisse juger sur pièces. Faute de quoi ce sont des affirmations générales et sans crédibilité. De ce fait, quand quelqu'un promet n'importe quoi, je tends à penser qu'il cache des choses. C'est souvent le cas, et je ne doute pas qu'un certain nombre de citoyens fasse le même raisonnement que moi.

17:44 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : municipales2014 | |  Facebook | | | |

Commentaires

en plus, Beigbeider va se faire éjecter ...

http://2014paris.blogspot.fr/2014/02/paris2014-charles-beigbeder-parislibere.html

Écrit par : Le Parisien Libéral | mercredi, 19 février 2014

oui cette élection est mortelle, car elle est "salopée" par les différents grands partis et les médias( de plus en plus a coté de la plaque)
C'est une l'élection locale et les deux protagonistes cités ci-dessus en fond une élection nationale....

Écrit par : Europium | jeudi, 20 février 2014

Les municipalités font de la propagande et du favoritisme idéologique pour le transport en commun lourd, bus, tramway, métro ; elles l'imposent même quand c'est beaucoup plus cher, plus lent, incommode et inconfortable.
Si bien que les habitants des grandes agglomérations subissent des transports en commun qui coûtent en moyenne plusieurs fois plus cher par personne transportée (0,4€ à environ 1€/km) que la voiture individuelle (environ 0,25€ par km et par personne transportée en voiture, y compris le coût des infrastructures, des accidents,…), qui mettent 1,5 à 2 fois plus de temps pour faire accomplir le même trajet, qui par la répression rendent captifs de plus en plus de personnes dans leurs transports et soumettent les passagers à des contraintes de pénibilité et d'inconfort de plus en plus mauvaises comparées à celles de la voiture.

Écrit par : libre de penser | dimanche, 23 février 2014

Écrire un commentaire