Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les petits branleurs, les jeunes nanas et la pilule | Page d'accueil | Encore un traitement de faveur pour Polanski »

vendredi, 16 avril 2010

Voies sur berges, Delanoë déterminé à congestionner Paris !

J'ai bien aimé la chronique d'Éve Ruggieri, hier sur France Info, le matin : un condensé de tout ce que je reproche au projet de Delanoë. Elle y critique rudement le maire de Paris, estimant que ceux qui travaillent commencent à trouver les blagues de Delanoë pour leur rajouter du temps de parcours de moins en moins drôles.

En fait, il trouve qu'il n'y a pas assez d'encombrements, et il escompte en susciter davantage en fermant définitivement les voies sur berges. Résultats, les temps de parcours vont exploser pour ceux qui les empruntent, de même que la pollution sur les itinéraires de délestage. Heureusement, il y a eu des protestations, à commencer par celles du Nouveau Centre et du MoDem : les néo-centristes ont estimé que Delanoë allait asphyxier Paris de cette manière, et, du côté du MoDem, Jean-François Martins (qui a remplacé Marielle de Sarnez au Conseil de Paris) a jugé que c'était là une mauvaise solution. Côté UMP, les protestations sont risibles : l'UMP parisienne pense que Delanoë n'en fait pas assez...L'UMP devrait comprendre que ce n'est pas en copiant la gauche qu'elle parviendra à construire un projet alternatif à celui des bobos socialistes.

Dans la majorité même de Bertrand Delanoë, cela a grogné sérieusement aussi : Dominique Bertinotti est un peu las de la fête et du loisir perpétuels chers à Delanoë et veut que les activités économiques bénéficient en priorité des nouveaux aménagements. Aménagements qui vont coûter 40 millions d'euros, à nouveau financés par les impôts des Parisiens ! Taxes d'habitation et taxes foncières ont augmenté de plus de 10% ces deux dernières années, et de nouvelles hausses sont prévues ; je crois qu'il faut vraiment assommer de taxes les Parisiens pour qu'ils comprennent enfin que financer les fêtes, ça va un temps, mais que là, cela n'amuse plus personne ! D'autant qu'ils vont être les premiers à payer cash la congestion de Paris ! C'est bien simple, c'est 40 000 véhicules par jour qui vont se trouver déportés dans les rues de Paris, jusqu'à 4000 en même temps aux heures de pointe !

Bref, assez des delanoconneries ! Il faut s'opposer très fermement à ce projet en déposant autant d'avis négatifs que possible lors des consultations. Cela dit, pas d'illusions : seuls les tribunaux feront reculer Bertrand Delanoë. La démocratie locale et les pseudo-consultations populaires, on sait qu'il a l'habitude de s'asseoir allègrement dessus.

La boboisation hypocrite de Paris devient insupportable.

Commentaires

Delanoë est une noix vomique (nux vomica...) ! Mais peut-être périra-t-il de ses excès même, si de plus en plus de gens se rendent compte de son idéologie néfaste et mortifère.

Écrit par : Didier Goux | vendredi, 16 avril 2010

C'est l'archétype de cette gauche caviar, pétrie de bons sentiments, méprisant le peuple et consciente de ses intérêts bien compris...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 16 avril 2010

Delanoë a raison. Il faut que les gens cessent de prendre leur voiture pour aller travailler. Il y en a beaucoup qui pourraient éviter. C'est ça ou alors le péage pour entrer dans les grandes villes. Je suis pour le péage, un péage élevé même. Il y en a assez de tous les c*** qui prennent leur voiture pour accompagner les enfants à l'école ou aller chercher une baguette. Quand j'étais petit (jusqu'à 12 ans), on habitait Paris et mes parents n'avaient pas de voiture. On y arrivait bien !
Assez de jérémiades à propos de la circulation. OUI au voies sur berge piétonnes à Paris.

Écrit par : wykaaa | vendredi, 16 avril 2010

@wykaa
Mais quel bobo ! Tu crois que les mecs qui se font chier deux heures par jour dans les embouteillages provoqués par les delanoconneries ils sont contents ? soit tu proposes des transports en commun qui marchent (ce qui n'est le cas que dans Paris intra-muros) soit tu laisses les automobiles traverser Paris sur les grands axes, au lieu de la jouer citadelle encerclée mais protégée pour bobos.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 16 avril 2010

Pas touche aux voies sur berges. Si on ne peut plus rentrer et sortir de Paris ou va se nourrir comment ? On pratique l'agriculture sur les toits ? On livre les marchandises par RER avec des livreurs de pizzas pour couvrir les derniers mètres ?

Sérieusement c'est la plus grosse connerie que j'ai jamais entendu.

Écrit par : raphael | samedi, 17 avril 2010

ah oui, l'agriculture sur les toits, faut leur proposer, bonne idée :-)

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 avril 2010

Pour obtenir plus de promenades, on pourrait aussi (sérieux, si, si !) mettre plus de passerelles entre les immeubles. Je me souviens lorsque j'ai acheté ma tenue de mariage que j'avais pris une telle passerelle entre deux magasins... Je ne sais plus si c'était les Galeries Lafayettes ou la Samaritaine mais j'avais trouvé l'idée plaisante. Est-ce que ça existe encore ?
Bon cela ne résoud pas du tout la fermeture des berges par contre.

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 17 avril 2010

Tous ces projets se basent sur une théorie très connues des urbanistes:
pour que les gens prennent les transports en communs, il faut maintenir une certaine pression sur le trafic automobile. En d'autres termes, il faut maintenir des embouteillages pour que les gens pensent à moins utiliser leur voiture, donc baisser en permanence l'espace destiné à la voiture.

Écrit par : Mathieu | lundi, 19 avril 2010

@Mathieu
Traduction : pour emmerder les gens dans des transports en communs en grève, lents, inconfortables, aux mains de la racaille dans certaines zones de banlieue, il faut emmerder les gens qui choisissent d'être un peu plus libres dans leurs automobiles...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 19 avril 2010

http://www.moto-journal.fr/blog_mj/?p=1707
je roule en 2 roo motorisé et je pollue moins qu'un 747 de bobo parisiens en goguette aux maldives

Écrit par : rameur75 | lundi, 19 avril 2010

@rameur75
:-D

Écrit par : l'hérétique | lundi, 19 avril 2010

@Mathieu :

Il faudra m'expliquer comment on peut préconiser ce genre de choses et encore se proclamer urbaniste. Le boulot de l'urbaniste c'est d'organiser la cité, pas de la désorganiser. Si c'est juste pour provoquer le chaos, on a besoin de personne. Il suffit de virer l'état de la ville et c'est gagné. En plus, sans plus aucun fonctionnaire, ça fait faire des économies. En un mois c'est la jungle, en deux la moitié de la population a déserté. Ca c'est sûr, il y aura moins d'automobilistes qui s'aventureront dans cet enfer.

Plus sérieusement, décourager l'utilisation des axes secondaires ça peu se tenir (limitations de vitesse, dos-d'âne, rue semi-piétonnes ou en accès aux seuls résidents). Mais fermer des axes principaux c'est tout sauf de l'urbanisme. C'est comme faire une opération du coeur à quelqu'un qui s'est coupé le doigt. Certes sans coeur il saignera moins, mais ça lui fera une belle jambe si il est mort.

L'analogie n'est pas si exagérée. Sans les boulevards périphériques et les voies sur berges Paris ne pourrait plus faire circuler nourriture, déchets et autres livraisons vitales. Il me semble que tout médecin s'accorderai à dire que la fluidité est une nécessité vitale. Tant que ces échanges ne peuvent être faits par les canalisations ou par les airs, on a besoin de rues praticables au minimum par un 3,5 tonnes pendant qu'un autre est en stationnement.

Si on tient vraiment à abandonner les voies sur berges, il reste la solution de construire de nouveaux axes de remplacement. Mais là, au vue de l'exploitation actuelle des sols de la capitale, on rentre dans la science fiction ou dans le gaspillage organisé. Et le thème des pots de vin et financements occultes n'est pas loin.

Écrit par : raphael | mardi, 20 avril 2010

Urbaniste = fonctionnaire ????

Garder votre liberté de prendre la voiture.
Quand le baril sera remonté à 150 dollars,
on en reparlera...

Écrit par : Mathieu | mercredi, 21 avril 2010

@ Mathieu :

Je n'ai pas du être clair.

Je disais que si on concidère que le boulot des urbanistes est de rendre la vie impossible, il y a un moyen plus simple et moins couteux, supprimer toute présence de l'etat dans la ville (poste, ratp, police, pompiers, eboueurs, et al. C'était une blague bien evidemment.

Quant à ma liberté de rouler en voiture, ... je n'ai tout simplement pas de voiture et pas l'intention d'en acheter une. Par contre je tiens beaucoup à trouver des rayons pleins dans les supermarchés, à pouvoir me faire livrer des colis de taille diverses et variées, ou en encore à pouvoir le temps venu déménager avec mes meubles.

Comme je l'ai déjà dit, la circulation est une donnée vitale. Pétrole ou pas pétrole, la route est pour l'instant le seul moyen de transporter jusqu'à domicile ou même simplement jusqu'au commerce de proximité.

Le jour ou vous arrivez à télécharger des pommes de terre, ou vous faire livrer du riz par les canalisations on en reparle. Promis.

Écrit par : raphael | jeudi, 22 avril 2010

Super idée, Raphaël, la livraison par canalisation !
Rappelez-vous, autrefois les messages urgents, l'ancêtre des télégrammes, que l'on nommait d'ailleurs "pneumatiques", arrivaient par un système similaire ; alors pourquoi pas "creuser" (si je puis me permettre le jeu de mots) l'idée ?!
http://www.laposte.fr/chp/mediasPdf/maitrise/cermak.pdf

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 22 avril 2010

Bah creuser, ne va pas etre simple à Paris.
Paris n'est pas Toronto. ;)

Écrit par : Martine | jeudi, 22 avril 2010

Inutile Martine de creuser plus profond !!!
Paris -entre son métro et ses égoûts- a suffisamment de ressources sous-terraines pour faire passer un réseau de canalisations supplémentaires. Il suffit d'adapter un nouveau format.

Ou de faire par exemple un service de livraisons en métro "la nuit", en dehors du service voyageurs.
Tout cela n'est encore une fois qu'une question de volonté politique et d'astuces. Nul besoin de grands travaux ici ! Un peu de bon sens suffit. ;-)
Exactement comme pour les bus à impériales.

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 22 avril 2010

Beurk...
Les bus impériales pour moi identité Bristih, j'aime les voir et les prendre là-bas.
Ensuite, tu dois certainement penser aux catacombes...Je n'aime pas l'idée de les voir dénaturées par un réseau de tuyauteries en tous genres.

Écrit par : Martine | jeudi, 22 avril 2010

Pour le reste, le transport combiné est un axe européen,qui fut quelque peu oublié par certaines compagnies ferrovières.

Écrit par : Martine | jeudi, 22 avril 2010

Tu as raison, Martine ;-)
Les bus à impériales comme les cabines téléphoniques rouges c'est quelque chose là-bas !
On devrait plutôt faire des bus à balcons alors. Plus en accord avec le paysage parisien. Comme ça on pourrait y mettre des bacs à fleurs. Ce serait quand même plus joli pour les yeux. Et parfaitement faisable d'ailleurs. Des parterres roulants, hein qu'en dis-tu ?!

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 22 avril 2010

Cela s'harmoniserait avec la proposition de domaines agricoles sur les toits. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 22 avril 2010

Et ouais mais c'est à Paris que Europe Ecologie a fait son plus haut score aux élections régionales: un électeur sur cinq au premier tour!

Et au second tour, 68% avec le PS sur Paris...

C'est dommage pour vous qu'on soit en démocratie mais les initiatives du type fermeture des voies sur berge sont approuvées par la majorité des Parisiens...et Franciliens également (68% également pour le ticket Ecologiste/Socialiste/Gauche en Ile-de-France).

Écrit par : Roger | mercredi, 25 août 2010

@Roger,

Voui, le résultat d'un sondage je suppose? :)
J'attends avec impatience les mises en oeuvre et prochains programmes^^^ :o)))

Écrit par : Martine | mercredi, 25 août 2010

Les commentaires sont fermés.