Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 juillet 2014

Interdire la LDJ ? C'est malhonnête.

Le gouvernement aurait l'intention de dissoudre la LDJ. Je n'ai guère de sympathie pour cette organisation et ce que l'on peut entendre de certains de ses membres les ravalent au niveau d'un militant de base de certains mouvements d'extrême-droite. Mais voilà, au regard des faits, il ne s'agit que d'une décision politique pour satisfaire la gauche de la gauche et une fraction extrémiste de la communauté musulmane française.

Il suffit de comparer ce qu'a donné chaque manifestation pro-palestinienne aux agissements de la LDJ pour juger de la disproportion : qui a tout cassé sur son passage, pillant, détruisant et agressant au hasard ? 

Il n'y a aucune mesure avec la LDJ intervenue seulement pour défendre une synagogue (car on ne pouvait compter sur le gouvernement français pour le faire).

Les manifestations pro-palestiniennes ont été l'occasion pour les antisémites de tout poil de triompher, bien sûr, mais aussi pour la racaille habituelle de pavoiser. La même qui brûle les écoles et les dispensaires quand l'Algérie (sans qu'il s'agisse d'Algériens au demeurant !!!) gagne ou perd un match de football. La même que la police n'appréhende jamais parce qu'elle sait que la justice la libère automatiquement sur fond de culpabilité post-coloniale et de repentance. La même encore dont on a laissé venir en France, les parents ou les grands parents par charters entiers. La même qui dégrade toujours plus le visage de l'immigration en France. La même qui a fait d'immeubles très habitables des trous à rats, des cités fermées où tout «étranger» est en danger et où chaque fille doit craindre un viol qui demeurera impuni. Ce sont aussi les mêmes que l'extrême-droite de l'extrême-droite, Dieudonné et Soral, espèrent endoctriner pour les mettre au service de leur antisémitisme viscéral. Ce sont les Fofana, ceux que l'on trouve impliqués dans les violences les plus brutales, particulièrement contre les filles, dont on découvre les méfaits dans les journaux, qui agressent en bandes et participent activement aux divers trafics de drogue. 

Il y a ceux-là, car ils sont de tous les mauvais coups, mais ils ne sont pas seuls.

Ils sont accompagnés d'imbéciles heureux qui signent des pétitions  et brandissent la flamme de briquets ou de bougies parce que "la violence, c'est mal". Ces idiots utiles ordinaires sont toujours d'accord pour qu'on accorde un nombre exponentiel de "chances" à ces "désespérés" et critiquent la France pour ne pas avoir su les intégrer (il aurait fallu commencer par ne pas les importer...). Ceux-là, on les connaît : Verts, Marxistes,  simples socialistes (aile gauche), auxquels il faut ajouter une myriade d'associatifs et de syndicalistes de tout poil.

Plus inquiétant : on y trouve aussi des descendants d'immigrés qui présentent toutes les caractéristiques de l'intégration. Un métier, parfois de hautes qualifications, une famille exemplaire, pas de casier judiciaire, un parcours sans accroc. 

C'est inquiétant parce que la force d'attraction est du côté de la racaille puis, quand il faut envisager de se donner une posture, l'Islam salafiste et les djihadistes récupèrent la mise. C'est aussi que notre pays la France, se montre bien incapable de structurer sa jeunesse, un rôle que seuls le Parti Communiste,  en dépit de ses imperfections, et l'Église assuraient de la fin de la Seconde Guerre Mondiale jusqu'à la crise. Ensuite, il y a eu les libertaires et ils nous lèguent le monde dans lequel nous vivons...

Bien sûr, les deux derniers groupes se désolidarisent de la racaille mais il est un fait, qu'au final, on les retrouve toujours mêlés dans les manifestations et les discours de dénonciation ne sont pas si nets dès lors que le super et idéal Satan que constitue Israël (le Juif ?) permet un improbable front commun.

Je trouverai des détracteurs pour dénoncer un galimatias "infâme" dans ce que j'écris et je vais me faire accuser d'effectuer des rapprochements scandaleux. Je crois au contraire que tout procède du même magma et que ceux qui veulent en émerger feraient bien de faire un tri clair.

 Est-ce qu'on retrouve des membres de la LDJ dans des troubles autres que la défense de leur communauté ? Non. En bandes ethniques contrôlant un territoire pour s'y livrer au trafic de drogues et aux violences de toutes sortes contre le citoyen ordinaire ? Non. Dans les affaires de vols avec violences ? Non plus. Agressant femmes et jeunes filles selon leur tenue ? Non. Prédicant à tout va et appelant à mettre à bas les Grands Satans occidentaux ? Toujours pas. Cassant des vitrines, retournant des voitures, mettant en pièces des édifices publics, incendiant des écoles ? Pas davantage.

Ces réponses ne dédouanent pas la LDJ des propos qu'on entend dans la bouche de certain de ses militants. Mais enfin, quand on considère les déclarations publiques de l'organisation, qui condamne systématiquement les attaques et dégradations de mosquées, par exemple, et celles de leurs opposants qui crachent à tout va leur haine du Juif on comprend où se trouve le trouble à l'ordre public pour dire joliment les choses.

Je sais que ce billet ne va pas plaire. Mais c'est à ceux qui relaient les pires saloperies, les mensonges les plus éhontés et les plus avérés qu'il déplaira le plus. In fine, tout lecteur est libre de passer son chemin. Donc, pas la peine de se répandre en élucubrations dans les commentaires.

09:46 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ldj |  Facebook | | |