Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Patrimoine et ISF | Page d'accueil | Droits d'inscription à l'IEP de Paris »

jeudi, 18 novembre 2010

Les notes, c'est pas le problème.

Une vingtaine de personnalités ont signé une pétition pour supprimer les notes à l'école primaire. J'en ai assez de ces appels à la con, parce qu'il faut vraiment appeler les choses par leur nom. C'est comme la conférence sur les rythmes scolaires. On s'en fout. Ce n'est pas le problème. L'enjeu de l'école primaire, ce n'est pas l'usage de notes ou non, mais d'apprendre l'écriture et la lecture. C'est ce que Bayrou répond aussi à la vingtième minute de son entretien avec Bourdin, ce matin sur RMC ; je partage globalement son avis, c'est à dire que cela mériterait d'être expérimenté sans pour autant en faire une religion.

Bref, les pédagogos de service détournent une fois de plus l'attention des citoyens des vrais problèmes. Isabelle, que j'invite à écrire un billet sur le sujet, commente  l'entretien sur le site du MoDem en observant que le vrai problème, ce n'est pas la note mais la stigmatisation publique.

Ce qu'il faudrait interdire, c'est d'annoncer publiquement la note d'un élève sans son consentement. Ça, c'est quelque chose qui me gêne. Parce que la note, c'est la relation de l'enseignant et de chaque élève individuellement, pas l'affaire des autres. Libre à chaque élève ensuite de la faire connaître à l'encan ou non.

La deuxième chose que l'on devrait bannir du vocabulaire de l'école, et elle m'horripile, c'est les adjectifs "bon" et "mauvais" quand on parle d'un élève. Ce sont des mots qui renvoient au champ de la morale. Un élève n'est ni bon ni mauvais. Il est en difficultés ou non à l'école, pour des raisons qui sont diverses.

Au final, ce qui compte, ce ne sont pas les mesures pédagogolâtres à deux sous, qu'on se le dise bien, mais la bienveillance, la benevolentia ou encore l'humanitas, comme diraient nos Anciens Romains.

Ce qui compte, pour un enseignant, c'est d'abord de vouloir le bien de son élève. Ensuite, il faut qu'il ait les moyens de lui faire du bien, donc qu'on ne lui colle pas 30 enfants et plus en classe de CP, comme cela commence à se voir en France, tant Nicolas Sarkozy et consorts méprisent l'école.

Mais les enfants n'ont pas besoin d'idéologues de tout poil et de leur idéologie lénifiante, dont on trouve une belle brochette de représentants parmi les signataires de l'appel pour la suppression des notes, et, plus généralement dans une large partie de la gauche (pas toute, heureusement).

Qu'ils nous lâchent avec leurs propos vaseux et convenus sur la confiance en soi. La note n'a rien à voir avec cela. C'est le rapport humain qui prime, dans l'établissement de cette sécurité. On ne trouve dans leur appel qu'un nouvel avatar de leur vieille antienne, l'égalitarisme.

Accessoirement, les notes permettent aux enfants de se donner des repères, repères dont on sait à quel point ils sont indispensables pour que chacun trouve le moyen de se positionner, ne serait-ce que par rapport à lui-même. L'appel parle de pression scolaire, mais on voit bien en le lisant que pas l'ombre d'une once de réflexion sur le rôle de l'école n'a effleuré les signataires. La pression ne vient pas de l'institution elle-même mais de ce qu'on lui demande, et ça, il faudra bien se le fourrer dans la tête une bonne fois pour toutes, un jour, et commencer à y réfléchir sérieusement. Ça n'en prend manifestement pas le chemin, chez les pédagogols.

C'est tout de même comique de considérer tous ces abrutis qui nous parlent tous les jours d'objectifs chiffrés et qui veulent enlever ces mêmes chiffres de l'école...Allez, halte à la dissolution des variables...!

17:39 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (52) | Tags : notes, suppression |  Facebook | | |

Commentaires

le 30 éleves par classe, il correpond à quelle réalité ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | jeudi, 18 novembre 2010

merci pour ce billet ... c'est désespérant d'entendre toutes ces sornettes ... en plus du reste :) !

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 18 novembre 2010

@L' hérétique,
Etant donné l'age de l'initiateur de cet appel...Ai fait passé dans la foulée un interrogatoire sévère à mes enfants éberlués!( Ils ont du me prendre pour une folle dingue) Bref leurs réponses ont fait que, j'ai fini par rire aux éclats de cet appel, pfiouou une clownerie de plus^^^.
Technique utilisée dans les pays nordiques notamment le Danemark, je crois... ;O))))

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

@L' hérétique,
Dans vos liens, un seul que j'aime bien...

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Oups, deux ;)

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Les 28 élèves par classe dans un CP sont une réalité malheureusement !

Écrit par : Cath37 | jeudi, 18 novembre 2010

Les 28 élèves par classe dans un CP sont une réalité malheureusement !

Écrit par : Cath37 | jeudi, 18 novembre 2010

@Cath37,
Savez-vous que vous etes complètement hors sujet?

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Ah tagguée ! ça m'apprendra :)

Non, en réalité, c'est sûr que cela mérite au moins un billet.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 18 novembre 2010

@Luciole,
Je saurai etre aussi tendre que vous avez su l'etre! :-)
Gaf, ne veux pas lire quoique ce soit, que j'ai pu dire auparavant, -vent, vend :o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

@Luciole,
Tu as raconté n'import' nawak au sujet de l'inclusion en certains pays...Quand il s'agit pour l'essence beaucoup de la politique migratoire...
La Finlande ne subit pas nos flux, quand au Canada adepte des Charters^^^.
Pfff, mais que ca ti don k'y t'ai passé par la tete? :((

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

@Luciole,
Rien à foot de ce que raconte la mère " F ", mais alors vraiment...
Dieu merci, je ne subis plus ni ses mails ni appels téléphoniques^^^.

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Et si on faisait l'inverse ? et si les élèves notaient les profs ? (ah ah ah )

Écrit par : marronnier | jeudi, 18 novembre 2010

@Le marronnier,
Une page de pub?? ah ah ah...:o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Martine, l'inclusion ça n'a rien à voir avec la politique migratoire, ça concerne des enfants à besoins spécifiques dont on parle : handicaps, troubles d'apprentissage, etc.
Pour l'immigration, c'est le terme "intégration" qui est plus exact.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 18 novembre 2010

Ma fille,
As-tu pris tes cachets ?

Écrit par : mamandemartine | jeudi, 18 novembre 2010

@maronnier
figurez-vous que cette idée débile a failli être appliquée : c'était un militant de l'UMP qui avait mis au point une base de données qui ouvrait grand ses portes à toutes les techniques de diffamation. Il a finalement renoncé.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 18 novembre 2010

MDR...:DDDD

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Joli, mais pas de maman politiquement parlant :o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 18 novembre 2010

Écoutes maman STP
et prends tes pilules

Écrit par : papademartine | vendredi, 19 novembre 2010

Négatif!!! N'avalerais pas vos cochonstées!! Beurk

Écrit par : Martine | vendredi, 19 novembre 2010

Dommage pour les autres

Écrit par : papademartine | vendredi, 19 novembre 2010

Vous etes des clowns, bien tristes mes deux soit-disant parents, mes vrais de vrai mais aussi politiquement parlant, ne m'auraient , ni ne m'ont jamais demandé ce que vous les clowns me réclamez à corps et à cri!!! Avalez vos pillules vous meme!

Écrit par : Martine | vendredi, 19 novembre 2010

@Martine ,
je répondais au parisien libéral

Écrit par : Cath37 | vendredi, 19 novembre 2010

@Catherine
Oui, c'est clair. Mais pour le Parisien Libéral, puisqu'il réside dans le 16ème je crois, qu'il aille faire un tour dans l'arrondissement : dans certaines écoles, il y a trois ans, des enfants ont été mis sur listes d'attente pour cause de classes supérieures à 30.
Mais à la limite, c'est honteux de placer la limite à 30. Pour des CP, cela ne devrait pas dépasser 23-24 grand maximum, quel que soit le quartier.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 19 novembre 2010

Le CP devrait être à 20 maxi !

Écrit par : Cath37 | vendredi, 19 novembre 2010

@Cath, Oups dslée :-)
J'ignore si le chiffre a une réelle importance mais effectivement moins les classes sont chargées, plus il est facile de personnaliser.
Cependant les effectifs dans la classe de cp qu'ont fréquenté mes enfants étaient de 30 environ, ils en sont sortis sachant lire, tout comme leurs camarades, il faut avouer que l'enseignante en question avait une technique toute personnelle, associant méthode semi-globale, syllabique et langage des signes très performante pour les accents notamment.

Écrit par : Martine | vendredi, 19 novembre 2010

@Martine
Tout dépend du quartier ...
Cette prof devrait aller enseigner dans une école de ZEP : elle y serait utile si elle obtient 100% de réussite avec 30 élèves !

Écrit par : Cath37 | vendredi, 19 novembre 2010

Tout à fait. :-)
Quoiqu'à cet age les enfants sont moins problématiques^^^Le souci serait davantage la lecture à faire le soir, le suivi.

Écrit par : Martine | vendredi, 19 novembre 2010

@Catherine
Je dis 23-24, mais en effet, 20, ce devrait être le maximum dans l'idéal, nous sommes d'accord.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 19 novembre 2010

C'est un appel malhonnête qui n'a pour but que de développer l'idée que nos enfants seront mieux dans des écoles privées.

Supprimer l'émulation pour rendre tout le monde con, quel beau projet de société :/

La course au profit gangrène décidément tout, et ces gens en sont les apôtres, des loups déguisés en moutons.

Écrit par : Johan | vendredi, 19 novembre 2010

@Johan
Oh, cela ne va même pas jusque là : juste du conformisme et de la bêtise idéologique ordinaires...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 19 novembre 2010

je partage votre avis sur "Po-Sciences", son élitisme - et son anglophilie obsessionnelle. Mais l'appel à la suppression des notes au primaire me paraît plein de bon sens. Les notes remplissent aussi une fonction quasi-sacrée, rassurant les parents, qui y voient un véritable baromètre du parcours scolaire - un baromètre absolument pas fiable ! J'ai rappelé dans un papier sur Agora vox les raisons techniques qui font la grande subjectivité des notes, en me basant sur un article détaillé du Nouvel obs (réf. citées).
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-notes-a-l-ecole-pour-ou-contre-75546

Écrit par : Krokodilo | samedi, 20 novembre 2010

Mouais, notation ABC et autres clowneries comme aux US^^^.
Dslée, chacun sont point de vue mais je préfère notre notation, elle me parait plus claire et plus facilement vérifiable, tel exercice tant de points etc...
Tandis qu'un A ou A- ou A+ sur l'ensemble d'un devoir me parait des plus flou et aléatoire...

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

Oups, horreur!! SON

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

@Martine
Ne vous en faites pas Martine, on vous pardonne :-)
Sinon, comme je le disais dans un billet précédent, la note n'est pas un enjeu véritable mais ce que l'on en fait.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 20 novembre 2010

@Krokodilo : Je lis votre article. Vous reprenez les principes de l'école inclusive (soutien aux élèves à besoins éducatifs particuliers)pratiquée justement en Finlande et dans d'autres pays.

Elle vient d'éclore en Belgique il y a peu, où nous avons un enseignement spécialisé performant à côté d'un enseignement ordinaire.

Mais en Belgique, nous nous appuyons sur un programme pour chaque matière, chaque période, le référentiel fiable auquel vous faites allusion dans votre billet, et que tout établissement, tout professeur, de tout réseau, doit suivre impérativement.

C'est certain que c'est différent, si ce n'est pas le cas en France.
Les notes ne sont pas subjectives, mais suivent vraiment des cases très définies.
De plus, elles sont non seulement un outil de repère pour venir directement en aide à l'élève, mais aussi un outil précieux pour établir cette école inclusive encore balbutiante ici.

Personnellement, mon fils souffrant d'un syndrome d'Asperger, les notes sont des repères précieux pour lui, afin de lui offrir le cadre, les étiquettes indispensables (il y en a d'autres)à son évolution. Ce genre de cadre est nécessaire d'ailleurs à tous les enfants atteints de TED, bien sûr, selon le niveau du trouble envahissant du développement, les cadres seront différents.

Et qu'on ne me dise SURTOUT pas que l'école inclusive ne s'adresse qu'aux enfants atteints de handicaps : elle est là pour TOUTES les difficultés scolaires, voire sociales, passagères ou durables : c'est à dire qu'elle concerne en fait la majorité des enfants, à un moment ou un autre.

Écrit par : luciolebrune | samedi, 20 novembre 2010

@L' hérétique,
Tout à fait, et quitte à copier/coller, il y avait mieux à retenir^^^.

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

@Martine, "plus facilement vérifiable, tel exercice tant de points etc..." Heu... oui, dans certaines matières plus que d'autres : quid d'un 14,5 comparés à un 11 en arts plastiques sur un devoir consistant à créer un objet "qui parle au spectateur" ? Idem en musique, en commentaire et dissertation, en sport (note-t-on la performance relativement à la moyenne statistique de la même génération, ou l'effort, la participation ou... au pifomètre pondéré ?

@Luciole brune, je ne savais pas que ça s’appelait l’école inclusive (trop d’exclus chez nous ?). Sur les référentiels, ils existent en France, ils sont suivis par les manuels, mais certains profs semblent considérer comme un devoir sacré de ne pas se servir de ceux-ci... Total, en cas de maladie, on est censés aller chez les uns et les autres se procurer les copies du cours, alors qu’un simple coup de téléphone aurait indiqué la leçon étudiée ce jour-là ! La liberté pédagogique a ses revers.

De toute façon, on discute pour des prunes, car ce débat sur les notes au primaire a vite été récupéré et parasité par les prises de position politiques, rendant peu probable le moindre changement, du moins systématisé, car en pratique les enseignants ont une grande latitude dans ce domaine.

Écrit par : Krokodilo | samedi, 20 novembre 2010

@Krokodilo,
Pdr...Mais vraiment!! Aux US en arts plastiques mieux notée "A+" caus' Francaise...Voyez?
Ce prof m'a fatiquée, car la production de certains de mes camarades était supérieure, mais bien moins notée...Cela provoquait des tensions, bien évidemment mais avons eu l'intelligence de communiquer. :pp

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

En d'autres termes, il y a des amalgames sieur pffff M'me rocro pour niveler vers le bas, que je ne soutiendrai pas!
J'espère que cela est clair cette fois!!

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

N'est-ce pas alluvions? Vouiii Mme Monch va aider... PDR!!! :DDDD
Bon courage^^^

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

@Krokodilo :

En Belgique, ils sont obligés de suivre un programme très strict, avec fiches de cours, références au programmes, rapports, évaluations, c'est très structuré.

L'école inclusive c'est celle qui, comme vous en parlez, "permet le suivi et le soutien personnalisé des élèves en difficulté". Vous faites aussi référence à des enseignants spécialisés, ici les élèves, selon leurs besoins, ont en plus une prise en charge orthophonique, en psychomotricité, voire psychologique...

Oui, la France a un système scolaire d'exclusion.
C'est un système pour un enfant-type, qui doit rentrer dans un moule. En bref, on demande à l'enfant de s'adapter à l'école, et c'est une démarche à sens unique, sans contrepartie.
Pas d'indidividualisation : dès qu'un enfant a un problème, il risque fort de se retrouvé largué, voire déscolarisé - trouble d'apprentissage, handicap, comportement, problème relationnel, social...
En ce sens, c'est une école de devoirs, et pas de droits.

Tout à fait d'accord avec vous aussi sur l'inefficacité, pire, l'aspect néfaste du redoublement, au vu des nombreuses études - entre autres, celles de Marcel Crahay - et de la simple logique (je crois ?)

Écrit par : luciolebrune | samedi, 20 novembre 2010

C'est boooo la passion^^^ pdr

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

@Luciole,
Chiffrez donc...!!! Sous fond de crise économique plus importante qu'il n'y parait^^^
Dslée d'etre aussi "terre à terre".

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

Martine, c'est dans mon projet et dans mon programme.
Il y a les coûts des différentes prises en charge actuelles et une estimation du prix de revient par journée selon le type de besoin spécifique, sous forme de tableau, de ce programme.

Écrit par : luciolebrune | samedi, 20 novembre 2010

@Luciole,
Le lobbying et moi^^^
Bonne soirée

Écrit par : Martine | samedi, 20 novembre 2010

Le jour où il sera compris que l'école
sert à apprendre le monde qui les entoure
aux enfants et que dans cette fonction (et seulement dans
celle-ci) elle n'est pas discriminatoire
nous aurons fait un grand pas. Dans le
même temps on apprend à l'enfant que les
inégalités sont légion, ne serait-ce que
l'apparence physique (taille, musculature
etc). D'eux-mêmes les enfants compren-
dront que l'on communique mieux si l'on
a des bases communes et arrêtons de
toujours vouloir prendre le pouvoir sur
tout, messieurs et mesdames scientateurs
de sciences de l'éducation et/ou sociales.

Écrit par : calamity jane | dimanche, 21 novembre 2010

sur le nombre d'eleves par classes, les generations des ainés ont connu des classes de 50, sans que ca marche moins bien, semble t il ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 22 novembre 2010

@Parisien libéral
jamais entendu parler de classes de 50 sauf en prépa.
Il n'y avait alors pas d'éducation de masse comme aujourd'hui, et nous ne vivions pas dans une société de loisirs comme la nôtre l'est...
Vous ne croyez pas que c'est déjà suffisamment la m... sans en plus surcharger encore plus les classes ?

Écrit par : l'hérétique | lundi, 22 novembre 2010

Je crois bien que nous étions 43 en terminale - sous réserve.

Écrit par : Krokodilo | lundi, 22 novembre 2010

@Kroko,
Ne vous inquiétez pas ainsi la courbe est à la baisse... :o)))

Écrit par : Martine | lundi, 22 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.