Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Assises de la consommation : où le MoDem reparle des Class actions | Page d'accueil | Mon libéralisme expliqué à la gauche »

jeudi, 29 octobre 2009

Peine de mort, la crise pourrait sauver quelques vies...

Les abolitionnistes ont trouvé l'argument choc aux États-unis pour renoncer à la peine de mort : son application coûte une fortune en maintenance, procès et contre-procès. C'est fort du collier que de voir Rue89 publier un article à ce sujet dans la rubrique économique tout de même... Cela dit, les abolitionnistes s'engagent tout de même sur une pente dangereuse : les Américains pourraient aussi décider d'accélérer les procédures, et puis surtout, une peine judiciaire, quelle qu'elle soit, ne devrait pas être fonction des circonstances économiques.

Au Nouveau-Mexique, la peine capitale a été abolie : à vrai dire, l'un des contre-coups de l'apparition d'identification par l'ADN, ça a été de constater le total impressionnant d'erreurs judiciaires survenues dans les condamnations à mort ces trente dernières années aux USA. Là-bas, cela n'a pas eu l'air de faire ciller l'opinion, apparemment...

Mais sur le fond, c'est la logique marchande qui finira pas avoir raison de la peine de mort là-bas : une condamnation à mort coûte dix fois plus cher, en moyenne, que la prison à perpétuité...

Commentaires

Mais ça existe la prison à perpétuité aux U.S. ?
Dans mes souvenir, il s'agit plutôt d'un système de cumul de peine. Ce qui implique qu'a partir d'un certain nombre de charges on est condamné à 100, 200 voir 600 ans de prison...

Écrit par : Florian | jeudi, 29 octobre 2009

Et combien de milliers de morts votre crise à telles causés en elles mêmes ? Combien votre système capitaliste a t'il causé de mort au cours de son histoire ? Une révolution tue moins qu'un mois de capitalisme ;)

Écrit par : frontdegauche | jeudi, 29 octobre 2009

Ah oui, les célèbres morts du capitalisme, qui est comme la pluie, i.e. responsable de la sècheresse partout où elle ne tombe pas...

Écrit par : h16 | jeudi, 29 octobre 2009

Ah voilà les grands donneurs de leçon incapables de se lancer en un parti politique ou quoi que ce soit de similaire, mais toujours prompt à râler.

Écrit par : frontdegauche | jeudi, 29 octobre 2009

« le total impressionnant d'erreurs judiciaires survenues dans les condamnations à mort ces trente dernières années aux USA »

C'est du reste la seule raison pour laquelle je suis opposé à la peine capitale. Mais elle emporte la décision. Même s'il n'y avait qu'un seul innocent parmi tous les condamnés à mort, il faudrait pour cela renoncer à toutes les exécutions.

Écrit par : Criticus | vendredi, 30 octobre 2009

@ criticus

Donc si on trouvait un moyen fiable à 100 % d'identifier le coupable (fichier ADN central et global ? caméras partout ? que sais-je encore) on pourrait rétablir la peine capitale ? C'est une philosophie (entre guillemets) intéressante. En lisant votre commentaire, on ne peut qu'approuver l'Hérétique : s'appuyer uniquement sur les arguments pragmatiques (Test adn, coût) peut être efficace, mais c'est à double tranchant.

à H16 et frontdegauche : le capitalisme fait des morts, mais il en fait moins que les autres systèmes (modernes, toutes choses égales par ailleurs). Non ?

Écrit par : archenemy | vendredi, 30 octobre 2009

« Donc si on trouvait un moyen fiable à 100 % d'identifier le coupable »

On ne trouvera jamais ce moyen. La fiabilité à 100 % n'existe pas, et ce même en science.

Écrit par : Criticus | vendredi, 30 octobre 2009

je suis étonné que l'hérétique et rue 89 s'intéressent maintenant à la relation coût/peine de mort,un sujet évoqué depuis plusieurs mois et de mémoire que j'avais déjà abordé sur ce blog....mais je ne sais plus sur quelle note.

je pense comme Criticus que la justice des hommes est imparfaite, donc la peine de mort n'a aucun sens. De plus il est démontré que la criminalité ne diminue pas quand la peine de mort existe!

En démocratie le droit a la rédemption est un principe de la justice comme celui de se reconstruire....

Qu'on la laisse la peine de mort aux pays totalitaires car dans ces pays la peine de mort est un moyen de contrôle du pouvoir!

Écrit par : europium | vendredi, 30 octobre 2009

ça ne devrait pas exister, tout simplement ...
et on devrait repenser également nos attitudes à l'égard des animaux ...

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 30 octobre 2009

@ front de gauche
alors là, si vous voulez aller par là, vous ne serez pas gagnants : mieux vaut ne pas compter les victimes du communisme, elles se comptent par dizaines de millions...
@ Criticus
Il y a un autre truc qui m'embête avec la peine de mort : quand tu prends les pires ordures des derniers faits divers, tu trouves souvent, dans leur enfance, des gens eux-mêmes victimes de sévices très graves.
Bien qu'ils méritent amplement d'être punis, c'est moche, quelque part, que l'histoire termine comme ça. Je ne dis pas ça pour les dédouaner, mais, tu vois, cela me laisserait un sentiment d'incomplétude. Si on voulait faire quelque chose d'efficace, pour ces individus, ce serait de faire aussi le procès auquel ils ont droit, c'est à dire leur procès de victime.
@ europium
ce n'est pas la peine de mort qui fait diminuer la criminalité, mais l'efficacité de la police et de la justice : si le taux d'élucidation augmente et que la certitude de la sanction croît, alors la délinquance recule.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 30 octobre 2009

une sanction a deux buts :
-condamner un criminel à une juste peine qu'il est capable de comprendre et d'admettre pour accepter de se reconstruire
- à valeur d'exemplarité pour informer les citoyens que toute faute mérite sanction et qu'il n'y a pas de passe droit

Écrit par : europium | vendredi, 30 octobre 2009

@ L'Hérétique : je suis d'accord avec ça. Cela dit, il faut bien casser le cercle du crime à un moment. Pas par la peine capitale, mais par les travaux forcés, pourquoi pas ?

Écrit par : Criticus | vendredi, 30 octobre 2009

Les crimes s'adapteront aux nouvelles technologies et intégreront les parades destinées à fausser les pistes des enquêteurs. En effet rien de plus facile que de récupérer des traces ADN chez des sujets ciblés, pour les disperser ou les intégrer sur les lieux de crimes ou sur les victimes. Donc les indices ADN ne seront pas plus fiables que les empreintes digitales, mais embrouilleront un peu plus les débats judiciaires.

Écrit par : Généraliste | samedi, 31 octobre 2009

@ Criticus
Oui, mais tu retrouveras le même problème : cela coûte une fortune en surveillance...
@ Généraliste
L'erreur est en effet toujours possible.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 31 octobre 2009

D'où l'idée de la rentabiliser partiellement avec les travaux forcés. Si l'on suit ta logique, il faut aussi fermer les prisons !

Écrit par : Criticus | samedi, 31 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.