Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une lumière sur les évènements de Grèce | Page d'accueil | Rachida Dati »

mardi, 16 décembre 2008

Gilles Artigues, un Européen en campagne !

artigues.jpgAaaah ! Enfin un homme politique d'envergure présente un programme globalement complet avec des propositions concrètes pour l'Europe, en vue des prochaines élections européennes ! Pas trop tôt, étant donné que jusqu'ici, c'était plutôt le désert inter-sidéral. Cet homme politique, c'est Gilles Artigues, candidat à la candidature à l'euro-députation pour le MoDem.

J'ai visité son site et trouvé son programme pour l'Europe. J'aime beaucoup son introduction, car je peux me dire, enfin un homme politique qui va défendre sincèrement et courageusement les acquis de l'Europe sans démagogie aucune. Enfin quelqu'un qui proclame les extraordinaires acquis de notre Europe.

Premier extrait

L’ennui est que peu de citoyens européens connaissent non seulement le fonctionnement de l’Union européenne, mais aussi et surtout ses implications concrètes, qui plus est positives, dans le quotidien de tout un chacun sur son territoire. La faute en incombe à la fois à quelques femmes et hommes politiques bien heureux de pouvoir se décharger de leurs responsabilités sur une autorité pour l’instant incapable de se défendre (les dirigeants ont notamment pris l’habitude de dire blanc à Bruxelles pour prétendre chez eux l’exact contraire sans que personne ne puisse les contredire ouvertement et efficacement) et à certains médias focalisés sur les aspects négatifs de l’action communautaire, forcément plus spectaculaires, c’est à dire attractifs, à l’endroit de leur auditorat potentiel. Au final, une immonde hypocrisie donne à croire aux électeurs, entre autres, que l’Union européenne n’est pas démocratique, qu’elle avantage les riches sur les pauvres en pressurant les seconds au profit des premiers, qu’elle ignore les difficultés et aspirations des petites gens pour en être particulièrement éloignée, qu’elle perd son temps dans des réglementations secondaires et arbitraires, qu’elle ne permet pas le progrès humain, voire le freine, etc. Toutes ces idées reçues sont naturellement erronées.

Quel hommage magnifique. Pour moi, voilà présenté exactement ce que je pense de la manière dont le landernau politique traite généralement l'Europe, à l'excception de quelques fortes personnalités aux convictions européennes trempées dans l'acier. Gilles Artigues fait partie de celles-là.

Je me suis intéressé au chapitre liberté, la valeur qui est la plus précieuse à mes yeux, et voilà ce que j'ai trouvé :

L’Europe de la Liberté
A l’origine, le libéralisme ne désigne pas un dogme économique mais une idéologie politique. Les libéraux du XIXème siècle aspiraient en effet à une véritable démocratie sur la base d’une association des Droits de l’Homme à des élections libres et pluralistes. Leur optique était de donner la possibilité à tout individu de maîtriser enfin tout ou partie de sa destinée pour lui permettre de s’épanouir dans un monde plus juste et dynamique au profit de tous. Malgré leur force intrinsèque, leurs idées généreuses ont souvent été battues en brèche ou dévoyées. Seule l’Union européenne leur a permis de triompher sur l’obscurantisme de la réaction. Les opportunités offertes à ses résidents pour réussir leur vie, en profiter pleinement et accroître le progrès collectif n’ont jamais été aussi nombreuses et intéressantes

Il faut du courage, aujourd'hui, au milieu de toutes les démagogies, pour se déclarer libéral, surtout en pleine crise financière. J'espère que le réseau LHC, dont la valeur primordiale est la liberté, appréciera à sa juste mesure cette profession de foi ;-)

Je me retrouve dans tout ce qu'écrit Gilles Artigues sur la liberté. J'ai adoré particulièrement ce qui concerne la liberté de choix. J'en copie un extrait :

REFLEXION / PROPOSITION

Contrairement à ce que peuvent clamer les parangons du marxisme-léninisme d’outre-tombe, le principe de la concurrence libre et non faussée ne vise pas le seul intérêt des grandes sociétés et de leurs actionnaires. Bien au contraire dans la mesure où il les empêche de s’emparer du contrôle d’un secteur, directement (achats et fusions) ou non (ententes et filiales), pour y imposer leur loi, c’est à dire leurs prix, leurs conditions de vente et leurs gammes de produits. Ainsi bénéficie-t-il avant tout aux petites et moyennes entreprises, principale source d’emplois, dans la mesure où il leur réserve une place sur leur marché de prédilection et les y protège des prédateurs les plus féroces. Il profite aussi au consommateur puisque la gamme étendue de l’offre lui garantit une véritable liberté de choix et lui permet par la même occasion d’orienter les prix à la baisse. L’exemple de Microsoft, multinationale américaine, est à ce titre édifiante : la Commission européenne lui a non seulement infligé une amende conséquente pour violation du droit communautaire mais l’a aussi obligé à modifier ses pratiques de vente (elle refusait le droit à ses clients de se doter de logiciels concurrents, notamment européens, en leur imposant ses propres produits dans le cadre d’un paquet indivisible).

L’aspect le plus controversé de la concurrence libre et non faussée réside dans la restriction drastique des aides publiques aux entreprises de toute nature (pêche, agriculture, industrie et services). En effet, dans le cadre du Marché unique, il serait injuste et dangereux de permettre à un Etat, qui plus est puissant, de subventionner une structure pour finalement lui donner un avantage certain sur ses concurrentes nationales et européennes au risque de précipiter leur perte pour finalement détruire plus d’emplois que n’en maintiendrait ladite subvention. Ainsi la France a-t-elle eu du mal, l’été dernier, à venir au secours de ses pêcheurs assommés par la hausse du carburant. Premièrement, elle est en partie responsable de la situation car ses taxes sont parmi les plus élevées de l’Union européenne. Deuxièmement, quelle serait la réaction des Français si l’Allemagne ou le Royaume uni, entre autres, agissait de même avec plus de moyens pour finalement défavoriser la pêche hexagonale et provoquer la faillite de plusieurs petites entreprises familiales ? Troisièmement, la pêche appartenant aux politiques communes de l’Union européenne, ses difficultés doivent être débattues au plus haut niveau pour trouver les solutions les plus adaptées. L’ennui est que l’unanimité ne permet pas la réactivité nécessaire aux situations urgentes. Toutefois, le Fonds Européen pour la Pêche intervient régulièrement pour aider les professionnels à s’adapter à la conjoncture pour pérenniser leur activité. Troisièmement, la réponse aux difficultés du secteur sur le plan énergétique n’est certainement pas dans l’injection ponctuelle d’argent pour diminuer artificiellement les coûts de transport mais dans l’encouragement financier à la mise au point et à l’achat de navires moins gourmands en énergie fossile. La pisciculture comme l’aquaculture sont aussi des pistes à développer.

Hélas, le Parlement européen ne dispose pas de pouvoir de décision dans ce domaine, à l’image de l’agriculture. Il peut néanmoins donner son avis et encourager les Etats membres à progresser sur la voie la plus adéquate et judicieuse
.

C'est très pédagogique, et nous avons là quelqu'un qui défend l'Europe et a l'honnêteté d'annoncer la couleur. En fait, je n'ai absolument rien à redire. Ce que dit Gilles Artigues correspond très exactement à ce que je pense sur l'Europe. Moi, je vote Gilles Artigues. Et vous ?

07:16 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : artigues, modem, europe |  Facebook | | |

Commentaires

Je trouve son blog super et enrichissant.
Ses propositions concrètes, si elles ne présentent pas un programme européen complet, sont aptes à être reprises dans le projet démocrate (d'ailleurs, comme je fais partie de la cellule de coordination du groupe Citoyenneté Européenne, je ne me suis pas gêné pour piocher).

J'ai toujours des réticences à soutenir à 100%, non la personne, mais l'eviction de facto de JL Benhamias, mais Gilles Artigues donne l'impression d'être engagé à fond derrière cette candidature.
Bonne chance alors !
Florian

Écrit par : florian_germany | mardi, 16 décembre 2008

@ Florian

Oui, ça m'ennuie beaucoup pour JLB. Je ne sais pas quelle solution pourrait être trouvée.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 16 décembre 2008

Il y a là, une véritable réflexion sur les problématiques de fond, notamment sur l'image que se font les citoyens de l'UE. C'est non seulement pédagogique et agréable à lire, mais rassurant de voir des politiques aller à contre-courant de la démagogie ambiante.

Écrit par : ArnaudH | mardi, 16 décembre 2008

@ Florian & L'Hérétique: ceteris paribus nous devrions avoir deux élus par grande région...

Écrit par : ArnaudH | mardi, 16 décembre 2008

@ Arnaud
Oui, c'est très agréable. Mais, pour les deux élus, tu oublies la parité. Le second ne pourra donc être JLB. Quel score tu anticipes pour penser à deux élus ?

Écrit par : L'hérétique | mardi, 16 décembre 2008

Ah oui, good point, j'oublie à chaque fois... Pour le score, 12%.

Écrit par : ArnaudH | mardi, 16 décembre 2008

Au delà de 16/17% ça devrait être jouable.

Je partage les autres commentaires, renoncer à Gilles Artigues ou à Jean-Luc Benhamias n'est pas un choix agréable.

Parachutage en vue ?

Écrit par : Claudio Pirrone | mardi, 16 décembre 2008

Au dela des pages relatives au programme européen de Gilles Artigues, je trouve son site assez étonnant : il prend en otage le bureau national en annonçant de facto sa candidature.
Par ailleurs, les pages relatives à sa "fidélité à FB" qui, GA le sait, ne "sera pas ingrat" sont assez tristes...

Écrit par : un centriste en vadrouille | mardi, 16 décembre 2008

J'aimerais bien voter Gilles Artigues... si seulement je le pouvais. Je voterai vraisemblablement pour de Sarnez et Lehideux puisque résident d'Île-de-France !

Écrit par : Leris | mardi, 16 décembre 2008

@ centriste

il est candidat à la candidature : il a tout de même le droit de l'être, non ? il n'y a donc aucune prise en otage.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 16 décembre 2008

C'est triste à dire mais la parité doit être respectée sur la liste, pas au moment de siéger, non ?

En bref, Artigues 1 et JLB 3, et la femme qui est 2 démissionne une fois élue ?

Ou bien, parachutage de l'un des 2.

Écrit par : André | mardi, 16 décembre 2008

C'est triste à dire mais la parité doit être respectée sur la liste, pas au moment de siéger, non ?

En bref, Artigues 1 et JLB 3, et la femme qui est 2 démissionne une fois élue ?

Ou bien, parachutage de l'un des 2.

Écrit par : André | mardi, 16 décembre 2008

Je précise que le montage ci-dessus ne me plaît pas, ce n'est pas politiquement honnête.

A vrai dire, je ne comprends pas Artigues. Il est génial mais c'est quand même un coup compliqué et JLB devrait avoir, il me semble, par son boulot au PE, sa passion non démentie de l'UE et son positionnement orignal et enrichissant pour le MoDem, la préférence.

Evidemment, 3 élus seraient au top !!

Écrit par : Andre | mardi, 16 décembre 2008

post (une de plus) relativement consternant dans le style cirage de pompe et compagnie...

Écrit par : victor | mardi, 16 décembre 2008

C'est évident: c'est Gilles qui mènera notre liste dans le Grand Sud aux Européennes ! J'ai déjà donné mon avis (http://modemvarois.over-blog.com/article-25032772.html).

Vous verrez ce que je vous dis : François lui demandera de conduire notre liste...

Chantal

Écrit par : force_hyeres | mardi, 16 décembre 2008

@ victor

Ridicule. J'écris ce que je pense. Si j'avais envie de cirer des pompes, je ne serais pas au MoDem. Un commentaire inutile (un de plus) sur un blog...

Écrit par : L'hérétique | mardi, 16 décembre 2008

Pas besoin d'être un expert en communication web pour identifier la pseudo-stratégie destinée à faire croire qu'un "formidable élan de militants" est derrière lui. :-)

Écrit par : victor | mardi, 16 décembre 2008

nos amis allemands prennent plus aux sérieux les élections européennes.....ils ont pour philosophie de considérer que le premier mandat sert de formation aux députés et qu'ils doivent par conséquent être de nouveau ré-élus pour être efficace les 2 mandats suivants.

Est-ce le cas en france? a priori non vu ce qui se prépare à l'UMP. perso en adéquation avec la logique des allemands je suis pour favoriser la ré-élection autant que possible des candidats sortants s'ils n'ont pas faits 3 mandats. au bout de ces 3 mandats dans une approche de respiration démocratique d'autres doivent prendre la relève.

Écrit par : europium | mardi, 16 décembre 2008

Assez en accord Europium, il serait effectivement judicieux de créer un couple en fonction des mandats et expérience, avec plus néophyte, cela s'appelle relai d'expérience et de réseaux.
L'estimation des pourcentages est donc importante mais nous savons qu'elles ne sont pas toujours très fiables, marge d'intox souvent... :((
Donc compliqué!!

Écrit par : Champomy | mardi, 16 décembre 2008

100% d'accord avec Europium.
Je pense même faire sur mon blog indirectement une charge sur la procédure de nomination des candidats aux européennes en France en mettant l'accent sur celle faite en Allemagne.

La question qui mérite d'être posée : qui de Gilles Artigues ou Jean Luc Benhamias, en cas de victoire de Bayrou en 2012, quittera Strasbourg pour devenir ministre, ou tout au moins Parlementaire et Président de l'Assemblée Nationale ? J'ai ma petite idée là-dessus.

La deuxième question qui mérite d'être posée : comme le dit Chantal, c'est Bayrou qui va désigner les têtes de liste. Mais de quoi je me mêle ? N'est-on pas dans un système de cour, que Bayrou dénonce si justement en montrant Sarkozy du doigt ? En Allemagne et dans les partis se disant démocrates, il y a un vote des militants pour chaque place, y compris la première. Chacun sait qu'une recommandation de FB en faveur de l'un ou l'autre des candidats ferait pencher la balance, alors pourquoi se priver de cette procédure ?

Ici, en France, on va essayer de caser Gilles en évincant Jean Luc, qu'on essayera de recaser ailleurs, etc. Alors qu'un vote des militants règlerait démocratiquement les choses.

Au PE, les francais passent pour des bouffons car le personnel politique change tous les 5 ans, avec aucun travail de fond sur la durée. Il serait temps de le comprendre.

Ma mauvaise humeur n'a rien, mais rien à voir avec Gilles, que j'apprécie énormément, et qui mérite amplement d'avoir une fonction élective à hauteur de ses qualités.

Écrit par : florian_germany | mercredi, 17 décembre 2008

@andré "la femme qui est 2 démissionne une fois élue ?"

André, vous sortez de quel siècle vous?
Il faudrait peut-être arrêter de penser que les femmes sont des potiches! Vous allez pas me faire croire que qu'il n'y a pas une femme dans le grand sud est qui ait les compétences pour être députée européenne et puisse restée élue!

Je vous prie de bien vouloir excuser mon commentaire incisif, là, je n'ai pas le temps de m'étendre sur la question mais je vous donnerai mon avis sur la parité prochainement et sur un certain machisme sous-jacent en politique prochainement

Écrit par : louloute | mercredi, 17 décembre 2008

évidemment 100% d'accord avec Florian Germany. juste une remarque : ce n'est pas de la mauvaise humeur que dire ce que l'on pense...... à partir du moment ou le propos est argumenté il n'y a pas de pb

à propos de la parité je suis pour dépasser l'alternance homme/femme sur les listes. si dans une région deux hommes ou deux femmes paraissent plus compétentes, je ne vois pas pourquoi ces deux hommes ou ces deux femmes ne pourraient pas être N°1 et N°2. si une personne n'est faite que pour être N°3 ou 4 , il n'y a pas de raison au nom de la parité de la placer en N°2 par exemple.

en ce qui concerne les votes pour les candidats, au niveau local, j'ai proposé de le faire en fonction de critères style fiche de poste. Beaucoup de militants qui ont un engagement récent ne prennent pas encore assez d'éléments lorsqu'ils prennent position. parmi les critères ont pourrait en prendre 4 ou 5 histoire de ne pas trop compliquer les choses :
-est-ce que le candidat est connu localement que ce soit par rapport à une fonction élective, de sa reconnaissance au niveau professionnel, de son engagement dans le milieu associatif. une personne déjà connue a toujours de l'avance.
-le candidat est-il impliqué sur le terrain, est-il actif au niveau des réunions locales, etc....
-le candidat sait-il diriger une équipe?
-le candidat s'exprime-t-il bien, c'est important du point médiatique
- il doit y avoir d'autres critères.....

Écrit par : europium | mercredi, 17 décembre 2008

@ Florian

Mais il va y avoir une consultation des adhérents, et, à mon avis, c'est cela qui va faire la différence entre JLB et Gilles Artigues.
@ europium
Franchement, ce serait une erreur, pour la parité. On a déjà tant de mal à l'installer dans les moeurs...Sinon, d'accord avec le reste.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 17 décembre 2008

Bonsoir à tous,
Je trouve consternant qu'on oppose Gilles Artigues à Jean-Luc Benhamias qu'il viendrait "évincer" avec la bénédiction (anticipée) de François Bayrou qui, en parfait faux-démocrate, aurait tranché d'avance !
La démocratie permet à l'un comme à l'autre de se présenter. Dire que Jean-Luc Benhamias est le seul légitime relève de l'imposture intellectuelle. Certes, il a l'expérience de député européen et siège chez les verts, mais Gilles Artigues a également une expérience de député qui vaut celle de Jean-luc Benhamias et il est avec François Bayrou depuis bien des années, ses convictions européennes et son engagement dans le groupe ADLE semblent au moins aussi naturels que ceux de Jean-luc Benhamias.
Nous devons donc respecter leur volonté de se présenter, et leur souhaiter bonne chance ! Nous avons le droit également de soutenir l'un ou l'autre de ces candidats. Ce qui serait choquant, ce serait de considérer que l'un des deux, n'étant pas le nôtre, n'aurait aucune légitimité à se présenter !
Pour finir un petit coup de gueule, si vous permettez, les femmes qui démissionnent pour laisser leur place à des messieurs, bien évidemment meilleurs qu'elles... HONTEUX ! Y compris s'il s'agit d'une candidate qui n'a pas siégé au Parlement Européen, le meilleur des députés a été élu une première fois ! Heureusement ! et pour ce qui est des femmes compétentes à l'ADLE, je ne citerai qu'une certaine Marielle, la connaissez-vous ? Un jour, on a décidé de lui laisser sa chance !
Amicalement,
Marie

Écrit par : Marie Thureau | samedi, 20 décembre 2008

@ Marie : +1

Écrit par : force_hyeres | samedi, 20 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.