Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Kung-fu pand...heretica ! | Page d'accueil | Total a-t-il vraiment le choix ? »

dimanche, 28 février 2010

Une algue pour le Sahel ?

n1011294568_3652.jpgViolaine Neto-Gameiro vient de recevoir le prix Terre de femmes de la fondation Yves Rocher. Elle a eu l'idée excellente de créer une ferme-école destinée à la culture et la commercialisation de la spiruline. La spiruline est une sorte de petite algue bleue aux propriétés nutritionnelles extraordinaires : elle contient deux fois plus de protéines que le soja et trois fois plus que le boeuf, est truffée de vitamines, regorge de fer et comporte des nutriments rares. Elle se cultive hors sol, ne nécessite que peu d'investissements et garantit donc un bon retour sur ces derniers. On la trouve dans les lacs d'eau douce en zone tropicale, notamment dans la région du Sahel. Découverte dans les années 50 au Tchad, elle pourrait expliquer le bon état de santé général des peuples mitoyens de son éco-système. Une exploitation familiale de l'algue est très aisée et nécessite peu de moyens (un bassin de récupération tout au plus). Et pour la cuire...le soleil ne manque pas au Sahel, et fabriquer un four solaire est chose facile et peu onéreuse.

Les Aztèques, pas fous, semblent en avoir fait aussi une consommation massive au XVIème siècle : apparemment, ils en faisaient même des gâteaux ! Arthrospira figure dans un codex aztèque, le Codex de Florence. Pour ceux qui auraient quelques connaissances en nahuatl, la recette, c'est ici...(lexique du vocabulaire nahuatl utilisé dans l'ouvrage disponible ici...)

mod10_laureate_01-bulle.jpgLa présidente de l'Association Spiruline Solidaire me semble donc avoir eu une excellente idée à tout point de vue qu'il faut saluer et faire connaître. Pour ma part j'y vois tout à fait l'illustration des bonnes pratiques dont Prahalad donne tant d'exemples dans son ouvrage, Quatre milliards de nouveaux consommateurs. Il y a là un éco-système de marché parfaitement adapté à la base de la pyramide.

Commentaires

Attention, Mirabelle va rappliquer :oD

Pour être précis, il s'agit d'une bactérie photosynthétique.

La teneur en protéines n'est pas un critère de qualité suffisant pour en faire un aliment de choix : la composition de ces dernières (équilibre des acides aminés) est importante aussi (c'est ce qui fait par exemple que le soja -"légumineuse"- ne peut constituer la seule source pour les végétariens, il faut le compléter par diverses céréales -"graminées"-).

Par ailleurs, avec un aliment riche en certains éléments (fer ou vitamines notamment) il faut se méfier des excès (qui sont aussi problématiques que les carences) et ne pas faire reposer l'alimentation que sur lui.

De manière générale, il n'y a pas d'aliment "extraordinaire" et il ne faut pas prendre au pied de la lettre le déluge marketing qui accompagne certains produits (qu'il y ait des intérêts économiques en jeu, ou pas). Mais quand un produit peut faire partie d'une palette de solutions, pourquoi s'en priver ^^

Écrit par : florent | dimanche, 28 février 2010

Les commentaires sont fermés.