Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 octobre 2010

Pol Pot Petit et l'oecuménisme

Dans son dernier petit, Pol Pot Petit s'indigne : en l'absence d'un politburo digne de ce nom des jeunes gens se sont réunis pour prendre la pose sans l'aval du Soviet Suprême de la Bonne conscience. L'objet de son ire ? Une réunion des futures élites politiques de la République, crime politique sans nom, car il associe de vertueux et jeunes militants de gauche à l'infâme Benjamin Lancar, porte-parole de la diabolique pensée umpiste au sein de notre belle et vertueuse jeunesse ouvrière.

Mon Dieu ! Indignation ! Pas un ouvrier ou fils d'ouvrier là-dedans ! Saint-Bourdieu, priez pour Pol Pot Petit. Pire, des gens de gauche et des gens de droite côte à côte. Mon Dieu, mon bon Pol Pot Petit, ne vous promenez plus dans la rue ! Une personne sur deux en moyenne sera de droite, parmi ceux que vous croiserez, voire, hérésie socialiste, aux côtés desquels vous attendrez un bus ou ferez une file.

Voyons, voyons, que reproche Pol Pot petit à Benjamin Lancar ? Est-il jeune ? Oui. Est-il militant ? Oui. Est-il républicain, alors ? Sans aucun doute. Jamais je ne l'ai entendu plaider pour l'établissement d'une dictature en France. Est-il de gauche alors ? Ah, ça, non d'un Petit Khmer rouge, non, saperlotte, il ne l'est pas, le gredin ! le vil individu ! l'infâme fils de koulak !

Se prenait-il déjà au sérieux, notre khmer rose, quand il composa son hymne à la rouge vertu ? Voilà la première question qui m'est venue à l'esprit quand j'ai découvert le billet qui ornait la Une du Post du jour.

Ah, le 20ème siècle fut celui des Joseph Pulitzer, Albert Camus, Hubert Beuve-Méry, Joseph Kessel...Le 21ème est celui des Pol Pot Petit. Il a mal commencé et finira mal.

Ces nouveaux journalistes ont déjà intégré la novlangue du tout médiatique et bien-pensant. Parmi eux, pas un fils d'ouvriers, pas un fils d'agriculteurs. Classes dominantes...reproduction sociale...

Mais, enfin, n'est-on pas sectaire en refusant de poser avec des gens qui ne sont pas du même monde républicain que soi ?

Quo usque tandem abutere patientia nostra, Pol Pot Parvule minor* ? ...

* Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Pol Pot Petit le minus...(librement inspiré des Catilinaires de Cicéron)

07:09 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : roger petit, lancar |  Facebook | | |

mercredi, 30 juin 2010

Islam, ethnie et équipe de France : quelle polémique à la c..

Le pompon de la polémique la plus stupide pour Benjamin Lancar à propos de l'équipe de France de football. Le voilà qui dénonce de prétendues tensions ethniques et son islamisation.

J'ai rarement entendu de telles conneries de la part d'un responsable politique, même jeune. Ça n'a pas gêné Benjamin Lancar, que je sache, la conversion de Franck Ribéry en février 2006, quand, quatre mois plus tard, il a largement contribué à conduire l'équipe de France, contre toute attente, en finale du mondial ?

Ensuite, quant à laisser entendre qu'il y a les racailles d'un côté et les jeunes de bonne famille, de l'autre, c'est ridicule. En réalité, pour aboutir dans un Centre de formation de football, il faut être à la base trié sur le volet, c'est à dire ne poser aucun problème de comportement, avoir de bons résultats scolaires et exceller sportivement. Il est vrai que Ribéry a fini par se faire virer du CFA du LOSC, mais quatre années après y être entré seulement.

Abidal vient également d'un CFA de Lyon. Anelka est passé par l'INF de Clairefontaine, une référence dans le milieu du football, et d'autant plus il y a 15 ans. Bien évidemment, les CFA, notamment les plus prestigieux, se gardent bien de recruter des charlots. Devenir footballeur à ce niveau, cela représente une somme d'efforts et de sacrifices considérables que de lointains observateurs n'imaginent pas un seul instant.

Moi, ce que je pense, c'est que cette équipe n'a pas trouvé de cohésion, en dépit de la présence de quelques talents, que son sélectionneur n'aura jamais su en trouver les prémices, et que plusieurs footballeurs sont pourris par la soif de gloire, par leur ego, et par le fric. C'est tout. Il n'y a pas de quoi fouetter un chat, encore moins en faire une polémique nationale en convoquant entraîneur et joueurs à l'Élysée ou à l'Assemblée Nationale.

Je ne l'ai pas entendu se plaindre de la France Black-Blanc-Beur de 1998 et 2006, Lancar, à ma connaissance.

Bon, évidemment, des abrutis au Nouvel-Obs se sont dépêchés de titrer que le mouvement des Jeunes Pop était un mouvement de fachos. Quels demeurés congénitaux, démagos, dogmatiques et bien-pensants ! Lancar est juste un petit démagogue à deux sous qui a voulu se faire mousser à peu de frais en surfant sur une histoire qui le dépasse. De là à engager tous les Jeunes Pop, c'est d'un ridicule consommé, et par ailleurs, si le propos de Lancar est débile, je ne vois pas ce qu'il y a de raciste dans ses déclarations. Comme à leur habitude bien rôdée, le Nouvel Obs essaie de pratiquer le terrorisme intellectuel pour empêcher tout débat portant sur la religion ou sur l'ethnie.

Le problème, en la circonstance, ce n'est pas la nature du débat, c'est qu'il n'a rien à faire dans cette histoire. Voilà le problème.

Parler de caïds pour cette équipe, franchement...non, arrêtez, je me plie de rire. Des jetsetteurs, peut-être, mais des caïds, c'est à mourir de rire. Rien de plus éloigné que le milieu des cités en proie à la racaille, la vraie, et ces jeunes footballeurs issus généralement des classes moyennes et qui n'ont fréquenté que de loin les dites cités. Et pour Anelka, il faut bien comprendre que la cité Van Vogh est bien une cité, mais assez loin des cités dures de Trappes ou d'ailleurs.