Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Algérie a fait du mieux qu'elle a pu | Page d'accueil | Échelle européenne : Marielle de Sarnez propulse le made in France »

lundi, 21 janvier 2013

Quelle stratégie pour le MoDem à Paris aux municipales de 2014 ?

Les derniers sondages tombés indiquent qu'une liste MoDem feraient 6,5 à 7 % aux prochaines municipales à condition d'être conduite par Marielle de Sarnez.

Je pense que Marielle est notre leader naturel pour ces échéances. Tous ceux qui ont rêvé d'un leadership dans la capitale en prenant sa place sont sortis sans même passer par les portes de la petite histoire. En politique, il ne suffit pas d'une agitation médiatique éphémère, de surcroît sur la Toile, pour percer. Il faut de la durée, de l'expérience et de la profondeur de champ.

La principale difficulté, en fait, cela va être de la convaincre d'y aller...

Je crois aussi qu'il faut que nous nous affranchissions d'un rêve : je ne doute pas que nous trouverions aisément des convergences avec Chantal Jouano de l'UDI, créditée du même score que nous, mais il faut bien comprendre que l'UDI ne veut pas d'une alliance avec le MoDem.

C'est tout simple : nous ne sommes pas assez forts pour les intéresser et de surcroît, rien ne dit que nos deux électorats ne s'additionnent.

S'allier avec les Socialistes à Paris, j'ai les cheveux qui se hérissent rien que d'y penser. Bien sûr, tout leur bilan n'est pas à jeter, mais il y reste tant de scories que je ne me vois pas soutenir une telle majorité. Le dernier épisode des municipales a montré d'ailleurs que les Socialistes ne voulaient pas du MoDem. Anne Hidalgo qui se souvient avoir ainsi perdu le 15ème pourrait considérer les choses d'un autre oeil mais cela suppose des accords en amont, et, au final, juste quelques strapontins pour nous.

Oh, je ne doute pas que certains d'entre nous sont très pressés de les accepter et de disparaître dans la bonne humeur au sein de la gauche plurielle locale...

Pour rejoindre l'UDI, il faut accepter de s'allier aussi avec l'UMP et passer des accords dès le premier tour, je le suppose. Il y a un inconvénient à cela : si la canditature d'un Fillon pourrait avoir certainement notre aval il y a un certain nombre de candidats ou de maires d'arrondissement à droite que beaucoup d'électeurs et de militants du MoDem ne se voient pas propulser. Suivez mon regard pour en avoir un échantillon bien représentatif ===> par exemple...

Si nous voulons imposer des accords, nous sommes condamnés à percer et nous n'avons pas d'autres choix. Un MoDem a plus de 10%, par exemple, aurait bien plus de facilités à amener l'UDI à des accords qu'un MoDem à 7.

Percer, c'est possible, mais cela suppose une vraie valeur ajoutée aux yeux des Parisiens des deux bords. S'aligner sur le programme de la gauche avec quelques vagues propositions sur le Grand Paris en sus, c'est la plantade assurée. Le Grand Paris, on en discute beaucoup dans quelques milieux éclairés, mais il faut bien comprendre que 90% des Parisiens n'en ont rien à f... pour parler vrai.

C'est donc sur des propositions très concrètes qu'on peut espérer convaincre : le logement, l'accueil des tout-petits, les impôts locaux, les équipements sportifs, la politique de circulation, la pollution atmosphérique, la réimplantation d'emplois dans Paris même, les horaires et les jours d'ouverture dans les écoles et bien d'autres sujets encore que nous devons travailler.

La gauche parisienne occupe constamment l'espace médiatique et pour cause : les journalistes sont presque tous à gauche et habitent pour l'essentiel Paris. Ils offrent en permanence une vitrine des mieux achalandées aux regards et, sur la Toile, la municipalité dispose également de puissants relais.

Percer dans ces conditions serait un authentique exploit d'autant qu'il ne faut pas se voiler la face : nos effectifs ont fondu et ce n'est pas certain que nous parvenions à compléter les listes partout.

Toutefois, le succès engendre le succès et la réussite attire : si nous parvenons à proposer quelque chose de subversif et en même temps efficace, des jours meilleurs ne nous sont pas interdits.

11:14 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : modem, municipales 2014 | |  Facebook | | | |

Commentaires

Marielle de Sarnez était aussi 7% dans les sondages en décembre 2007 je crois, avant d'atteindre un pic quelques jours avant le premier tour.

Et n'oublions pas l'autre sondage de septembre qui la plaçait entre 7 et 9% dans l'hypothèse d'une candidature UMP-UDI (dont Borloo, mais c'est désormais certain qu'il ne se présentera pas).

Elle devrait se déclarer candidate prochainement (car elle est très discrète pour le moment, elle a juste dit "qu'elle n'excluait rien pour Paris, qu'elle était même prête (?) mais surprise par l'abandon de Borloo), peut-être de quoi booster légèrement ? Je trouve que faire autant qu'en décembre 2007 avec ce silence radio (les municipales ne sont que dans 1 an d'un côté, c'est vrai) et après des années très difficiles, c'est déjà honorable.

Quand à l'UDI, ça m'étonnerait qu'elle propose une candidature autonome puisque Borloo n'ira pas. Jouanno a déjà jeté l'éponge (5,5% à 6%..), et Borloo voudrait apparemment placer Rama Yade.. M'enfin, elle a été largement éliminée dès le 1er tour lors des législatives et n'a absolument pas la carrure pour faire mieux que Jouanno à mon sens.
L'UDI préfèrera surement se fondre avec l'UMP comme le Nouveau Centre en son temps, plutôt que de soutenir Marielle... Ce ne serait pas étonnant d'ailleurs.

Et je suis d'accord qu'il faut axer sur un programme concret de la vie de tous les jours.

Et que pensez-vous des Groupes d'Action Municipale que souhaite relancer Bayrou ? Serait-ce applicable à Paris ?

Écrit par : HMS | lundi, 21 janvier 2013

Dire que le MoDem a perdu Jacky :)

Sinon, je relève ce passage dans ton article : "Si nous voulons imposer des accords, nous sommes condamnés à percer et nous n'avons pas d'autres choix. Un MoDem a plus de 10%, par exemple, aurait bien plus de facilités à amener l'UDI à des accords qu'un MoDem à 7."

J'ai bien peur pour le MoDem qu'il se trouve en vérité bien en-dessous dans le verdict des urnes... à suivre.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 21 janvier 2013

Evidemment, en un an, bien des choses peuvent bouger. Mais dans l'état actuel des choses je ne crois pas une seule minute à un MoDem à 7% à Paris pour les municipales. A mon sens, les électeurs à sensibilité de gauche voteront PS, surtout s'ils croient la place menacée ; et les électeurs de droite voteront pour l'essentiel UMP, soit par tradition (16ème arrondissement) soit du fait d'un durcissement des positions et d'un effet de "vote utile" - surtout s'ils croient la place reprenable. Là-dedans, les "petites formations" seront quasi-inexistantes. EELV va évidemment passer des accords et éviter de se présenter seul, l'UDI fera certainement de même. Les seuls "indépendants" seront DLR et le FN... Pas beaucoup de place là-dedans pour le MoDem, surtout vu le niveau actuel de ses prises de position ou de ses propositions municipales.

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 21 janvier 2013

@HMS
Qu'est-ce que les Groupes d'Action Municipale ? J'ai le souvenir d'en avoir entendu parler mais je n'ai plus le concept en tête.
@luciole
Oui, c'est possible et ce ne serait pas la première fois, alors méfiance...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 janvier 2013

@Christian
C'est un peu ce qui m'effraie : les militants préfèrent discuter de la stratégie que des idées. On ne trouve presque personne pour faire de la recherche programmatique et j'avoue que Bayrou lui-même ne dit plus grand chose d'intéressant pour l'instant.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 janvier 2013

Plutôt d'accord, il faut qu'on arrive à créer une dynamique pour faire effet boule de neige. Le local pourra d'ailleurs être aidé par le national si les choses se relancent. Par contre, il va falloir aller vite à ce niveau là car beaucoup d'enjeux vont en dépendre.

A Paris, les dernières rumeurs parlent aussi de NKM, qui est plus proche de nous que de la Droite Populaire mais je pense qu'il nous faut créer avant tout notre propre dynamique.

Marielle de Sarnez reste notre leader incontournable sur Paris, il faut réussir à porter sa candidature et peut être que le rassemblement d'autres courants se fera ensuite.

Écrit par : David Guillerm | lundi, 21 janvier 2013

Dax n'est pas Paris bien sûr... mais les problèmes sont quasiment les mêmes !

Il se trouve qu'hier je suis allée à la réunion UMP dans ma ville. NKM devait en être la vedette mais à cause du mauvais temps, son avion a été blogué. Malgré tout j'ai pu discuter avec les principaux responsables de la droite locale qui sont pour la plupart des modérés. Et qui pour la plupart, tous d'ailleurs, me sont favorables.
L'un d'entre eux a été très surpris de ma réponse lorsque j'ai dit préférer travailler avec eux plutôt qu'avec l'UDI... Parce qu'en définitive, François Fillon ou NKM sont beaucoup plus fiables qu'un Borloo ne tenant jamais son cap. Je trouve que les positions de NKM et de François Bayrou ne sont pas si antagonistes que ça ! Avec son nouveau Parti, "la France droite", plutôt désigné comme un club de réflexion, elle va attirer beaucoup de monde autour d'elle me semble-t-il. N'oublions pas qu'elle n'est pas enarque... mais polytechnicienne ! A mon avis, c'est une particularité qui change le regard sur la vie réelle.
Ce n'est sans doute pas FrédéricLN qui me contredira !
Moi aussi je verrais bien Marielle de Sarnez à la tête de votre liste MoDem mais une grand avancée serait de proposer une liste plurielle élargie, réunissant des personnes de droite, du cente et de gauche. Et ça, seul le MoDem en est capable !

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 21 janvier 2013

A ce sujet, le MoDem (la direction nationale) avait soutenu NKM au second tour des législatives en juin contre son adversaire PS.

Peut-être que nous pourrions trouver un terrain d'entente à Paris si NKM venait à être la tête de liste UMP ?

En tout cas, je pense que si rapprochement il y avait, ce serait préférable à Hidalgo.

Écrit par : HMS | lundi, 21 janvier 2013

@Françoise
Non, le MoDem n'en est pas capable parce qu'il n'est pas assez fort.
@HMS
IL faut voir les programmes mais je ne tiens pas non plus à Hidalgo.
Pour NKM, faut voir ce qu'elle propose.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 janvier 2013

L'Hérétique, la "force" d'un Parti ne tient pas au nombre de ses adhérents mais avant tout à la solidité de ses idées : ce n'est pas une question de "quantité" mais de "qualité" !!!

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 21 janvier 2013

L'idéal serait de bâtir à Paris une majorité réformiste. Il ne manque que le courage et, pour le coup, on peut renvoyer à Delanoë son mot de 2008 : de la clarté, même s'il ne se présente pas.

Écrit par : hervé torchet | lundi, 21 janvier 2013

Ne rêve pas Hervé ; si on a des listes complètes, c'est déjà bien.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 janvier 2013

Le Modem a une majorité logique et naturelle : l'UDI. Plus rassemblés seront les centristes au 1er tour, mieux ils pourront peser au 2eme !

Certaines choses nous déplaisent chez nos partenaires respectifs, oui, le CNIP peut agacer, oui, le Modem n'est pas parfait, oui, les libéraux sont souvent pris pour des fous furieux, mais ce qui nous rassemble est plus important. Nous ne voulons pas de l'UMPS et de ses deux Fronts, de gauche ou national.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 21 janvier 2013

Salut Parisien Libéral
Moi, je suis pour, mais côté UDI ce n'est sans doute pas le même son de cloche...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 21 janvier 2013

oublié de m'inscrire au fil

Écrit par : luciolebrune | mardi, 22 janvier 2013

oui, pour le moment, mais on ne désespere pas, en esparant qu'ils se mettent enfin à parler programmes plutot que combinazione ...

De toutes façons, la tete de liste et l'étiquette, c'est bien mais l'essentiel ce sont les 20 listes pour 20 arrondissement.

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 22 janvier 2013

Marielle a toujours su lors de ses campagnes révéler des profils atypiques, lors des élections municipales en 2008 comme lors des élections européennes en 2009 !

Écrit par : Jean-Philippe BORRA | mardi, 22 janvier 2013

Écrire un commentaire