Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Paris 16ème : une élue UMP soutient Jean Peyrelevade | Page d'accueil | Tempête Emma : un as de l'air évite le crash ! »

lundi, 03 mars 2008

essence volée et justice en berne

J'écoutais ce matin même France-Info qui titrait sur un phénomène nouveau : le vol d'essence à la pompe. De plus en plus, des clients indélicats viennent se servir et repartent sans payer. Parfois, les pompistes parviennent bien à relever une plaque, mais comme les sommes sont, au regard de la justice, "dérisoires", c'est à dire de 50 à 100 euros, aucune poursuite n'est engagée  ou elles n'aboutissent pas dans 80% des cas. Et vu le coût d'un avocat ou d'un huissier, les pompistes ne prennent pas le risque d'aller plus loin. Seulement, certains perdent jusqu'à 4 000 euros par an, de cette manière, une somme considérable pour le commun des Français.

Une fois encore, dans notre pays, justice n'est pas rendue et c'est au délinquant et au mahonnête que l'on donne raison. C'est ce genre de choses qui me met, pour ma part, hors de moi. Et je suis sûr que je ne suis pas le seul. J'en ai assez de cette justice qui légitime le délinquant, épargne les plus gros et écrase les plus petits.

J'ajoute que une justice inefficace ou absente dissout le lien social dans un pays. Elles sont de plus en plus nombreuses, les victimes qui subissent les injustices de notre prétendue Justice...

09:46 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : justice, essence |  Facebook | | |

Commentaires

C'est avant tout une histoire de civisme et non de justice ou de délinquants.

Que ce soit la personne qui ne paye pas son essence, ou celle qui explose un abri bus remplacé en 6 mois pour la dixième fois ou celle qui promenne son chien dans les jardins pour enfants en laissant au passage quelques comissions ou ceux qui jettent leurs mégots sur la chaussée ou ce médecin grassement payé qui détroussait des personnes âgées ou ce président d'un 'syndicat' qui est viré avec un gros chèque etc... etc...
C'est un mal humain qui passe par l'éducation pour le solutionner en partie.
Une petite anecdote au passage.
Quand un enfant de pauvre se tient mal à table, on dit de lui qu'il est mal élevé.
quand un enfant de riche commet le même délit, on dit de lui que c'est un hyper actif.

Bonne journée
Taahr, coeur de Lyon

Écrit par : houhou | lundi, 03 mars 2008

à houhou

Certes, mais la puissance publique ne peut agir directement sur l'éducation. En revanche, elle peut rendre la justice, et quand elle ne le fait pas, cela exaspère.

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 03 mars 2008

Les commentaires sont fermés.