Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Électricité solaire, Borloo veut 400 fois plus ! | Page d'accueil | La Députée Socialiste de Paris et la minute de silence... »

mardi, 18 novembre 2008

L'arrière-monde du député Demange

Je ne comptais pas faire un billet sur l'affaire Jean-Marie Demange, mais les billets de Quitterie et de Guillaume m'ont fait changer d'avis.

Je voudrais tout de même rappeler avant toutes choses  que ce député est d'abord un assassin qui a tué une femme (pas sa femme mais son amante, à ce que j'ai compris) dans des conditions particulièrement brutales. Il l'a battue pendant 10 minutes, sans que le voisinage ait rien pu faire en dépit des appels au secours de la victime, puis l'a abattue froidement. Il laisse ainsi deux orphelins de 13 et 15 ans. Certains savent perdre des élections sans péter les plombs, et même la plupart. Ce n'est pas le cas de cet homme.

Quitterie sous-entend que la charge de pouvoir qui est associée à ses mandats électifs a contribué à le déséquilibrer, et elle en fait un argument contre le cumul des mandats. Je ne fais pas la même analyse qu'elle. Le problème est à mon avis en amont, dans la personnalité même de ce député. Le cumul des mandats n'a rien à voir là-dedans, même si l'on peut supposer que ceux qui cumulent le plus sont facilement ceux qui ont le plus de goût pour le pouvoir, avec tout l'arrière-monde pathologique qui est susceptible d'y germer.

Je comparerai Jean-Marie Demange  à Pierre Albertini à Rouen. Voilà quelqu'un qui a perdu tous ses mandats électoraux en moins d'un an. Il a très vite compris que son mandat de député était foutu en raison de la stratégie de Bayrou et du fait qu'il était en pleine terre de gauche.
Il a été ensuite largement battu aux municipales. Eh bien il a su tirer sa révérence avec élégance.

Pour revenir à notre député UMP, il s'est senti affecté parce qu'il se croyait irremplaçable. C'est sans doute pour la même raison qu'il a tué son amante qui voulait le quitter. Dans les deux cas, le problème, c'est l'hypertrophie de son égo à tendance manifestement paranoïaque. A mon avis, la question, c'est de savoir plutôt pourquoi la politique attire ce genre de personnalités pathologiques...

Il y a un très beau passage du Ainsi parlait Zarathoustra au sujet de l'arrière monde. Dans l'ouvrage de Nietzsche, il ne s'applique pas à la politique, mais le raisonnement psychologique sur la présence de cet arrière-monde conserve toute sa pertinence. Qu'y avait-il dans l'arrière-monde du député Demange ? Une volonté de puissance sans limites, incapable de se borner, probablement. Il était réputé avoir sombré dans la dépression après avoir perdu l'élection municipale à Thionville, en mars 2008. Mais c'est qu'il avait sans doute placé très haut ses faits et gestes, et se voyait sans doute comme un maire sans pareil. Il y avait là un narcissisme profond fort éloigné de l'engagement désintéressé qui devrait être la première vertu de tout élu ou candidat à l'élection dans un mandat politique.

J'ajoute que ce drame rentre dans une autre catégorie, dans laquelle il devrait être en priorité confiné, mais, dont je parie que la presse ne fera pas mention, c'est celle de la violence faite aux femmes et particulièrement les violences conjugales. Le suicide n'y change rien, et, je l'espère, encore moins la députation.

Je citerai simplement cette étude de l'Institut Médico-légal de Paris, qui date de 1999, elle donne à réfléchir et accrédite certainement ma thèse :

L’Institut médico-légal de Paris a étudié les situations d’homicides subis par des femmes  (Lecomte et coll, 2001).

Une étude menée de 1990 à 1999 concerne 652 femmes âgées de plus de 15 ans, victimes d'homicides. Leur moyenne d'âge est de 45,5 ans. L'auteur de l'homicide est le mari dans 31 % des cas, un autre partenaire dans 20 % des cas, un proche pour 4 %, une connaissance de la victime dans 30 % des cas. 15 % des auteurs étaient inconnus de la victime. La plupart des agresseurs étaient connus comme violents ou alcooliques chroniques ; ces violences se sont déroulées dans un contexte de violence durant depuis longtemps. En ce qui concerne le moyen employé, 33 % des victimes ont été poignardées, 30 % ont reçu des coups de fusil, 20 % ont été étranglées et 10 % sont décédées des suites de coups. 7 % des victimes avaient été violées.

Par ailleurs, dans une étude réalisée en 1998, un profil des auteurs d'homicide de leur conjointe a pu être précisé : en dehors des cas d'alcoolisme, il s'agit d'hommes psychopathes, ayant une certaine notoriété, bénéficiant par leur fonction d'un certain pouvoir pour lequel le sens de l'autorité est perçu comme une qualité professionnelle de prise de responsabilité. On remarque une proportion très importante de cadres (67 %), de professionnels de santé (25 %), de représentants de l'armée, la police…

 

 

Commentaires

Cher l'hérétique,
ce que tu dis n'est pas faux. Ce que je dis non plus. J'ai fait un lien très éloigné avec ce drame sur la solitude, et les pressions, que vivent les élus avec un système qui les broie. On oublie trop souvent le facteur psychologique en politique en général. Ce qui pousse à agir.
Amitiés,

Écrit par : Quitterie | mardi, 18 novembre 2008

Le facteur psychologique...Et le merci à Marie-Laure? Règle des blogs non? Citer ses sources d'inspiration.
Ensuite, la distorsion est une technique intéressante mais dans ce cas précis, pas évidente.
En toute bienveillance

Écrit par : Champomy | mardi, 18 novembre 2008

Merci pour ce billet (indépendamment des autres billets qui l'ont inspiré et que je vais lire de ce pas !).

J'étais un peu écoeuré par les premiers commentaires lus dans la presse, qui avaient l'air de confondre victime et meurtrier. La victime laisse deux orphelins.

Écrit par : FrédéricLN | mardi, 18 novembre 2008

@L'hérétique
Merci de rappeler qu'en l'occurrence les victimes sont la femme et les deux enfants orphelins.
Merci de nous rappeler aussi la réalité des femmes battues.
J'ajoute que je trouve scandaleux la minute de silence observée à l'Assemblée par les députés de la majorité en mémoire à leur camarade défunt.
http://maitre-eolas.fr/2008/11/17/1210-devinette

@Quitterie
D'après la réaction de Guillaume sur son blog, je crains que ton billet n'ait pas été très bien compris par tout le monde :(

Écrit par : marie laure | mardi, 18 novembre 2008

@ Marie-Laure :

J'ai été moi aussi choqué par cette minute de silence à l'Assemblée, alors que les circonstances du drame ont été très vite connues et que de nombreux témoins avaient assisté à la scène de violence qui l'avait précédé.

@ Quitterie :

Peut-être faudrait-il actualiser ton billet pour rétablir certains faits et notamment l'absence de filiation entre le meurtrier de cette femme et les orphelins qu'elle laisse ?

Écrit par : Pierre S | mardi, 18 novembre 2008

Marrant votre approche, on fait dans la "psychologie de comptoir", désolé du terme, pour alimenter de façon rude, mais certes interessante vos points de vue respectifs...

Passons,
Reste que je suis comme vous interpellé par cet acte désespéré, mais dont seul les protagonistes detiennent les réelles clés du drame. Gardons nous donc de porter des jugements hatifs sur des personnes dont nous ne connaissons pas le passé, ni la vie présente.

La seule réflexion que cet acte provoque chez moi, c'est la place de l'élu dans notre Société. Notre responsabilité de cadre de parti politique, c'est de faire entendre à nos futurs élus qu'il ne s'agit pas d'une fin en soit, ni d'un métier. Chacun doit être conscient des conséquences potentielles au moment de la perte d'un mandat, autant financières que psychologiques. Nos anciens élus n'ont pas pu l'intégrer, question de génération et de culture, prenons en compte cela pour notre nouvelle génération d'élu.
Enfin, ne rechignons pas à soutenir ceux qui ont perdus leur mandat et qui malgré tout conserve l'expérience nécéssaire encore aujourd'hui pour accompagner les générations nouvelles de militants. Mais prenons garde à ne pas non plus systématiquement compenser la perte par un maroquin. Nous inventons une nouvelle forme de gouvernance interne qui nous impose de faire cohabiter renouveau et expérience, en se tournant vers l'avenir, avec comme têtes de pont la nouvelle génération!
Fred B

Écrit par : Fred B | mardi, 18 novembre 2008

Juste un bémol dans le bémol : vous ne savez pas à quel point la fonction électorale est envahissante dans la vie.

Écrit par : Hervé Torchet | mardi, 18 novembre 2008

@ Hervé Torchet :

Je connais bon nombre de professions qui envahissent la vie familiale.

Concernant les fonctions électives, sont-elles vraiment si envahissantes que ça ? Le cumul des mandats n'est-il pas la preuve du contraire ?

Si être maire est une fonction 'envahissante', je ne comprends pas très bien comment on peut être député ou sénateur en même temps...

Écrit par : Pierre S | mardi, 18 novembre 2008

@Marie-Laure et l'hérétique, en accord.

Écrit par : Champomy | mardi, 18 novembre 2008

Je crois qu'Hervé voulait dire ... ce qu'il a dit :-) envahissante. Vous êtes élus 24h/24, 7j/7 à cycle continu. Cela n'est pas forcément lié à vos fonctions mais à votre rôle. La politique est "biophage"

Écrit par : Claudio Pirrone | mardi, 18 novembre 2008

@Claudio Pirrone
Biophage c'est tout à fait çà!

La politique se vit au creux du ventre, passionnellement, entourée de ses peurs, comme de ses excitations.
Avec donc toutes les conséquences que ca entraine, sur soi-même et sur son entourage.
A charge pour tous d'en avoir conscience et de mettre les barrières nécéssaires pour prévenir et ne pas tomber dans l'excès que ce drame nous oppose.

Nous sommes tous des passionnés, il y a une part de non rationnel qu'il faut savoir critiquer sans tomber dans la stigmatisation.

Écrit par : Fred B | mardi, 18 novembre 2008

Entièrement d'accord avec ce billet. Du début jusqu'à la fin. Toute autre analyse me paraît vaseuse.

Écrit par : François | mardi, 18 novembre 2008

@Francois,

Entièrement d'accord avec vous.
Ce genre de 'fait divers' touche toutes les classes socio-professionnelles..., le mandat d'élu n'est pas le seul 'job' à avoir l'apanage de la Passion!!! Donc, distorsion hors sujet.

Écrit par : Martine | mardi, 18 novembre 2008

@ Pierre S
Bémol : Le fait qu'il ait tué sa femme ou sa maîtresse ne change rien à l'affaire : tuer est un crime.
Sur le reste, je suis d'accord avec vous, il y a beaucoup d'engagement professionnel qui envahissent et détruisent la vie de famille.

Écrit par : marie laure | mardi, 18 novembre 2008

@ Pierre S
Bémol : Le fait qu'il ait tué sa femme ou sa maîtresse ne change rien à l'affaire : tuer est un crime.
Sur le reste, je suis d'accord avec vous, il y a beaucoup d'engagement professionnel qui envahissent et détruisent la vie de famille.

Écrit par : marie laure | mardi, 18 novembre 2008

@ Marie Laure :

Suis d'accord avec toi, ça ne change rien à l'affaire, un crime est un crime.

Voulais juste dire que dans un tel drame, où la dépression supposée côtoie la violence conjugale et peut-être le crime passionnel, il vaut mieux situer les protagonistes précisément là où ils sont.

Écrit par : Pierre S | mardi, 18 novembre 2008

On est dans du pur Chabrol!

Écrit par : PAUL | mardi, 18 novembre 2008

On est dans du pur Chabrol!

Écrit par : PAUL | mardi, 18 novembre 2008

c'est un beau billet.

En ce qui me concerne, ma volonté était de montrer que face à la mort violente, il faut méditer. Le fait que tu l'analyses en rapprochant les 2 déceptions (politiques et sentimentales) me met mal à l'aise, car nous n'avons que des infos indirectes pour se faire une opinion. C'ets pour cela que j'ai aimé le billet de Quitterie: j'ai trouvé que sa réflexion proposait de regarder ailleurs, plutôt que "de s'emparer de l'affaire"...

Ce que je réalise aujourd'hui, c'est que les blogueurs sont exposés au même risque d'être des vautours que les médias traditionnels.

Écrit par : GuillaumeD | mardi, 18 novembre 2008

Et du coup, j'ai recopié mon commentaire sur mon blog, et j'ai prolongé - un petit peu- ma réflexion...
(je t'évoque, t'égratignant un peu, mais j'espère qu'il n'y a pas de souci.)

Écrit par : GuillaumeD | mardi, 18 novembre 2008

@Guillaume,

J'ai déposé un billet trèès soft dans ce sens chez Christophe, car pour parler vrai et je ne serai pas tendre, et cela ne concerne ni Christophe ni l' hérétique ni maitre Eolas, j'ai eu la sensation:' d'une bande de vautours planant et dépecant des cadavres', consternant!

Écrit par : Martine | mardi, 18 novembre 2008

@PAUL

C'est vrai,scénario pour Chabrol.

Je remarque aussi dans l'étude que
les Cadres sont "performants" pour
le meurtre (des femmes) (67 %)-étonnant-

Écrit par : Candide | mardi, 18 novembre 2008

Ouf, je n'avais pas eu le temps de répondre, mais là, j'ai pas mal de personnes à qui il faut que je le fasse

@ Quitterie
Je t'accorde volontiers les pressions, mais, ce n'est qu'à la marge qu'elles interviennent dans cette histoire. Le point d'orgue, c'est le rapport aux femmes, et là-dessus, l'acte du député Demange est tout simplement odieux, et grave parce qu'en plus c'est un député.

@ Champomy
Je sais tout de même penser tout seul, il ne faut pas croire...La condition des femmes est quelque chose de très important pour moi, et je suis extrêmement sensible aux violences qui leur sont faites (cf, par exemple, mon billet sur la femme de l'année, Nojoud, il y a quelques jours, ou d'autres sur l'éducation des femmes en Afghanistan).
Cela dit, je me réjouis que Marie-Laure partage ces préoccupations.
@ Fred B
Je ne suis bien sûr pas psychologue et ne peut nourrir mon analyse que d'une culture générale en la matière. Indépendamment du jugement moral, ce que je désire, c'est que cette affaire soit classée dans la catégorie qui est la sienne, c'est à dire de la violence faite aux femmes, et non de la politique.
@ Candide
Il y a une relation évidente avec le goût pour le pouvoir, d'où cette sur-représentation.
@ Martine
J'ai tout de même constaté, sur la blogosphère, que c'était surtout l'indignation qui prévalait, en raison de l'attitude de nos députés...

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 19 novembre 2008

Décidément ton blogue est vraiment le blogue politique le plus intéressant de la blogosphère et même pour moi le seul fréquentable.
Sauf quand tu parles de la Chine !

Écrit par : Rosa | mercredi, 19 novembre 2008

@ Rosa

Je suis très honoré de cette appréciation. Merci Rosa.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 19 novembre 2008

Bonjour L'Hérétique,

J'ai beaucoup apprécié ton billet.

Mais le lynchage de la blogosphère hier n'est cependant pas vraiment souhaitable.

Je suis plus scandalisé par le meurtre lui-même que par la minute de silence des députés qui, visiblement, n'étaient pas informés des circonstances (si on en croit la présidente de séance).

Mon billet sur le sujet :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-24883970.html

Cordialement,
SR

Écrit par : SR | mercredi, 19 novembre 2008

@ SR

Merci pour ton avis. J'ai lu aussi ton billet. J'ai appris après le billet la minute de silence. J'ai quelque mal à croire que les députés n'aient pas été un mininum informés. Ils pouvaient au moins savoir qu'il avait tué sa compagne. Ce seul fait aurait du exiger la retenue la plus élémentaire de leur part. Je trouve que la blogosphère s'indigne à raison.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 19 novembre 2008

Je suis choquée que l'assemblée ait fait une minute de silence à ce monsieur parce qu'il était député. y aurait-il deux poids deux mesures dans notre pays? Il ne faut pas oublier que c'est avant tout un meurtrier qui a tué une femme dans des conditions atroces.
Pensez aux enfants qui restent et portent cette douleur qui restera à jamais dans leur coeur et leur corps.Qu'aurait dit nos députés si le meurtrier avait été Mr lambda ?Sarkozy serait monté au créneau à l'image de ce qu'il a fait pour d'autres affaires. J'ai choisi de ne pas en parler sur mon blog par respect pour la famille de la victime.

Écrit par : catherine lemoine | mercredi, 19 novembre 2008

Merci à l'Hérétique de recadrer les choses et de les mettre à leur bonne place dans cette affaire qui relève bien de la violence faites aux femmes.

Écrit par : Romane | mercredi, 19 novembre 2008

Voici deux horphelins,qui sans la démagogie du pouvoir ne seraient pas dans la douleur.
Il faut aussi prendre en compte que ces decideurs votent des loi qui facilitent le licenciement des travailleurs.
Si proportionellement ceux-ci pettaient eux aussi les pombs de la même maniere que ce député,immaginons les dégats et le travail pour la police

Écrit par : dd | mercredi, 19 novembre 2008

Si tu écris "assassin", tu dois prouver la préméditation. Sinon, c'est un "meurtrier".
C'est encore mon côté juriste qui écrit ;-)

Écrit par : lcdm | vendredi, 21 novembre 2008

@ lcdm :
Le meurtrier est arrivé au domicile de sa victime avec une arme à feu... Que faut-il en conclure sur la préméditation ? Je dis ça, je dis rien... je suis pas juriste, moi !

Écrit par : pierre s | vendredi, 21 novembre 2008

c'est exactement de ça dont il s'agit, J-M.D était un homme qui se croyait tout permis, le cumuls de ses mandats tant dans l'assemblé qu'au sein de la municipalité font de lui un homme qui a su batir une certaine notorité, une image assez forte pour empêcher Karine...(et d'autre, je n'en dirai pas plus)à porter plainte, c'est ce que nous dit Alberte mère de la victime car en effet sa fille voulait porter plainte, mais elle avait peur, peur que sa plainte soit baclé car avec un homme comme lui et sans preuve qui l'aurait cru?
Elle s'est tu, elle a prit sur elle pour ses proches en laissant derière elles sa famille, ses amis dans un sentiment de profonde haine, rage..injustice(réf: la minute de silence).
vive la république..et vive la France

Écrit par : personne | samedi, 22 novembre 2008

@Personne,

Vraiment...Je ne vois pas en quoi le cumul des mandats est 'responsable' dans cette histoire...?
La notoriété? Le fond du problème est la violence faite aux femmes qui se retrouve dans d'autres milieux à forte notoriété aussi, sur ce sujet en accord complet avec l'hérétique !

Écrit par : Martine | samedi, 22 novembre 2008

Ce n'est pas le cumul des mandats qui est en cause Martine, ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit.
Mister D. avait un certain pouvoir qui a empêcher la victime à porter plainte quand elle voulait le faire.
Liser,chercher dans d'autre article,Mme Alberte Albert, mère de Karine et la meilleur amie de celle çi l'ont clairement dit aux journalistes. Elle voulait porter plainte mais elle craignait ne pas être entendu, elle savait d'avance la plainte classé sans suite face à un "homme" comme lui.

Concenant la violence faite aux femmes, ça ne concerne pas uniquement les milieux à forte notoriété pensons aux HLM les gens qui sont en grande détresse qui ne joignent pas les deux bout qui pour un rien s'en prenne au plus faible, femme comme homme d'ailleur.

Là n'est pas le sujet, ma colère se porte contre ce type, contre les politiques d'ordre générale tant ceux qui ont mis en oeuvres cette minute de silence mais aussi contre ces même politique qui la critique mais qui ne font rien de plus qu'exprimer un point de vue un peu comme nous. Eux ont la possibilité, ont le pouvoir de montrer clairement est distinctement leur opposition mais à l'image de ce que penser Karine...c'est une affaire classé...oublions...
C'est triste de voir prochainement les réaction de la mère de la défunte qui envisage de ne pas laisser passer, elle écrira une lettre au Président Sarkozy et au président de l'assemblé nationale.. Vous trouvez ça normale qu'elle se met à genou pour faire valoir ce qu'est de droit qui est des plus louable des plus respectable..que sa fille parte avec les honneur et pas sali comme aujourd'hui!?

J-M.D. à clairement prémédite son acte, il a appelé son fils et la mère pour s'exuser, leur dire aussi qui les aimait, c'était la même matinée. La matinée ou Karine avait besoin de nous ou Karine avait tenté à 2reprise de joindre son ami celui avec qui elle envisageait de vivre mais celui-çi avait son téléphone éteint. Elle avait besoin de nous, elle s'est rendu au balcon comme dernier recours, crier à l'aide, elle a vu sa vie défilé au mains de se type, son avenir et celui de ses enfants au mains de celui en qui elle craignait celui pour qui elle s'interdisait de porter plainte.
J-M.D était un psychopote en puissance il enchainait les mandats, les aventures.. mais attention ne dite rien enchainer sous des menaces perpétuelles que faire?Que faire contre un homme comme lui pour qui tout réussi pour qui nous pouvons absolument rien faire par peur? Peur de basculé tout un monde?Peur de ne pa être compris?Peur que ceux qui nous dirige ne fasse sombré toute une famille?
Comment expliqué que l'autopsie dément formellement des violences physique ET sexuelle alors que nombreux sont le nombre de témoignage affirmant que Karine a été battu, trainé par terre? La réponse est simple laissons LE partir, gardons une bonne image de se citoyen député qui à tant fait depuis 1986..N'en rajoutons pas après la bourde de la minute de silence empêcher un nouvelle hoollàà!!

Écrit par : personne en grande colère | samedi, 22 novembre 2008

@Personne en grande colère,
Merci de votre dernier billet, plus précis que le premier, car voyez-vous, je suis trèèès colère moi-aussi pour les memes raisons mais aussi d'autres sottises aggravantes et hors sujet, les concernés se reconnaitront!!!
Amicalement

Écrit par : Martine | samedi, 22 novembre 2008

C'est tout à fait normal d'échanger Martine, je comprends votre colère mais que faire? D'autre chose vous préoccupe?
Si je peux être utile n'hésitez pas.
Une citoyenne comme vous.

Écrit par : personne | dimanche, 23 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.