Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cavada et Palpatine | Page d'accueil | Valérie Sachs propose un nouveau rôle pour le maire de Paris »

jeudi, 06 décembre 2007

Le sénateur Yves Détraigne (MoDem) défend les bio-carburants

53c55953370655e99fdcd8429f8f2670.jpgLors de l'examen du projet de loi de finances pour 2008, le gouvernement a obtenu une réduction de la défiscalisation des biocarburants. Ne pouvant être en séance lors de l'examen de cette disposition, Yves Détraigne a cosigné plusieurs amendements que ses collègues Paul Girod et Marcel Deneux, respectivement sénateurs de l'Aisne et de la Somme, ont défendu pour tenter vainement de limiter cette baisse. Si jusqu'à présent, le fragile équilibre atteint entre la profession agricole, les industriels et les pouvoirs publics avait toujours été préservé, une telle baisse va aujourd'hui pénaliser une filière industrielle pourtant prometteuse pour l'environnement. Les professionnels du secteur sont en effet très inquiets des conséquences de cette troisième baisse des subventions en faveur des biocarburants, qui risque de remettre en cause leurs investissements mais également la rentabilité de la filière.

Rappelons simplement ce que disait Nicolas Sarkozy lui-même en conclusion du Grenelle de l'environnement, le 25 octobre 2007 :

« Nous devons également revoir la politique de soutien aux biocarburants pour l’avenir et sans remettre en cause les engagements pris. Je souhaite que la priorité soit donnée au développement des biocarburants de deuxième génération plus pertinents face au défi environnemental et au défi alimentaire»

Mais sans doute est-ce là un bon exemple de la protection de l'environnement selon Nicolas Sarkozy et Jean-louis Borloo... 

Commentaires

Les bio-carburants ne sont pas à mon sens une filière prometteuse pour l'environnement. Des rapports ont alerté sur les conséquences d'un développement trop important de cette filière. Tous calculs faits (carburants utilisés par les tracteurs qui cultivent, dégagement de gazs lors de la culture -vous avez déjà observé un tracteur qui cultive ? Moi oui, j'habite en zone rurale- les camions qui approvisionnent les coop en engrais et autres produits de traitement, transport du produit fini, etc...) il a été dit que le remède est pire que le mal !

Écrit par : Stéphane Vercez | jeudi, 06 décembre 2007

Pas du tout d'accord avec cela !

Sans vouloir trop documenter en étant trop académique et faitre une démonstration scientifique ou un procès d'intention :

- Les terre arables sont déjà de moins en moins cultivées (PAC... et autres intérêts financiers et ou économiques...);

- de plus en plus polluées (nitrates et pesticides; OGM; engrais artificiels...);

- et de moins en moins suffisantes pour nourrir les hommes de plus en plus nombreux et surconsommateurs,

- sur une seule et même planète pourtant déjà inextensiblement mondialisée et pressurée.

Difficile constat que le réchauffement climatique d'une part et son cortège de catastrophes naturelles et de sécheresses exponentielles de plus en plus récurrentes; la pollution et les intérêts des lobbies alimentaires et pétroliers d'autre part.

Alors encore une fois, la facilité tendant à s'en remettre à la toute puissance à ces lobbies pétroliers d'une part et aux constructeurs automobiles d'autre part .

L'alternative existe pourtant ailleurs ! Mais encore faut-il vouloir chercher un autre intérêt plus louable et économe pour ne pas dire écologique; ce mot étant devenu presque un gros mot aujourd'hui car tellement convoité par la politique !

Pourtant il n'est de réelle notion novatrice et de progrès pour l'homme que dans l'apprentissage, la recherche et l'avancée technologique qui tournent dans ce sens, celui de l'écologie et du principe de précation !

A portée de main, qu'elle énergie est plus puissante que le solaire ? Qu'elle invention est-elle plus merveilleuse que celle de capter et d'aprivoiser cette énergie ?

La recherche doit se faire autour de l'électricité et de la matière générée à la fois par la lumière, la chaleur et le mouvement... Pas ailleurs !

Écrit par : Xavier Moreau | jeudi, 06 décembre 2007

Pardon Stéphane, je crois que nous avons croisé nos réponses et je suis tout à fait d'accord avec toi naturellement.

Écrit par : Xavier Moreau | jeudi, 06 décembre 2007

Bonjour à tous,

Merci pour vos réactions. Je crois que l'idée du sénateur était de dénoncer une imposition supplémentaire sur les bio-carburants qui polluent moins, tout de même, que les énergies fossiles.

Bien évidemment, je vous rejoins tout à fait pour le solaire. Pour le dégagement de gaz lors de la culture, on peut supposer tout de même que les tracteurs finissent par utiliser les bio-carburants. Je crois de toutes façons qu'il faut explorer toutes les voies.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 06 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.