Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Qu'est-ce que la Charia dans l'Islam ? | Page d'accueil | Nicolas Sarkozy, cessez de bafouer nos libertés ! »

samedi, 14 mars 2009

Tannhäuser porno, est-ce vraiment osé ?

tannhaeuser01.jpgÇa fait scandale en ce moment en Espagne : la compagnie Los Angelès Opera a décidé d'interpréter l'opéra de Wagner, Tannhäuser, au pied de la lettre. En effet, selon la légende, Tannhäuser chevalier et poète germanique du milieu du Moyen-âge passa une année à adorer Vénus, déesse de l'amour et du désir. Comme les gravures et les tableaux étaient en soi évocateurs de ces faits, j'imagine que cette compagnie et leur metteur en scène se sont dit qu'ils ne pouvaient pas ne pas faire au moins aussi bien.

En effet, à considérer la chose, on se verrait bien venir se mêler à l'orgie et à la débauche sur scène, où l'on se demande si les scènes, explicitement sexuelles sont seulement simulées. Mais le mieux, pour se faire une idée de la chose est encore de se rendre sur le site d'El Païs qui en rend compte via un extrait vidéo explicite...

En règle générale, la provocation pour la provocation m'agace, mais, pour cette fois, je trouve fondé ce choix esthétique. L'opéra de Wagner débute vraiment dans un lupanar. Alors pourquoi pas, si l'on fait le choix d'une esthétique percutante. Tiens, au fait, en parlant de Tannhäuseur, après avoir vécu une année de délices chez Vénus, il tenta de se faire absoudre par le Pape Urbain IV. Celui l'envoya gentiment paître en lui faisant valoir qu'obtenir son pardon serait aussi difficile que de voir son bâton épiscopal fleurir. Pas de pot, 3 jours après, le bâton  fleurit. Il se mit en quête de Tannhäuser, mais c'était trop tard, ce ternier avait mis les bouts et était revenu chez Vénus (bonne idée au demeurant). Eh oui, à l'époque, on était plus progressiste qu'aujourd'hui. Parce qu'aujourd'hui, j'imagine que dans l'église catholique, on pense aussi qu'il y a autant de chance de "pardonner" à une fillette violée que de voir le bâton épiscopal du Pape fleurir, je suppose...

Heureusement qu'en France nous avons des évêques d'une toute autre trempe que le sinistre José Cardoso Sobrinho. Faut dire ce sale bonhomme a été désavoué par ses semblables et que cela lui fait les pieds.

409px-Jcollier.jpgBon, je m'égare, revenons à Tannhäuser : en fait, pour être précis, là où il trouve refuge très précisément, c'est au Venusberg. Je ne suis pas germaniste, mais je sais que littéralement, cela se traduit par "mont de Vénus". Bien sympa comme endroit :-D

A propos de Tannhäuser, Charles Baudelaire a écrit quelque chose de très intéressant dans l'Art romantique, dont je recommande la lecture. Il y a plein de choses notables dans cette critique de Baudelaire, notamment une mise en relation des effets de la musique sur les cerveaux et ses Correspondances (la nature est un temple où de vivants piliers...). Mais, ce qui illustre mieux que tout mon propre propos, c'est ceci :

Le Chant des pèlerins apparaît le premier, avec l’autorité de la loi suprême, comme marquant tout de suite le véritable sens de la vie, le but de l’universel pèlerinage, c’est-à-dire Dieu. Mais comme le sens intime de Dieu est bientôt noyé dans toute conscience par les concupiscences de la chair, le chant représentatif de la sainteté est peu à peu submergé par les soupirs de la volupté. La vraie, la terrible, l’universelle Vénus se dresse déjà dans toutes les imaginations. Et que celui qui n’a pas encore entendu la merveilleuse ouverture de Tannhäuser ne se figure pas ici un chant d’amoureux vulgaires, essayant de tuer le temps sous les tonnelles, les accents d’une troupe enivrée jetant à Dieu son défi dans la langue d’Horace. Il s’agit d’autre chose, à la fois plus vrai et plus sinistre. Langueurs, délices mêlées de fièvre et coupées d’angoisses, retours incessants vers une volupté qui promet d’éteindre, mais n’éteint jamais la soif ; palpitations furieuses du cœur et des sens, ordres impérieux de la chair, tout le dictionnaire des onomatopées de l’amour se fait entendre ici.

Je vais m'arrêter là, je fais trop dans la culture ces derniers temps...:-)

Commentaires

Je crois que ça pourrait bien me donner le gout au théâtre...

Écrit par : Coquin | jeudi, 11 mars 2010

@L'Hérétique,

Je ne savais pas que vous appréciiez tant les dessous de la monarchie espagnole ... cette adaptation de l'opéra de Wagner est dans la tradition de l'esclandre et du scandale à répétition; il suffit de connaître un petit peu l'histoire de Gounot, Chopin et Bizet pour comprendre que lorsque la voix parle, le corps se met très vite à suivre le mouvement; les personnages parlent, ils s'apprécient et ils finissent par matérialiser leurs désirs les plus secrets; les Espagnols répètent à leur manière les traditions de l'opéra-bouffe; Dans sa dextre rectitude, l'Eglise a en effet mis vingt siècles d'ordre moral pour réfréner les hommes, éternels chevaliers de ces dames. Dans la flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart, Pamino et Tamina s'aiment éperdûment et rien ne peut vraiment les arrêter; Alors à quoi bon chasser le naturel, puisqu'il revient toujours au galop ? l'Or du Rhin et la chevauchée fantastique des Walkyries montrent bien toute la puissance des passions humaines, tout comme la violente rivalité féminine, qui oppose Krimehild à Brunehild dans le chant des Nibelungen. Personnellement, je ne m'oppose pas à une mise en scène osée mais pudique, où danseurs et danseuses conservent leurs tenues d'Adam et de Eve.
Cordialement,

Écrit par : Jourdan | dimanche, 25 avril 2010

@Jourdan,
Bah, je comprends les inquiètudes, mais je n'en ai strictement rien à faire...
Aucune passion en moi, un simple "ras le..."
Mouais, expliquez leur à ces "c" quoique trop tard, suis partie.

Écrit par : Martine | dimanche, 25 avril 2010

Allez,
Ne dérogez pas à la règle, retournez donc à vos amours italiens perdus... :)

Écrit par : Martine | dimanche, 25 avril 2010

Les commentaires sont fermés.