Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 janvier 2011

Le complot...

Yann et Steph, deux blogueurs de gauche, s'inquiètent : et si Nicolas Sarkozy était interchangeable ? Si son accession au pouvoir ne provenait pas de sa seule personnalité mais d'une pensée concertée pour occuper en permanence, droite ou gauche, les places qui assurent à une oligarchie de préserver ses avantages.

Je me défie des thèses complotistes. Mais, force est de constater qu'il y a parfois motif à inquiétude. Yann vient de lire le Président des riches. Et il a eu des sueurs froides. Je l'engage à lire Abus de pouvoir de François Bayrou : il va en avoir d'autres.

Des réseaux, il y en a en France, pays de corporations s'il y en a. Ces réseaux prennent la forme d'associations, de syndicats, d'organisations non-gouvernementales, de partis politiques, de think tank, cercles de réflexion et autres...

Cela ne me gêne pas : en bon disciple de Montesquieu, je reçois parfaitement la nécessité d'une forte présence des corps intermédiaires.

Je suis beaucoup plus réservé, en revanche, quand je constate qu'un de ces réseaux se donne pour objectifs de réunir les puissants de notre pays, d'où qu'ils viennent, et de discuter de sa gouvernance. Bayrou a écrit dans son Abus qu'il avait découvert que la politique française recelait de vastes paniers de crabes. Même s'il a dit préférer DSK à Sarkozy, il n'épargne pas pour autant ce dernier dans son livre. 

Je ne puis m'empêcher de subodorer que les sueurs froides de Yann naissent d'un horrible soupçon qui n'ose dire son nom...Mais ce n'est qu'une supposition, évidemment...

Je crois qu'il serait édifiant pour mes deux blogueurs de consulter la liste des individus qui fréquentent le Siècle *. J'ai la satisfaction de constater que François Bayrou n'y figure pas, ni aucun membre du MoDem, d'ailleurs. Évidemment, il ne faut pas non plus verser dans un délire paranoïaque. Parmi les membres du Siècle, il y a des hommes et des femmes très estimables, mais, comme le dit Bayrou, on ne pense plus rien quand l'on pense tous la même chose.

Il y a au moins deux domaines où j'ai souvent le sentiment que des forces invisibles sinon obscures agissent à notre insu : l'Europe et l'Éducation.

Je suis profondément européen. J'ai voté pour le TCE en 2005, parce qu'il augmentait considérablement les pouvoirs du Parlement européen. Je pense que seule la diversité et la pluralité de ce parlement peuvent être une garantie de transparence. Je me défie de ces commissaires auto-proclamés. Je me méfie de voir un Lamy, toujours prêt à sacrifier les intérêts de notre pays, avoir été successivement commissaire européen et directeur de l'OMC. Les directives qui nous viennent de l'Europe sont en réalité l'émanation des États. Les États ont trouvé un alibi très pratique pour faire passer toutes les directives que leurs peuples ne pourraient accepter en temps normal : ils accusent l'Europe. La réalité, c'est que ce sont les États, et donc les chefs d'État, qui sont comptables de toutes les lois que nous jugeons bonnes ou mauvaises, parmi les lois européennes. Et la seule force de pondération de ces États, c'est le Parlement.

L'Éducation me semble symptomatique à quasiment tous les égards de cette main-mise insidieuse sur notre culture, notre pensée et nos esprits : une évaluation PISA venue d'on ne sait où qui prétend imposer une organisation à nos collèges. Qui dit que PISA, c'est bien ? PISA, c'est le regard de l'OCDE sur le système éducatif. Je n'ai pas mauvaise opinion de l'OCDE, mais pourquoi ce seul regard serait-il à lui seul pertinent ?

Pourquoi dois-je constater que les voix de gauche qui proclament haut et fort leur foi en l'école publique, sont les premières à prôner et faire appliquer dans les faits une pédagogie et un système d'évaluation qui procède de ces choix ? Complot ? Manipulation ?

Pourquoi au nom de l'unification des systèmes universitaires devrions-nous appliquer partout en France la réforme LMD (Licence,Master,Doctorat) ? D'ailleurs, pourquoi avoir idiotement remplacé dans toutes les facs la dénomination francophone "Maîtrise" par son équivalent anglophone "master" ? Nous avons en France des formations de qualité en deux ans : IUT, BTS. Elles sont performantes, offrent de bons débouchés et sont reconnues par les entreprises. Pourquoi devrions-nous les uniformiser pour faire "plaisir" à l'on ne sait qui ?

Les commissaires et fonctionnaires européens bêlent en choeur à la reconnaissance de la diversité en Europe, et dans le même temps, par le biais de l'Éducation, ils écrasent les cultures nationales, avec la complicité de nos têtes pensantes, de nos chefs d'état, de nos leaders politiques, des think tanks, du Siècle, quoi...! Interpellés, nos parlementaires ne peuvent pas faire grand chose, parce qu'ils manquent de pouvoirs. Et même ainsi, les lobbies qui ont compris que Bruxelles était une place-forte, en font l'assaut, au point que le lobbying fait l'objet de professions lucratives. Bien sûr, je préfère le Parlement aux Commissions, mais il demeure largement faillible, il suffit de considérer certains de ses votes.

On dit parfois que Bayrou est seul. Moi, je l'ai choisi pour ça. Parce que ce n'est pas un homme de réseaux, et qu'il ne leur doit rien. Absolument rien. Il n'aura pas de comptes à rendre aux oligarques de tout poil, lui. Cela se perçoit dans son projet éducatif, différent de longue date de la doxa ambiante. Voilà pourquoi j'ai fait un bond quand j'ai pris connaissance de celui du MoDem, et que j'ai vu le MoDem se rapprocher de ceux, à gauche et chez les Verts, qui concourraient à la destruction de ce en quoi j'avais toujours cru. Je crois, toutefois, enfin je l'espère, que le MoDem en est désormais conscient, et qu'une inflexion certaine, tendant vers les propositions de François Bayrou, se produira.

Yann est un lecteur de Michel Pinçon. Je ne le connais que par un entretien avec le Journal du Net que j'avais trouvé très bon. Je vais acheter le Président des Riches, tiens, moi qui cherchais quelque chose à lire. A la différence de Yann (ou de Bayrou), toutefois, je pense qu'il y a dans les forces qui sont à l'oeuvre autre chose que les seules forces de l'argent. Il y a une sorte de globalisation folle à l'oeuvre, par-delà les idéologies, car elle s'abreuve à tous les râteliers, que je juge inquiétante. Cette globalisation n'est pas le fait des libéraux, comme on peut l'entendre partout. Elle emprunte au libéralisme certains de ses traits, mais d'autres au socialisme, et encore d'autres à l'alter-mondialisme et à l'écologie. Toute défense de son pré-carré est renvoyée à un nationalisme étriqué ou un corporatisme d'un autre âge, à de l'égoïsme par le concert des élites à l'abri et bien-pensantes. Et pourtant, elle est légitime, cette inquiétude.

Barthès a beau eu se moquer de Bayrou et de son Shadow Cabinet, il n'en reste pas moins que je perçois le projet du MoDem, appelant sociaux-démocrates, libéraux, écologistes, et même gaullistes à faire front commun, comme un contre-projet face à cette globalisation, face aux oligarchies, quand bien-même ce contre-projet aurait du plomb dans l'aile. Si jamais un jour je devais en douter, je quitterais instantanément le MoDem.

L'inquiétude de Yann me paraît suffisamment légitime pour avoir vocation à se répandre au sein de notre blogosphère. Je ne vais donc pas manquer de transmettre le fil d'Ariane à quelques blogueurs.

Hervé auquel sa longue expérience politique confère du poids quand il s'exprime, est invité à donner son avis. Fred également, avec sa démocratie sans frontières. Il me semble qu'un sujet d'une telle envergure pourrait intéresser Toréador. Impossible de ne pas demander son avis à mon affreux libéral de service. Alexandre et Malaberg pourraient écrire un billet à deux voix contradictoires sur ce thème. C'est certainement audacieux de la taguer, mais je pense qu'un esprit libre comme celui du député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a certainement réfléchi de longue date à la question (ah, s'il n'était pas souverainiste, celui-là, il pourrait vraiment avoir ma voix au même titre que Bayrou).

Il y a un autre blogue que je viens de découvrir et que je voudrais taguer, mais il faut pouvoir expliquer le sujet en anglais et l'adapter à la situation britannique, en espérant qu'il me réponde : mon homologue hérétique britannique, Heresy Corner.

Dear british and heretic friend blogger,

Two french left bloggers are very anxious : they suspect a possible rotationibility between left and right parties in France. They suspect they all only represent the rich ! In England, you have experienced dfficult times : there were no differences between Blairism and views of Tories. Nick Clegg has betrayed. He has sold out liberal-democrat program. You still there hope ?

*Je me fie à la liste mise à jour par la République des Lettres. Wikipedia n'incluait pas Bayrou il y a encore trois mois. Il y figure depuis peu, mais l'article cite comme source unique la délirante et fascisante Radio-Courtoisie : bref, certainement pas une référence. 

MAJ importante : François Bayrou vient de répondre à un mail de ma part sur le Siècle :

Je ne fais pas partie du Siècle et n'ai pas l'intention d'en faire partie. Amitiés chaleureuses et voeux. FB

Voilà qui est clair et clôt la question.