Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des fonds souverains nationaux pour l'Europe ? | Page d'accueil | Marielle de Sarnez exprime son avis sur le budget de Delanoë »

jeudi, 23 octobre 2008

Les journalistes parlementaires invitent Bayrou

bayrou-media-petit.jpgInvité par l'Association des journalistes parlementaires, François Bayrou a dénoncé "une régression sans précédent" à propos de la réforme de l'audiovisuel.
Abordant ensuite le thème de l'éducation, il s'est dit "en désaccord fondamental avec la réforme de la classe de seconde" dénonçant une "logique du zapping".
A propos de la gestion de la crise financière, François Bayrou a jugé que Nicolas Sarkozy "avait été assez juste dans la manière dont il a conduit les débats européens".. (Lire la suite)

Réforme de l'audiovisuel: "une régression sans précédent"

Répondant aux questions des journalistes parlementaires, ce mercredi 22 octobre 2008, sur  le projet de loi sur la réforme de l'audiovisuel, qui entérine notamment la suppression de la publicité à France Télévisions et qui devrait être voté en novembre, François Bayrou a estimé que la réforme de l'audiovisuel constituait une "régression sans précédent" et dénoncé "le cadeau aux chaînes privées" avec l'interdiction de la publicité sur les chaînes publiques. Il a déclaré : "La séparation des pouvoirs est durement atteinte par la réforme de l'audiovisuel" car "il n'est pas acceptable que le pouvoir considère qu'il a le droit de nommer le président de l'audiovisuel". "C'est une régression sans précédent, non seulement la nomination mais, pire la révocation" du président de France-Télévision", a-t-il ajouté. "Dans toutes les démocraties, le pouvoir appartient aux citoyens qui payent la redevance. Dans toutes les démocraties du monde, il existe un sas entre le pouvoir et l'audiovisuel public", a-t-il insisté. "Cette régression incroyable est accentuée par la décision" d'interdire la publicité sur les chaînes publiques, a-t-il dit. Cette décision est "un cadeau pour les chaînes privées" et met "les chaînes publiques sous la menace d'un garrot".

Interrogé sur la déclaration du porte-parole de l'UMP Frédéric Lefevbre, selon lequel il est "évidemment nécessaire qu'il y ait un certain nombre de gens qui partent" de France Télévisions après la réforme, François Bayrou a répondu: "Il y a des gens de pouvoir qui ont choisi de démolir l'audiovisuel public" mais "ce n'est pas au parti au pouvoir de décider d'un plan social".

Réforme de la classe de seconde : contre "la logique du zapping"

Au cours de cette interview, François Bayrou, s'est dit  "en désaccord fondamental avec la réforme de la classe de seconde" dénonçant une "logique du zapping".
"Transformer en modules et semestrialiser la classe de seconde au lieu d'avoir une construction du savoir dans le long terme, couper le savoir en tranches et le faire selon la logique du zapping, c'est une catastrophe", a-t-il déclaré devant la presse parlementaire.
"Cette logique du zapping, qui est une logique consumériste, paraît séduisante, mais est anti-pédagogique", a poursuivi François Bayrou, à propos de la réforme de Xavier Darcos, qui fut son directeur de cabinet quand lui-même était ministre de l'éducation.

Crise financière : Sarkozy "assez juste" dans sa conduite des débats européens

François Bayrou a jugé enfin que Nicolas Sarkozy "avait été assez juste dans la manière dont il a conduit les débats européens", sur la crise financière.
"Je lui ai donné acte d'avoir été présent et actif", a-t-il indiqué. "Dans la période récente, il a été assez juste dans la manière dont il a conduit les débats européens, mais il y a des tas de choses qu'il n'a pas faites", a-t-il dit en citant la régulation, les paradis fiscaux et une "action concertée et commune sur les secteurs pouvant être l'objet d'un soutien public".
François Bayrou a par ailleurs répété que dans un contexte de crise financière, "le budget 2009 ne sera pas respecté" et que le "déficit filerait parce que les choix du gouvernement sont des choix qui nourrissent le déficit et ne le corrigent pas". "Il y a autant de chance d'avoir un déficit zéro en 2012 que de me voir entrer au couvent en 2012", a-t-il ironisé.

Commentaires

NON !à propos de l'audiovisuel, NON ! il a faux, la pub il peut dire ce qu'il veut mais il n'y a pas atteinte à la séparation des pouvoirs! au contraire il y a une nette amélioration ! voir mon dernier article là-dessus, qui évidemment n'intéresse personne !

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 23 octobre 2008

@Mirabelle

Moi j'ai bien lu votre article. Pour nominations il y a un joli montage très
savant qui ressemble à des labyrinthes
de tubes d'un savant chimiste. Aucune
inquiétude à avoir, d'autant que cela
demande aussi un "bon doigt" d'honnêteté
du président de la république, et là bien
évidemment pas le moindre souçi.

Quelle chance !! Moi qui ne regardais
plus du tout les informations à la télé,
(J'avais cru que c'était une agence du
genre "La Voix de son Maitre"), je vais
pouvoir les regarder sur A2 et LA3 en
toute sécurité d'indépendance !!

De plus j'avais remarqué que depuis plusieurs mois, petit à petit que De Carolis, insidemment,par des téléfilms et émissions intéressantes
essayait et parvenait à me détourner des
joies simples et des amusements populaires
genre Arthur sur la Une.

Ah!! là pour le coup ce sera une vraie
réforme!! très influente !!. Ah!! comme je me réjouis à l'avance de profiter de l'esprit culturel maintes fois prouvé
par bons mots (un peu verts), phrases
philosophiques, (non) références littéraires qui trône au sommet de l'état !!

Écrit par : Candide | jeudi, 23 octobre 2008

@ Candide : je n'ai jamais dit que cette réforme était la panacée, mais on ne peut pas sérieusement parler de régression alors qu'il y a une amélioration ! La représentation nationale aura son mot à dire dans les nominations, c'est déjà un pas en avant ... ou alors vous considérez l'assemblée nationale comme à la solde du Président ... il ne semble pourtant pas que ce soit le cas en ce moment ! et même si c'était le cas, cela ne serait pas une régression par rapport à la procédure de nomination antérieure.

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 23 octobre 2008

ps : ce serait assez sympa pour moi de venir commenter mes articles sur mon blog, pas sur celui des amis !

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 23 octobre 2008

@Mirabelle

Je suis peut-être trop septique. Mais
je suis persuadé que de fait ce sera le
président qui nommera qui il voudra.
De toute façon je trouve que cette
réforme (avec la manière qui vient de loin)
est scélérate.

Si elle n'est pas retirée complètement
cela veut dire que l'opposition à
Sarkosy n'est qu'un tas de nouilles.

J'aimerais bien aller commenter chez
vous mais là je ne suis que dans une crise
passagère de "commentite" - je ne sais pas
ce qui m'a pris -

Content que l'on se croise !!

Écrit par : Candide | jeudi, 23 octobre 2008

je rappelle tout de même que vous remettez tous en cause l'efficacité du contrôle parlementaire !!! là, notre démocratie se sent mal ! si vous n'avez pas confiance en la représentation nationale, vous êtes bons pour faire la révolution !

sur ce, en ce moment, il ne paraît pas que le gouvernement fasse vraiment ce qu'il veule avec sa majorité parlementaire !!! voir le Sénat et Christine Boutin et l'Assemblée nationale qui par la personne de JF Copé vient de se faire gentiment enguirlander !

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 23 octobre 2008

@Mirabelle

Ah effectivement si JF Copé s'est fait
enguirlander ça change tout.

Moi j'avais compris que les députés de la Majorité votaient Oui pour tout (que faire d'autre s'ils veulent être tranquilles jusqu'aux prochaines présidentielles, ils
pourraient aussi se faire enguirlander quand même ? ).

Mais c'est vrai que le fait de pouvoir
maugréer (Ramada, ou autres ..) - rarement
et très courtement - et maintenant le fait
de pouvoir se faire disputer est une grande
avancée pour notre démocratie.

Non non je ne remet pas en cause le parlement ni le gouvernement même,
ils ont le grand mérite et l'amabilité de ne que peu troubler et de veiller au confort d'esprit et de décision de 5 ou 6 personnes,
- Selon l'affirmation claironnée par le
président de la république lui même -

grandes conseillères, ayant l'avantage
d'être expérimentées en temps réel,

car ayant de grands intérêts personnels en jeu - mais bien sûr ce sont des saints -

Tout cela fait qu'il n' y a que les dépitants,

qui niant le très gros effort que font les médias pour envelopper ce pouvoir dans une ambiance approbative et agréable, propice à un magnifique travail,

regardent bêtement les chiffres et faits
objectifs et croient apercevoir qu'ils sont
tous de plus en plus mauvais et ceci relativement aux autres pays.

- Franchement quel esprit mal tourné -

De toute façon on a trés bien compris
que le changement des institutions était
un jeu à coups de téléphone à la fin,
et qu'il n'était pas question de jouer
au mauvais coucheur et d'en changer les
règles.

Et donc si je ne suis pas content de la
télévion que va nous donner notre merveilleuse organisation démocratique,

j'irai jouer au jeu de l'oie ou comme certains Refaire l'Histoire des Dantesques luttes Florentines en imaginant une suite où la Funeste Scission (aussi célèbre maintenant que la St Barthélémy) n'aurait
pas eu lieu.

Non bien sûr pas de révolution,

et surtout pas de ces rassemblements de gens altruistes et déterminés (mais pas extrémistes) qui voudraient constuire
sur du nouveau au delà des vieux clivages
parce qu'ils sentent un certain danger
dans l'immobilisme et le laisser faire.

Nous aurions vraiment trop peur de nous
faire enguirlander !!

Écrit par : Candide | jeudi, 23 octobre 2008

@ candide, je crois que vous n'êtes pas très juste. je ne dis pas que nous vivons dans le meilleur des mondes, ni que la réforme est la panacée. je dis qu'il n'y a pas de régression. Je pense qu'en politique on gagne à être honnête, c'est tout. Cette réforme constitutionnelle, il fallait la voter et vous verrez dans quelques temps les changements qu'elle va générer, de même la nomination des présidents de France télévision n'a rien de scandaleux. Maintenant si vous ne croyez pas en ces améliorations, vous pouvez toujours faire des propositions constructives, puisque vous souhaitez construire.

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 23 octobre 2008

@Mirabelle

Je vous renvoie à mon précédent commentaire.

J'y dis justement des choses précises que
que je ne trouve pas justes et donc qui
empêchent toute progression et sont surtout
sources de régression.

C'est par là que l'on est bien obligé de
commencer.

Et des propositions constructives, alors
ne vous faites pas de soucis pour cela,
vous voyez que nous en avons des tonnes.

Allez, peut-être un jour serons nous d'accord...

Vite vite je prends mon Bus en marche ...

Écrit par : Candide | jeudi, 23 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.