Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Catherine Morin-Dessailly s'oppose radicalement aux tests ADN | Page d'accueil | Une tribune de Charette, Goasguen et Lamassoure sur le Centre »

mardi, 02 octobre 2007

L'UDF-MoDem veut mettre fin aux jeux violents dans les écoles

Un groupe de travail rassemblant des élus de Paris, des enseignants et des associations de parents d'élèves va être créé afin de lutter contre les jeux violents à l'école, annonce mardi dans un communiqué l'UDF-MoDem, à l'origine de cette proposition.

Didier Bariani, président du groupe UDF-MoDem, avait suggéré mardi matin à la mairie, lors du débat sur la rentrée scolaire au conseil de Paris, la mise en place rapide d'un tel groupe de travail.

A propos de la violence scolaire, il avait dénoncé la "banalisation du phénomène", soulignant qu'"un million d'enfants de 7 à 17 ans ont été en contact avec ces jeux dangereux et parfois mortels" comme "la tomate, le foulard ou le happy-slapping".

Didier Bariani souhaite dégager des "solutions concrètes" d'ici la fin de l'année.

Commentaires

C'est bizarre mais j'ai l'impression qu'encore une fois tout le monde s'éxite sur un sujet complétement dépassé.
Les seules fois ou j'en ai entendu parler, c'était à la télé.Jamais personne ne m'a parler de ça (sauf pour dire qu'il n'en a entendu parler qu'a la télé), pas même des enfants.

C'était juste un sujet pour les tv qui n'avaient pas grands chose à raconter pdt les éléctions.

Écrit par : CG01 | mardi, 02 octobre 2007

Je n'ai pas les mêmes échos que vous : je vois , moi, au contraire beaucoup de manifestations de ce type particulièrement importantes chez les jeunes enfants.

Je m'interroge souvent sur notre société et sur la nature du mécanisme qui produit cela.

Écrit par : L'Hérétique | mardi, 02 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.