Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mademoiselle, c'est bien mais...pas dans les formulaires ! | Page d'accueil | Cherche profs disparus (forte récompense !) »

samedi, 01 octobre 2011

Dette et budget : que réduire ?

Tiens, mon confrère de centre-droit Crapoto me signale un jeu amusant en flash, mis au point par le Figaro. Dans le principe, cela me rappelle le fameux cyber-budget mis en ligne par Copé il y a 5 ans.

En la circonstance, j'ai choisi l'objectif "Très rigoureux" d'un déficit public ramené à 3%. Je dois trouver 52 milliards d'euros en jouant sur la réduction des dépenses et l'augmentation des recettes (les impôts, quoi...).

Bon, l'action extérieure de l'État, ne pas la diminuer, c'est notre Soft power ! Hop, j'augmente de 9% le budget : ça commence bien ! Une dépense en plus !!!

Bon, l'aide publique au développement, bon, désolé, mais on a notre propre déficit, alors je taille dans les dépenses : suppression de la moitié des aides directes aux pays en développement et suspension de l'aide aux pays d'où viennent les immigrés. En fait, sur ce point, on devrait plutôt inciter des entreprises à sous-traiter là-bas certaines tâches pour créer du développement que de filer du cash.

La culture, ensuite. Le problème, avec la culture, c'est ce que l'on appelle "culture". Moi j'ai toujours trouvé la culture d'état hypertrophiée. La sensibilisation à la culture, elle se fait plutôt à l'école. Bref : paf, finies les subventions au spectacle vivant. Toc, supprimées. Ensuite, baisse du budget de la culture de 10%. Cessons de financer notamment les spectacles du show-bizz, réduisons à néant ou presque le coût des émissions de variété sur les chaînes publiques : Reservoir Prod ira trouver d'autres gogos. En fait, j'ai même une meilleure idée : privatisons complètement France 2. On pourra réaffecter une petite partie des sommes au spectacle vivant, tiens.

La défense : on se barre d'Afghanistan. Hélas, on ne peut rien pour les Afghans à l'heure actuelle, cela nous coûte une fortune et des morts pour rien car l'opinion afghane ne nous est nullement reconnaissante de notre présence, au final. Ce n'est que lorsque les peuples se soulèvent qu'on peut les aider.

Développement durable : pas besoin de personnel qui ne sert qu'à édicter toujours plus de normes impraticables. Allez, hop, purge de 10% des effectifs. Tant pis aussi pour les routes et les autoroutes pour un an. Les mesures écolo-blabla, elles vont devoir se financer un peu plus : au bout d'un moment, les solutions, pour s'imposer, il faut aussi qu'elles soient un minimum rentables et pas des pompes à finances publiques.

L'enseignement scolaire : oulah, lui, il a déjà tellement pris dans la g... qu'on n'y touche plus pour l'instant.

La Justice, ça merde vraiment trop : on a des procès qui durent des années et des années. J'aimerais bien l'augmenter, mais là, ce n'est vraiment pas possible. On verra quand on aura réduit le déficit.

Recherche et enseignement supérieur : ce sont les parents pauvres ! 3% d'augmentation mais il faut vraiment développer les partenariats entreprises-universités.

Sécurité : on en a beaucoup fait pour la sécurité routière, je trouve, et ça bouffe beaucoup de moyens pendant que les petites gens sont terrorisées sur de larges parcelles de la république. Allez, toc, on divise par deux les moyens de cette niche budgétaire, et encore, je suis bon...ça ne tiendrait qu'à moi...

Solidarité/Insertion : on ne peut décemment pas y toucher. A la limite, il faudrait même presque l'augmenter, mais bon, s'il faut veiller au grain sur les dépenses, on ne peut pas pour l'instant.

Travail et emploi : supprimer Pôle emploi ? ça merde déjà tellement...Le chômage est important, donc ce n'est sans doute pas le moment de tailler là-dedans, mais je suis convaincu que les sommes qui y sont déversées ont vocation à être réparties différemment.

Ville et logement : La politique de la ville, c'est la ville, au fond, pas l'État. Je laisse les aides au logement, encore que...il y aurait beaucoup à dire, mais je baisse le budget d'au moins 10% et encore, je suis bon.

Autres missions de l'État : 5% en moins sauf sur la Santé qui demeure un objectif prioritaire.

La Sécurité Sociale : là, en revanche, hausse de la CSG, hausse des cotisations retraites et je baisse de 10% les médicaments remboursés. Ça fait des sous, tout ça !

Les impôts

J'augmente l'impôt sur le revenu des plus riches : la tranche supplémentaire que veulent créer Jean Arthuis et François Bayrou, quoi. Je ne touche pas au reste.

TVA : +2 points. Indispensable pour financer notre modèle social.

ISF : je taxe les très grandes fortunes d'un point de plus.

Niches fiscales : ça va raboter ! Les niches en faveur de l'Outre-mer, c'est généralement une grosse arnaque qui n'amènent aucun développement. Tac, supprimées.

Fini le taux réduit de TVA pour la restauration rapide : en plus ça nous coûte en problèmes de santé toute cette junk-food !

La TVA à 5.5 sur la restauration rapide, trop basse : je la remonte, mais à 21.6 comme tout le reste. UN taux intermédiaire à 12% me paraîtrait correct. Dommage, le flash du Figaro ne permet pas de subtilité dans les ajustements.

Nom de Zeus, j'y suis presque ! Il faudrait que j'arrive à 52 milliards, et je 50.92...voyons voyons, que faire d'autre ? Ah, trouvé : le taux de 5.5% sur l'amélioration des bâtiments anciens, terminé. Pas une urgence, ça...Aaaaah : je suis à 55.95 milliards. Un peu de marge de manoeuvre. L'an prochain, je réaffecterai quelques fonds à la justice.

Blood'n nuts : 246 de score, on me dit que je pénalise la croissance pour deux ans et que je manque de clairvoyance ! Ben ouais, mais les gars, tant qu'on aura une dette mastodontesque, on ne peut pas trop faire autrement...

12:31 Publié dans Economie, Insolite | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : budget, dette, déficits |  Facebook | | |

Commentaires

la même chose

ce que je trouve vraiment dommage, dans ce jeu, c'est que les missions que l'on nous proposent de supprimer ne représentent qu'une petite partie des budgets des ministères

par exemple, pour les Affaires Étrangères, diviser par deux le nombre d'ambassades et de consulat ne change quasiment rien au budget du ministère (5% à la louche)
du coup, on se demande où va l'argent

Écrit par : adrien | samedi, 01 octobre 2011

Le principe est sympa! merci d'avoir partagé ce lien, ainsi que ta vision des choses.

Quand je suis un peu énervée, j'imagine même de nouvelle taxe:
http://reflexion-citoyenne.over-blog.com/article-une-guerre-de-generations-85518811.html

Écrit par : Irene Zlato | samedi, 01 octobre 2011

T'as quelques bonnes idées !
Pour ramener de la croissance et donc de l'emploi pour alimenter les différentes caisses sociales, tu pourrais rajouter:
- la fin de l'exonération des heures supplémentaires ( + 4.5 milliards d'Euro) soi l'équivalent de 250 000 emplois temps pleins non crées à cause de ce dispositif stupide (la CGT parle de 400 000)
- la fin de la TVA à 5.5 dans toute la restauration (+ 2.5 milliards) car ça n'a pas créé d'emplois,
- enfin la fin des 35 heures que l'Etat finance chaque année à hauteur de 14 milliards en exonération de charges. Et hop, les fonctionnaires repassent à 39 h : meilleurs services publics rendus aux usagers !

20 milliards récupérés d'un coup que j'affecte à :
- la réduction de la dette pour partie,
- l'augmentation des salaires des profs en échange de la révision de leur statut et des contrats d'objectifs,
- l'embauche de quelques juges pour éviter que les affaires trainent en longueur et dégoûtent les citoyens qui en conduit une partie à voter LePen ou Mélanchon ce qui est à peu près la même chose.
- le financement de 2 emplois sans charges (Bayrou 2007) à la sauce Hollande 2012 avec priorité absolue aux jeunes et aux séniors ( 4 à 5 milliards )

Écrit par : orange sanguine | samedi, 01 octobre 2011

@Irène
j'ai lu ton billet : disons que les retraités pourraient au moins déjà payer les impôts de solidarité que tout le monde paie...
@orange
mais c'est pas possible : tu partages l'obsession de l'UMP et du PS pour la réforme du statut des profs. Tu crois vraiment que c'est le problème de l'école, aujourd'hui ?

Écrit par : l'hérétique | samedi, 01 octobre 2011

@adrien
Oui, je suis d'accord avec toi. Le Cyber Budget est mieux fait, mais il date !

Écrit par : l'hérétique | samedi, 01 octobre 2011

@l'hérétique : les pbs de l'école sont divers.
Au Primaire, ce sont les non apprentissages des savoirs et savoirs faire fondamentaux en lecture et en calcul pour 1/3 des élèves ... liés à un rythme scolaire inadéquat : 4 jours/semaine + 10 semaines de congés l'été ... Pour changer les rythmes scolaires, tu seras obligés de modifier le statut des enseignants.

Au collège, c'est la manque d'encadrement hors le temps de classe notamment aux récréations et à la pause déjeuner (les moments où il se passe le plus d'incidents) qui pose de gros soucis. Avoir, comme dans un certain nombre d'établissements privés, des adultes donc des profs qui surveillent la cours (comme en primaire)en sus des surveillants nécessitera un changement de statut et des obligations des enseignants. L'Etat n' pas les moyens financiers d'embaucher des surveillants supplémentaires d'autant plus que souvent, ils sont à peine plus âgés que les élèves et inexpérimentés. On pourrait réemployer les militaires qui sont virés du Ministère de la Défense après 5 ans de contrat par exemple :-))) Ségo et Sarko vont être contents !

Le manque de formation des profs surtout depuis 2 ans est un aussi gros soucis. Maintenant est-ce que les temps de formation doivent avoir lieu les jours où les enseignants sont censés être devant leurs élèves ??? Allègre avait une bonne solution mais très mal expliquée ! C'est intéressant de voir, au moment où Public et privé ont appelé à manifester mardi dernier, que dans les établissements privés sous contrat, le temps de formation des profs à lieu dans l'immense majorité des cas pendant les vacances scolaires, et le samedi. L'école publique ne pourrait-elle pas s'en inspirer ? ça résoudrait pas mal les problèmes d'absence, non ?

Depuis l'an dernier, le nombre de postes alloués aux concours ne sont pas pourvus à la rentrée par baisse du nombre d'inscrits puis par démission des nouveaux lauréats en cours d'année. Pourquoi ? Revaloriser le travail des enseignants nécessitera de revoir leurs statuts.

Je te renvois au rapport de l'OCDE. Quand j'ai commencé, je gagnais plus de 2 fois le SMIC avec un Bac+3. Aujourd'hui, c'est Bac +5 pour 1,5 fois le SMIC : cherchez l'erreur !

Ce n'est pas parce que Bayrou n'en parle pas qu'il n'en pense pas moins. Il y a consensus d'E.ELV à l'UMP en passant par le PS et les centristes. Après, tout dépend de ce que l'on met dedans la réforme du statut de l'enseignant.

Maintenant l'école a besoin d'une refonte complète en terme d'objectifs à atteindre et de compétences à acquérir pour les élèves.
Quand je lis que certaines Fac mettent en place des modules pour l'orthographe, ça me fait bondir !

Écrit par : orange sanguine | samedi, 01 octobre 2011

ça y est, la nouvelle mode, ce sont les rythmes scolaires. Il y a 40 ans, il y avait 10 semaines de congés (il n 'y en a plus que 7 maintenant). Les résultats français étaient bien meilleurs.
Alors svp, arrêtons de brandir le dernier avatar de la pédagogolâtrie, les rythmes scolaires. Ils me chauffent ceux-là...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 01 octobre 2011

Pour ma part, j'ai économisé 7Mds€ en supprimant les aides à l'enseignement privé, et je réaffecte une partie de cette économie dans le budget général de l'éducation que j'augmente de 10%. Déjà 820M€ d'économiser !
Concernant l'action extérieure de l'Etat, je n'y touche pas non plus. Je renonce à l'aide publique au développement le temps de remettre au propre nos finances. Me voilà à 1,28Mds€ d'économiser.
Sur la culture j'économise en supprimant le soutien au spectacle vivant en attendant des finances plus saines. Je réduis aussi le budget de 3% afin de passer à 2,02Mds€ d'économies totales.
Point de vue défense, j'annonce le retrait des troupes d'Afghanistan pour raison de pacifisme et d'un point de vue sécurité, je divise par deux les moyens de la sécurité routière. Nous en sommes à un total de 2,76Mds€ économisés !
La justice, le travail, l'écologie et la solidarité je n'y touche pas. Au contraire, je taille le budget de la politique de la ville en baissant de 10% ce qui nous permet d'atteindre une économie de 3,52Mds€.
Concernant la sécurité sociale, j'impose une baisse de 10% du prix des médicaments remboursés et j'augmente d'un point la CSG. Après ça, nous en sommes à 13,22Mds€ d'économie.
Je réduis de 7% le budget des autres missions de l'Etat (le jeu ne permet que de faire un "choix" global et je ne sais pas encore comment je répartis cette baisse). Nous voilà à 15,39Mds€ économiser.

Concernant la TVA, elle monte à 21,6% ce qui monte notre total à 28,29Mds€ !
A propos des niches fiscales, on fait le tri et on supprime la niche Copé, la TVA à 5,5% sur la restauration (même si on me dit que ça a permis la création d'emplois), le taux réduit de TVA sur la restauration rapide et le taux de 5,5% sur les travaux d'amélioration sur les logements anciens. Nos mesures nous rapporte maintenant 45,39Mds€.
Ensuite, niveau ISF ont augmente d'un point pour les plus riches et de même pour l'impôt sur le revenu. Nous sommes à 52,89Mds€ et nous avons ainsi dépassé l'objectif !

J'avoue avoir voulu supprimer le programme spatiale - qui représente un poste de dépense de 1,4Md€ - mais j'ai refusé parce qu'au fond ce programme est bon pour notre "action extérieure" et pour nos emplois (dans une moindre mesure).

Ensuite, je valide le plan et j'arrive à un score (faible ?) de 335. Le bilan qu'on me livre est le suivant : " Vous avez été très rigoureux et la croissance va s'en ressentir durant deux ans. Mais vos coupes budgétaires et de hausse d'impôts ont été - d'un point de vue purement économique - judicieusement menés. L'impact sur l'activité en sera minimisé. "

Un bon bilan selon vous ?

Écrit par : Maxime FIALON | samedi, 01 octobre 2011

@L' hérétique,
Vous avais pourtant bien dit qu'orange sanguine était coquine... La semaine de quatre jours est récente^^^.
Ensuite, dans le privé sous contrat la formation parfois souvent engendre la fermeture des établissements à ces dates.
etc ;)))
Enfin bon bref

Écrit par : Martine | samedi, 01 octobre 2011

Très marrant comme jeu!

Perso, je fais 40 milliards de réduction du déficit de la façon suivante:

1) en augmentant les recettes bien sûr!

- augmentation de 1 point de la TVA et de 1 point de la CSG
- suppression de niches fiscales, dont la niche Copé (6 milliards par an), qui n'a guère que le mérite de faire tourner les cabinets d'avocats d'affaires et d'encourager la création de holdings, la TVA sur la restauration (rapide ou pas)à plein pot, les prêts à taux zéro (1 milliard, c'est pas grand chose, mais ça alimente une bulle spéculative immobilière).

En revanche, je ne touche pas à l'ISF car déjà j'augmente l'IR pour les plus aisés (il y a moyen d'ajouter deux tranches, une à 45% et une à 50%).

2) Les dépenses, je n'y touche pas trop, seulement à la marge, afin de gratter quelques petites choses au passage: le soutien à la création culturelle française, quand on voit sa qualité... Le retrait des troupes en Afghanistan, vu le bourbier inextricable...
Pas question de toucher à l'Education, sauf si on a envie de faire tout péter, quelle soit publique ou privée sous contrat. Et je lance un signal en direction de la sécurité et de la Justice en augmentant dans un premier temps de 3% leurs budgets respectifs.

En revanche, je ne dérembourse pas de 10% les médicaments, car les prix des mutuelles risquent de flamber.

Comme je suis le c... entre deux chaises, l'avantage c'est que je ne suis pas noté par le Figaro!

Écrit par : JF le démocrate | samedi, 01 octobre 2011

Mes plus grosse économies ( à moyen et long terme) se ferait en commençant par se poser la question du rôle de l'Etat.

Je trouve anormal que chaque échelon admnistratif de notre pays ( avec l'Europe en plus) ait la compétence, donc une administration propre ( un effectif + un budget) au niveau du dévellopement économique

La commune
L'interco
La région
La région bis ( prefecture de région)
L'Etat

Combien de gachis par superposition ( en nombre de compétence ..et en nombre de sous)

et ce n'est qu'un domaine d'activité ( important certes)

Écrit par : Teo Toriatte | dimanche, 02 octobre 2011

bof bof...

la première chose a faire, ne serait-elle pas de trouver une majorité et une opposition capable de se mettre d'accord sur un plan de réduction des déficits sur 10 ans quelque soit la majorité.....

je rappelle que les USA se sont fait taper sur les doigts par la agences de notations car ils n'ont pas pu se mettre d'accord sur un plan de réductions de leur dette de 4000 milliards de dollar sur 10 ans.l'absence de crédibilité politique fait que l'Italie vient une nouvelle fois de se faire dégrader

Vu l'ampleur de la dette tous les pays devraient trouver des consensus nationaux et internationaux sur le sujet de la dette car tous les partis sont responsables du merdier : aucun n'a de solution a court, moyen et long terme car aucun n'est capable de prévoir l'avenir.....

DDV à raison sur point c'est que tous les programmes pour 2012 sont déjà obsolètes car la situation sera soit pire que prévue ou meilleure .....et il faudra tout revoir.....

Lorsque l'on voit tous les plans de sauvetage en Urgence il paraît absurde pour qui que ce soit de faire des prévisions de budgets

Écrit par : Europium | mercredi, 05 octobre 2011

Mouhahaha, il a du mesurer le caractère surréaliste de son revenu universel! :o))
Vous parlez de ca aussi je suppose:
http://actu.voila.fr/actualites/documents/2011/10/05/dexia-la-banque-des-collectivites-locales-entre-belgique-et-france_323287.html
Entre autre, me souviens des muselières ou baillons que l'on esayait m'apposer quand j'évoquais le souci en 2008 et plus tard encore, c'est rigolo enfin parce qu'il vaut mieux en rire que passer son temps à pleurer ché pas bon pour la chanté.

Écrit par : Martine | mercredi, 05 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.