Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« A Pau, l'arrière-cuuisine électorale pue... | Page d'accueil | Rue89 injurie les adhérents du MoDem »

samedi, 22 mars 2008

La France est en guerre : que f.... nos députés et sénateurs ?

C'est tout de même fort du collier. Nicolas Sarkozy escompte envoyer des renforts en Afghanistan. il a fait construire une base à Abou Dhabi. Réactions des députés et des sénateurs ? Nada. Rien, zéro, ils ne se sont pas du tout emparés du sujet. Cela mériterait tout de même un débat parlementaire.  L'actuel chef des armées, le Général Georgelin a pourtant prévenu des risques d'escalade grandissantes du conflit afghan, ce dernier achevant sa mutation définitive en bourbier particulièrement redoutable.

De plus, il faut savoir que nous n'avons pas les moyens de nous dresser sur nos ergots aussi hauts que nous le voudrions, étant donné que les effectifs disponibles ont tout de même des limites, et que manifestement, ces limites sont atteintes, selon certains généraux.

On ne peut pas ainsi engager la France dans une guerre longue et vraisemblablement meurtrière, alors que les Talibans et leurs alliés contrôlent désormais 70% du territoire afghan, sans un minimum de débats et de concertation avec le Parlement. A part el nombre de morts, aucune information ou presque ne filtre de là-bas, excepté la condamnation à mort d'un pauvre gars qui s'inquiète de la condition de la femme. 

Moi, j'aimerais bien que les élus MoDem, notamment nos trois députés, ou au moins l'un des trois,  ou encore un de nos sénateurs, demande tout de même des éclaircissements. A défaut, je vais finir par m'adresser à des élus PS ou UMP :-(

14:30 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : afghanistan |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour,

Concernant les possibilités d’expression des députés Modem, il me semble qu’elles sont très minces. N’ayant pas de groupe parlementaire, le Modem n’a pas de représentants à la conférence des présidents qui détermine l’ordre du jour de l’Assemblée et peut donc difficilement poser son agenda.

Pour ce qui est de la délibération démocratique des questions de défense et de politique étrangère. C’est un sujet qui m’intéresse particulièrement.
Sur l’Afghanistan, je pense que s’il y a une nécessité de soutien à l’armée et à la police afghane, il y va de la responsabilité de la communauté internationale et de tous ses membres.
Maintenant tout doit pouvoir se discuter: la stratégie, la régionalisation, l’ouverture d’un dialogue avec les talibans, même le désengagement. Mais ça ne serait pas une bonne chose que de laisser ce pays livré à ses problèmes, au risque d’accentuer la déstabilisation de la région.

Je vous renvoie à un papier lucide sur la question de l’Atlantic Council, Saving Afghanistan: an appeal and plan for urgent action (www.acus.org)

Écrit par : PatrickdV | dimanche, 23 mars 2008

@ Patrick

Je suis d'accord avec vous sur la nécessité de ne pas lâcher l'Afghanistan, mais je souhaite qu'il y ait un débat parlementaire que je sujet, et en particulier qu'il permette d'être bien mieux informé sur les enjeux.

Il me semble d'ailleurs que la question de la stabilisation de la situation en Afghanistan est à l'ordre du jour de la prochaine réunion de la délégation européenne qui s'occupe de ce sujet :
http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/oj/713/713078/713078fr.pdf

Écrit par : L'Hérétique | dimanche, 23 mars 2008

Les commentaires sont fermés.