Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Seul un projet politique alternatif peut venir à bout du FN | Page d'accueil | Leonarda : overdose compassionnelle ? »

mercredi, 16 octobre 2013

Leonarda : dura lex sed lex ?

L'expulsion de la jeune Léonarda et de sa famille n'a à mon avis pas fini de faire des vagues. J'avoue avoir été interpelé par la méthode utilisée. Si je comprends la nécessité d'appliquer une loi j'ai du mal à admettre que l'on alpague une jeune fille de 15 ans  au beau milieu d'une sortie scolaire avec sa classe.

J'ai un a priori plutôt favorable envers les Socialistes sur le respect des procédures en matière d'immigration et je ne pense pas que des gens comme Hollande ou Ayrault donnent leur accord à la légère dans ce domaine.

Le problème avec les lois c'est que par nature elles finissent toujours par télescoper frontalement le réel. 

Dans le principe, je suis le premier à dire qu'il faut en finir avec une immigration excessive, mais dans la pratique, si j'avais été l'enseignante de cette jeune fille, ayant tissé des liens affectifs avec elle, je ne promets pas que je n'aurais pas cherché à la cacher voire à prévenir la famille d'un rixe d'expulsion.

Si j'étais le père d'un des enfants qui étaient dans le bus, je pense même que j'aurais été furieux de cette reconduite forcée et que j'aurais signé toutes les pétitions possibles et imaginables, même d'organisations ou d'associations que je ne goûte guère habituellement, pour obtenir son retour. Je n'imagine même pas ce qu'il en aurait été si elle avait été la petite amie de mon fils. Je crois que là encore, je l'aurais cachée moi-même.

Évidemment, j'attends d'en savoir plus d'autant que la préfecture assure que cette famille ne présentait pas des garanties valables d'intégration sociale et économique.

Valls a été sage, dès sa prise de fonctions, de bien se garder de fixer un objectif chiffré pour les reconduites à la frontière. Traiter au cas par cas ces situations, c'est la position de Bayrou de longue date et je la trouve bonne. Alors bien sûr, l'emballement médiatique empêche souvent d'examiner sereinement des faits et peut-être que la préfecture a de très bonnes raisons de faire partir cette famille. Nous le saurons sans doute un peu plus tard, une fois que le ballon aura dégonflé et, sur ce point, Hollande s'est montré prudent et réfléchi, annonçant qu'il ne se prononcerait qu'une fois qu'il en saurait plus.

Je n'en crois pas moins que notre pays s'honorerait à se montrer capable d'entorses au droit qu'il fixe quand il s'agit d'humanité ordinaire.

Polynice n'aurait jamais eu de sépulture si Antigone n'avait pas invoqué la légitimité de l'amour fraternel face aux lois de Thèbes et de Créon.

Dans tous les cas de figure, il est sain, dans ce pays, qu'il reste des personnes et des responsables politiques pour exiger des explications quand il y a une prise de décision qui ressemble tout de même fortement à un dérapage. Daniel Schnedeirman qui a l'intelligence chez Rue89 de comparer la version des faits de la famille et celle de Valls conclut à raison, me semble-t-il par ces mots : 

«ce pouvoir, comme le précédent, n’est pas à l’abri d’une nouvelle affaire Ivan. On frémit en tout cas à l’idée que la version Valls aurait pu être la seule (ou même la première) disponible.»

17:58 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : leonarda, immigration |  Facebook | | |

Commentaires

L’expulsion de la collégienne kosovare met en émoi la gauche. C’est pourtant la conséquence logique de sa politique sociale-démocrate.

Écrit par : Le Parisien Libéral | jeudi, 17 octobre 2013

http://www.contrepoints.org/2013/10/17/142967-leonarda-15-ans-adolescente-kosovare-expulsee-en-pleine-sortie-scolaire

Écrit par : Le Parisien Libéral | jeudi, 17 octobre 2013

Je me pose en effet parfois la question : tous ces gens viendraient-ils si aucune prestation sociale ne les attendait à l'arrivée et qu'ils le savaient ?
En même temps, ils sont souvent dans un tel état de désespoir qu'ils sont prêts à tout pour quitter leur pays.
Pas simple.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 17 octobre 2013

Bonjour,

Une question, un peu provoc je l'admet : La famille ayant été mise au courant du jour et de l'heure tout en laissant la jeune fille participer à la sortie, tout aurait été mieux si on l'avait interpellé la veille au soir ?

Écrit par : skollen | vendredi, 18 octobre 2013

@skollen
C'est une bonne question.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 18 octobre 2013

http://desmotsgrattent.blogspot.be/2013/10/handignee.html

Écrit par : luciolebrune | dimanche, 20 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.