Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Wikio politique novembre 2011, un blog MoDem au sommet ! | Page d'accueil | Ne pas surjouer. »

dimanche, 06 novembre 2011

La volonté des peuples

Il y a des manières d'agir qui sont vraiment minables. Papandréou s'est bien moqué de son peuple ! Il a utilisé la "menace" d'un référendum comme moyen de pression pour conserver un soutien au parlement grec. Il y a eu comme un lâche soupir de soulagement après l'annonce de l'annulation du projet de référendum. Bon sang, quand un peuple doit affronter une échéance majeure, c'est bien le moins de le consulter.

C'est marrant, toute cette classe politique qui a constamment peur d'affronter le verdict des urnes, considérant le peuple comme nécessairement demeuré et inculte. Enfin, marrant...non, moi, ça ne me fait pas marrer, en fait.

J'aime bien Bayrou parce que, parmi les pro-Européens, c'est le seul qui n'a pas peur d'y aller et de demander aux gens leur avis. Il était favorable à un référendum pour le Traité de Lisbonne et l'a conseillé en vain à Sarkozy.

C'est tout à fait à raison qu'il juge, cette fois que c'est une erreur de construire l'avenir d'un pays contre son peuple.

Je ne dis pas que je regrette le référendum, je dis qu’à l’égard des peuples il y a là pour le moins une maladresse. Pour un peuple, ça veut dire que c’est de l’extérieur que viennent les pressions qui vont réduire à une situation de plus en plus difficile […]. Sur le fond, considérer que c’est une victoire d’avoir interdit à un peuple de s’exprimer me paraît quelque chose de dangereux.

Pas mieux.

On a l'impression qu'une partie importante de la classe politique a peur de dire la vérité aux électeurs. Là, il fallait y aller, mais en revanche, franco : il fallait avoir le courage de dire aux Grecs, à la Démosthène, tiens, mesdames et messieurs, soit on refuse le plan européen mais on se démerde tout seul, soit on l'accepte mais il y a telle et telle condition à respecter. Faites votre choix.

Quand on a foi en la démocratie, on en admet les aléas. Tiens, cela me fait penser à la Tunisie. Eh oui, là-bas, ce sont les Islamistes qui ont remporté le jackpot. Eh bien c'est comme cela, et personne n'y peut rien. On ne peut pas aller contre la volonté des peuples. Près de 80% des Tunisiens ont voté et c'est clair, il y en a presqu'une moitié qui souhaite un retour du spirituel dans le temporel. Évidemment, l'autre moitié n'a sans doute pas le même avis sur la chose. Mais bon, c'est le jeu de la démocratie, il faut le respecter.

L'Algérie se serait certainement évité bien des malheurs si elle avait laissé à la fin des années 80 le FIS gouverner, l'armée se tenant à prudente distance des décisions des Islamistes. Le pays aurait sans doute passé une décennie sous le joug islamiste, après quoi, sa population se serait probablement lassée.

Bref, la démocratie comporte bien des ingrédients, et c'est une recette assurément compliquée, une sauce longue à prendre. Mais à son départ, il y a le Démos et Δῆμος  en grec, cela signifie le peuple. CQFD.

Commentaires

Rien à redire sur ce billet, tellement il reflète ce que je pense également.

On a refusé le projet de constitution européenne par référendum, on s'est vu imposer le traité de Lisbonne par une autre voie. C'est un non respect total de la démocratie. Et c'est sans doute ce qui explique une partie de la défiance de nos concitoyens à l'égard de l'Europe.

Pour la Tunisie, il faut faire avec, même si on n'est pas forcément satisfait de l'issue.

En revanche, je pense aussi que Papandréou a joué au "con", le référendum était sans doute une bonne idée, mais à condition de poser la seule vraie question qui était pertinente: "Souhaitez-vous sortir de l'Euro?" Et en en expliquant clairement les conséquences.

Ne devient pas forcément un de Gaulle qui veut lui ressembler...

Écrit par : JF le démocrate | dimanche, 06 novembre 2011

Si François Bayrou était si attentif à ce que pense le peuple, pourquoi a-t-il voté pour le traité de Lisbonne ? Il s'est comporté comme tous ceux qui l'ont ratifié : en traitre.

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Tu n'étais pas hostile à ce référendum quand Pap l'a annoncé ? Ou je t'ai mal compris ?

Écrit par : estelle92 | dimanche, 06 novembre 2011

@Mirabelle
Certainement pas. Il était pour et je ne vois pas pourquoi il aurait voté contre ses convictions.
@estelle92
Ni hostile ni pas hostile ; en revanche, dès lors qu'il était annoncé, il fallait aller jusqu'au bout.
@JF
Oui, il a voulu faire le malin. Tout ça pour ça...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 06 novembre 2011

Voila un billet de grande qualité, je trouve que nos dirigeants actuelles jouent à un jeu bien dangereux avec la gestion de ses crises successives. Ce jeu de poker menteur aux yeux des peuples va voir des conséquences lors des prochaines échéances électoral en Europe ...

Écrit par : luc | dimanche, 06 novembre 2011

@ l'Hérétique : certes, et je n'ignore pas que le mandat de député est représentatif et non pas impératif, il n'empêche que ce vote allait à l'encontre de la volonté du peuple qui avait rejeté ce même texte par référendum. Alors dans ce cas présent, la représentant trahi la confiance de ceux qui l'ont élu quand ces derniers se sont clairement exprimés. Jamais la représentation parlementaire n'a été au-dessus de la volonté populaire, jamais, sauf forfaiture !

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Francois Bayrou a toujours été un européen convaincu, ne s'en est jamais caché aussi je suppose que ses électeurs à la députation n'en ignoraient rien du tout...Je ne vois aucune incohérence, désolée.

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

Il n'y a pas d'incohérence dans le personnage, qui démontre que manifestement dès qu'il détient une parcelle de pouvoir, il n'en fait qu'à sa tête sans se soucier du bon peuple, mais il y a une grave incohérence, voire une escroquerie morale à ensuite s'affirmer comme respectueux de l'avis de ses concitoyens et être "démocrate" si ce mot là a encore un sens.

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Une fois de plus, ton argumentation ne tiens pas la route, il était député et non pas président de la république.
Es tu juriste ou pas? On est en droit de se poser la question parfois^^^.
Te laisse à tes raccourcis et mauvaise foi.

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

" Il ( BAYROU) était favorable à un référendum pour le Traité de Lisbonne et l'a conseillé en vain à Sarkozy."

ok n' empêche qu'il a voté le traité de Lisbonne en Congrés en 2009, après le non de son peuple à la constitution en 2005.

qu'il a voté la reforme de la retraite alors que 65 % de son peuple y rechignait,

qu'il est pro européen et ne parle jamais d'une nation européenne , d'un peuple européen au nom duquel on pourrait fonder de façon beaucoup plus légitime une justice européenne, une politique économique européenne , que le mot de fédéralisme lui a toujours écorché la bouche notamment aux européennes car selon son bras droit Rochefort ce n'etait pas payant électoralement.

Pas de quoi triompher..


"Quand on a foi en la démocratie, on en admet les aléas. "

Tout à fait d'ac

"À croire que la démocratie fait peur à tout le monde, y compris à ceux qui s’en font une bannière. Et bien entendu ils ont raison le “peuple” pourrait bien voter à droite ou de façon stupide, … bien sûr!
Mais la démocratie n’est-elle pas un processus ? et non pas un état ? un processus qui fait que plus on est amené à voter pour prendre des décisions qui concernent la vie et plus on est amené à s’intéresser au pouvoir que le vote confère et plus on est amené à s’informer et à se responsabiliser.

Mais il faut bien commencer et en courir le risque.

Alors relire et lire Rancière et sa “Haine de la démocratie” et espérer que le peuple grec aura dans l’avenir de multiples occasions de voter."
commentaire de martine sur "referendum grec sur la dette européenne ICI http://christian.nannini.free.fr/?p=7595

Écrit par : monpostdemocrate | dimanche, 06 novembre 2011

Pas la meme Martine, com d'hab...
Elle/Il a eu la délicatesse de mettre une minuscule, cette fois, c'est déjà ca^^^;o))

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

@Mirabelle
Martine a parfaitement raison : Bayrou a toujours été clair sur ses opinions. Il n'avait aucune raison de représenter les nonistes par son vote. En revanche, tu peux aller demander des comptes, à gauche ou à droite, à ceux qui crachent sur l'Europe en face et dans le dos, font passer sur le dos de l'Europe leurs propres mesures.
Accuser Bayrou d'avoir voté selon sa conscience, c'est assez nul, en la circonstance.
@monpostdémocrate
Même réponse qu'à Mirabelle pour le vote de Bayrou. Sinon, je ne dirais pas exactement que la démocratie est un processus, mais plutôt une dynamique. Vous avez toutefois raison d'en rejeter une définition qui serait statique.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 06 novembre 2011

heu non, l'Hérétique, il a droit en temps normal de voter selon sa conscience, c'est certain, c'est le principe même du mandat représentatif que j'ai rappelé plus haut. Par contre, il ne saurait se vanter d'être démocrate ni à l'écoute du peuple ni de respecter son point de vue lorsque dans la configuration exceptionnelle qui a été celle d'une loi rejetée par référendum, la voter dans le dos de tous les nonistes, qui, je te le rappelle étaient démocratiquement MAJORITAIRES! Double Hérésie constitutionnelle :
1/ revenir sur un texte rejeté par le peuple
2/ le faire valider par le pouvoir législatif (simple représentant) alors même que le peuple souverain l'a rejeté !
du jamais vu sur le plan constitutionnel! même les plus critiques envers la Vème république n'avaient jamais osé envisager un cas d'école pareil !

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

J'ajouterai pour ceux qui ne me captent pas, que je ne confonds pas le Président et les députés, mais que précisément chacun doit savoir rester dans son rôle. Lorsque le Président commet une forfaiture, le rôle de nos représentants n'est pas de d'acquiescer et de satisfaire leur petite conviction, mais de voir plus large, et de refuser de prendre part à un tel déni de démocratie. En acceptant de dire oui contre l'avis du peuple, les députés sont alors complices de cette mascarade. Ça ne leur donne pas particulièrement les épaules pour ensuite dire qu'ils protègent le peuple, ni qu'il se préoccupent de leur avis !
Le rôle d'un élu à ce moment là, c'est précisément de refuser ! de ne pas se compromette et de respecter la parole de ceux qui les ont élus.

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Nous savons tous Mira, que tu chercheras toujours à avoir "raison".
Tu omets de préciser que le premier texte Maastricht fut rejeté via référendum effectivement, celui qui fut voté fut celui de Lisbonne.
Alors, désolée, mais ton blablabla de constitutionnalité et tutti quanti ne tient pas la route une seule seconde.

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

Maastricht rejeté par référendum ? mets toi à jour !
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_sur_le_trait%C3%A9_de_Maastricht

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Oups, y a fourchi y a pas relu...
T'aime wiki alors voilà:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_Constitution_pour_l%27Europe
Dslée :o))

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

ben oui, c'est bien ce que je dis, le TCE a été rejeté par le peuple français et le texte est repris dans le traité de Lisbonne, cette fois ratifié par le congrès ... un foutage de gueule en règle du peuple par ses représentants !

Écrit par : Mirabelle | dimanche, 06 novembre 2011

Bah nan, va falloir retourner sur les bancs: "traité modificatif",ne l'ai pas inventé Wiki qui le dit, les mots ont un sens Mira.

Écrit par : Martine | dimanche, 06 novembre 2011

La democratie, c'est un peu plus complique que faire ce que veut la majorite.

Sinon, tout ce que vous obtenez c'est une autre forme de tyrannie.

Écrit par : Monoi | lundi, 07 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.