Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Blogues et réseaux sociaux, ce que ne comprennent pas les politiques | Page d'accueil | Les antibiotiques toujours moins performants ! »

samedi, 13 mars 2010

Voter Meirieu, ça va pas la tête ?

Je vais être court, ce soir, mais quand je vois dans les sondages que 20% des électeurs de Rhône-Alpes s'apprêtent à offrir la région sur un plateau à Meirieu, je leur dis : ne déconnez pas, m... bon sang ! Meirieu est l'un des pires fossoyeurs de l'école, celle en laquelle vous croyez pour vos enfants, votre famille et la France. Je suis un militant démocrate, je ne vous dis même pas de voter Begag. Non simplement, tout mais pas Meirieu. Je ne sais pas, moi, Queyranne, Grossetête, ce que vous voulez, mais pas Meirieu. L'archétype du type qui a saboté l'Éducation Nationale depuis 20 ans. Le mec qui expliquait qu'il fallait apprendre le français aux fils et filles d'ouvriers sur des modes d'emploi de machine parce que c'était là toute leur littérature. Bref, tout mais surtout pas Europe-écologie en Rhône-Alpes.

Commentaires

Politiquement, je ne sais pas ce que vaut ce type ; mais professionnellement, c'est le Lyssenko de l'Education nationale !

Écrit par : Ch. Romain (Nanterre) | dimanche, 14 mars 2010

@Ch.Romain
Excellent ! :-D Je retiens cette définition et la note dans mon répertoire :-D

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 14 mars 2010

Les sondages lui donnent 20% des VOTANTS. Cela fera combien comme pourcentage des inscrits?
Mais pour faire comprendre aux gens qu'ils doivent voter... Sont tellement vaincus d'avance qu'ils en redemandent, on dirait.

Écrit par : Marine | dimanche, 14 mars 2010

@marine
20% ! le problème, c'est que ses électeurs ne savent pas pour qui ils votent.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 14 mars 2010

Un exemple (de plus) des aspects délétères de la politique des appareils... qui de plus semblent s'abandonner les uns après les autres à la pipolocratie, tout en n'assumant pas leurs responsabilités (par exemples conséquences des investitures ou primaires) mais verrouillent le paysage par une professionnalisation des fonctions politiques.

Pourra-t-on relever la France avec un tel handicap?

Écrit par : Nicolas Mauduit | dimanche, 14 mars 2010

+1 avec Christian Romain, j'allais dire qu'il faisait trop d'honneur à Meirieu, mais tout bien réfléchi, il peut être encore plus néfaste.

Écrit par : luciolebrune | dimanche, 14 mars 2010

(que Lyssenko)

Écrit par : luciolebrune | dimanche, 14 mars 2010

Les commentaires sont fermés.