Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 septembre 2009

Le Dernier Carré du MoDem

Depuis sa création, le MoDem a été secoué par la création de nombreuses tendances, parfois même dissidences. Il y a eu Construire en Mouvement, les Promoteurs, plus récemment le GRID, bref, ce foisonnement d'initiatives, parfois hasardeuses, m'a donné envie d'en propulser une à mon tour. A l'occasion d'une discussion à tête reposée avec Gilles Artigues, ancien député UDF-MoDem, ce dernier constatait que le MoDem avait tout de même une assez forte propension à ressembler à un village gaulois bien connu (ce qui en faisait d'ailleurs le charme à ses yeux)...

banquet-gaulois-2.gifIl y a des


moments vraiment


sympas au


MoDem...

bagarre_village_gaulois.gif

et d'autres


beaucoup moins ...

Alors, comme le dit un jour le Général Cambronne, «la Garde meurt, mais ne se rend pas». j'ai décidé de faire mienne sa devise et d'inviter ceux qui le veulent bien à faire chemin avec moi. Et voici quel sera le serment du Dernier Carré, en forme de commandements :

François comme messie tu reconnaîtras.

Le MoDem, tu ne conchieras pas.

La bonne parole tu propageras.

La chienlit tu n'organiseras pas.

Les décisions du parti tu respecteras.

D'être aigri tu te garderas.

Dans la folie furieuse tu ne verseras pas.

Au gauchiste tu ne joueras pas.

Tranquille, l'UDF, tu laisseras.

A la soupe tu n'iras pas.

J'en appelle donc aux bonnes volontés et à ceux dont les serments sont trempés dans l'acier afin de ne pas lâcher Bayrou et le MoDem au moment où ils ont le plus besoin d'être soutenus, encouragés et aidés. Ce n'est pas dans les victoires, mais dans l'adversité que l'on reconnaît ses amis. Ne nous leurrons pas : le sort du MoDem est incertain. Beaucoup ont fui un navire qu'ils jugent en perdition, d'autres s'échinent à créer des voies d'eau supplémentaires. Alors, amis du MoDem, prêtons serment et battons-nous jusqu'au dernier pour nos idéaux sans faillir, que l'on puisse lire un jour en passant devant nos tombes :

«Passant, va dire au MoDem à Sparte qu'ici nous gisons dociles à ses ordres.»