Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« En finir avec l'ISF... | Page d'accueil | [Témoignage] Pourquoi j'aime bien Bayrou et je vais voter pour lui... »

vendredi, 05 janvier 2007

ISF : commentaires supplémentaires

Il y a autour de cet impôt des hypocrisies insupportables et surtout des choses clairement choquantes sur le principe:

je veux bien concéder que l’on taxe une plus-value, mais l’augmentation anarchique de la valeur d’une résidence principale dans une grande ville ne peut aucunement être assimilée à une plus-value. Quand on sait que la décote dans le décompte du patrimoine n’est que de 20%, c’est tout simplement inacceptable, car c’est et j’insiste vraiment sur ce point, une authentique spoliation. La chasse aux Koulaks est ouverte, mais les possesseurs de datchas sont à l’abri, eux...

Le second point qui me hérisse, c’est le phénomène du capital avec un taux négatif: si avoir du capital contraint à un placement forcément négatif, c’est à dire à un amenuisement progressif du capital placé, c’est la mort de l’investissement en France. Il est vrai qu’une loi a été votée épargnant les actionnaires, tout récemment, mais cela ne règle pas le problème, et d’ailleurs, cette loi aurait du être assortie de conditions.

Et puis peu importe au final, moi, je ne suis pas contre la redistribution, mais qu’elle soit intelligente ! avec une assiette plus large et un taux de 0.1% soit 1 pour mille, sans exonération aucune, cet impôt rapporterait exactement la même somme sans pour autant s’asseoir sur le droit. D’ailleurs, il rapporterait à mon avis plus, car un certain nombre d’individus reviendraient se domicilier fiscalement en France, du coup, ou cesseraient de trouver des échappatoires.

1 pour mille, ça veut dire 750 euros pour un patrimoine de 750 000 euros. C’est supportable. D'autant qu'en respectant la progressivité de l'impôt, il faudrait avoir un patrimoine de 1 500 000 euros pour payer vraiment cette somme.

Quant à la jalousie et l'envie , c'est bien évidemment ce moteur honteusement mis en exergue au sein de la population, qui retient les politiques de réformer une bonne fois pour toutes cet impôt.

Le PS a clairement énoncé son intention d’aggraver la situation, puisqu’Hollande a déclaré vouloir faire sauter le bouclier fiscal. Chapeau bas, M.Hollande: les Parisiens et autres habitants des grandes villes, ce n’est tout de même pas leur faute si l’immobilier augmente: et à la cadence actuelle, les possesseurs de 3-4 pièces vont être les prochains à le payer cet impôt. Tous les bobos qui votent socialo devraient méditer cet aspect des choses, parce que cela va leur retomber sur le museau tôt ou tard...

Quant aux UMP, ils pouvaient faire une réforme, et ils ne l’ont pas faite, ce qui prouve qu’ils s’en foutent, et que, comme d’habitude, leurs cadeaux ne vont vraiment qu’aux plus gros: ceux qui ont les moyens d’investir 750 000 euros en actions, et tant pis pour les simples particuliers dont le seul souci est de se loger.

Côté cocos et trotskos, vous connaissez le refrain: on ne va pas plaindre les riches. Tiens, voilà qui évoque   un sketch de Le luron à propos de Miterrand et l’économie: Miterrand explique ce qu’est la planification: il y a 5% de chômeurs à Bordeaux et 15 à Strasbourg. La situation est inégale. Eh bien planifier l’économie, c’est faire en sorte qu’il y ait 15% de chômeurs aussi à Bordeaux...

En la circonstance, même raisonnement: l’égalité des droits, c’est flanquer tout le monde dans des cités, à la soviétique, quoi...Et en ce sens, cela rejoint les mobiles sous-jacents et malsains mis en évidence précédemment : c’est un impôt aussi basé sur l’envie et la jalousie, ou, tout du moins, l’absence de réformes autour de cet impôt part de ces "bons" sentiments "égalitaires"...

Seules les positions de l’UDF semblent claires, applicables et raisonnables. Encore faudrait-il que l'UDF arrivât au pouvoir...

Commentaires

WWW.5LEVIERS.IT
- Le capital comme moyen de la nouvelle révolution, à travers les 5 stabilisations scientifiques (5 LEVIERS).
- Le facteur “KS” (CAPITAL STABILISE’) comme facteur economique universel pour la définitive révolution sociale et du marché
- PLEIN EMPLOI EFFECTIF, par loi.
- “Place de travail” flexible mais “travail” fixe.
- Un nouveau libre marché par les 5 stabilisation automatiques
- Le CAPITAL REVOLUTIONNAIRE (“KR”)

LE CAPITAL COMME MOYEN DE LA RÉVOLUTION
(www.5leviers.it)
LE CONCEPT UNIVERSEL DE L'IDÉOLOGIE DES 5 LEVIERS est le suivant :
"la réalisation, dans le monde, de la totale et définitive justice sociale, du déracinement définitif de la pauvreté et du chômage, on obtient à travers la" STABILISATION SCIENTIFIQUE DU CAPITAL ".
Elle on obtient à travers la stabilisation scientifique des variables macroeconomiques fondamentales, à oeuvre des 5 Leviers ".
De telle manière, le facteur economique "K" (Capital), en devenant "Ks" (Capital stabilisé), pourra devenir l'auteur de la révolution de notre civilisation vers la justice sociale définitive.
Nous l'appellerons donc, "Kr" (Capital Révolutionnaire).

Avec la stabilisation scientifique le capital devient révolutionnaire.
La vraie et définitive révolution sociale se réalisera vraiment à travers le capital.
Donc, dans futur, la bataille eternelle de l'homme pour la justice, devra être pas celle "contre le capital" mais celle "pour le capital stabilisé scientifiquement", à travers un modèle de type 5 Leviers ou semblable à lui, que cependant il contienne, de toute façon, la stabilisation scientifique.

Aujourd'hui, à l'entame millénaire, le monde n'a pas besoin de révolutions. Il a seulement du besoin "d'une" révolution et c'est-à-dire que le capital soit “stabilisé".

Avec l'Idéologie des 5 Leviers le capital, d'ennemi, devient le vrai et unique moteur de la bataille contre la pauvreté et l'injustice.
Le capital, d'ennemi, devient à moitié de la révolution définitive contre la pauvreté et l'exploitation imperialiste et capitaliste.
Le capital devient révolutionnaire.
Voilà la révolution ! Dans chaque place du monde, sans verser même pas une goute de sang, le capital même, il peut instaurer la révolution, la révolution de tous les opprimés du monde.
Le capital on ne devra plus défendre. Aussi, il sera le vrai, l’unique vrai moyen de justice sociale.
La révolution n'est pas dans enlever pouvoir au capital, mais dans le lui donner !
Contre le capital il est inutile combattre, parce qu’il se forme pour instinct naturel.
Avec le capital on doit seulement "traiter" !

Traiter pour partager. Traiter pour l'exploiter en faveur de tous. Traiter pour l'inciter et l'obliger à faire le bien collectif.
Partager avec lui pouvoir et richesse. Et dans le domaine de ce partage, on doit trouver le maximum pour toutes les deux les parties adverses (capital contre collectivité).
Le capital se peut baiser seulement avec le capital !
Dire du capital, dans beaucoup de cas, est même dire MAFIA.
La stabilisation scientifique du capital et les 5 Leviers, sont l'unique mode pour vaincre la mafia, en la neutralisant et en la bridant à traverse "les mêmes mécanismes du capitalisme".
On battra la mafia à travers son même arme, c'est-à-dire le capitalisme.
On doit brider le capital, en concédant à lui des faveurs, et en à change l'obliger au plein emploi effective.

Le capital est invincible ! Le capital ne peut pas se combattre avec les armes, c’est stupide !

Un million de Che’ Guevara et un million de ses héroïques guérillas armées, ne suffiraient pas pour anéantir le pouvoir du capital dans le monde.
La révolution armée peut aller bien pour une concrète action d'un individuel peuple, mais ne pas comme d'un moyen pour affirmer la justice sociale définitive dans tous les peuples du monde. Et même lorsque on ait pris le pouvoir, il n'est pas dit ensuite que le pouvoir du capital pas retours.
Il est impensable que dans chaque pays du monde il puisse "s'exporter" Che’ Guevara. Le Che' est le symbole de la révolution, mais de la révolution cubaine. Il est même le symbole de la rébellion vis-à-vis de l’oppresseur impérialiste et symbole de la révolution. Mais il est, justement, le symbole. La méthode cependant, pour la révolution, ne peut pas être cela de Guevara.

Le temps fallant pour penser et organiser une rébellion ou une révolution armée, est trop supérieur à celui dans lequel le capital fait jaillir et conclure ses effets sur la societé.

Le capital est beaucoup plus rapide des armes et des révolutions !
La route n'est pas cette de choisir la rue de la révolution en l’opposant à la rue du capital.
La route est cette "de faire entrer la révolution dans le capital".
Avec l'Idéologie des 5 Leviers, la révolution entre dans le capital et il lui transforme. Il le transforme en faisant lui devenir "démocratique" et "égalitaire".
Aujourd'hui, dans le 21° siècle, la révolution de la classe ouvriere et du proletariat, n'est pas dans le facteur travaille, mais plutôt dans le facteur capital.
Une révolution du travail ne peut pas que passer pour une révolution du capital.
Pas "démolition" du capital, mais plutôt "révolution" du capital !
La révolution du capital, et la transformation du capital comme moyen de la révolution sociale, se réalise à travers une conversion du capital en sens "anticompétitif".

Il y a dans la societé, des forces qui ne peuvent pas être endiguées, mais seulement contrôlées, neutralisées.
Les plus grandes entre ces forces, sont la communication et l'expansion du capital et de ses effets.
Dans ce premier chapitre et dans le 24° nous définirons le capitalisme comme "droit inné", ensemble au socialisme.
Depuis des temps de la Révolution Industrielle, le capital a été vu comme un ennemi. Un ennemi des travailleurs, un ennemi des ouvriers, un ennemi des paysans, un ennemi des bandes basses de la population.
L'histoire des batailles ouvriers et d'une grande partie des batailles sociales est l'histoire des "batailles contre le capital".
Ils sont maintenant des siècles qu’on lutte contre le capital.
Toutefois, ces batailles ont été presque inutiles, puisqu'aujourd'hui, dans le monde, le pouvoir du capital est augmenté. Pas seulement il est intact, mais son pouvoir même s'est fortifié.
Le capital a vaincu toutes ses batailles, et l'épreuve de cela est le monde dans lequel nous vivons, est la globalisation, est l’écroule du communisme, est l'EU, est la libre circulation des capitaux, la globalisation de la finance, la diffusion du travail à terme.
Au contraire, nous pourrions dire de plus. Nous pourrions dire que le 20° siècle a été "le siècle du capital", le siècle de la définitive affirmation du capital dans l'Histoire.

Si "l'injustice" du monde est dans la création, gestion, distribution, et surtout dans l'emploi du capital, il veut dire que le monde doit chercher "la justice" dans les mêmes procès de création, de gestion, de distribution et emploi de capital.
Si le capitalisme est la dimension du marché maintenant de beaucoup de décennies, il veut dire qu'il est à traverse de lui qu'il faut trouver la justice, au-delà que de chercher dans lui de l'injustice.
Combattre les maux du capitalisme est juste (au contraire, est un devoir) mais "se fermer" vis-à-vis du capitalisme, en se mettant contre de lui, elle est une erreur, au-delà d’être, en autre, inutile et inopportun.

La "spontanéité" du capital, c'est-à-dire le fait que soit une force qui est inhérente dans l'homme, et qui fait partie de ses instincts, fait de sort que la bataille contre le capital, beaucoup de fois, soit seulement "symbolique", "formelle", purement idéologique, instrumentale et publicitaire, promouvée ou "seul déclaré" d'une "élite", parfois même beaucoup snob, et de toute façon bourgeois.
Le capitalisme donc, n'est pas un choix, mais plutôt une "condition", oserais dire, naturel. Elle est une condition congénitale à la liberté, et inscindibile vis-à-vis de la liberté.
Cela veut dire que dans une societé libre, les manifestations sociales du capital ne sont pas capitalisme, mais plutôt "liberté".
Le capitalisme n'est rien d'autre que la liberté, une partie, une tranche de ce bien suprême que nous appelons liberté.
On ne peut pas accepter la liberté et ne pas accepter le capitalisme.
La liberté en effet, n'est pas une chose qui a une connotation totalement positive. La liberté est la liberté et suffit, et à l'intérieur d’elle il y a des choses bonnes, choses moins bonnes, choses très mauvaises et mauvaises.
Quelques aspects du capitalisme, et un certain capitalisme, faisent partie des bonnes ou mauvaises. Mais elle est toutefois liberté.
En effet le capital naît vraiment dans l'instant où le pouvoir absolutiste monarchique entame à perdre force, en concédant ainsi la liberté des trafics commerciaux.
Si les trafics avaient été libres du 100 a.C. ou le 500 de d.C., du capital il se serait formé déjà à l'époque vraiment parce que le capital est fils de la liberté.

La vraie et unique révolution du monde devra passer par la stabilisation du capital en sens anticompetitiviste.
Le capital stabilisé ("Ks") sera le facteur de la révolution.
Pour lequel "Ks" sera même "Kr" (capital révolutionnaire).
Le capital donc comme moyen de la révolution prolétarienne, à travers les 5 stabilisations scientifiques (5 Leviers).
Le facteur "Ks" (Capital stabilisé) comme facteur economique universel pour la définitive révolution sociale et du marché.

Dont la formulation de la très importante "Équation de constance macroeconomique" :

EC = +/- A+/-O+/-F+/-QR+/-P
et des concepts de "Optimum macroeconomique" :

OE = +/-A +/-O +/-F +/-QR +/-P
et des "Jeux macroeconomiques"

Dans l'idéologie des 5 Leviers, tout ceci est rendu possible à traverse des "concessions" aux détenteurs du capital.
À travers telles concessions, l'État pourra rejoindre le PLEIN EMPLOI EFFECTIF et continue et l'ELIMINATION DE LA PAUVRETE’.
En change, l'État concédera, par loi, aux entreprises (détenteurs du capital) nombreux et concrèts avantages economiques.
Tels avantages economiques feront de sorte que le plein emploi continue et effective et le déracinement de la pauvreté, soient "totalement compatible" avec les intérêts economiques des entrepreneurs et des capitalistes.
Nous énumérons ici seulement quelques d'eux, qu'en suite nous analyserons en détail :
- la location publique pour toutes les nouvelles entreprises qui naîtront ;
- les épargnes, concrèts et prévus pour loi, sur les quote-parts annuelles de redistribution de la richesse ;
- la possibilité pour les entreprises de pouvoir licencier librement le 25% et plus des travailleurs ;
- un nouveau et efficace modèle de forte flexibilité ouvrable ;
- une forte diminution et une stabilisation du coûte du travail ;
- une augmentation exponentiel et continue de la demande.

Dans l'Idéologie des 5 Leviers donc, l'État agit comme ASSOCIE’ (eventuel et temporaire) des entreprises privées qui naissent, dans lequel l'État apporte, dans la patte associative, tous les coûts initiaux pour la naissance des entreprises (coûts pour installations, outillages, équipements, biens instrumentaux de chaque genre, terrains, halles, fabriqués, locaux, coûts de gestion initiaux, coûte du personnel des premiers 4 mois d'activité, eventuelle rachète de la propriété de l'entreprise après le 10° an de vie, possibilité de vendre l'entreprise et d'en obtenir le résultat) et le privé apportera les coûts de la normale activité de gestion (qui sera "toujours" et en manière autonome, dans les mains de l'entrepreneur de l'entière vie de l'entreprise, sauf de ceux initiaux, qui les apporteront l'État).
L’associé “Etat” a comme objet social le bien de la collectivité (développe de l'entreprise, de sorte qu’elle augmente production, emploi, consommations, concurrence, productivité).
L’associé "entreprise privée" a comme objet social l'obtention du plus grand gain possible (développe de l'entreprise).
L'objet social donc, sera le même pour tous les deux : le plus grand je développe de l'entreprise !
L'État sera un associé "eventuellement temporaire", puisque, après le 10° an, le privé pourra devenir, par contre qu’associé, unique propriétaire de l'entreprise, en la rachetant totalement de l'État.

Les modèles economiques, comme toutes les théories scientifiques, sont destinés à être modifiés, revus.
Dans quelques instants historiques ils touchent à leur fin. Dans autres instants ils renaissent.
Ils restent dans le temps ou renaissent les modèles economiques, politiques, philosofiques qui ont des mécanismes technico-scientifiques basés sur des principes généraux éternelles, qui peuvent être acceptés des civilisations de chaque temps et dans chaque lieu.
Ils restent les systèmes avec des PRINCIPES qui règlent des phénomènes humains universels et sans du temps, qui caractériseront la vie de chaque homme, dans chaque pays, même dans les siècles futurs.
Celle-ci est l'ambition de l'Idéologie des 5 Leviers !
Les 5 mécanismes de base pourront sûrement être modifiés, ou pourront devenir 4 ou 6.
Toutefois, dans chaque temps et dans chaque lieu, les hommes devront faire front plus ou moins aux mêmes problèmes economiques.
La réponse de l'Idéologie des 5 Leviers à ces problèmes universels, on appelle STABILISATION SCIENTIFIQUE DU CAPITAL, À TRAVERS LA STABILISATION AUTOMATIQUE DES MACROVARIABLES FONDAMENTALES.
Donc, un principe universel pour stabiliser emploi, une croissance economique, consommations, investissements, dépense publique, inflation, balance d’Etat, dette d’Etat.
Tout ceci servira à redonner aux hommes la boussole, c'est-à-dire ce que nous appellerons "SENS DE LA PERSPECTIF FUTURE", dans une civilisation dans laquelle est in vigueur incertitude et instabilité.
Seulement en donnant à l'homme une méthode universelle pour pouvoir déterminer toujours une vision du futur, on pourra arriver, dans les siècles prochains, à la paix durable entre les peuples du monde.
La stabilisation scientifique du capital, à travers la stabilisation automatique des macrovariables fondamentales, est un principe universel, que sera valide pour tous les temps !


Il y a un fil dans le monde, qui ligue et unit tous les plus grands et influents pouvoirs, ceux qui, en manière occulte, déterminent les sorts du monde.
Ce unique fil ligue ensemble capitalisme, mafia, services secrets, societés secrètes.
Ceux-ci sont les pouvoirs suprêmes et occultes qui gouvernent le monde.
Ils sont au-dessus de tous nous, au-dessus des États, au-dessus de tout.
Elle est vraiment la caractéristique du capital cette d'être au-dessus des États.
Tels pouvoirs sont invincibles, si on les affronte avec des armes differentes de celles qu’ils utilisent.
L'unique arme qui peut les vaincre est leur même plus puissante arme : le capital.
Ils sont invincibles si on les affronte avec des armes inadéquates par rapport aux logiquex de ces pouvoirs.
Ils sont donc invincibles si nous les affrontons avec les armes de la justice, de la paix, de la honnêteté, de la bonté.
Le capital est plus rapide et plus intelligent que ces armes.
En stabilisant le capital et en faisant au capitalisme des concessions, tous les hommes du monde pourront jouir des bénéfices du capital et du capitalisme (capital stabilisé et révolutionnaire).
Le capital, en recevant des concessions, ne verra plus comme ennemi le déracinement du chômage et de la pauvreté, et permettra telles dynamiques positives.
De telle manière, avec le passer du temps, LA COLLECTIVITE’ DEVIENDRA PLUS FORTE ET LE CAPITALISME S’AFFAIBLIRA, puisqu'il pourra "contrôler" toujours moins la collectivité, en la faisant chanter moins.
Celui-ci est l'unique procès historique qui pourra porter, dans l’avenir, à une paix définitive dans le monde !
Celui-ci est l'unique et vrai "procès possible de chute et défaite du capitalisme", pas celui décrit de Karl Marx.
L'unique vrai procès possible de chute du capitalisme aura en allant "vers" le capitalisme et pas "contre" le capitalisme.
Pour vaincre le capitalisme il ne faut pas le combattre, mais plutôt il faut "l'empoisonner", en mettant "poison" dans sa même nourriture, c'est-à-dire le capital.
Il faut lui faire manger une "boulette empoisonnée", un "capital empoisonné".

Celui-ci est l'unique et vrai procès possible de chute et défaite du capitalisme, pas celui décrit de Karl Marx !

IGNAZIO ALBORE'
WWW.5LEVIERS.IT

Écrit par : IGNAZIO ALBORE' | dimanche, 07 janvier 2007

Hem...c'est un tantinet incantatoire.

Quel rapport avec le sujet, au fait ?

Écrit par : L'Hérétique | dimanche, 07 janvier 2007

J'ajoute un lien fort intéressant sur l'iSF :

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/01/21/grandeurs-et-miseres-de-la-tolerance-vauban/

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 26 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.