Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quid de la civilisation européenne, alors ? | Page d'accueil | Redémarrer l'industrie et...l'emploi avec Bayrou ! »

jeudi, 09 février 2012

On ne devient pas prof pour gagner de l'argent. Ah bon ?

Je crois vraiment que les enseignants qui s'apprêtent à voter pour Hollande doivent regarder cette vidéo. Absolument. Dialogue entre Ferry et Vincent Peillon, le grand manitou du programme éducatif de  Hollande. 

Peillon : Si les marges de manoeuvres le permettent, la question de revaloriser le traitement des enseignants se permet...[...] on ne devient pas enseignant pour gagner de l'argent...[...] la question des salaires n'est pas exclue, mais elle n'est pas la première question. Il ne faut pas laisser penser aux enfants que les gens choisissent leur métier pour l'argent...

Ferry : On ne fait pas le professeur pour gagner de l'argent

L'UMPS dans toute son ampleur. Copains comme cochons. Et moi alors ? Je fais balayeur parce que j'aime bien passer le balai dans la rue ? Quelle paire d'abrutis. Je m'échine à dire qu'en éducation PS et UMP ont le même programme. Y-a-t-il encore des enseignants qui ne seraient pas convaincus dans la salle ? Et pas la peine de vous rabattre sur les autres candidats de gauche, amis enseignants : Meirieu le conseiller d'Éva Joly sur l'éducation partage exactement le même point de vue que Peillon et Ferry. J'ai entendu que Mélenchon a également l'intention de coller les enseignants aux 35 heures dans les établissements. Pourtant, dans cette émission, Peillon reconnaît que les enseignants en question travaillent au minimum de 37 à 39 heures par semaine en moyenne.

Amis enseignants, dans cette présidentielle, seul Bayrou défend clairement la pérénité de votre actuel statut. Vous ne voulez pas vous livrer à un vote corporatiste ? Vous culpabilisez ? C'est mal de défendre aussi ses intérêts ? Croyez-bien que la gauche dans son ensemble n'aura aucune reconnaissance de quelque sorte pour votre sacrifice. Et ne comptez pas sur vos syndicats. Dans le principe, ils sont acquis à l'idée d'allonger le temps de travail, même s'ils parlent de concertation, SNES compris. Désolé, amis de gauche, de vous peiner, mais, à la rigueur, le seul syndicat enseignant qui s'y oppose clairement est...le SNALC ! Un syndicat de droite ! Oh, comme c'est triste, camarade gauchiste, n'est-ce pas ? Allez, je ne remue pas le couteau dans la plaie...

Alors, un petit effort : lions un bon paquet de blogs de profs, particulièrement ceux qui voient en Hollande une alternative à Sarkozy, voire un sauveur...

Alors ? Cycee (qui s'inquiète de l'annualisation de son temps de travail) ? Food d'amour (c'est Hollande l'alternative ?) ? Prof en campagne ? Privilégié (c'est parce qu'il déprime qu'il est silencieux depuis un mois ?) ? Et toi, mon pauvre prof à la dérive, tu comptes échouer jusqu'où ? C'est toujours le pied, prof (qui croit que les 35 heures ce n'est qu'une idée de Châtel)

Ela Dame de la Cité, ne va-t-elle pas avoir à son tour une vraie raison de détester aussi le parti socialiste ? C'est pas le grand Bzzazar le temps de travail des enseignants ?

Bref, on ne va pas épiloguer : je trouve le principe de déclarer à quelqu'un qu'il devrait travailler gratis par amour de son travail ridicule. Comme une auxiliaire parentale à laquelle je refuserais une augmentation de salaire parce que c'est une noble tache que de s'occuper d'un enfant. Ou encore un médecin que je refuserais de régler à cause du Serment d'Hippocrate.


LES DEBATS DE LA PRESIDENTIELLE, La même école... par publicsenat

09:53 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : profs, temps de travail |  Facebook | | |

Commentaires

Non tu ne fais pas prof pour gagner de l'argent, dans le sens où tu ne t'engages pas dans l'Education Nationale pour faire fortune. Dès le départ tu le sais que toute ta vie tu seras moins bien payé que la majorité des Bac+5 des autres domaines.
Tu fais prof pour un amour du savoir, de la transmission de ce savoir, pour le contact avec la jeunesse. Bien sur tu ne le fais pas gratuitement, mais tu ne le fais pas pour l'argent non plus.

Écrit par : Cyril | jeudi, 09 février 2012

@Cyril
Je comprends bien, mais est-ce honnête des caciques socialistes d'utiliser cet argument pour augmenter le temps de travail des enseignants sans compensation financière ?

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 09 février 2012

Effectivement, pour M. Ferry comme pour les éléphant du PS tendance universitaire, faire le professeur n'est pas un métier. C'est un à-côté, un mal nécessaire, une charge. D'ailleurs Ferry l'a bien montré par son absentéisme...
Ces gens sont totalement déconnectés contrairement à... Mélenchon.
Qu'est-ce qui nous dit que les conseillers ministériels de droite partiraient si un gouvernement d'union était appelé à régner ?

Écrit par : Erasmus Tharnaby | jeudi, 09 février 2012

merci pour ce point de vue différent mais très intéressant

Écrit par : helga | jeudi, 09 février 2012

@l'Hérétique:Vous devez vous "emmerder "dans votre travail si vous ne le faites que pour l'argent !

Écrit par : Cath37 | jeudi, 09 février 2012

@Cath
Parce que vous ne pensez pas qu'il y a un moyen terme entre les deux ? En tout cas, cela ne devrait pas être un argument pour faire travailler plus quelqu'un contre son gré et sans rémunération. Maintenant, si cela ne vous gêne pas, donnez l'exemple...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 09 février 2012

Il est vrai que l'enseignement est une vocation; mais on ne le fait pas pour la gloire non plus !
Le salaire de base reste très mal payé pour la formation et la difficulté du métier.
C'est soit un sacerdoce, soit du mécénat pour la France à ce prix !

Écrit par : Nico78 | jeudi, 09 février 2012

Quand on regarde les rémunérations par ministère et administration, l'EN est *déjà* celui qui fait le plus d'efforts (en coût par agent).

Pourquoi ne dit-on pas que l'on ne devient pas commis des finances par vocation ? Non, parce qu'à statut égal, études égal, le différentiel est de 2 à 3 en termes de rémunérations. Bien sûr, pas sur la partie "fixe", qui quoi qu'en disent les enseignants est peu ou prou la même pour tous les corps d'Etat, mais à Bercy, si on rajoute les indemnités, allocations spécifiques de traitement et les rémunérations variables, cela fait une énorme différence.

Que les autres ministères, et notamment Bercy (impôts, trésor, corps d'Inspection, etc...), montrent l'exemple.

Parce que tous ces caciques du PS et de l'UMP qui sortent de corps d'état tels que le conseil d'état, la cour des comptes, ou autre, émargeant à 9000€/mois, sans risque, ni obligations présentielles, cela commence à bien faire.

Écrit par : Fabrice_BM | jeudi, 09 février 2012

@L'hérétique: je voulais dire qu'on ne choisit pas un métier uniquement en fonction de sa rémunération.Vous croyez que Bayrou va rémunérer plus les profs quand il va leur demander de faire 37 heures ?

Vous pensez que le salaire de base d'autres professions (avec même niveau d'études) est meilleur ? Vous vous trompez Nico78.

Écrit par : cath37 | jeudi, 09 février 2012

@cath37

La réponse est non pour certaines filières (langues, humanités, etc...) et oui pour d'autres (typiquement les filières scientifiques: mathématiques, physiques). Maintenant, c'est moins clair si on regarde à l'échelle d'une carrière, notamment du fait du G.V.T., et du mode de calcul de la retraite.

En gros le salaire des premières années est très mauvais (préparation des cours, changement fréquent de classes=>salaire horaire minable), et celui des dernières années (typiquement après 15/20ans) est acceptable, mais très en dessous des moyennes européennes ou de l'OCDE.

Encore une fois, il suffit de comparer le ministère de l'EN avec les autres et de regarder les salaires des catégories A (je ne parle que du public, bien sûr, en gardant à l'esprit que les gens du public sont mieux payés que ceux du privé, et oui on a tendance à l'oublier...), nous sommes un des rares pays où il y a autant de différence entre le ministère de l'économie et de l'éducation nationale (par fonctionnaire, bien sûr).

Écrit par : Fabrice_BM | jeudi, 09 février 2012

@lhérétique

sans tomber dans le "tous-pourris", j'aurais bien répondu sur ce plateau: "et pourquoi devrait-on faire politique pour gagner de l'argent ?"

(rappelons qu'un homme politique, si on prend le traitement + l'indemnité de fonction, touche 6 fois plus qu'un enseignant, en gros).

Écrit par : Fabrice_BM | jeudi, 09 février 2012

@L' hérétique,
Un forfait déguisé qui ne veut dire son nom en quelque sorte...Effectivement les syndicalistes sont majoritairement pour, car avantageux pour certains^^^.
Après, les 35h effectives dans les locaux, je prédis décompte des heures de "productivité" réelles et des temps "morts".

Écrit par : Martine | jeudi, 09 février 2012

On fait prof surtout pour les vacances, non ?

:)

Écrit par : CC | jeudi, 09 février 2012

Merci pour ce billet qui est l'occasion de poser des questions intéressantes.

Peillon, qui se voit déjà ministre de l'éducation, prépare le terrain: il ne pourra pas revaloriser le salaire des enseignants et, dans le même temps, recruter 60000 personnes comme l'a annoncé Hollande.

Le problème, d'ailleurs, c'est de savoir qui sera recruté. En effet, il y a de moins en moins de candidats pour être prof: en 2011, 20% des 4880 places offertes aux Capes externes n’ont pas été pourvues. Dire qu'on ne devient pas enseignant pour gagner de l'argent n'est sans doute pas la meilleure façon de motiver des candidats.

Pour pourvoir ces 60000 postes, on sera donc obligé de recruter n'importe qui: le métier d'enseignant sera, une fois de plus, dévalorisé, ce qui justifiera finalement qu'il reste mal payé.

Je suis moi-même enseignant: c'est un métier qui me plait, j'y consacre beaucoup de temps, mais il faut bien vivre et tout travail mérite un salaire. Or je suis assez pessimiste: avec les socialistes, on se dirige tout droit vers un enseignement au rabais.

Écrit par : Strychnos | jeudi, 09 février 2012

@CC
Bah, qui sait vraiment ? En tout cas, le principe de faire valoir qu'un métier ne devrait pas réclamer de l'argent sous prétexte d'être content de le faire, je reconnais bien là l'hypocrisie socialiste...
@Cath37
Vous faites de la désinformation. Bayrou a annoncé hautetfort qu'il était hors de question d'augmenter le temps de services des enseignants. Et c'est le seul à l'avoir dit.
@Strychnos
Je pense que c'est encore mieux calculé que cela : plus besoin de recruter des enseignants en allongeant leur temps de travail...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 09 février 2012

"Ils ne comprennent pas, ces obsédés de la prime - et sans doute un jour de la sanction financière - qu'il est d'autres valeurs, d'autres raisons de vivre que l'argent, et ces valeurs, c'est à l'école qu'on les apprend", a dit Bayrou

Écrit par : Cath37 | jeudi, 09 février 2012

@Cath37
«Il faut restaurer la confiance de la nation dans ses enseignants. Je ne suis pas pour qu’on remette en cause le décret des années 50 qui définit le statut des enseignants. La définition du temps de travail est légitime.»

ça vous va comme citation ou vous en voulez une plus précise ?

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 09 février 2012

Excellent billet.

Curieux que prof soit le seul métier où celui qui l'exerce doit commencer par se justifier: "j'aime mon métier".
C'est le seul métier que les journalistes abordent en demandant aux candidats "vous allez faire travailler davantage les profs?"
Où pendant des années on entend toujours un prof dire :" je ne manifeste pas pour mon salaire"

Les prof devraient lire les propositions de Bayrou.
On les a tellement bien dressés au sacrifice que je crains que mes collègues si dévoués et si naïfs votent Hollande.

Écrit par : Gwen | jeudi, 09 février 2012

"Je pense que c'est encore mieux calculé que cela : plus besoin de recruter des enseignants en allongeant leur temps de travail..."
C'est tout à fait ce dont il s'agit l'hérétique.
Et puis, fut pratiqué ailleurs, un cataplasme qui n'a rien soigné des problèmes structurels, sauf à demander plus à ceux qui font et donnent déjà beaucoup, pour soulager "dormeur" crocro mignon le dormeur des sept nains^^^.

Écrit par : Martine | jeudi, 09 février 2012

Repasse corriger: sauf à demander TOUJOURS plus...
Et pour conclure: "une histoire sans fin" ou un puit sans fond...
J'ose espérer que le corps enseignant, averti je crois, ne creusera pas lui-meme la tombe qui parait lui etre réservée, les retours en arrière sont plus difficiles à obtenir que de se battre point par point en lachant du lest parfois mais en ayant toujours en tete ses valeurs.
D'autres corps de métiers sont passés par ces sottises il y a plusieurs années, se sont les conséquences de ces sottises observées ailleurs, qui m'ont fait réagir et me battre pour essayer d'aider les profs mais aussi les chefs d'établissements et nos enfants comme je peux!

Écrit par : Martine | jeudi, 09 février 2012

Pour la petite histoire Cath...
Récemment une de mes connaissances, m'a expliqué ses déboires de co-propriété avec des travaux importants pour remise aux normes, l'occasion aussi de faire intervenir l'énergie verte.
Devant les difficultés, il a fait appel à vot're leader pour un rendez-vous, qui pour toute réponse à ce premier contact, lui a adressé ses honoraires et le tarif des éventuelles photocopies.
Sans commentaire autre^^^.

Écrit par : Martine | jeudi, 09 février 2012

Oups, ai oublié de dire, que tout plein d'humour, lui a répondu de lui adresser la facture pour sa réponse.
Bonne nuit.

Écrit par : Martine | jeudi, 09 février 2012

Quel leader ?

Écrit par : Cath37 | jeudi, 09 février 2012

Hélas le SNALC est mort depuis les élections d'octobre 2011... tous ses membres rejoignent maintenant le SNFOLC (FO) qui avait des revendications proches.

Écrit par : bartython | samedi, 03 mars 2012

Les commentaires sont fermés.