Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C'est pas mal, netvibes | Page d'accueil | Égalité, taxes et bisous »

samedi, 27 juillet 2013

Parlons-en de Brétigny...

Je suis frappé de l'efficience avec laquelle le politiquement correct s'est échiné à masquer la réalité des évènements qui se sont déroulés à Brétigny.

Ce n'est pourtant pas compliqué à comprendre : la racaille était là et elle a vu une opportunité de s'engraisser sur les cadavres et les agonisants.

La bien-pensance peine à imaginer un tel scénario qui pour ma part ne m'étonne nullement. Je connais trop bien les pourritures qui peuplent les cités pour ne pas être supris et les témoignages que la presse s'est bien gardée de publier sont encore en-dessous de la réalité.

A vrai dire, il y a une espèce de culpabilité qui frappe même les blogues de droite qui ne laisse de m'étonner : Auhtueil, par exemple, appelle à refonder la politique de la ville, jugeant que la barbarie se développe sur le lit de la misère.

Toute tentative d'établir une vérité tout ce qu'il y a de plus crue se heurte au droitdelhommisme dégoûlinant de bonne conscience, abondant en hyperboles et épithètes du champ lexical de l'indignation : nauséabond, immonde, gerbant, indigne, voilà des adjectifs qui plaisent bien à la gauche morale et même au-delà puisque la droite n'ose plus rien dire.

J'ai une autre analyse. Je crois que c'est le laxisme et l'absence de sanctions qui la nourrissent. Notre pays crève du laxisme des juges et de l'hypocrisie des politiques qui ne donnent pas aux juges qui prennent les choses au sérieux les moyens de faire exécuter leurs sentences.

Pour moi, il ne fait pas de doute qu'il y a une volonté politique de laisser le champ libre à la racaille. La racaille, rappelons-le c'est :

- les tournantes

- le traffic de drogue en banlieue avec son cortège d'assassinats

- les agressions violentes

- l'islamisation des cités (ce sont les mêmes qui violent, pillent, blessent, accueillent la police, les pompiers et les secours à coups de pierres puis se refont une virginité en déclarant leur amour à Dieu et en appelant au Jihad).

Mais, au fond, ce n'est pas tout : la violence sous toutes ses formes, toujours plus violentes, déborde de toutes parts, bien au-delà des cités. Pour un oui ou pour un non, on décharge un chargeur, on plante un coup de couteau, au minimum, on tabasse.

Cette violence, je le crois profondément, se développe sur le terreau de l'impunité. On va encore me seriner que la France n'a jamais eu autant de monde dans ses prisons et que les lois se sont durcies ; c'est bien possible, mais entre temps, la délinquance a explosé, elle, et j'aimerais un jour qu'on fasse le décompte des faits de délinquance qui demeurent impunis. J'imagine que cette statistique-là n'est pas bonne à faire connaître.

Notre droit est trop protecteur pour la racaille ? Changeons notre droit, le cas échéant, dénonçons des conventions si c'est nécessaire jusqu'à ce que répression et délinquance s'ajustent.

Que l'on ne me dise pas que la délinquance est systémique : Giulani à New York, avec sa tolérance zéro, a enclenché une spirale qui a fait reculer le crime au point que sa ville est revenu aujourd'hui à des taux d'homicides du début des années 60.

Dans le même temps, à Paris, pendant que Delanoë et Hidalgo ne songent qu'à la fête, l'insécurité atteint des seuils record, menaçant l'industrie touristique de la capitale.

Nous disposons d'armes largement suffisantes pour neutraliser la racaille : tasers, flash-ball, bonne vieille matraque, gilets, vidéo-surveillance, et, qui sait, si nous le décidons, bientôt des drones, mais il nous manque la volonté politique nécessaire pour faire du nettoyage à grands coups de torchon. On avait pu penser en un temps que Sarkozy l'avait, mais finalement, il n'a brassé que du vent ; Valls, de son côté, est prisonnier du clan socialiste et la médiacratie libertaro-gauchiste reconverti au capitalisme pour soi et socialisme pour les autres.

Commentaires

"j'aimerais un jour qu'on fasse le décompte des faits de délinquance qui demeurent impunis".

Ça s'appelle le chiffre noir et par définition ça ne peut pas se quantifier, néanmoins, on peut en avoir une idée à travers les enquêtes de victimation conduites chaque année par l'ONDRP.

Globalement, vous prenez le chiffre total des faits déclarés aux forces de l'ordre ou traités à l'initiative ces services (flags, enquêtes, etc.) et selon les années vous multipliez par 2 ou 3. Là vous aurez une idée à peu près nette de ce qui se passe réellement. Sachant que pour certains faits tels que le viol, l'écart entre les faits traités et la réalité est de l'ordre de 1 pour 10.

Sinon, c'est une moyenne, pour 100 faits commis, 60 sont portés à la connaissance des forces de l'ordre, 32 donnent lieu à une interpellation, 8 débouchent sur une condamnation. L'écart entre 32 et 8, c'est la marge d'impunité.

Étrangement, on ne communique jamais là-dessus.

Ceci dit, tout n'est pas noir, nous avons en matière d'homicides un des plus beaux taux de résolution.

Écrit par : Koltchak91120 | samedi, 27 juillet 2013

Autheuil se trompe, la barbarie ne se développe pas sur fond de misère. Les quartiers dits prioritaires ont, depuis que la politique de la ville existe, toujours été arrosés de pognon. Leur taux d'équipements publics : médiathèques, gymnases, etc. dépasse de loin ce qu'on trouve habituellement en province.

Les précédentes vagues d'immigration ont toutes connues la ghettoïsation à leur arrivée, le rejet, ce sont des processus normaux, on ne peut plus humains. La génération suivante, ayant adhéré à la culture française, à nos valeurs, à nos lois, quittait le lieu d'arrivée pour se fondre dans la masse. Là, avec l'es maghrébins et les africains sub-sahariens nous en sommes à la 2ème ou 3ème génération. Ils n'ont pas quitté le lieu initial d'arrivée, ils continuent à conserver leurs cultures, leurs langues, etc. Bref, ils prennent le pognon mais refusent la France.

Écrit par : Koltchak91120 | samedi, 27 juillet 2013

Voilà un exemple typique d'article qui contient quelques idées intéressantes malheureusement complètement gommées par le ton colérique et limite outrancier de l'ensemble du billet.

Tout d'abord sur les évènements liés à la catastrophe ferroviaire de Brétigny, je me garderais bien, comme vous le faites, d'affirmer quoi que ce soit. Mais en ayant consulté différents articles qui allaient du " c'était un pillage à large échelle" jusqu'à "Il ne s'est rien passé", je pense que la vérité est intermédiaire...

L'information sur les vols est remontée par un syndicat de police mais les pompiers et la croix rouge n'ont pas , à ma connaissance, fait de remontées particulières sur un phénomène de délinquance massif.

A priori, j'ai l'impression que s'il y a dû y avoir quelques vols et un peu de tension, je ne crois absolument pas qu'il y ait eu des scènes de pillage sinon il est clair qu'on aurait vu fleurir des vidéos sur internet (vu que tout le monde à de quoi filmer sur son smartphone de nos jours)ou sur les télés (audience garantie).

Bref, loin d'excuser les délinquants qui ont profité de cette catastrophe, il faut ramener les choses à leur juste proportion sans nier les problèmes mais sans les exagérer non plus.

Je suis halluciné que vous ayez pu illustrer votre article d'un lien vers un témoignage hebergé sur une page web royaliste qui affiche clairement qu'elle n'apprécie pas le PS et qui elle même a repris un article d'un media israélien... çà me semble léger comme source...

Sur la suite de votre article, votre utilisation du terme racaille me fait penser au Karcher de Sarkozy...

Ce genre de termes ne sert à rien, n'apporte rien, ca clive les débats alors que les questions sur la sécurité devraient être traitées de façon raisonnées (précision: on peut être raisonné tout en étant ferme)...

Là où je suis d'accord avec vous, c'est qu'il est essentiel que la justice (au sens large) reprenne la main dans les zones où les délinquant pourrissent littéralement les conditions de vie de leurs voisins par les trafics, la violence et les dégradations.
Il est vrai que l'impunité qui y existe est insupportable et qu'il n'est pas acceptable que la république cède face à des voyous.

Vous allez sans doute trouver cela très politiquement correct, mais je tiens quand même à rappeler qu'il y a beaucoup d'endroits en région parisienne et ailleurs où les niveaux de sécurité sont corrects, les situations très dégradées ayant tendance à se concentrer sur des zones assez localisées.
Je tenais à le dire car je n'aime pas que l'on puisse laisser entendre que ma région est assimilable au Bronx alors que ce n'est pas le cas...

Concernant votre exemple de New York, il est dommage que vous ayez omis de préciser que le taux d'homicide y reste trois à quatre fois supérieur à celui de Paris + petite couronne (chiffres pour l'année 2011) car çà relativise grandement votre propos...

Vous parlez de changer notre droit voire même de "dénoncer des conventions" mais vous ne précisez pas lesquelles...

La loi est protectrice des droits des citoyens dans leur ensemble et pas seulement des voyous...
Diminuer les droits des citoyens face à la justice revient à augmenter les risques d'abus et d'erreurs judiciaires...
je ne dis pas qu'il ne faut rien toucher, je dis seulement que ce n'est pas avec des formules simplistes du genre "y a qu' à, faut qu'on" qu'on ira dans la bonne direction.
Qu'on commence déjà à appliquer totalement les lois actuelles, ce sera un bon début...

Une idée qui m'intéresse par contre, c'est l'utilisation des moyens technologiques pour confondre les délinquants...
Je pense qu'effectivement si les forces de police étaient équipées de matériel qui leur permette d'enregistrer facilement leurs interventions ou faire de la surveillance discrète, cela peut apporter un vrai plus à conditions que cela soit accepté comme preuve par la justice.

Par ailleurs, dans votre texte, vous critiquez un bloggeur qui a osé prétendre (le méchant) que "la barbarie se développe sur le lit de la misère" ...
Je suis désolé de vous contredire mon cher hérétique mais si l'impunité est effectivement une cause de développement de la délinquance, il ne faut pas occulter le fait qu'il est plus facile de tomber dans la délinquance quand on est élevé dans un climat de difficultés sociales que quand on est dans un environnement privilégié...
C'est bête à dire mais c 'est incontestable tout comme il est incontestable de dire que l'eau çà mouille et le feu çà brûle...
Ca n'excuse en aucune manière les voyous qui doivent être systématiquement punis mais il est bon de le rappeler car si la répression est nécessaire, elle ne saurait être suffisante.

Le ton global de votre billet me dérange car il sonne comme un appel à la guerre...
La France n'a pas besoin d'une guerre intérieure, elle a besoin de justice...

J'en ai assez de ces déclarations à l'emporte pièce bourrées de testostérone...Je pensais qu'en 2013, on avait dépassé çà...

J'ai toujours considéré que les voyous de banlieue , par leur comportement, portaient atteinte au lien social et par la même à la république. Je n'ai donc aucune complaisance à leur égard car je suis profondément attaché aux principes de la république.
Il faut donc les sanctionner quand ils se comportent mal... et le faire systématiquement et fermement...

Dans la même logique, il faudra aussi que soit sanctionnés les autres atteintes au lien social.

Je pense à toutes les discriminations de nature géographiques ( lieu d'habitation), de nature ethnique( refus de louer un appart, refus pour un travail, refus d'accès aux lieux de loisirs..), de nature sociales( accès prioritaire à certains services pour ceux qui ont la chance d'avoir les relations qu'il faut)...
Toutes ces discriminations sont moins médiatiques mais toutes aussi destructrice pour la cohésion sociale de notre pays...

Bref, si on veut que la justice s'applique dans toute sa rigueur, elle doit s'appliquer à tous et pas seulement à un seul groupe. C'est à cette conditions que chacun pourra comprendre que la justice n'est pas là pour assouvir une vengeance ou une colère mais qu'elle est là pour préserver le vivre ensemble et que chacun doit faire des efforts pour que cela marche.

Cordialement

Écrit par : serge92 | samedi, 27 juillet 2013

Voilà un exemple typique d'article qui contient quelques idées intéressantes malheureusement complètement gommées par le ton colérique et limite outrancier de l'ensemble du billet.

Tout d'abord sur les évènements liés à la catastrophe ferroviaire de Brétigny, je me garderais bien, comme vous le faites, d'affirmer quoi que ce soit. Mais en ayant consulté différents articles qui allaient du " c'était un pillage à large échelle" jusqu'à "Il ne s'est rien passé", je pense que la vérité est intermédiaire...

L'information sur les vols est remontée par un syndicat de police mais les pompiers et la croix rouge n'ont pas , à ma connaissance, fait de remontées particulières sur un phénomène de délinquance massif.

A priori, j'ai l'impression que s'il y a dû y avoir quelques vols et un peu de tension, je ne crois absolument pas qu'il y ait eu des scènes de pillage sinon il est clair qu'on aurait vu fleurir des vidéos sur internet (vu que tout le monde à de quoi filmer sur son smartphone de nos jours)ou sur les télés (audience garantie).

Bref, loin d'excuser les délinquants qui ont profité de cette catastrophe, il faut ramener les choses à leur juste proportion sans nier les problèmes mais sans les exagérer non plus.

Je suis halluciné que vous ayez pu illustrer votre article d'un lien vers un témoignage hebergé sur une page web royaliste qui affiche clairement qu'elle n'apprécie pas le PS et qui elle même a repris un article d'un media israélien... çà me semble léger comme source...

Sur la suite de votre article, votre utilisation du terme racaille me fait penser au Karcher de Sarkozy...

Ce genre de termes ne sert à rien, n'apporte rien, ca clive les débats alors que les questions sur la sécurité devraient être traitées de façon raisonnées (précision: on peut être raisonné tout en étant ferme)...

Là où je suis d'accord avec vous, c'est qu'il est essentiel que la justice (au sens large) reprenne la main dans les zones où les délinquant pourrissent littéralement les conditions de vie de leurs voisins par les trafics, la violence et les dégradations.
Il est vrai que l'impunité qui y existe est insupportable et qu'il n'est pas acceptable que la république cède face à des voyous.

Vous allez sans doute trouver cela très politiquement correct, mais je tiens quand même à rappeler qu'il y a beaucoup d'endroits en région parisienne et ailleurs où les niveaux de sécurité sont corrects, les situations très dégradées ayant tendance à se concentrer sur des zones assez localisées.
Je tenais à le dire car je n'aime pas que l'on puisse laisser entendre que ma région est assimilable au Bronx alors que ce n'est pas le cas...

Concernant votre exemple de New York, il est dommage que vous ayez omis de préciser que le taux d'homicide y reste trois à quatre fois supérieur à celui de Paris + petite couronne (chiffres pour l'année 2011) car çà relativise grandement votre propos...

Vous parlez de changer notre droit voire même de "dénoncer des conventions" mais vous ne précisez pas lesquelles...

La loi est protectrice des droits des citoyens dans leur ensemble et pas seulement des voyous...
Diminuer les droits des citoyens face à la justice revient à augmenter les risques d'abus et d'erreurs judiciaires...
je ne dis pas qu'il ne faut rien toucher, je dis seulement que ce n'est pas avec des formules simplistes du genre "y a qu' à, faut qu'on" qu'on ira dans la bonne direction.
Qu'on commence déjà à appliquer totalement les lois actuelles, ce sera un bon début...

Une idée qui m'intéresse par contre, c'est l'utilisation des moyens technologiques pour confondre les délinquants...
Je pense qu'effectivement si les forces de police étaient équipées de matériel qui leur permette d'enregistrer facilement leurs interventions ou faire de la surveillance discrète, cela peut apporter un vrai plus à conditions que cela soit accepté comme preuve par la justice.

Par ailleurs, dans votre texte, vous critiquez un bloggeur qui a osé prétendre (le méchant) que "la barbarie se développe sur le lit de la misère" ...
Je suis désolé de vous contredire mon cher hérétique mais si l'impunité est effectivement une cause de développement de la délinquance, il ne faut pas occulter le fait qu'il est plus facile de tomber dans la délinquance quand on est élevé dans un climat de difficultés sociales que quand on est dans un environnement privilégié...
C'est bête à dire mais c 'est incontestable tout comme il est incontestable de dire que l'eau çà mouille et le feu çà brûle...
Ca n'excuse en aucune manière les voyous qui doivent être systématiquement punis mais il est bon de le rappeler car si la répression est nécessaire, elle ne saurait être suffisante.

Le ton global de votre billet me dérange car il sonne comme un appel à la guerre...
La France n'a pas besoin d'une guerre intérieure, elle a besoin de justice...

J'en ai assez de ces déclarations à l'emporte pièce bourrées de testostérone...Je pensais qu'en 2013, on avait dépassé çà...

J'ai toujours considéré que les voyous de banlieue , par leur comportement, portaient atteinte au lien social et par la même à la république. Je n'ai donc aucune complaisance à leur égard car je suis profondément attaché aux principes de la république.
Il faut donc les sanctionner quand ils se comportent mal... et le faire systématiquement et fermement...

Dans la même logique, il faudra aussi que soit sanctionnés les autres atteintes au lien social.

Je pense à toutes les discriminations de nature géographiques ( lieu d'habitation), de nature ethnique( refus de louer un appart, refus pour un travail, refus d'accès aux lieux de loisirs..), de nature sociales( accès prioritaire à certains services pour ceux qui ont la chance d'avoir les relations qu'il faut)...
Toutes ces discriminations sont moins médiatiques mais toutes aussi destructrice pour la cohésion sociale de notre pays...

Bref, si on veut que la justice s'applique dans toute sa rigueur, elle doit s'appliquer à tous et pas seulement à un seul groupe. C'est à cette conditions que chacun pourra comprendre que la justice n'est pas là pour assouvir une vengeance ou une colère mais qu'elle est là pour préserver le vivre ensemble et que chacun doit faire des efforts pour que cela marche.

Cordialement

Écrit par : Serge92 | samedi, 27 juillet 2013

@serge92
Je vous suis sur l'ensemble de ce que vous avez écrit. Mon biller se fait surtout l'écho de la colère. Le blogue de Koltchak est en effet royaliste, mais cela ne signifie pas pour autant que l'information y soit nécessairement fausse d'autant que je l'ai recoupée avec d'autres sources.
Bien sûr que la misère est un facteur aggravant, mais considérez les cités ouvrières du nord de la France en proie à l'alcoolisme et au chômage : certes, les problèmes sociaux y sont lourds et la violence souvent endémiques, mais elles ne versent pas pour autant dans les phénomènes de bandes ethniques violentes et hargneuses que l'on trouve dans les cités de Marseille ou de Paris.
On a pris l'habitude dans ce pays d'expliquer tout par des déterminismes (sociaux à gauche, culturels à l'extrême-droite) mais moi je crois que les individus sont avant tout responsables de leurs actes.
En ce qui concerne nos lois, cela fait 20 ans qu'on dit qu'il faut les appliquer : il y a tout de même comme un léger problème, non ? Si elles s'avèrent inapplicables c'est bien qu'il faut les revoir. Quant aux conventions, je pense à celles qui protègent les mineurs que je suis partisan de revoir nettement à la baisse.
Je pensé également au droit d'asile dont le maintien doit être conditionné à un comportement impeccable sur notre sol.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 27 juillet 2013

@ l'hérétique :

A mon humble avis la répression ne changera pas grand chose au problème sinon pour les victimes.

Le point de départ de toute réflexion à ce sujet devrait être qu'ils n'ont plus ni valeurs ni repères. Pour eux le respect s'obtient en se montrant impitoyable, en allant en prison etc.

Il faut faire comprendre aux plus jeunes que s'ils ont tant la haine ces types c'est avant tout parce qu'ils ont ruiné leurs vies.

Passé 20 ans ils commencent à voir ceux qui vivent normalement avancer pendant qu'ils stagnent donc ils font le bilan :
Pas de qualification, rien à mettre sur le CV, un casier chargé, pas de copines, pas de potes, pas d'appart, jamais la conscience tranquille, des nouveaux bobards tous les jours ...
La seule perspective d'avenir qu'il leur reste c'est de continuer à gagner 4 sous en vendant du shit jusqu'à toucher le minimum vieillesse.

C'est ça la vie d'une "racaille". Quand tout le monde aura bien compris que c'est de la merde ça devrait devenir beaucoup moins tentant.

Écrit par : skunker | samedi, 27 juillet 2013

@skunker:

plutôt que de leur faire comprendre qu'ils ont "ruiné leur vie" je pense qu'il faut plutôt leur faire comprendre que s ils ne changent pas de cap rapidement, il vont gâcher leur vie...

Et leur donner leur donner la possibilité de rentrer dans le droit chemin (formation ou autre)...

Mais je suis sûr que c'est ce que vous aviez en tête dans votre commentaire...

je suis peut être un peu bisounours mais je pense que tout homme peut s'amender et trouver la rédemption...
Etant agnostique, je ne parle pas de rédemption dans son sens premier religieux mais dans le sens de quelqu'un qui trouve en lui les ressources et la compréhension nécessaire pour assurer son salut...

Écrit par : Serge92 | samedi, 27 juillet 2013

@ l'heretique:

Comme quoi la colère est mauvaise conseillère... J'ai été surpris par ce billet ainsi que par celui sur Hessel car vous avez souvent fait preuve d'une bonne capacité d'analyse dans vos billets et là, on était dans la colère et l'émotion sans réelle prise de recul...
Vous avez déjà eu des billets où vous réagissiez de façon un peu épidermique mais là, je trouve qu'on a passé un palier...
D'où la réaction du bon adhérent Modem que je suis qui aime bien les analyses équilibrées...

Ce que je reproche à votre lien royaliste n'est pas d'être royaliste (après tout, chacun ses convictions) mais d'être anti PS comme le démontre le gros bandeau anti PS en haut de page...
Il en a tout à fait le droit mais ca met automatiquement un doute sur l'objectivité du traitement de l'information car on peut soupçonner que le but politique sous jacent est de s'attaquer directement ou indirectement au gouvernement...
Internet est un media formidable car il donne accès à une information sans limite mais est également dangereux car les tentatives de manipulation dans un sens comme dans l'autre sont légions...

Toujours la même histoire: quand un camp est au pouvoir, l'opposition trouve tout mal et ne rate aucun occasion de critiquer le gouvernement quitte à jouer avec la vérité.. et de l'autre, les partisans du pouvoir ne voient que du bien et attaquent ceux de l'autre camp qui ne seraient que de vils manipulateurs...

Votre exemple sur les cités ouvrières du nord de la France est intéressant même si je l'analyse différemment... pour moi c' est justement la démonstration que la misère finit par détraquer les êtres humains.. Après, tout le monde ne réagit pas de la même façon du fait de ses problématiques spécifiques d'où les différences de symptômes alors que le mal est le même...

Pour les lois, sont elles réellement inapplicables ou manque t il une volonté à haut niveau de les faire réellement appliquer ? Sans compter la dimension budgétaire qu'il ne faut pas oublier car il est de notoriété publique que les moyens consacrés à la justice (au sens large) ne sont pas énormes...

Écrit par : Serge92 | samedi, 27 juillet 2013

@ Serge92 :

Malheureusement c'est loin d'être aussi simple. Ces jeunes la sont marqués au niveau du caractère, de la façon de parler ou de s'habiller.

Les formations ils peuvent oublier et c'est la même chose sur le marché du travail : pourquoi les gens se compliqueraient la vie avec eux alors que le nombre de places est limité et que ça ce bouscule à l'entrée ? Les gens en ont ras le bol des lascars.

Tout ce qu'ils peuvent espérer ce sont des missions d'intérims sans lendemain et des programmes de réinsertion dont on sait tous très bien que ça ne mènera à rien d'autant qu'il faut déjà avoir un bon passif pour y prétendre ...

S'ajoute à ça le besoin d'argent, l'entourage, souvent des problèmes de drogue et ainsi de suite. Moi aussi je crois en la rédemption, mais dans la réalité on atteint pas 1% de réussite. Ils cumulent trop de problèmes.

Je parle de prendre le problème à la source. Si certains jeunes deviennent des racailles c'est parce qu'ils pensent qu'ils auront la belle vie et c'est archi faux, mais à 12/13 ans tout ce qu'on voit c'est un peu d'argent facile.
Il faut leur montrer l'envers du décor. Ce que des gamins pourraient trouver cool quand on a le détail on s'aperçoit que c'est triste à pleurer. La racaille elle vit l'échec dans tous les domaines, de l'éducation à la vie amoureuse ils passent à côté de tout et même avec la meilleure volonté du monde ils ne rattraperont jamais leurs erreurs. Le temps perdu ça reste toujours du temps perdu.

Écrit par : skunker | samedi, 27 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.