Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Grand emprunt : droit dans le mur ! | Page d'accueil | Impôts et démocratie »

jeudi, 05 novembre 2009

l'hérétique dîne Alone in the dark...

J'ai fait une expérience pour le moins atypique hier soir : j'ai dîné dans les ténèbres. Tout seul dans le noir : enfin, tout seul...j'exagère : j'étais accompagné, et de surcroît  à une tablée elle-même entourée d'autres tablées. Le concept est pour le moins surprenant : il s'agit d'un restaurant du 4ème arrondissement de Paris dans lequel, le soir, on peut dîner dans l'obscurité la plus totale. Ce sont des non-voyants qui assurent le service (avec une grande dextérité).

La première difficulté, c'est d'accéder à la salle de restauration : on a beau vous dire que tout est plat et qu'il n'y a pas d'obstacles, vous avez le sentiment que vous allez vous ramasser à chaque pas. A la queue leu leu, se tenant par les épaules les uns les autres, c'est donc un étrange défilé qui suit le guide dans la noir : étrange monde que celui dans lequel les rôles s'inversent. Les non-voyants, Tirésias locaux, guident nos pas maladroits jusqu'à la table.

Une fois calé dans sa chaise, le plus difficile, c'est de porter la fourchette à sa bouche sans s'en mettre partout ; une découverte tactile des plats servis est plus prudente. On écarquille en vain les yeux, et puis passé les premières minutes, on se résoud à ne se laisser guider que par les sons. Les sons et...les saveurs : à titre personnel, j'ai identifié sans erreur 70% de ce que j'ai mangé. J'ai aussi été lé seul à faire tomber ma fourchette par terre. Anodin en temps normal, catastrophique dans la nuit noire. Je vous le donne en mille, celui qui l'a retrouvé, c'est notre serveur non-voyant, Didier. Une belle voix grave et tranquille qui inspire la confiance et la sérénité.

C'est Édouard de Broglie, un entrepreneur audacieux et visionnaire, qui a eu l'idée prodigieuse de créer ce restaurant. L'affaire marche bien, d'ailleurs, puisque d'autres établissements ont ouvert à Barcelone, Londres, Moscou et Bruxelles, et qu'une ouverture est prévue à New York. Tout à fait par hasard, je me suis d'ailleurs rendu compte qu'il avait été le candidat du MoDem dans le Lot aux élections législatives de 2007. Le monde est décidément petit... Son entreprise, Ethik-Event, promeut ce qui est utile et profitable. Dans le noir est une authentique réussite de la libre entreprise, puisque le restaurant fonctionne sans aucune suvbention, ni publique ni privée, et tourne à plein régime. J'ai entendu dire qu'à sa création, il fallait des mois pour pouvoir réserver une place ! Moi, j'ai eu de la chance : réservée dans l'après-midi, la chaise était encore chaude à mon arrivée le soir.

Le restaurant dispose d'un partenaire précieux : une association qui a déjà une longue histoire, l'Association Paul Guinot. Elle a vu le jour au sortir de la 1ère guerre mondiale, et s'est spécialisée rapidement dans la formation professionnelle, convaincue que le meilleur espoir d'insertion pour les mal-voyants, c'était le travail.

Bien peu d'entreprises emploient du personnel handicapé, et les sociétés de services sont à cet égard très en retard.

Dans le noir ne dispose pas seulement d'un service de restauration : on peut aussi venir prendre un pot entre amis les vendredi et samedi soir de 17h30 à 19h00 et de 23h30 à 1h00 du matin. Une idée future pour une prochaine réunion de blogueurs ?

Le restaurant se trouve au 51 rue Quincampoix dans le 4ème arrondissement de Paris.

TEL : 01 42 77 98 04 - FAX : 01 42 77 98 07 - info@danslenoir.fr

Commentaires

C'était bon au moins ?

Écrit par : Rubin | jeudi, 05 novembre 2009

"Dans le noir" pour étudier le projet du Modem, ça me parait correct.

Écrit par : Nicolas | jeudi, 05 novembre 2009

@ Rubin

Les entrées, oui, le plat principal, un peu lourd. Le dessert, le sorbet à la poire, très bon.

@ Nicolas
ts ts ts : pas de persifflage. J'ai lu il y a quelques jours l'avant-projet, et je sais que d'ici la fin du mois de décembre, les autres partis seront très jaloux du nôtre...

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 05 novembre 2009

Tu ne te poses pas de question sur les 30% que tu n'a pas su reconnaitre au goût? :)

Écrit par : JF le démocrate | jeudi, 05 novembre 2009

Encore heureux qu'il n'y ait pas de subvention publique pour un resto... Le libéral que je suis a failli s'étrangler^^

Écrit par : LCDM | jeudi, 05 novembre 2009

Vous avez dîné dans le noir et la HALDE n'a rien dit ?! Mais, c'est un skandââle !

Écrit par : h16 | jeudi, 05 novembre 2009

@ JF
De D...qui a mollardé dans mon assiette ?!
@ LCDM
On est d'accord.
@ h16
faut se plaindre.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 05 novembre 2009

et était-ce moins bruyant ???
cependant, je suppose que tu devais tout de même y voir quelque chose, les yeux s'habituent au noir ...
en tous les cas, une bien belle idée ...

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 05 novembre 2009

@ Mirabelle
Il n'y avait aucune lumière. Absolument aucune. Les yeux ne pouvaient donc pas s'habituer. Ce n'était ni plus ni moins bruyant qu'un restaurant classique.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 05 novembre 2009

"... vous avez le sentiment que vous allez vous ramasser à chaque pas. A la queue leu leu, se tenant par les épaules les uns les autres, c'est donc un étrange défilé qui suit le guide dans la noir : étrange monde que celui dans lequel les rôles s'inversent. Les non-voyants, Tirésias locaux, guident nos pas maladroits jusqu'à la table.": c'est un peu comme faire de la politique au sein du Modem: on suit tous le guide et on se ramasse quand même ! Un étrange monde également.

Écrit par : Orange Sanguine | jeudi, 05 novembre 2009

Je connais de vue ce resto ;-)
Prendre un pot entre blogueurs oui, mais pour manger niet, j'ai ouï dire que la bouffe n'était pas terrible. Et il n'y a rien que je déteste autant que mal manger, je préfère ne pas manger du tout...

Écrit par : polluxe | jeudi, 05 novembre 2009

Une de mes amies non voyante y avait amené mari et famille, il y a déja 3 ans et chacun a reconnu avoir fait un grand pas vers la compréhension des problèmes liés aux handicaps, mais aussi d'y avoir passé un très agréable moment.
Quant au MoDem, contrairement à certains défaitistes, il me semble entrevoir un petit rai de lumière à l'horizon de notre handicap.

Écrit par : andre777 | jeudi, 05 novembre 2009

Oui, je me souviens d'un reportage télé, filmé avec des caméras infra-rouge... Cela me plairait bien d'essayer.
Comme il me plairait de trouver un lieu où l'on passe quelques heures avec un casque sur les oreilles pour vivre dans le silence total. Et y communiquer avec des inconnus par gestes et mimiques seulement.

Ne me servir que d'une main, j'ai vécu ça par contre "en vrai"... Pas évident car il faut imaginer des combines pour rester autonome. Pas mal quand même lorsque ce n'est que provisoire. ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 05 novembre 2009

Dans ce cas je vous recommande le café signes dans le 14ème, avenue Jean Moulin :

http://www.cafesignes.com/

En fait c'est un ESAT qui permet l'insertion par le travail des personnes sourdes.

Et c'est bon et très bon marché !

Écrit par : Antoine | vendredi, 06 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.