Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Vont-ils continuer à soutenir Polanski ? | Page d'accueil | Culture et Soft-power, la démission de Terra Nova »

samedi, 15 mai 2010

'tain, mais ils ne savent vraiment plus ce que c'est que la rigueur !

Il y a des jours où mes concitoyens m'inquiètent sérieusement. D'après un sondage tout récent, ils croient aux deux tiers que l'actuel gouvernement mène une politique de rigueur. Oulah...Ils n'ont pas l'air de comprendre ce qu'est vraiment une politique de rigueur ! On perd de plus en plus le sens des réalités dans ce pays, et cela m'inquiète fort. On est  à 1000 lieues d'une politique de rigueur, actuellement en France. En Grèce, oui, on mène une politique de rigueur. Une politique de rigueur, c'est augmenter les impôts réduire les dépenses publiques et baisser (même pas bloquer, baisser !) les salaires des fonctionnaires. On est (heureusement !) très loin du compte. La France, si elle se montre économe et sérieuse, peut même espérer échapper à cette politique-là à condition de réduire son train de vie et d'effectuer certaines réformes.

Citoyen Français, ouvre les yeux, nom de Zeus : tu ne sais pas ce que c'est qu'une politique de rigueur. Si vraiment tu veux t'informer, demande aux Argentins, aux Grecs, ou à d'autres pays auxquels le FMI a administré une cure d'austérité, et tu vas comprendre.

Ça m'inquiète cet aveuglement crasse. Les peuples qui ne veulent pas ouvrir les yeux finissent toujours par le payer cash.

01:58 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : rigueur, français |  Facebook | | |

Commentaires

Croyez-vous vraiment que la France s'en sortira sans rigueur/vigueur/austérité/ou autre qualificatif signifiant vraiment saisir le problème à bras le corps? Le problème, c'est une dette aujourd'hui de l'ordre de 80% du PIB qui vient d'augmenter d'un déficit de 138Mds l'an dernier (on considère souvent un seuil empirique de perte de contrôle vers 90% du pib, qui varie bien sur selon les structures des économies); les intérêts de cette dette absorbent l'impôt sur le revenu des Français, voilà ou passe l'impôt redistributif... et encore, les taux sont bas actuellement, en cas de remontée le refinancement fera exploser cout du service de la dette.

Alors ce n'est pas en réduisant les dépenses de l'Etat de 5Mds que les français s'affranchiront de ce fardeau avant plusieurs siècles... les mesures annoncées par Fillon sont de la poudre aux yeux. Et je prend le pari que la Grèce renforcera ses mesures ultérieurement.

Cette dette est un cancer qui mine notre compétitivité (les intérêts qui partent à l'étranger sont autant de handicap sur des marges déjà en baisse). L'Etat a vécu des décennies à crédit sans véritable rappel à l'ordre de ses créanciers, il n'a plus de marge de manœuvre pour mettre en œuvre une politique même clientéliste autrement qu'en recourant à un crédit qui s'amenuise. Et la relance keynésienne étatique trop souvent mal comprise, mal exécutée, mal suivie (voire clientéliste) ne donne pas aux investissements correspondant un taux de retour supérieur au cout de l'emprunt nécessaire pour la mettre en place : plus on relance, plus on plonge! Et c'est ce que l'on fait depuis 30 ans : qu'est-ce qu'une politique chroniquement déficitaire sinon une "relance" perpétuelle?

Il va falloir regarder les choses en face, et couper dans le vif - plus on attend, plus il faudra couper, après l'agréable, l'utile, voire le nécessaire, l'indispensable même : c'est ainsi la faillite. Il va falloir sérieusement considérer la nécessité d'améliorer notre compétitivité, et de l'appréhender selon les termes de la demande mondiale (qu'arrivera-t-il par exemple si la manne touristique dont bénéficie la France se réduit, pour cause de crise économique mondiale ou autre?).

Les gouvernements qui se succèdent se balancent la patate chaude pour ne pas prendre les mesures responsables qui s'imposent, car tout politicien professionnel préfère intuitivement flatter son électorat pour préserver ses chances de réélection.

Écrit par : Nicolas Mauduit | samedi, 15 mai 2010

De toute façon, j'ai surtout l'impression que nos économistes sortent surtout des théories dont il est impossible de vérifier la validité sur le terrain, car entre ceux de la rigueurs, ceux de la dévaluation, ceux de la sortie de l'euro, ceux contre l'Allemagne, ceux contre la faible croissance, ceux..., il est impossible de déjà un avenir réalisable à court et long terme.

Et le seul moyens qui existe qui marche actuellement c'est quand on est en dette( donc que l'on dépense plus que l'on gagne" on se serre la ceinture et on bosse plus, pour s'en sortir. Donc sur un pays, on réduit les dépenses, on récupère de l'argent là où l'on peu le trouver, et on réfléchi à une plus grande compétitivité pour mieux exporter.

Donc par exemple on réduit les retraites, on réduit une partie des dépenses de sécu, on réduit une partie de l'éduc national et on pompe des sous là ou il y en a donc dans le cac 40, les actions, une surtaxation des plus riches( il n'y a pas que les plus pauvres qui vont être le couteau sous la gorge).

Écrit par : Hermes | samedi, 15 mai 2010

D'une certaine manière, il existe mais déguisée une forme de politique de rigueur en France; alors certes du point de vue de la définition économique il n'y peut-être pas une augmentation visible des impôts mais lorsqu'on ne remplace pas, par exemple, un fonctionnaire sur deux à la retraite, que les économies réalisées ne vont pas, comme promis, dans l'augmentation des salaires et que ceux-ci, au contraire, sont "gelés" tandis que, mécaniquement, les conditions de travail se durcissent, alors peut-être que l'on peut parler d'une certaine forme de politique de rigueur. Dans le fond, vous avez raison mais il y a peut-être un parallèle à faire avec l'utilisation du mot "récession" que Lagarde avait eu tant de mal à prononcer parce qu'il n'y a avait pas eu trois baisses consécutives : il y a la réalité (que beaucoup endurent) et les définitions tout droit sorti d'un quelconque manuel d'économie...

Écrit par : La Petite | samedi, 15 mai 2010

@La Petite,
Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux lors du départ à la retraite, et à mon avis de l'enfumage, mais un simple déplacement des charges avec les réformes territoriales.^^^

Écrit par : Martine | samedi, 15 mai 2010

Pour préciser: "un passe passe comptable", sachant que la couleur actuelle des régions est tout aussi responsable de l'état de nos finances, j'avoue etre inquiète pour mes enfants!

Écrit par : Martine | samedi, 15 mai 2010

Tu crois vraiment, l'hérétique, que la France peut se passer d'une vraie politique de rigueur prochainement ? Tu es violemment optimiste, toi :) !

Écrit par : h16 | dimanche, 16 mai 2010

@h16
Je pense que l'on peut encore comprimer la dépense publique sans en arriver aux extrémités grecques, mais il faut s'y mettre maintenant et redéfinir notamment les missions de l'État.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 16 mai 2010

Que l'Etat commence par réduire SON train de vie : frais de réception, à l'Elysée et dans tous les ministères. Geler les salaires des hauts fonctionnaires sinon les baisser. Et après le gouvernement pourra dire c'est la rigueur !
Et je suis prête (et plus de Français qu'on le croit aussi)à faire des sacrifices, pas d'augmentation de ma future retraite, payer certains produits de luxe très cher (à cause d'une TVA augmentée) etc. Les solutions ne manquent pas. Ce qui manque, en France, c'est une réelle volonté de faire de la rigueur pour que nos enfants ne paient pas à notre place.
Pour l'instant, l'annonce faite par Fillon, d'une certaine "rigueur", je suis d'accord, c'est de la poudre aux yeux !

Écrit par : verso | dimanche, 16 mai 2010

@Verso,
Ah oui, quelles solutions ? Si elles sont si nombreuses ? Affreusement curieuse... :o)

Écrit par : Martine | dimanche, 16 mai 2010

@ Martine,
Le gouvernement devrait commencer par imposer ceux qui "jouent" en Bourse ou encore les spéculateurs, le gouvernement doit renoncer à faire des chèques de plusieurs millions à des gens du CAC40 ou ayant de gros revenus, sous prétexte du bouclier fiscal.
Après on pourra taxer tous les Français, je dis bien tous, par des impôts impopulaires, mais dans ce cas pas de réélection en vue (pauvres politiciens). La rigueur pour tous, chacun selon ses revenus oui.
Alphonse Allais a dit : " Il faut prendre l'argent là où il se trouve c'est à dire chez les pauvres.Bon,d'accord,ils n'ont pas beaucoup d'argent,mais il y a beaucoup de pauvres."
Et c'est bien là, la source de la plus grande injustice en France !

Écrit par : verso | dimanche, 16 mai 2010

Entièrement d'accord avec l'Hérétique. Il m'est d'avis que les médias toujours aussi catastrophistes sont pour beaucoup dans ce sentiment semblant se généraliser. Il suffit de voir le décalage entre ce qui est dit et la réalité. Au plus fort de la crise, quand elle faisait la une tous les jours, personne ne la ressentait vraiment. Quand les premières mesurettes commencèrent à se sentir, c'est tout juste si l'on ne nous disait pas que nous en sortions. Pas étonnant que maintenant qu'il va falloir sérieusement se pencher sur le problème, la confiance soit en berne.

Les politiques ont trop joués la carte de l'opportunité en intégrant la crise au processus politicien et, comme nos concitoyens n'attendent majoritairement plus grand-chose de la politique, ils ne sont plus capables de se projeter dans l'avenir. Le moindre petit effort ressenti, la moindre hausse de prix même temporaire, les agresse.

Écrit par : Didier | lundi, 17 mai 2010

heretique "Je pense que l'on peut encore comprimer la dépense publique sans en arriver aux extrémités grecques,"

Oui, je le crois aussi. Peut-être que la moitié de l'effort consenti par la Grèce suffirait chez nous.

"mais il faut s'y mettre maintenant et redéfinir notamment les missions de l'État."

Je doute que ce soit le plus dur : l'enseignement, la police et l'armée, la justice ... voilà déjà l'essentiel des dépenses de l'Etat, et elles sont peu compressibles.

Le problème, au-delà des missions qu'il gère en propre, c'est la façon dont il influe sur le gaspillage général d'argent public : gaspillage par ses décisions délirantes (paquet fiscal ou privatisation des autoroutes p.ex.), incitation au gaspillage par le cadre règlementaire fixé par l'Etat (irresponsabilité des partenaires sociaux sur le système de retraites ; inégalité de revenus des collectivités locales, par exemple, qui conduit les unes à brûler de l'essence dans la cour de la mairie, et les autres à être très mal gérées faute de personnes compétentes). Etc., bien sûr.

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 17 mai 2010

@Fred,
Vraiment rien compris.
Dslée,

Écrit par : Martine | lundi, 17 mai 2010

Et oui, toujours le même soucis, les départs en retraites font paniquer l'état qui cherchent désespérément à trouver une solution.

Écrit par : annonces | jeudi, 16 juin 2011

Votre désir qui m'étonne. Il est difficile de trouver un analyste de votre niveau, qui sont au courant des faits exposés.

Écrit par : custom book report | samedi, 28 avril 2012

Les commentaires sont fermés.