Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une intégration économique européenne plus forte | Page d'accueil | Convergence sociale européenne »

mercredi, 05 août 2009

Addiction au déficit

1249609797.jpgPour justifier le recours à l’emprunt, le chef de l’Etat a expliqué que « Chaque fois que l'on a fait la politique de la rigueur, on s'est retrouvé à la sortie avec moins de croissance, plus d'impôts, plus de déficits, plus de dépenses ». A contrario, si les déficits et la dette créaient, dans notre pays, de la croissance et permettaient de lutter contre le chômage, on le saurait depuis longtemps. La France est le seul de tous les pays industrialisés à ne pas avoir connu un seul excédent budgétaire depuis le milieu des années 1970. Et son addiction au déficit ne l'a pas empêchée de connaître une croissance nettement plus faible et un chômage beaucoup plus élevé que la moyenne.

Et puis, il faut rappeler une réalité qui semble avoir été oublié depuis le discours de Versailles : en empruntant sur les marchés chaque année plus de 150 milliards d’euros, le grand emprunt, la France le fait tous les jours !

Depuis l’annonce du grand emprunt, tous les efforts du Gouvernement ne tendent qu’à un seul but : préparer l’avenir, nous dites-vous. Pour être honnête, je ne suis pas sûr que nous préparions l’avenir en contractant un nouvel emprunt ! Si l’idée de grand emprunt est habile, est-elle bien raisonnable sur le plan économique dans un Etat aussi surendetté et incapable de se désendetter ?

Jean-Jacques Jégou, trésorier du MoDem et sénateur du Val de Marne

Commentaires

Yes!
J'adoore le: "est-elle bien raisonnable" et ce qui suit. :)
Et puis, il a voté contre la réforme de la constitution.

Écrit par : Martine | mercredi, 05 août 2009

Tout le monde est persuadé que les états ne peuvent pas faire faillite. Pas moi :(

Écrit par : vincent15 | mercredi, 05 août 2009

Tout à fait d'accord avec vous Vincent, en complément de votre billet je vous invite à suivre Manon. :)
Eh oui nous sommes voués au bricolage.

Écrit par : Martine | mercredi, 05 août 2009

La facture sera laissée aux générations futures... Je ne peux que conseiller de lire et de relire le bouquin de Peyrelevade qui s'intitule "Sarkozy, l'erreur historique", tant il est riche d'enseignements concernant l'endettement de la France.
En attendant, grâce à la courtoisie diplomatique de B. Le Maire, on vient d'hériter de 500 millions d'euros de dettes supplémentaires.

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 05 août 2009

Je corrige mon dernier commentaire: les 500 voire 700 millions que nos producteurs sont condamnés par Bruxelles à rembourser, c'est à l'Etat français, c'est un remboursement et non une amende.

Écrit par : JF le démocrate | jeudi, 06 août 2009

@Martine

Ah bon.., pour moi plutôt un bon point qu'il ait voté contre la constitution.

Pour le reste, exclamations outragées et équipier du célèbre "six sans barreur" orange des sénateurs modem, rois du canotage en eaux doubles et troubles.

La navigation autrement nous expliquerait
vraisemblablement leur entraineur silencieux, dépassé semble-il par leurs exploits.

Écrit par : Chui Kalm | vendredi, 07 août 2009

@Chui Kalm,
Mais je suis ravie qu'il ait voté contre cette réforme, je ne m'en suis jamais cachée.
On a bien failli l'avoir cette proportionnelle, quel dommage ! Enfin, c'est ainsi.
Pas certaine d'avoir compris le reste de votre commentaire, dsl.

Écrit par : Martine | vendredi, 07 août 2009

@Martine

Pour l'aviron sénatorial,je ne m'y connais pas beaucoup, et peut-être ai-je été injuste (au moins en partie).

Mais moi maintenant je veux que mon équipe sénatoriale (Jégou en fait partie que je sache,je ne suis pas hors sujet) et mes couleurs respectent le règlement et l'honnêteté sportive (politique) très strictement, c'est une condition impérative pour que je ne change pas complètement d'équipe et de couleurs.

Je crois que toute la "réforme" des institutions, du rapport Balladur Lang, avec une introduction ridicule de flagornerie, en passant par les coups de téléphone de l'Elysée aux parlementaires pour chantage (30 à 40 "téléphonés"), jusqu'aux claironnements de satisfaction ("j'ai eu mon bac") ne pouvait rien donner qui ne satisfasse pas le pouvoir.

Écrit par : Chui Kalm | vendredi, 07 août 2009

@Chui Kalm,
Vous vous etes déjà clairement exprimé sur ce sujet chez Christophe.
Pour le reste: "l'herbe parait toujours plus verte chez le voisin".
A votre avis Chui Kalm, ne croyez-vous pas que la vie me serait beaucoup plus facile ailleurs?

Écrit par : Martine | vendredi, 07 août 2009

@Martine,

Je le redis ici, lieu approprié.

C'est que je pense que sinon de toute façon il n'y aura plus beaucoup d'herbe chez nous.

A partir du moment il n'y a pas le petit minimum moral mais trés srict, les choses se terminent mal.

Ce n'est pas une question d'UDF ou non.

Ici le petit minimum moral, puisque l'on est en résistance au Pouvoir Sans aucun doute, c'est de n'admettre en aucun cas la double appartenance d'une personne ou du mouvement (Modem et plus ou moins Pouvoir).

Sinon c'est de la malhonnêteté pour avantages particuliers et les pleurnicheries de ceux que cela gêne ne mérite que des haussements d'épaule.

En plus cela nous isole des autres oppositions et ce n'est pas normal d'être isolé.

F. Bayrou n'a pas été honnête en acceptant les doubles appartenance dans son camp (pour des personnes) et il a prêché la vertu, tout en jouant sur le fait que c'était mal connu pour que ça passe,

tout cela d'ailleurs peut-être sans se rendre trop bien compte, maintenant il y a beaucoup de gens dont moi qui n'auront plus jamais confiance en lui.

Enfin c'est mon avis.

Écrit par : Chui Kalm | vendredi, 07 août 2009

C'est votre avis, et je ne le partage pas.
En ce qui concerne l'honneteté et l'éthique, je crois que la prise de conscience devrait etre collective :) Bonne journée

Écrit par : Martine | vendredi, 07 août 2009

@Martine,

conscience collective ?

Impossible sous influence (mais enfin voyez dans l'histoire si c'est la "conscience collective" qui a arrangé les "abus de pouvoir" par les leaders de pays !!)

Mais quand même la Parole (Encore faut-il ne pas faire semblant qu'il est très dure à ce qu'elle ait de l'audience, par les temps qui courent) et les Faits,

surtout pas contradictoires pour les choses simples (voilà le hic orange).

Pas Facile pour tout le monde, même pour les "nantis" dans leur pré-carré, alors...

Et puis avec ces gens du voyage qui dérangent dans les pâtures. Ha, moi J'avoue qu'elles me manqueraient bien ces lestes bohémiennes de la Garrigue et des Pâtures.

Enfin, c'est ce que j'en dis (les gens vous traitent si facilement de prétentieux quand vous n'avez pas d'états de service).

Peut-être trop de paroles en ce mois.
Bon temps d'août.

Écrit par : Chui Kalm | vendredi, 07 août 2009

"Et puis avec ces gens du voyage qui dérangent dans les pâtures. Ha, moi J'avoue qu'elles me manqueraient bien ces lestes bohémiennes de la Garrigue et des Pâtures"
Les patures ont besoin d'eau et de fertilisants, mais aussi de gardiens par les temps qui courent. J'aime assez votre allusion à Copenhague et ses sirènes. :))

Écrit par : Martine | vendredi, 07 août 2009

Bravo à J.-J. Jégou d'avoir relevé cette hénaurme contre-vérité du président de la République (beaucoup, dont moi, se sont lassés de l'exercice, pourtant nécessaire).

Chaque fois que la France a eu un gouvernement capable de mener une politique de rigueur pour faire face aux crises de l'époque, on s'est retrouvé à la sortie avec plus de croissance, moins de déficits, moins de dépenses, et la possibilité de baisser les impôts par la suite.

Voir le gouvernement Poincaré, le premier gouvernement de Gaulle (Debré), le premier et le deuxième gouvernement Barre, le gouvernement Mauroy dès lors que Jacques Delors a pu prendre les commandes.

J'attends avec intérêt quel exemple historique pourrait citer M. Nicolas Sarkozy à l'appui de sa thèse historique.

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 17 août 2009

Le plus drôle, au passage, c'est qu'un leader de premier plan du MoDem en avait fait son leitmotiv dès les premières semaines du gouvernement actuel : "La réalité va finir par apparaître, il faudra un plan de rigueur. Et pour ça, il faudra des gens de caractère au gouvernement." Un visionnaire, dont le caractère solide est reconnu de tous.

Vue l'orientation que Nicolas Sarkozy a donné par ce beau discours de Versailles à son nouveau gouvernement ... le leader en question est entré dans ce nouveau gouvernement.

Quand j'vous dis que queq'fois y a des trucs qui m'échappent...

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 17 août 2009

@FrédéricLN

Le plus drôle c'est qu'un certain homme politique en a fait un de ses leitmotiv depuis plus de 2 ans.

Ce qui est plus drôle encore c'est de dire Bravo à Monsieur le Sénateur Jégou qui a plus de deux ans de retard.

Merci pour votre humour !!

Écrit par : Chui Kalm | lundi, 17 août 2009

@FrédéricLN

Pour être encore plus clair :

il semble qu'il y ait dans de le quartier Modem une Bande de Délinquants "Les Sénateurs Modem" qui brûle les idéaux et casse les effort des citoyens Modem.

Et j'ai bien peur que le quartier ne se désert-sifie si cela continue.

Moins expéditif que certains, ne pense pas
que les mettre tous en prison serait une solution efficace.

Sais-t-on jamais peut-être est-il possible que quelqu'un

(F. Bayrou manifestement n'a pas réussi depuis plus de 2 ans, il me parait impossible qu'il y arrive maintenant)

arrive à obtenir qu'ils suivent la loi de tout citoyen Modem

à Savoir

1) Ne plus être dans des "goupements machins" (Alliance Centriste) qui les conduit à des espèces de Deal dans les quels ils sont englués.

2)De faire comme tout le monde, au Modem
de Supporter sans arrière pensées les options communes qui se dégagent sans chercher à se faire plus malins que les autres.

EUX, les Sénateurs Modem ONT UN EMPLOI,
Il s'agit simplement qu'ils l'exercent honnêtement et clairement.

(La politique PAS AUTREMENT QUE LES AUTRES du Modem).

Écrit par : Chui Kalm | lundi, 17 août 2009

Les commentaires sont fermés.