« Eh oui : les promesses socialistes comme les feuilles d'automne... | Page d'accueil | Interdire la prostitution ? »

mercredi, 27 juin 2012

Gonflé Hollande : il fait ce que Bayrou proposait après l'avoir critiqué

C'est tout de même fort du collier. Je lis la presse, ce matin, et, que vois-je ? Les Socialistes ont décidé de geler la dépense publique en valeur absolue. C'est tout de même bien la peine d'avoir hurlé au loup libéral et à la rigueur contre Bayrou pour en arriver à faire exactement ce qu'il proposait.

Évidemment, je ne vais pas critiquer la mesure, je pense qu'elle est nécessaire. En revanche, j'espère bien pouvoir prendre part aux arbitrages, la seule marge de manoeuvre qui existe, au final.

Je l'ai quand même mauvaise : qui disait que Bayrou avait un programme de droite en économie ? En citant notamment ses positions sur la dépense publique ? 

Électeur socialiste, songe-s-y la prochaine fois (s'il y en a une) et vote directement pour Bayrou. L'original vaut mieux que la copie, et, au moins, avec Bayrou, tu aurais le reste des idées : le label, la relocalisation et un projet vraiment différent pour l'école.

00:50 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : bayrou, hollande, dépense publique | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les français sont bien trop bêtes pour élire un homme de cette qualité. François Bayrou est de très loin le plus grand homme politique de sa génération et le seul qui aurait pu nous sortir de la crise qui va frapper la France dès les prochains mois. Ils ont préféré les balivernes des deux escrocs que sont Sarkozy et Hollande. Les deux compères sont certes différents mais ont un point commun: celui de prendre les français pour des oons; ce qu'ils sont, visiblement.

Écrit par : Mire | mercredi, 27 juin 2012

Les français sont bien trop bêtes pour élire un homme de cette qualité. François Bayrou est de très loin le plus grand homme politique de sa génération et le seul qui aurait pu nous sortir de la crise qui va frapper la France dès les prochains mois. Ils ont préféré les balivernes des deux escrocs que sont Sarkozy et Hollande. Les deux compères sont certes différents mais ont un point commun: celui de prendre les français pour des oons; ce qu'ils sont, visiblement.

Écrit par : Mire | mercredi, 27 juin 2012

Les français sont bien trop bêtes pour élire un homme de cette qualité. François Bayrou est de très loin le plus grand homme politique de sa génération et le seul qui aurait pu nous sortir de la crise qui va frapper la France dès les prochains mois. Ils ont préféré les balivernes des deux escrocs que sont Sarkozy et Hollande. Les deux compères sont certes différents mais ont un point commun: celui de prendre les français pour des oons; ce qu'ils sont, visiblement.

Écrit par : Mire | mercredi, 27 juin 2012

C'est à la fois triste et encourageant.
Triste, car Bayrou s'est fait sortir de l'élection alors que l'on voit bien aujourd'hui que c'est lui qui disait la vérité et qui préconisait les bonnes solutions.
Triste, car les Français n'ont pas élu Hollande sur ce programme, mais sur des promesses qu'il ne tiendra pas. Ça promet des lendemains de gueule de bois pouf certains...
Triste, car on a encore vu que les Français préféraient la démagogie facile et sectaire, plutôt que de voir la réalité en face et avoir le courage de reformer le pays et de le préparer pour les générations futures.
Mais encourageant, car Hollande ne va finalement pas "trop" abimer le pays, et que l'alternance aura lieu en raison de la déception due aux belles promesses non tenues.
Encourageant, car quelque chose me dit qu'on n'en a pas tout à fait fini avec Bayrou le visionnaire, même s'il a déconcerté par ses choix quelques uns de ses électeurs... pour mieux les séduire ensuite?

Écrit par : FDB750 | mercredi, 27 juin 2012

C'est aussi une preuve de malhonnêteté.
Après avoir pipauté durant la campagne, après avoir éliminé Bayrou lors des législatives, il appliquent son programme.

Écrit par : Phil | mercredi, 27 juin 2012

Bon, je vais peut-être vous surprendre, mais je fais partie des gens qui ont voté Hollande en sachant pertinemment qu'il n'appliquerait pas certains points de son programme. Et je pense que nous sommes plusieurs centaines de milliers, voire plusieurs millions, a avoir fait de même.

Je suis persuadé que les Français sont loin d'être idiots et qu'ils savaient très bien que, quel que soit le gagnant, celui-ci serait condamné à une politique de rigueur. C'est pourquoi ils se sont déterminés sur d'autres critères que le programme économique. Le seul à ne pas avoir compris ça, c'est justement Bayrou : au lieu de proposer des solutions concrètes (à part le "Produire en France", qui a intéressé tant qu'il en a parlé), il a continué de promettre à l'envi sang, sueur et larmes, ce que les électeurs savaient parfaitement et avaient parfaitement intégré. D'où le désintérêt graduel pour son discours et, au final, le résultat que l'on sait.

Non, Mire, les Français ne sont pas bêtes. Au contraire. Par contre, ils ont très bien vu la réalité de l'homme Bayrou, sincère, visionnaire et convaincu, mais égocentré, brouillon, un peu caractériel, sans véritables propositions concrètes et surtout incapable d'animer efficacement une équipe. Bref, des qualités de conseiller mais pas des qualités de président.

Pour finir, une remarque à L'Héré et à Phil : vous voulez le bien du pays ou vous voulez l'échec de vos adversaires ? Car si vous pensez sincèrement que "le programme de Bayrou" (je l'appelle comme ça pour vous faire plaisir) était le meilleur pour la France, vous devriez applaudir à deux mains de le voir finalement adopté par l'équipe en place (là encore, je dis ça pour vous faire plaisir : pour ma part, je ne vois pas en quoi les décisions gouvernementales récentes correspondent à un prétendu "programme de Bayrou" dont je n'ai guère souvenir, mais bref). Ce qui compte, c'est que le pays sorte de la crise le plus vite possible et dans le meilleur état possible, non ?

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

@Christian
Pour ma part, je souhaite évidemment le succès de l'équipe en cours. En revanche, je n'ai jamais dit que les Socialistes appliquaient le programme de Bayrou (j'aimerais bien mais ne rêvons pas) : juste que sur la dépense publique ils se rangeaient à ce qu'il avait proposé.
Pour le reste, si vous intégrez le mensonge dans votre vote, grand bien vous fasse, mais pour ma part j'ai cela en détestation et c'est notamment une marque de fabrique socialiste. On nourrit de cette manière bien des votes extrêmes par la suite.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 27 juin 2012

bah, faut croire que le virage "Bayrouiste" de Hollande, est bien compris par au moins la "moitié" de nos députés Modem, soit 1, Thierry Robert, qui vient de rejoindre le groupe PRG, ..LOL!

http://lelab.europe1.fr/t/un-depute-modem-rejoint-le-groupe-des-radicaux-de-gauche-3555

Écrit par : juju41 | mercredi, 27 juin 2012

@ Ch. Romain

Bien, bien ! Effectivement en tant que Modem, je me réjouis des mesures raisonnables qui sont prises.

Seulement voilà : en voyant son programme pas appliqué, les électeurs déçus vont perdre confiance. Les gens comme vous (et moi au 2e tour!) qui votez Hollande en espérant qu'il ne fera pas ce qu'il dit, je ne crois pas qu'il y en ait des millions. Pas plus d'un.

Résultat prévisible : paralysie sociale à la rentrée.

L'idéal évidemment : que les Français acceptent la réalité et élisent en conséquence, pour remettre leur pouvoir à une équipe libre et lucide.

De deux choses l'une : soit on pense que c'est pas possible et on fait l'homme élastique (Hollande, eh oui !), soit on commence dès la campagne à parler vrai pour que peu à peu, les Français atterrissent. Le débat est là.

En tout cas, honneur à Baÿrou à qui l'on doit ce succès immense : avoir (hélas seul) contribué à informer TOUS les électeurs de l'état de la France... 70% des électeurs lui en étaient reconnaissants en avril. Hollande lui doit une fière chandelle.

Écrit par : ZigHug | mercredi, 27 juin 2012

@ ZigHug

Je ne crois pas que vous ayez raison. Beaucoup des électeurs de Hollande (surtout ceux du second tour, à commencer par notre cher webmaster) n'ont pas voté pour lui à cause de ses promesses économiques mais en dépit d'elles. Ceux-là ne seront donc pas déçus. Observez d'ailleurs que, aux Législatives, le Front de Gauche à fait moins qu'à la Présidentielle (6,9% contre 10% avec une participation largement inférieure), ce qui montre à mon avis que le radicalisme de gauche n'est pas une tendance si répandue dans l'opinion actuelle. Cela dit, je vous accorde que l'augmentation trop limitée du SMIC est certainement une erreur tactique susceptible d'entraîner un certain ressentiment.

Quant à ce que vous dites sur Bayrou... Bon, mettons ça sur le compte de votre côté "fan-club". Primo, le quotidien des Français depuis 2008 a largement contribué à les renseigner sur l'état du pays. Et secundo, les chiffres montrent que plus de la moitié des électeurs de Bayrou ont voté Sarkozy au second tour. Donc, dire que "Hollande doit une fière chandelle à Bayrou" me semble une affirmation pour le moins hâtive. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

Pourquoi F.Bayrou n est il pas élu ? Les médias font l'élection !

Écrit par : Gervois | mercredi, 27 juin 2012

tu devrais te féliciter de cette mesure au lieu de protester

Écrit par : romain blachier | mercredi, 27 juin 2012

@ l'hérétique :

Je trouvais ça bizarre que tu n'ai pas encore posté un billet sur le sujet, l'info t'avais juste échappé un petit moment ^^

Finalement les socialos hein ? :p

Moi je trouve qu'ils s'en sortent mieux qu'espéré. Un gouvernement vraiment mixe déjà c'est appréciable, un président qui reste dans son rôle, maintenant des mesures économiques sensées ...
Ils vont peut-être nous surprendre agréablement pour une fois.

Écrit par : skunker | mercredi, 27 juin 2012

Bayrou était le meilleur mais !... toute vérité n'est bonne ni à dire, ni à entendre... il a juste fait une erreur : la façon de le dire ...

Écrit par : Olga | mercredi, 27 juin 2012

Pour avoir une chance, Bayrou doit d'abord convaincre l'ensemble des journalistes qui n'ont eu de cesse depuis des années de saboter ses candidatures aux différentes élections. Seule une catastrophe fera peut-être prndre conscience de la valeur du projet que porte François Bayrou; et encore, si les extrèmes ne séduisent pas les foules, comme c'est malheureusement souvent le cas quand les temps se font obscurs...

Écrit par : Mire | mercredi, 27 juin 2012

@Romain
Je ne proteste pas : tant mieux. J'ai entendu Valls aujourd'hui, par ailleurs, et je me réjouis de plusieurs annonces socialistes à l'heure actuelle.
En revanche, ce n'était peut-être pas la peine de hurler au loup contre Bayrou pendant la campagne, finalement.
Et puis il y a d'autres sujets qui vont certainement fâcher, à commencer par les productions locales, la politique familiale et l'éducation...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 27 juin 2012

@ L'Héré

Hurler au loup contre Bayrou ? Qui ça ? A part quelques "humoristes" qui l'ont parfois égratigné (mais infiniment moins qu'ils n'ont pu attaquer Hollande ou Sarkozy). Ah si, à un certain moment, Corinne Lepage a dit que si Bayrou était élu ce serait une catastrophe pour la France. Un propos pas forcément bien venu, je le reconnais. Mais pour le reste, il n'y a pas eu grand monde pour se soucier de Bayrou ou du MoDem parmi les candidats, si ? Sarko tapait sur Hollande, Hollande tapait sur Sarko, Le Pen tapait sur Sarko, Mélenchon tapait sur Le Pen, Joly tapait sur Sarko et sur Le Pen... Bayrou a été relativement épargné, je trouve.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

@ Christian
Sarkozy disait quelque chose comme ça : "qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe, l'important c'est qu'on parle de moi"
Le problème de Bayrou, c'est justement qu'on l'épargnait (volontairement ?) tant qu'il en devenait inaudible voire inexistant. Il n'a pas pu bénéficier de cette médiatisation indirecte.

Écrit par : J.Chobriat | mercredi, 27 juin 2012

@ J. Chobriat

Donc vous êtes bien de mon avis : personne n'a particulièrement "hurlé au loup contre Bayrou" pendant la campagne présidentielle ?

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

Euh... Qu'est-ce que je disais mardi ?...

Écrit par : Yves Delahaie | jeudi, 28 juin 2012

@ J.Chobriat :

Bien vu. C'est l'essence du bipartisme. Ils parlent les uns des autres en ignorant plus ou moins les partis modestes.
Sarkozy aurait pu vouloir détourner l'attention du PS en donnant plus d'audience au FN, sachant que dans le pire des cas la mobilisation lui donnerait la majorité au second tour ?
Dommage ils ont radicalisé ou dégoûté, ça a rogné leur électorat.

Écrit par : skunker | jeudi, 28 juin 2012

J'aurais dit un peu la même chose que Christian, à un (gros) détail près : les socialistes avaient tout de même prévenu que l'application de leur programme dépendrait d'un audit.

Partant de là, il ne fallait pas être un génie, sachant la situation de la France, pour savoir qu'il y aurait des tours de vis.

Ceci dit, la dette est une réalité, mais serrer la vis partout comme Bayrou voulait le faire nous aurait entraîné en récession. Quand il parlait de "sanctuariser l'éducation nationale", cela veut bien dire qu'il n'aurait pas augmenté les postes, pourtant ce ministère est en sous-effectif dramatique, merci Sarko.

Dans mon programme, j'encourage aussi l'embauche à l'éducation nationale en redéployant le personnel spécialisé à l'éducation plutôt qu'au médical et en supprimant le redoublement. Savez-vous qu'au tarif d'une "scolarisation" d'un seul enfant dans un institut médico-éducatif ou un hôpital de jour, vous pouvez scolariser (avec tous les moyens adéquats pour que ce soit une bonne scolarisation) cinq à six enfants dans une école ?

Pourquoi ai-je voté socialiste aux législatives ? D'abord, parce que le candidat socialiste du Benelux avait repris mon programme sur l'éducation et qu'il n'a jamais fait à ma connaissance de fausses promesses, ne s'est jamais renié, contrairement à son adversaire UMP parachutée qui s'est largement reniée sous Sarko et qui avait demandé mon programme et m'avait assuré de l'appliquer mais qui a fait très mollement campagne, persuadée de gagner les doigts dans le nez, au grand désespoir de son staff, ce qui a d'ailleurs provoqué la démission de son chargé de campagne.

Quant au programme de Bayrou sur l'éducation, César, nous n'avons pas du tout la même lecture.

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 29 juin 2012

Écrire un commentaire