Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 septembre 2015

L'école avec Bruno Lemaire encore plus nulle que celle de la gauche !

Si Juppé a réussi à faire presqu'aussi misérable et minable que la gauche avec ses propositions sur l'Éducation, Lemaire fait encore mieux puisqu'il fait carrément plus nul. J'ai lu l'entretien qu'il a donné à Libération, datant du mois de mai dernier.

Pourquoi ce type-là a-t-il fait circuler une pétition contre la réforme de Najat Vallaud Belkacem ? Jamais je ne la signerai. Ses propositions font le tour de force d'offrir une infra-école, sorte de niveau de survie pour monde post-apocalyptique.

C'est ça qui fait peur : l'école de la gauche, c'est de la merde, mais celle de la droite, c'est carrément de la chiasse. Entre Chatel, Lemaire et Juppé, notre Éducation Nationale n'a pas plus d'avenir sur le côté droit de l'échiquier que sur son côté gauche.

Le collège de Lemaire, c'est un collège à quatre disciplines, voire cinq, tout le reste étant en option. Plus de langue vivante 2, plus de technologie, de musique, d'arts, et j'imagine plus de latin ni de grec, nécessairement en concurrence avec le reste.

Au fait, plus de langue vivante 2 donc plus de bilangue, forcément. Ce n'était pas la peine de hurler au loup à la disparition programmée de l'allemand.

Dans le paysage politique français, je n'ai repéré que Bayrou et Mélenchon (et le Front de Gauche avec lui) à faire preuve encore d'ambition pour l'école. Du côté du Front National, c'est simple, il semble que le collège et le lycée n'existent pas. Il n'y a rien, absolument rien dans le programme de ce parti sur le secondaire. A vrai dire, il n'y a pas grand chose en général sur l'Éducation Nationale. Je pense que c'est un sujet qui n'intéresse pas le Front National. Il n'y a pas grand chose non plus chez Dupont-Aignan, mais, à la lecture de ses interventions, on peut quand même supputer qu'il ne verserait pas dans le pédagogisme idolâtre et garantirait une école publique de qualité.

Je n'évoque pas l'UDI car je n'ai jamais entendu ce parti énoncer autre chose que des platitudes sur l'Éducation Nationale et je le soupçonne fort d'épouser les idées les plus idiotes en vogue : celles que véhiculent des organismes comme l'OCDE ou quelques commissaires bruxellois convertis plus ou moins fraîchement à la pédagogolâtrie idéologique.

Récapitulons : sur l'école, il n'y a que trois thèses : a) celle de Bayrou, b) celle de Mélenchon (et du Front de Gauche) et c) celle de l'UMP(enfin, des Républicains, pardon), des écolos (j'ai oublié d'en parler mais c'est du PS-like), des Socialistes et de l'UDI qui disent peu ou prou la même chose.