Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le programme européen du MoDem | Page d'accueil | Épisode inconnu du Seigneur des Anneaux : la Traque de Gollum »

jeudi, 21 mai 2009

Enfants : le Diable s'était infiltré dans l'Église

Plus j'en entends, et plus je me dis que la cause est décidément entendue : l'église catholique est rongée comme le ver pourrit une pomme de l'intérieur. L'ampleur des révélations qui affectent cette fois l'Irlande pourrait lui porter un coup fatal. Enfants humiliés, battus, violés : peut-on encore confier les enfants à des Catholiques, et plus généralement à des religieux, d'ailleurs, voilà la question qu'il convient de poser. En même temps, il faut, je le crois, se montrer prudent. En France, il y a eu moins de faits graves et avérés qu'en Amérique ou en Irlande, mais c'est aussi que l'Église y est moins traditionnaliste et plus ouverte sur la société.

Même la littérature religieuse n'exclut pas que le Diable prenne un jour l'apparence d'un prêtre. Dans les légendes arthuriennes, je crois me souvenir que Perceval se fait piéger de cette manière-là, me semble-t-il. Al'inverse, Bohor en croise un dans un songe : ce dernier lui reproche d'avoir préféré sauvé une pucelle innocente à son frère. Mais Bohor ne se laisse pas avoir.

J'observe, depuis le début de ces histoires, une concomittance absolue entre ces affaires et l'ultra-conservatisme réactionnaire des institutions mises en cause. En clair, méfiez-vous des établissements qui ne veulent pas de mixité et en particulier de ceux qui ont des relations coupables avec les courants intégristes. Ce sont les plus nocifs, et c'est là-bas où les enfants sont susceptibles d'y courir le plus de dangers. Même le reconnu et prestigieux établissement Saint-Jean de Passy dans le 16ème arrondissement de Paris n'a pas échappé à son affaire...Et est-ce un hasard si cet exemple corrobore ce que je venais de dire ?Jetez un oeil sur la description de l'établissement : à partir du secondaire, les classes cessent d'être mixtes...Quod erat demonstrandum... Et je conseille à mes lecteurs qui seraient tentés de placer leurs rejetons dans un établissement catholique d'écouter avec attention les conseils de l'hérétique, il connaît son sujet. Gardez-vous des établissements religieux non-mixtes. Tenez, mon Bohor, il est marié, lui, il a connu l'amour charnel, pas Perceval (je ne compte pas Galahad qui est une incarnation de l'Esprit Saint). Or il ne se laisse pas avoir par le Malin quand celui-ci prend l'aspect d'un religieux...

Il existe toutefois en France tout un tissu catholique éducatif de grande qualité. De nombreux religieux sont également admirables. Il ne faudrait pas jeter le bébé avec l'eau de bain. En revanche, l'Église doit déposséder ses éléments les plus réactionnaires de tout pouvoir sur les enfants. Ceci devrait d'ailleurs faire réfléchir le Pape Benoît XVI, qui continue à nommer les évêques les plus infects et arriérés çà des postes-clef, et également toutes les bonnes familles bourgeoises en quête de pureté mystique et d'éducation à l'ancienne.

L'Église n'en a pas fini : je fais le pari, et je suis presque sûr de ne pas me tromper, que le prochain continent qui sera touché sera l'Amérique du Sud. Dans tous les pays d'Amérique latine, compte-tenu du poids de l'aile la plus réactionnaire et droitière de l'Église, assurément, de nouveaux scandales se préparent.

08:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : église, enfant, éducation |  Facebook | | |

Commentaires

Dire que ce sont les mêmes "catho" qui passent leur temps à faire la morale à tout le monde, ils sont par exemple contre le port du préservatif, contre l'avortement, etc.... Mais bon tant que le mariage des prêtres ne sera pas autorisé il y aura toujours des dérives....

Écrit par : europium | jeudi, 21 mai 2009

@ europium
Sans faire de jeu de mot, disons que cela mettrait de l'eau dans leur vin...

Écrit par : L'hérétique | jeudi, 21 mai 2009

"et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo."

Écrit par : europium | jeudi, 21 mai 2009

Assez en accord avec votre billet, en complète harmonie avec votre conclusion.

Écrit par : Martine | jeudi, 21 mai 2009

"L'homme n'est ni ange ni bête, et qui veut faire l'ange fait la bête."

J'ai ressenti ce rejet de l'autre sexe, la "modestie" imposée aux jeunes filles, dans des établissements non mixtes, ou mixtes que pour certaines classes.

Les traditionnalistes et les intégristes de toute obédience ont un véritable problème avec la sexualité

Récemment, dans Le Monde, Tahar Ben Jelloun écrivait:
"Les intégristes ont un vrai problème avec la femme, avec le sexe de la femme. Que ce soit dans le judaïsme, le catholicisme ou l'islam, l'intégrisme tremble devant le corps de la femme, a peur de son sexe, et réagit avec la violence du frustré ou du perturbé par la sexualité. Tout tourne autour de cela. On ne comprend rien des motivations des intégristes si on n'intègre pas cette dimension essentielle de leur psychologie et de leur existence."

Le corps refusé, la femme vécue comme "tentatrice", créature du diable, tout cela donne lieu aux refoulements et perversions.

Et pourtant, le "Christ s'est fait chair".

J'aime bien Dolto, sur sa lecture du christianisme. Avec une véritable acceptation de l'Homme dans sa totalité.

Écrit par : Mia | jeudi, 21 mai 2009

Comme l'a écrit europium, je crois que la clé qui permettrait de résoudre tout ça, c'est le mariage des prêtres, comme c'est le cas dans beaucoup de religions. L'amour de Dieu doit-il être exclusif de celui - qui comporte une composante charnelle - porté à une femme ou à un homme? Mais avec Benoit XVI, j'ai l'impression qu'on est bien mal parti...

Écrit par : JF le démocrate | jeudi, 21 mai 2009

En complément du billet de Mia

Dans les religions du livre, la femme n'est que le réceptacle passif de la semence sacrée masculine. La reproduction qui aurait pu être la gloire de la femme, lui est ainsi retirée. Elle n'est plus qu'un four incubateur, qui s'il fonctionne, produit des garçons.
A la naissance l'homme s'enorgueillit et la femme, qui n'a été là que pour le seconder, doit se purifier. La vierge se rend ainsi à Jérusalem 40 jours après la naissance de jésus pour faire une offrande purificatrice.
Dans le bouddhisme et l'hindouisme donner la vie est négatif car par la faute de la femme le samsâra continue de tourner. Les femmes sont une menace. Ainsi, Paul, persuadé de l'arrivée de la fin du monde, déclare qu'il est néfaste de se reproduire.

La femme "est" le sexe. Augustin pour qui le péché originel était l'acte de chair fait de la femme l'agent provocateur. Le sexe n'a d'intérêt que s'il permet de se reproduire. Le plaisir étant une chose éminemment satanique, les pères de l'église le codifie de telle manière qu'il n'est autorisé qu'en dehors des fêtes religieuses, uniquement certaines pratiques et vont même jusqu'à célébrer la frigidité.

Si le sexe a pour but la reproduction uniquement la reproduction pourquoi l'église ferme-t-elle les yeux sur la pédophilie....

Écrit par : europium | jeudi, 21 mai 2009

europium> Encore heureux que les pécheurs puissent quand même prêcher la bonne nouvelle, sinon il n'y aurait pas grand monde pour le faire... La question n'est pas d'être saint ou pas, mais de tendre vers la sainteté ou pas : en somme, quel que soit ton point de départ, est-ce que tu essaies de t'améliorer (même si tu es trop faible pour réussir, c'est la sincérité de l'intention qui compte) ou est-ce que tu t'en fiches ? C'est cela qui fait la différence aux yeux de Dieu.

Écrit par : KPM | jeudi, 21 mai 2009

@KPM
En théorie d'accord avec vous, mais pourquoi les prêcheurs finissent toujours par pêcher, par tenter de cacher leur démon(qui d'un autre point de vue,biologique,hormonal est naturel, dame testostérone donc être assumé), à culpabiliser ceux qui soit-disant sont dans le pêcher, à moraliser ce qu'ils n'assument pas.... en quelque sorte a privilégier pour les autres que le droit canon est supérieur au droit humain, alors que pour eux c'est l'inverse( certes personne n'est parfait.....) ; toutes les vérités ne seraient pas bonnes à dire....

Écrit par : europium | jeudi, 21 mai 2009

@ L'Hérétique

Être contre la mixité à l'école serait donc « réactionnaire » ? Tiens donc, il me semble que l'école de Jules Ferry, l'âge d'or de l'éducation à la française, était scindée.

Écrit par : Criticus | vendredi, 22 mai 2009

Et du temps de la pré-histoire? L'école aussi était scindée? @@@@

Écrit par : Martine | vendredi, 22 mai 2009

@ Criticus

Je pense en effet que cette école était réactionnaire et nocive à plus d'un égard. Je me défie des états qui cherchent à tout prix à "éduquer" a fortiori quand ils veulent faire de "l'instruction morale". On a là le début du totalitarisme : quand on invoque l'école républicaine, particulièrement en citant la IIIème république, j'ai toujours une espèce de défiance...
Elle n'est absolument pas mon modèle à titre personnel, pas plus que les délires pédagogolâtres actuels.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 22 mai 2009

Oh là! Dans toute cette discussion, certains commentaires, ou leurs idées sous-jacentes, m'hérissent le poil! Et pourtant, je n'en ai pas beaucoup...
Le retour de la mixité à l'Ecole, et puis quoi encore?! Et surtout sous quel prétexte? Ca, c'est quelque chose que je voudrais bien savoir.
Quant à l'Eglise catholique actuelle, bien que je respecte les religions, toutes les religions, je vais carrément faire dans le "hard" (âmes sensibles s'abstenir), quitte à déplaire à certains. Je considère pour ma part - et je ne pense pas être le seul - qu'un certain nombre de serviteurs de l'Eglise catholique ont décidé de "servir" pour la simple et unique raison qu'ils refoulent leurs pulsions sexuelles...
Un enfant, c'est tellement plus facile d'accès qu'une femme (ma préférence) ou un homme (pour d'autres, ce que j'admets sans aucun problème). Une femme, ce sont des caractères sexuels "secondaires" affirmés, et ça peut faire peur des fois...
Un enfant, c'est presqu'assexué, c'est fragile, ça ne provoque aucune crainte.
Bien entendu, je ne généralise pas ces propos à l'ensemble de nos religieux catholiques. Je regrette néanmoins que le catholicisme soit vraiment rétrogade (combien de prêtres vivent dans le péché - sans toutefois être pédophiles - personnellement, le prêtre qui m'a baptisé était réputé pour avoir 2 enfants..., est-ce que ça lui retire de la valeur?)
Mais avec un Pape comme Benoit XVI qui préfère réhabiliter des évêques niant la Shoah, plutôt que de moderniser un tant soit peu l'Eglise, je crois ... qu'on est bien mal barrés!

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 22 mai 2009

Lire "non mixité" à l'Ecole en lieu et place de "mixité" naturellement...

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 22 mai 2009

@JF,
Faudrait arréter de généraliser, parce que là vraiment...!
Tous les pédophiles ne sont pas issus de l'Eglise Catholique, vous racontez du n'import n'awak !!
"Bien entendu je ne généralise pas" mais pourtant l'ensemble de vos propos le donne à penser!
Chai pas moi, faites vous épiler le peu de poils qui vous restent!
Personnellement, je dissocie parfaitement religion et politique, chacun son role!!

Écrit par : Martine | vendredi, 22 mai 2009

Eh bien non, Martine, quoique vous puissiez en penser, je ne généralise pas...
Si c'est votre interprétation, elle vous est propre et ...tant pis!

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 22 mai 2009

Au fait Martine, à part distribuer des bonnes ou mauvaises notes, voire des baffes à certains, vous faites quoi vous dans la vie? Quels risques prenez-vous?!
Votre personnage est assez énigmatique, et la plupart - sauf peut-être quelques initiés - ne connaissent rien de vous. Qui êtes-vous ou pour qui vous prenez-vous pour ainsi distribuer des leçons de morale à tous?!
Allez, un peu de transparence Martine...
Martine, le pseudo qui lors d'une recherche sur Google ne mène forcément à rien...

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 22 mai 2009

Et d'ailleurs Martine, où avez-vous lu que je parlais de politique dans mon commentaire qui ne vous plait pas?!

Je ne suis pas Mirabelle, et je tiens à vous prévenir, sauf avec des propos argumentés, moi il ne faut pas me faire c...

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 22 mai 2009

J'ai tout vu, tout entendu ...
ça va !!!!

Écrit par : Le Diable | samedi, 23 mai 2009

Martine n'est pas un pseudo mais mon prénom, et vous JF???
Lecon de morale, ou ca?
Simplement parce que je ne partage pas votre analyse?

Écrit par : Martine | samedi, 23 mai 2009

"Tous les pédophiles ne sont pas issus de l'Eglise catholique, vous racontez du n'import n'awak"

Ai-je écrit cela? Croyez-vous que je suis assez stupide pour penser ça?!

Apprenez plutôt à lire Martine, avant de vouloir "sniper" les autres...

Mon commentaire est suffisament polémique (les "ultra" ne doivent pas apprécier), pour qu'ils ne soit pas stupidement déformé. Et en aucun cas, je ne généralise mes propos à l'ensemble des serviteurs de l'Eglise catholique. J'ai bien écrit "certains"...

Quant à votre agressivité dans certains de vos commentaires (pas uniquement sur ce billet), elle n'appelle en retour que la même agressivité.

Mon prénom, il coule de source...

Écrit par : JF le démocrate | samedi, 23 mai 2009

@ Diable
Vade retro, Satanas !

Écrit par : L'hérétique | samedi, 23 mai 2009

Agressivité, vous venez de démontrer de qui elle émane, dans vos deux derniers commentaires.
Bonne journée JF

Écrit par : Martine | samedi, 23 mai 2009

@JF,
Je viens de visiter Christophe, chez lui aussi j'ai droit à "vos mots doux"...
Pour info, j'ai tapé mon commentaire avant votre correction !!
Chassé croisé de commentaires émis presque en meme temps.
Re bonne journée

Écrit par : Martine | samedi, 23 mai 2009

Les commentaires sont fermés.