Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 60% de défection à un concours d'enseignant | Page d'accueil | Attaquer en Libye ? ça va pas la tête ? »

mercredi, 02 mars 2011

Marine Le pen prête à jeter à la mer des réfugiés...

radeaumeduse.jpgJe ne titrerai pas comme Laureline Dupont de Marianne, immigration, Marine Le pen la rechute, mais en revanche, je rejoins totalement Laureline pour mettre à jour l'embrouille à laquelle se livre Marine Le pen.

Bien loin de se réjouir de voir les despotismes  tomber au Maghreb, Marine Le pen n'a qu'une inquiétude : voir des réfugiés lybiens et tunisiens débarquer en France.

Et elle met dans le même sac l'immigration ordinaire (qu'il faut en effet juguler et arrêter complètement) et l'accueil de réfugiés, que l'on ne peut pas même qualifier d'immigration, au demeurant, et qui a un caractère parfaitement temporaire.

Il y a eu un sondage récemment sur le sujet, c'est sans doute ce qui a donné des idées à Madame Le pen. Comme 2/3 des Français, je pense aussi qu'il faut privilégier des secours sur place. 

Mais quand j'entends Marine Le pen déclarer « L’union européenne est totalement impuissante à nous protéger, il faut passer un accord bilatéral avec l’Espagne et l'Italie pour permettre à nos marines de préserver nos eaux territoriales et repousser dans les eaux internationales les migrants qui voudraient entrer en Europe. » difficile de ne pas faire un bond.

Il ne faudrait pas être sur le Radeau de la Méduse avec elle, celle-là : elle aurait vite fait de vous balancer un coup de rame sur la tronche pour vous jeter à la flotte, parce qu'en gros, c'est exactement ce qu'elle propose. Elle veut refaire le coup des boat people crevant de soif et d'inanition dans les années 70, repoussés de partout, en somme. Allez, ouste, les Lybiens et les Tunisiens, à la mer, quoi...

Il y a peut-être un moyen terme entre l'accueil d'immigrés et celui, temporaire, de réfugiés terrorisés, chose qui ne semble pas frapper plus que cela Madame Le pen.

Commentaires

Elle n'a jamais dit qu'il fallait jeter les boat people à la mer, vos propos sont purement de la diffamation, elle a dit qu'il fallait les empêcher de venir en Europe, je pense que les "passeurs" qui sont les premiers responsables de ces actes scandaleux feraient peut être moins les caids s'ils étaient repoussés et jugés pour avoir mis en péril la vie des "réfugiés" sur les radeaux comme vous dites...
Ce sont eux les responsables

En Europe, il n'y a pas de travail, des états en faillite, pas de logement, et vous allez nous faire croire que les tunisiens ou les libyens qui vont venir en Europe ne le feront que pour 2-3 mois avant de retourner au pays ? Quelle naiveté !

Il est évident que si une aide doit être effectuée ( mais avec quel argent ! )c'est dans leur pays que cela doit être réalisé

Écrit par : JASONB | mercredi, 02 mars 2011

Quelle naïveté de croire que ces réfugiés ne cherchent qu'un asile temporaire le temps que le calme revienne. Si ce n'était que cela ils iraient tous à la frontière tunisienne comme beaucoup le font déjà.

Etrange tout de même. A peine libérés de leurs tyrans voilà qu'ils cherchent l'exil. Comme si en 1789 Dumouriez, Rougerie de Lisle, Marat et une bonne partie du peuple de Paris avaient émigré.

Et oui, une aide doit être offerte, sur place.

Écrit par : MC | mercredi, 02 mars 2011

Marine Le Pen n'a jamais dit qu'il fallait jeter à la mer les "réfugiers", elle a dit seulement qu'il fallait les empêcher de venir sur le sol français.
Mais au fait, pourquoi ces hommes, ces femmes et enfants veulent-ils partir de leur pays, jusqu'alors dirigé par un dictateur "soutenu" par la France, alors que parait-il la démocratie s'installe chez eux. Il faut qu'on m'explique.

Écrit par : Mandarin | mercredi, 02 mars 2011

Juste pour vous dire en passant, que vous n avez pas dû lire le radeau de la meduse...Car une fois echoués sur les cotes africaines, ils se sont fait depouillés de tout et ont été traités comme des esclaves....
Pour en revenir au sujet initial... pourquoi n iraient-ils pas demander l asile dans les pays arabes ? Cela eviterai qu ils prennent des risques en traversant la mediterranée!

Écrit par : Fred | mercredi, 02 mars 2011

Juste pour vous dire en passant, que vous n avez pas dû lire le radeau de la meduse...Car une fois echoués sur les cotes africaines, ils se sont fait depouillés de tout et ont été traités comme des esclaves....
Pour en revenir au sujet initial... pourquoi n iraient-ils pas demander l asile dans les pays arabes ? Cela eviterai qu ils prennent des risques en traversant la mediterranée!

Écrit par : Fred | mercredi, 02 mars 2011

Faut absolument leur remettre de bons vieux dictateurs à l'ancienne, ils font chier ces arabes, non mais!! Depuis quand ils auraient le droit de faire la révolution et de vivre une période instable?!
Une belle brochette de frontistes que voilà...

Écrit par : Manuel | mercredi, 02 mars 2011

Les populismes n'ont jamais fait bon ménage avec les démocraties. Le choc des discours créent des passions qui occupent principalement le terrain médiatique. Faire de la politique, c'est rejeter les solutions simplistes et agir dans le sens de l'intérêt général. L'accueil des réfugiés passe par des solutions à long terme bien supérieurs à des intérêts électoralistes purement français : il faut espérer que la France rétablira les liens de circulation et d'échange des deux bords de la Méditerranée. Il faut aider les démocraties naissantes du Maghreb à sortir d'un marasme économique où l'on plongé des décennies entières de dictature.

Écrit par : Jourdan | mercredi, 02 mars 2011

Personne n'a parlé de remettre de "bonnes vieilles dictatures", cautionnées soit dit en passant par nos gouvernements successifs depuis 40 ans.
C'est pas compliqué de constater que l'Europe ne peut pas accueillir des réfugiés ou plutot des immigrés, quel est l'objectif de ces réfugiés? Sont ils menacés par l'armée libyenne? Non. Et puis avec quel argent ? C'est ridicule

Écrit par : JASONB | mercredi, 02 mars 2011

La vraie France est dans les commentaires ....j'en fais partie ...

Écrit par : chris | mercredi, 02 mars 2011

Personne n'a parlé de remettre de "bonnes vieilles dictatures", cautionnées soit dit en passant par nos gouvernements successifs depuis 40 ans.
C'est pas compliqué de constater que l'Europe ne peut pas accueillir des réfugiés ou plutot des immigrés, quel est l'objectif de ces réfugiés? Sont ils menacés par l'armée libyenne? Non. Et puis avec quel argent ? C'est ridicule

Écrit par : JASONB | mercredi, 02 mars 2011

On a déja des millions de chômeurs ! et en plus on va accueillir toute la misère du monde???

Écrit par : RepublicainVox | mercredi, 02 mars 2011

Bon, vu les commentaires précédant celui-ci, nul besoin que j'en rajoute ! Mais enfin, quand vous parlez d'un afflux "temporaire", vous vous foutez du monde et le savez fort bien.

D'autre part, je ne vois pas au nom de quoi on considèrerait les Tunisiens comme des réfugiés. Voilà des gens qui se sont débarrassés de leur dictateur et qui ont un pays et une démocratie à construire. Eh bien qu'ils le fassent et le fassent chez eux.

Enfin, en effet (je ne sais plus qui dit cela, parmi vos commentateurs), pourquoi toujours l'Europe ? Et la solidarité arabe, elle fait quoi ? L'Arabie saoudite qui regorge de fric, elle fait quoi pour ses frères libyens et tunisiens ?

Bref : sur ce sujet précis et ponctuel, je suis en plein accord avec Mme Le Pen.

Écrit par : Didier Goux | mercredi, 02 mars 2011

Manuel,

L'intérêt à long terme des peuples français et lybiens ce n'est pas l'accueil de réfugiés en Europe.

La situation gagnant-gagnant, c'est la création d'un Etat libre et prospère qui permette aux lybiens de vivre convenablement, chez eux. Offrir en Europe un confort et une sécurité sans tenter de créer ces conditions au sud de la méditerranée, c'est déjà un parti-pris, déjà un abandon.

Psychologiquement, médiatiquement, économiquement, les sociétés européennes ne peuvent assumer une telle charge, aussi symbolique soit-elle.

Écrit par : MC | mercredi, 02 mars 2011

@l'Hérétique

En premier lieu pourquoi ne pas parler de MLP toujours en terme de Madame le PEN!!! je suis d'accord avec ceux qui trouvent que parler d'elle en terme de Marine LE pen l'a rend sympathique...... On parle bien de NKS, de DSK, de Sarko, d'Aubry, De Bayrou etc....

Ce qui se passe actuellement est du pain béni pour MLP car cela alimente son fond de commerce nauséabond basé sur la peur et sur l'inefficacité de l'UE....ce n'est que du réchauffé!!!!

IL est évident qu'il va falloir prévoir une aide massive pour que ces nouveaux démocrates restent chez eux....ça va coûter cher! De ce coté la il va falloir que l'UE assure et propose une solution rapide!

Maintenant sur ce que propose MLP c'est surréaliste, inhumain et impossible a mettre en place, car cela choquerait l'opinion internationale..... c'est comme d'habitude une idée totalement stupide des frontiste...

Écrit par : Europium | mercredi, 02 mars 2011

@l'Hérétique

En premier lieu pourquoi ne pas parler de MLP toujours en terme de Madame le PEN!!! je suis d'accord avec ceux qui trouvent que parler d'elle en terme de Marine LE pen l'a rend sympathique...... On parle bien de NKS, de DSK, de Sarko, d'Aubry, De Bayrou etc....

Ce qui se passe actuellement est du pain béni pour MLP car cela alimente son fond de commerce nauséabond basé sur la peur et sur l'inefficacité de l'UE....ce n'est que du réchauffé!!!!

IL est évident qu'il va falloir prévoir une aide massive pour que ces nouveaux démocrates restent chez eux....ça va coûter cher! De ce coté la il va falloir que l'UE assure et propose une solution rapide!

Maintenant sur ce que propose MLP c'est surréaliste, inhumain et impossible a mettre en place, car cela choquerait l'opinion internationale..... c'est comme d'habitude une idée totalement stupide des frontiste...

Écrit par : Europium | mercredi, 02 mars 2011

Ah le sens des mots !
Ramener un bateau dans les eaux territoriales = jeter à la mer...

Et on s'étonnera ensuite que l'on puisse parler de diabolisation du FN.

Vraiment affligeant !

Écrit par : Joko | mercredi, 02 mars 2011

Ah le sens des mots !
Ramener un bateau dans les eaux territoriales = jeter à la mer...

Et on s'étonnera ensuite que l'on puisse parler de diabolisation du FN.

Vraiment affligeant !

Écrit par : Joko | mercredi, 02 mars 2011

il y a beaucoup de naïveté à penser que tous ceux qui trouveront refuge en France repartiront dans leur pays d'ici quelques temps (et pouvons nous nous en occuper pendant ces "quelques temps" ?)

Écrit par : Vallenain | mercredi, 02 mars 2011

Le bon côté de la famille Le Pen, c'est qu'on n'a pas vraiment besoin de les diaboliser, ils retombent fort heureusement naturellement dans leurs travers et laissent le naturel parler.

Écrit par : Manuel | mercredi, 02 mars 2011

Que je sache l'espagne avec le Maroc, ou bien l'italie lors des problèmes de l'Albanie ont déjà eu recours au fait de contrôler les flux maritimes d'immigrés clandestins, cela ne choque personne, par contre quand c'est le Front National qui en parle, c'est la catastrophe, le "diable", le "f-haine" pour reprendre ces méthodes de diabolisation dérisoires...

Par contre un petit article sur la facon dont sont repoussés les réfugiés venants de libye aux frontières tunisiennes et egyptienne ce ne serait pas de refus, vous savez dans la violence à coup de matraque, la aussi ca ne choque personne apparemment...

Écrit par : JASONB | mercredi, 02 mars 2011

"IL est évident qu'il va falloir prévoir une aide massive pour que ces nouveaux démocrates restent chez eux....ça va coûter cher! De ce coté la il va falloir que l'UE assure et propose une solution rapide!"

Amusant ce "y a qu'à / faut qu'on"... et d'où allons-nous tirer cette aide? Nos finances sont exsangues et, à moins que vous ne disposiez de nouvelles ressources (lesquelles?), ce ne sont pas les trucages de l'actuel directeur de la BCE qui vont nous tirer d'affaire... la crise - la nôtre! - n'a même pas encore vraiment commencé alors prétendre aller aider les autres me semble fort présomptueux et irréaliste!

Écrit par : daredevil2007 | jeudi, 03 mars 2011

"IL est évident qu'il va falloir prévoir une aide massive pour que ces nouveaux démocrates restent chez eux....ça va coûter cher! De ce coté la il va falloir que l'UE assure et propose une solution rapide!"

Amusant ce "y a qu'à / faut qu'on"... et d'où allons-nous tirer cette aide? Nos finances sont exsangues et, à moins que vous ne disposiez de nouvelles ressources (lesquelles?), ce ne sont pas les trucages de l'actuel directeur de la BCE qui vont nous tirer d'affaire... la crise - la nôtre! - n'a même pas encore vraiment commencé alors prétendre aller aider les autres me semble fort présomptueux et irréaliste!

Écrit par : daredevil2007 | jeudi, 03 mars 2011

arretons de parler de la fille à papa de Saint Cloud et voyons enfin l'afflux potentiel ou réel de clandestins comme une opportunité : celle de delarer la faillite du systeme social et d'en finir avec toutes ces depenses publiques dans tous les sens avec les impots qui vont avec.

Écrit par : Le Parisien Liberal | jeudi, 03 mars 2011

http://www.trop-libre.fr/paradoxa/populismes-suite-a-fronts-renverses

Écrit par : TropLibre | jeudi, 03 mars 2011

Marine Le Pen paralyse les politiques

Le surgissement de Marine Le Pen dans la sphère médiadico-politique bouleverse totalement la donne et met singulièrement en perspective les argumentaires des autres forces politiques. Telle la sirène homérique, gardienne du royaume d'Hadès, elle paralyse la plupart de ses contradicteurs qui se réfugient alors dans la critique compassionnelle, la colère outrée , le sarcasme, quand ils ne deviennent pas carrément idiots.

En témoigne l'ahurissant échange entre journalistes et chroniqueurs sur RTL lors de l'émission "On refait le monde" de ce mardi 1er mars. Commentant les propos de la présidente du FN selon lesquels il faudrait repousser dans les eaux internationales les migrants qui prétendraient entrer en Europe, ils se sont pratiquement tous scandalisés, comme si Marine Le Pen avait affirmé qu'il fallait couler les bateaux et laisser se noyer leurs occupants. Or, elle avait précisé qu'il faudrait le faire "humainement". Mais personne n'a entendu cette remarque pourtant évidente. Comment en effet imaginer que Marine Le Pen puisse vouloir ordonner de couler des bateaux pleins de réfugiés? Est-elle monstrueuse au point de se montrer incapable de la moindre compassion?

En réalité, les cerveaux sont comme congelés, cristallisés, obnubilés, c'est-à-dire finalement rendus imbéciles par le prisme à travers lequel ils ont décidé une bonne fois pour toutes d'entendre ce qu'elle a à dire et dans quoi se reconnaissent déjà des millions d'électeurs potentiels. Les cerveaux sont ici en pilotage automatique: Le Pen = facho = nazi = salaud.

La situation est dramatiquement simple. L'argumentaire de Marine Le Pen est rationnel et cohérent de bout en bout. Ses propositions sont claires, son analyse des problèmes que connaît le pays font de plus en plus l'objet d'un consensus. Pourtant, même un Alain Finkielkraut se trouve comme paralysé en lui donnant raison de bout en bout tout en proclamant surtout ne pas devoir voter pour elle en 2012. Selon quelle justification? Elle n'aurait tout simplement pas liquidé le passé de son père. Mais quel passé ? Quoi précisément? Les tortures pendant la guerre d'Algérie? Les prises de position poujadistes ? les jeux de mots en effet douteux? Mais renonce-t-on à une politique parce qu'on ne supporte pas des traits d'humour d'un autre temps?
Car de deux choses l'une: ou bien Marine Le Pen reprend à son compte des propos racistes ou antisémites et relèverait alors de la justice. Ou bien ce qu'elle dit et fait est parfaitement légal et irréprochable. En réalité ce sont ceux qui lui reprochent de cultiver la haine qui devraient faire l'objet de poursuites pour diffamation.

Lui reproche-t-on de défendre le principe de préférence nationale? Mais ce serait en réalité le devoir de tout responsable politique choisi par le peuple qui l'a élu. Et d'ailleurs, on l'oublie trop souvent, ce principe de préférence nationale qui implique bien un arrêt total de toute immigration profiterait aux jeunes de banlieue qui, étant français, pourraient ainsi bénéficier de réelles chances de réussite. Au contraire, si l'immigration se poursuit, ils seront les premiers à subir une ghettoïsation de plus en plus dure, jusqu'à ressembler à ce qu'on peut voir dans le film "banlieue 13".

Simplement, il faut un débat clair avec des enjeux identifiables. Marine Le Pen souhaite restauré la souveraineté nationale par un certain nombre de mesures dont la restauration des frontières, l'arrêt de l'immigration et la maîtrise monétaire, entre autres.

Ce sont des thèmes parfaitement discutables, des points de vue parfaitement confrontables. Philosophiquement, on peut soutenir que le temps des nations est fini, qu'il faut accepter désormais un monde sans frontières (sauf Israël sans doute, le non-dit de Bernard Henri-Lévy), que chacun dans ce monde nouveau aurait le droit de s'installer où bon lui semble. On peut penser que la France n'a plus aucun sens, qu'elle doit désormais se dissoudre dans une unité planétaire où l'humanité ne ferait plus qu'un.

Même Lionel Jospin en son temps trouvait un tel programme irréaliste à terme. Car ce qui peut en effet paraître désirable sous certaines conditions ne signifie pas qu'il faille en faire un programme immédiatement réalisable. On peut imaginer après Kant ou Hegel que l'humanité trouve le chemin de son unité dans un même monde. Mais cela ne peut se faire que par la marche conjointe de nations qui soient parvenues à un niveau de développement technique, intellectuel et spirituel équivalents. On nous rabâche actuellement que le "printemps arabe" serait le surgissement d'une revendication démocratique universaliste. Nous verrons bien ce qu'il en adviendra. Mais en attendant, Ivan Rioufol a bien raison de souligner que ce sont avant tout des revendications nationales, ce qui suppose que les peuples aient parfaitement le droit de se reconnaître dans une nation. Et pour qu'il y ait nation, il faut un Etat, seul capable de protéger les pauvres, comme le soulignait naguère Blandine Barret-Kriegel dans son excellent livre "l'Etat et les esclaves".

Écrit par : Alex Carter | dimanche, 06 mars 2011

Les commentaires sont fermés.